Citations à propos de logiciel libre

De April MediaWiki


Sommaire

DADVSI[modifier]

Divers citations autour du projet de loi DADVSI.

La position du Sénateur Socialiste Charasse lors du débat sur la loi DADVSI  :[modifier]

"N'en déplaise aux intégristes du logiciel libre et aux associations de consommateurs, ce n'est pas en violant le droit de propriété, base du droit français et du droit européen, que nous défendrons notre place ni dans l'univers de la culture ni dans celui du numérique.

http://ameli.senat.fr/amendements/2005-2006/269/Amdt_73.html

Jean Dionis du Séjour, député : Explication de vote au nom du groupe UDF Assemblée nationale - 21.03.06 (seul le prononcé fait foi)
[modifier]

http://www.udf.org/discours/dionis_210306.html

"(...)car le logiciel libre est une voie d'avenir, un moteur de croissance. Il est, à côté du logiciel propriétaire, l'autre modèle économique de développement de l'industrie du logiciel et il est heureux, pour l'économie comme pour la société, que ces deux modèles coexistent."

François Bayrou, député, Président de l'UDF, sur France 2 le 9 mars 2006
[modifier]

http://www.linuxfr.org/~~akauffmann/21123.html
http://www.framasoft.net/article336.html
http://question-ouverte.france2.fr/

"Est-ce que cela (DADVSI) met en cause quelque chose qui est tout à fait formidable et positif pour l'avenir qui s'appelle le logiciel libre ?"

François Bayrou, député, Président de l'UDF, : Extrait du papier de l'AFP, tombé à 15h18
[modifier]

http://linuxfr.org/~~Zorro/21015.html (et resté en première page du site http://www.udf.org pendant le mois de mars)

"Projet de loi relatif au droit d'auteur et aux droits voisins dans la société de l'information
François Bayrou va défendre le logiciel libre et le droit à la copie privée
La discussion du projet de loi sur les droits d'auteur sur Internet reprend à l'Assemblée à partir du 7 mars prochain. « Je serai dans l'hémicycle pour défendre le logiciel libre. Il s'agit d'un très grand enjeu, industriel, national et de société » a expliqué François Bayrou, « il y a de grandes interrogations sur le texte du gouvernement à ce sujet ». (...)(03/03/06)"

Par Françoise de Panafieu députée, secrétaire nationale aux questions culturelles à l'UMP, Dominique Richard député UMP, porte-parole sur le projet de loi et Laurent Wauquiez député UMP. Libération, le 3 mars 2006
[modifier]

http://www.u-m-p.org/site/TribunesAffiche.php?IdActualite=1044

"Autrement dit, il faut garder l'espace des logiciels libres. C'est une priorité économique pour la France où l'industrie du logiciel libre est importante alors que nous manquons cruellement d'un Windows gaulois, patriotisme économique oblige. Il faut donc éviter toute forme de trust larvé ; en matière informatique, big brother n'est jamais loin. Mais c'est aussi une garantie en termes de diversité culturelle. (...)"

Nicolas Sarkozy, président de l'Union pour un Mouvement Populaire, Mardi 24 janvier 2006 - Théâtre du Palais-Royal
[modifier]

http://www.u-m-p.org/site/GrandDiscoursAffiche.php?IdGrandDiscours=166

"(...)concerne également Internet avec deux priorités : ne pas perdre la main en matière technologique, pour que notre dépendance technologique ne creuse pas le sillon de notre dépendance culturelle. C'est l'enjeu de l'interopérabilité entre les supports, les matériels et les environnements informatiques, en particulier le logiciel libre dans lequel notre pays excelle. Il faut engager au niveau communautaire une politique industrielle permettant de développer les outils nécessaires à notre indépendance technologique en matière informatique et veiller à la correcte application du droit de la concurrence en la matière ; (...)"

