News education juin 2011

De April MediaWiki

| Education | News dans l'Education | News education juin 2011

Sommaire

Gouvernance

Appel à candidatures : Recrutement d'un inspecteur général spécialité : informatique et sciences du numérique[modifier]

Bulletin officiel n°24 du 16 juin 2011

Le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, conformément aux dispositions des articles 7, 8 et 9 du décret n° 89-833 du 9 novembre 1989 modifié relatif au statut particulier des inspecteurs généraux de l'Éducation nationale, recrute huit inspecteurs généraux de l'Éducation nationale pour les profils suivants :

  • Profil n° 1 : éducation physique et sportive
  • Profil n° 2 : enseignement primaire
  • Profils n° 3 et 4 : établissements et vie scolaire
  • Profil n° 5 : langues vivantes : anglais
  • Profil n° 6 : lettres
  • Profil n° 7 : spécialité : sciences du vivant et biotechnologies
  • Profil n° 8 : spécialité : informatique et sciences du numérique

Les inspecteurs généraux recrutés sur les profils 7 et 8 seront rattachés à l'un des groupes disciplinaires scientifiques de l'inspection générale aux activités duquel ils contribueront au-delà de la spécialité indiquée.

Réf : http://www.education.gouv.fr/cid56534/meni1100254v.html

Dispositifs d'évaluation des usages des ENT[modifier]

Educnet, 29 juin 2011

Pour décrire le dispositif permettant l’évaluation des usages des ENT sur l’ensemble des 30 académies, le ministère a mené une étude ("EVALuENT" pour "dispositif d’évaluation des usages des ENT") sur l’année scolaire 2010-2011.

Finalité

Le projet EVALuENT a consisté en la description des principes et outils permettant l’évaluation des usages des ENT sur l’ensemble des 30 académies : - Evaluation à des fins d’observation et de diagnostic ; - Evaluation à des fins d’action et d’appui aux acteurs des projets.

Il s’inscrit dans un contexte de déploiement des ENT aux établissements du second degré, et de disparités entre les projets (notamment quant à leur périmètre de déploiement, et à leur calendrier).

Objectifs

Le dispositif EVALuENT  :

  • décrit les principes et critères d’évaluation communs permettant de guider les choix d’outils pour les porteurs de projet ENT (EVALuENT - document principal, à télécharger ci-dessous) ;
  • fournit un apport en ingénierie en décrivant les outils types, dont la combinaison est nécessaire pour une approche des usages des ENT (EVALuENT - annexe 1, à télécharger ci-dessous) ;
  • fournit une base de questions qui pourront être exploitées pour des outils de proximité, ainsi que des questions «communes» pour production d’indicateurs au niveau national (annexe 2, à paraître).

Documents

Les documents composant le cadre d’évaluation des usages des ENT (EVALuENT) sont les suivants :

EVALuENT – Document principal : Description du dispositif EVALuENT : cadres conceptuel et opérationnel, liste des critères d’évaluation, méthodologie pour la mise en œuvre opérationnelle des outils d’évaluation
EVALuENT – Annexe 1 – Description des outils existants : Description des différents types d’outils d’évaluation des ENT identifiés dans le cadre de l’étude de l’existant
► EVALuENT – Annexe 2 – Banque de questions : Liste de questions et d’indicateurs associés aux différents critères d’évaluation retenus et présentés dans le document principal.
L’annexe 2 est en cours de finalisation (publication prévue à la rentrée 2011)

Réf : http://www.educnet.education.fr/services/ent/scolaire/usag/eval-us/pres-disp-us/?searchterm=evaluent

Soutien à la production de ressources numériques : résultats de la commission multimédia du 15 juin 2011[modifier]

Educnet le 22 juin 2011

Le 15 juin 2011, la commission multimédia a publié une liste de quatre nouveaux produits autorisés à porter la marque « Reconnu d’intérêt pédagogique » et a émis un avis favorable au soutien de trois projets. Liste des nouveaux produits RIP

  • «Intégrale de Gestion Ciel Quantum Enseignement» édité par Sage activité Ciel (économie et gestion)
  • «Justimémo» édité par le ministère de la Justice et des Libertés, département de l'information et de la communication (histoire-géographie)
  • «Scilab et son module Lycée» édité par le consortium Scilab FCS Campus Paris Saclay / Digiteo (mathématiques)
  • «Clim'Way» édité par Cap sciences (sciences de la vie et de la Terre)

Soutien à projets

La commission multimédia a émis un avis favorable au soutien des trois projets suivants :