Michel Delebarre, député-maire de Dunkerque, courrier-réponse daté du 28 mars 2005
[modifier]

"(...)L'exemple des logiciels libres est à cet égard particulièrement frappant. Le soutien du gouvernement au dispositif DRM (Digital Rights management), encore appelé MTP (Mesures techniques de protection), ne manquera pas de conforter les positions dominantes de certains acteurs du secteur, notamment Microsoft et Apple.(...)" ReponseDelebarreOCR

Autour des débats sur la LEN ?[modifier]

Contexte : probablement autour de la discussion de la loi LEN sur l'économie numérique (01 Informatique n°1752 - 16 janvier 2004 p. 15 "Ils l'ont dit" )

La loi LEN : article de wikipedia

Nicole Fontaine, ministre déléguée à l'industrie, auprès du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie[modifier]

"Les logiciels libres ont connu un fort développement. Le système d'exploitation linux a conquis 25% du marché. Ce qui a conduit les fabricants de matériel et de logiciels à adopter une stratégie en conséquence. Le soutien aux logiciels libres se justifie pour plusieurs raisons : mutualisation et réutilisation, développement de l'économie française du logiciel, etc. L'administration française utilise déjà des logiciels libres, et mon ministère mène des actions de soutien. Dans les appels d'offres publics, le principe de neutralité entre logiciels libres et logiciels propriétaires est appliqué."

Jean Dionis du Séjour, député, rapporteur de la Commission des affaire économiques, de l'environnement et du territoire[modifier]

"Ce plaidoyer de la ministre pour les logiciels libres m'a bouleversé. Plus généralement, s'agissant des logiciels libres et de l'interopérabilité des systèmes, il faut poser cinq principes fondateurs : engagement permanent en faveur de cette interopérabilité, enjeu majeur pour notre économie; normalisation internationale préalable à l'adoption de textes nationaux; rappel que l'interopérabilité ne signifie pas la gratuité de l'acte intellectuel de production d'un logiciel; enfin, respect du libre choix des acteurs économiques, en particulier des collectivités locales."

Divers[modifier]

Jean-Pierre Brard[modifier]

« Nous nous sommes élevés contre les absurdités techniques qu'impliquent la sécurisation des lignes et le dédain pour le logiciel libre : comment un simple citoyen réussirait-il là où les professionnels ont échoué ? »

Jean-Pierre Brard — Député de Seine-Saint-Denis Gauche démocrate et républicaine (GDR), à propos de la loi HADOPI (Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet). Première séance du jeudi 9 avril 2009.

Martine Billard[modifier]

« Vous introduisez une labellisation des logiciels de sécurisation qui provoque, de fait, une discrimination à l’encontre du logiciel libre. Ces logiciels, qui devront être installés sur les ordinateurs de tout un chacun, seront, semble-t-il, constamment en liaison avec les fournisseurs d’accès à Internet et ne pourront pas être désactivés sans que la HADOPI en soit immédiatement informée.

Vous créez ainsi le mouchard universel et obligatoire, ce qu’aucun pays n’a osé faire. »

Martine Billard — députée de la première circonscription de Paris (GDR), à propos de la loi HADOPI. Première séance du jeudi 9 avril 2009.

Michel Sapin[modifier]

« Les deux exigences de la deuxième étape de l'administration électronique sont donc l'interopérabilité et la transparence. Ce sont justement les deux points forts des logiciels libres. Je ne crois donc pas courir beaucoup de risques de me tromper en prédisant que ces derniers joueront dans les années qui viennent un rôle essentiel au développement de l'administration électronique. »

Michel Sapin — Ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'État. Ouverture de la deuxième journée du logiciel libre dans l'administration, le 15 novembre 2001.

Renaud Dutreil[modifier]

« Et je crois que pour le développement de l'administration en ligne, les logiciels libres représentent une opportunité et un enjeu formidable. [...] Les technologies ouvertes sont pour nous une opportunité pour garantir cette interopérabilité, tout en préservant l'autonomie à laquelle les administrations sont naturellement attachées pour leurs choix stratégiques et techniques. »

Renaud Dutreil — Ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'État. Les « Trophées du Libre », à Soissons, le 26 mai 2005.

Nokia Research Center[modifier]

« Nokia reconnaît la valeur de la création de logiciel libre en collaboration avec d'autres. Un certain nombre de nos développeurs sont directement impliqués dans la création, l'amélioration, les essais, l'utilisation, et le support de logiciels libres. Actuellement, Nokia héberge, contribue à, et/ou commandite de multiples projets et initiatives libres. »

Nokia Research Center — http://www.opensource.nokia.com

Michel Vauzelle[modifier]

« La Région est pour sa part de plus en plus active sur le sujet des logiciels libres [...] Et je souhaite continuer à favoriser les initiatives qui permettent de développer l'usage des logiciels libres dans les établissements, comme une contribution au respect de la propriété intellectuelle, mais également comme une éducation à la valeur des échanges non commerciaux et des aventures collectives. »

Michel Vauzelle — Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Inauguration du réseau informatique du Lycée Général et Technologique Louis Pasquet en Arles — Académie d'Aix-Marseille, le 10 juin 2004.

Général Brachet[modifier]

« Le logiciel libre est un gage d'indépendance et de pérennité lié à la fois à l'esprit des communautés et à l'offre de services qui se structure aujourd'hui autour de ces logiciels (SSLL, SSII, industriels...). »

Général Brachet — Gendarmerie Nationale. Interview Linux Pratique n\up o 33 — janvier-février 2005.

Thierry Carcenac[modifier]

« Parce que personne ne les contrôle, ni ne tire d'avantage financier direct à leur utilisation, ces logiciels respectent particulièrement bien les standards de l'internet tels que définis par l'IETF et le W3C. Par ailleurs, le caractère coopératif du développement permet des tests très nombreux et assure ainsi de la robustesse des logiciels produits. »

Thierry Carcenac — Député et Président du Conseil général du Tarn. « Pour une administration électronique citoyenne », Rapport sur la modernisation de l'Administration électronique, remis au Premier ministre, le 19 avril 2001.

Michel Charasse[modifier]

"N'en déplaise aux intégristes du logiciel libre et aux associations de consommateurs, ce n'est pas en violant le droit de propriété, base du droit français et du droit européen, que nous défendrons notre place ni dans l'univers de la culture ni dans celui du numérique.

La position du Sénateur Socialiste Charasse lors du débat sur la loi DADVSI : http://ameli.senat.fr/amendements/2005-2006/269/Amdt_73.html

Jean Dionis du Séjour[modifier]

http://www.udf.org/discours/dionis_210306.html

"(...)car le logiciel libre est une voie d'avenir, un moteur de croissance. Il est, à côté du logiciel propriétaire, l'autre modèle économique de développement de l'industrie du logiciel et il est heureux, pour l'économie comme pour la société, que ces deux modèles coexistent."

Jean Dionis du Séjour, député : Explication de vote au nom du groupe UDF Assemblée nationale - 21.03.06 (seul le prononcé fait foi) http://www.udf.org/discours/dionis_210306.html

"Ce plaidoyer de la ministre pour les logiciels libres m'a bouleversé. Plus généralement, s'agissant des logiciels libres et de l'interopérabilité des systèmes, il faut poser cinq principes fondateurs : engagement permanent en faveur de cette interopérabilité, enjeu majeur pour notre économie; normalisation internationale préalable à l'adoption de textes nationaux; rappel que l'interopérabilité ne signifie pas la gratuité de l'acte intellectuel de production d'un logiciel; enfin, respect du libre choix des acteurs économiques, en particulier des collectivités locales."

Jean Dionis du Séjour, député, rapporteur de la Commission des affaire économiques, de l'environnement et du territoire

Contexte : probablement autour de la discussion de la loi LEN sur l'économie numérique (01 Informatique n°1752 - 16 janvier 2004 p. 15 "Ils l'ont dit" )

François Bayrou[modifier]

"Est-ce que cela (DADVSI) met en cause quelque chose qui est tout à fait formidable et positif pour l'avenir qui s'appelle le logiciel libre ?"