  • «Assistance à l'inclusion scolaire des élèves autistes», association Fédération Autisme Vie entière
  • «Animéco 1ère», Baudet et Terver applications
  • «Techno ITS 3D» de l'université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), sous réserve des négociations à mener avec l'éditeur


Date de publication : 22/06/2011 00:00

Réf : http://www.educnet.education.fr/contenus/dispositifs/cmm/result-cm-2011/result-15-06-2011

Enseignement primaire et secondaire[modifier]

Intertice Logiciels libres[modifier]

D'après Tice.ac-versailles, le 1er juin 2011

La journée Intertice Logiciels Libres s'est déroulée de 15h à 21h, au CRDP de Marly-le-Roi (78), 2 rue Pierre Bourdan. Une sélection d’ateliers pratiques a permis de présenter l’offre pédagogique existante en logiciels libres.

Pour les langues et les lettres :

Outils généralistes et documentaires :

Des outils pour la vie de l’établissement

Des outils technologiques et scientifiques :

En parallèle, s'est déroulée une « install party » pour une installation GNU/Linux

Réf : http://www.tice.ac-versailles.fr/logicielslibres/

La robotique et le libre[modifier]

La robotique et le libre présentation de quelques logiciels et matériels libres[modifier]

D'apès un message publié sur <educ@april.org>, le 14/06/2010

Quelle est la situation de la robotique amateur en terme de logiciels libres ? Et la position de Pobot ?

  • Les logiciels libres
  • Le matériel libre

Réf : http://www.pobot.org/La-robotique-et-le-libre.html

POB sous Ubuntu[modifier]

POB, un robot pour apprendre la robotique à la maison[modifier]

Publié le 29/06/2011, par Stéphanie Chaptal, Compagnon-parfait, le 29/06/2011

Avec le robot POB , la Fnac propose un robot très facile à programmer (sous Linux, Mac OS X ou Windows) et pilotable en Wi-Fi à partir de son iPhone. Très ludique, ce robot permet de maitriser les bases de la programmation quelque soit son niveau de départ en informatique. Seul souci ? Son prix de près de 350 euros est encore assez élevé.
Réf : http://www.compagnon-parfait.fr/pob-un-robot-pour-apprendre-la-robotique-la-maison-art-3589-1.html

POB-Technology POB Robotics Suite pour iPhone, iPod Touch, iPad, PC, Mac & Linux[modifier]

Source : Fnac.com

Robot WiFi personnalisable à monter, programmer et piloter via iPhone (iOS 3.2 et supérieur), iPod Touch (iOS 3.2 et supérieur), iPad (iOS 3.2 et supérieur), Windows (XP et supérieur), Mac OS X (10.5 et supérieur) et Linux (Ubuntu 9.10 et supérieur) - Permet de débuter en robotique et d'aborder trois technologies différentes (mécanique/électronique/programmation) conçues pour une prise en main rapide de l'ensemble.

Site de POB Robotics : http://www.pob-technology.com/

Réf : http://www.fnac.com/POB-Technology-POB-Robotics-Suite-pour-iPhone-iPod-Touch-iPad-PC-Mac-et-Linux/a3494698/w-4

Fichiers Base élèves et Livret personnel de compétences[modifier]

Badger-ta-presence.jpg

Source :http://www.flickr.com/photos/jblndl/259599284/
Licence CC BY-SA 2.0


Appel du CNRBE aux élus locaux et nationaux : suivez l’exemple de l’Assemblée de Corse[modifier]

Publié par retraitbaseeleves le 9 juin 2011

Courrier envoyé ce jour par
le CNRBE aux élus nationaux et territoriaux.

Le 27 mai, l’Assemblée de Corse a voté à l’unanimité une motion refusant à la fois Base Elèves (BE1D), la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE) et le Livret Personnel de Compétences (LPC), et apportant son soutien à tous les enseignants qui refusent le fichage des enfants (cf document original).

Les traitements de données à caractère personnel se sont multipliés ces dernières années dans l’Education nationale, créant des systèmes de gestion informatisée et automatisée de l’orientation et des compétences des élèves. La liste des applications mises en oeuvre semble s’allonger chaque jour (BE1D, BNIE, LPC, Sconet, Affelnet (6, 3, 1° et post BEP), Admission post-bac (APB), Notanet, Insertion dans la Vie Active (IVA), École ouverte, fichier des décrocheurs, fichier de l’absentéisme… et on en passe).

Ce fichage des enfants, opaque pour les élus des territoires, votre école ne vous en montre qu’une infime partie, en apparence inoffensive. Pourtant un numéro identifiant unique (INE) est attribué à chaque élève et est centralisé au niveau national. Cette traçabilité, exhaustive à terme, de toute la population, met en danger les libertés individuelles, porte atteinte aux droits de l’enfant et ne respecte pas le droit à la vie privée.

Une gestion purement comptable ne peut justifier l’augmentation du contrôle permanent et intrusif qui s’exerce sur la population.

A l’ère du tout numérique et des grandes réflexions sur l’Internet, l’Etat doit être vigilant sur les dangers liés au fichage et aux bases de données et ainsi donner l’exemple, afin de préserver les libertés de chacun. En outre, en matière de données relatives aux enfants, il se doit d’appliquer les recommandations du Comité International des Droits de l’Enfant de l’ONU, qui a demandé à la France en juin 2009 que « seules des données anonymes soient entrées dans des bases de données et que l’utilisation des données collectées soit régulée par la loi, de manière à en prévenir un usage abusif.»

Le Collectif National de Résistance à Base Elèves (CNRBE), qui regroupe parents d’élèves, enseignants, collectifs locaux, avocats … en lutte depuis de longues années contre le fichage des enfants, se réjouit de cette décision unanime de l’Assemblée de Corse et invite tous les élus des assemblées nationales et territoriales à se saisir de cette motion et à débattre à leur tour de cette question qui concerne l’ensemble des citoyens.

Le CNRBE, le 8 juin 2011

Sources

Réf : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2011/06/09/appel-elus-locaux-nationaux-exemple-assemblee-de-corse/


Yvelines : Quand Base élève est l’objet d’un obscur chantage à la fermeture d’une classe[modifier]

Publié par JoëlMartin sur Mediapart le 10 juin 2011

Gif-sur-Yvette, coquette cité de l'Essonne peuplée en partie de chercheurs bobos, de cadres en cravate et autres têtes d'oeuf plus ou moins pleines de neurones avisés. Ils ont quand même le temps de faire des enfants qui peuplent les écoles locales de façon variable d'une année à l'autre au gré des migrations.

Ainsi, pour la rentrée 2011, l'école élémentaire du Centre de Gif voit passer ses effectifs de 222 répartis sur neuf classes à 194. D'où l'inéluctable suppression d'une classe. Jusque là, rien à dire. On reste à un peu plus de 24 élèves par classe en moyenne.

Mais les parents d'élèves de cette école sont des trublions. La moitié d'entre eux s'opposent à ce que des renseignements confidentiels concernant leurs enfants soient saisis dans le fichier informatique national "Base-élèves" pour toutes sortes de raisons éthiques et philosophiques mais surtout parce que ce fichier est insuffisamment sécurisé, comme l'a montré une fuite récente à Sartrouville (http://www.sundep.org/spip.php?breve93.).

La suite sur : http://blogs.mediapart.fr/blog/joelmartin/100611/la-dictature-de-base-eleves

Le Conseil de Paris adopte un vœu sur le fichier Base élèves[modifier]

Publié par retraitbaseeleves le 23 juin 2011

Le Conseil de Paris a adopté le 20 juin en séance plénière, un vœu présenté par les élus Europe Écologie Les Verts « relatif à l’application Base-élèves dans les écoles du 1er degré ».

Le collectif parisien du CNRBE prend acte de la responsabilité prise par tous les élus ayant adopté ce vœu, tout en souhaitant davantage d’engagements de la Mairie de Paris.

L’ensemble du texte rappelle en effet d’importants points déjà relevés par le CNRBE, comme les conditions « d’opacité surprenantes »dans lesquelles la BNIE, Base nationale des identifiants élèves, a été créée par le ministère de l’Éducation nationale (MEN), les récents problèmes de sécurisation des données découvertes dans les Yvelines, les arrêts du Conseil d’État de juillet 2010 et les milliers de plaintes de parents d’élèves qui refusent que les données de leurs enfants sortent des établissements scolaires sans nécessité incontournable ni garantie suffisante quant à leur confidentialité, et les multiples menaces de contrôle social que cela fait peser.