François Bayrou, député, Président de l'UDF, sur France 2 le 9 mars 2006

http://www.linuxfr.org/~~akauffmann/21123.html http://www.framasoft.net/article336.html http://question-ouverte.france2.fr/

Projet de loi relatif au droit d'auteur et aux droits voisins dans la société de l'information François Bayrou va défendre le logiciel libre et le droit à la copie privée La discussion du projet de loi sur les droits d'auteur sur Internet reprend à l'Assemblée à partir du 7 mars prochain. « Je serai dans l'hémicycle pour défendre le logiciel libre. Il s'agit d'un très grand enjeu, industriel, national et de société » a expliqué François Bayrou, « il y a de grandes interrogations sur le texte du gouvernement à ce sujet ». (...)(03/03/06)"

François Bayrou, député, Président de l'UDF, : Extrait du papier de l'AFP, tombé à 15h18 http://linuxfr.org/~~Zorro/21015.html (et resté en première page du site http://www.udf.org pendant le mois de mars)

Françoise de Panafieu[modifier]

"Autrement dit, il faut garder l'espace des logiciels libres. C'est une priorité économique pour la France où l'industrie du logiciel libre est importante alors que nous manquons cruellement d'un Windows gaulois, patriotisme économique oblige. Il faut donc éviter toute forme de trust larvé ; en matière informatique, big brother n'est jamais loin. Mais c'est aussi une garantie en termes de diversité culturelle. (...)"

Françoise de Panafieu députée, secrétaire nationale aux questions culturelles à l'UMP, Dominique Richard député UMP, porte-parole sur le projet de loi et Laurent Wauquiez député UMP. Libération, le 3 mars 2006 http://www.u-m-p.org/site/TribunesAffiche.php?IdActualite=1044

Nicolas Sarkozy[modifier]

"(...)concerne également Internet avec deux priorités : ne pas perdre la main en matière technologique, pour que notre dépendance technologique ne creuse pas le sillon de notre dépendance culturelle. C'est l'enjeu de l'interopérabilité entre les supports, les matériels et les environnements informatiques, en particulier le logiciel libre dans lequel notre pays excelle. Il faut engager au niveau communautaire une politique industrielle permettant de développer les outils nécessaires à notre indépendance technologique en matière informatique et veiller à la correcte application du droit de la concurrence en la matière ; (...)"

Nicolas Sarkozy, président de l'Union pour un Mouvement Populaire, Mardi 24 janvier 2006 - Théâtre du Palais-Royal http://www.u-m-p.org/site/GrandDiscoursAffiche.php?IdGrandDiscours=166

Michel Delebarre[modifier]

"(...)L'exemple des logiciels libres est à cet égard particulièrement frappant. Le soutien du gouvernement au dispositif DRM (Digital Rights management), encore appelé MTP (Mesures techniques de protection), ne manquera pas de conforter les positions dominantes de certains acteurs du secteur, notamment Microsoft et Apple.(...)" ReponseDelebarreOCR

Michel Delebarre, député-maire de Dunkerque, courrier-réponse daté du 28 mars 2005

Nicole Fontaine[modifier]

"Les logiciels libres ont connu un fort développement. Le système d'exploitation linux a conquis 25% du marché. Ce qui a conduit les fabricants de matériel et de logiciels à adopter une stratégie en conséquence. Le soutien aux logiciels libres se justifie pour plusieurs raisons : mutualisation et réutilisation, développement de l'économie française du logiciel, etc. L'administration française utilise déjà des logiciels libres, et mon ministère mène des actions de soutien. Dans les appels d'offres publics, le principe de neutralité entre logiciels libres et logiciels propriétaires est appliqué."

Nicole Fontaine, ministre déléguée à l'industrie, auprès du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie

Contexte : probablement autour de la discussion de la loi LEN sur l'économie numérique (01 Informatique n°1752 - 16 janvier 2004 p. 15 "Ils l'ont dit" )


Patrice Bertrand[modifier]

"L'open source forme le socle et la matière première de l'informatique moderne."

Patrice Bertrand – Président du Conseil National du Logiciel Libre - Source : www.cnll.fr/static/pdf/panorama-open-source-2013-CNLL.pdf‎