Dans son vœu, la Mairie de Paris demande, entre autres, au Rectorat de Paris de « signifier à l’ensemble des utilisateurs du système Base Élèves de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que la collecte, le stockage et l’utilisation de données personnelles sensibles restent confidentiels ». Les services de la Mairie vont devoir mieux expliquer aux parents les liens exacts qui existent entre le fichier académique BE1D (généralisé au niveau national par le MEN) et le fichier municipal GEPI (Gestion des élèves, du périscolaire et des inscriptions), utilisé dans toutes les écoles du premier degré, fichier géré et renseigné, à partir des mairies d’arrondissement, par la Direction des affaires scolaires (DASCO) de la mairie de Paris. Précisons en outre qu’à nos yeux, « l’ensemble des utilisateurs » devrait être étendue à tous les utilisateurs, y compris ceux de la Mairie qui manipulent aussi des données du même type.

Réf : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/paris/

Le Conseil Régional PACA se prononce contre les fichiers scolaires[modifier]

Mediapart le 30 Juin 2011, par netmamou

Lors de sa Séance Plénière du 24 juin 2011, le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur a adopté un vœu contre le fichage numérique des scolaires déposé par le groupe Front de Gauche, soutenu par les groupes Socialiste, Radical et Républicain et Europe Ecologie, les Verts, Partit Occitan

Le Conseil Régional PACA affirme que « construire un grand service public d'éducation efficace nécessite des enseignants formés, des moyens financiers et matériels, et non des systèmes informatiques permettant un pilotage automatisé et un contrôle individualisé des élèves » et s'engage « à apporter son soutien aux personnels des premier et second degrés qui se verraient sanctionnés du fait de leur refus de renseigner des bases contenant des données personnelles ». Il ne fait aucune concession à l'Etat, ni au ministère de l'Education nationale et leur demande solennellement :

  • de se conformer aux observations du Comité des droits de l'enfant de l'ONU du 12 juin 2009, qui « recommande en outre que seules des données anonymes soient entrées dans des bases de données et que l'utilisation des données collectées soit régulée par la loi de manière à en prévenir un usage abusif », en renonçant à l'immatriculation des enfants (BNIE/RNIE) et à l'utilisation des bases de données personnelles en service au primaire (BE1D) et au secondaire (SCONET), ainsi qu'à la conservation numérique des parcours scolaires (LPC), et aux procédures automatiques d'orientation (Affelnet 6°, Affelnet 3°, Admission Post-bac).
  • d'organiser une remise à plat de tout le système informatique de l'Education nationale, en consultant les élus et les parents d'élèves, les syndicats et les enseignants, la CNIL et les défenseurs des droits de l'homme, afin de permettre un vrai débat sur l'utilisation des technologies numériques dans le service public d'éducation.
  • de lever toutes les sanctions à l'encontre des directeurs d'école qui ont refusé d'enregistrer des enfants dans BE1D, que ce soit pour s'opposer à ce fichage illégal ou respecter la volonté des parents, et d'appliquer le droit d'opposition rendu aux parents par l'arrêt du Conseil d'état du 19 juillet 2010.

La suite sur : http://blogs.mediapart.fr/blog/netmamou/300611/la-region-paca-se-prononce-contre-les-fichiers-scolaires

Communiqué de presse de l'APSES du 21 juin 2011: SESâme: un manuel numérique pour contourner le très contesté programme de SES de 1ère[modifier]

Sources : liste de diffusion du SGL -Syndicat Général des Lycéens- <diffusion-sgl@googlegroups.com>, et site web de l'APSES (Association des professeurs de sciences économiques et sociales), le 21 juin 2011

Alors que le nouveau programme de Sciences Économiques et Sociales de première, contesté par 2.500 enseignants de SES sur 5000 environ et par 11 associations d’universitaires représentatives de la communauté scientifique en sciences sociales, doit entrer en application en septembre, l’APSES appelle à expérimenter dès septembre prochain le programme de contournement que viennent d’adopter les enseignants de SES réunis lors de son Assemblée Générale ce week-end.

Tout en visant à préparer au mieux les élèves au baccalauréat, ce programme de contournement luttera contre les défauts du programme officiel en évitant l’encyclopédisme, en partant de questions de société qui feront sens pour les élèves, en introduisant davantage de pluralisme, et en permettant de faire dialoguer les sciences sociales entre-elles plutôt que de cloisonner l’économie et la sociologie.

Pour faire vivre ce programme de contournement dans les classes, l’APSES lancera, dès la rentrée, SESâme, un manuel de contournement en ligne, sous forme d’un site web accessible gratuitement à tous publics.

L’APSES rappelle qu’elle continuera à porter auprès du Ministère ses demandes de réécriture de l’ensemble des programmes de SES du cycle terminal, un moratoire sur la rénovation des épreuves du baccalauréat et la mise en place d’une véritable concertation avec les enseignants. Après le vote négatif du Conseil Supérieur de l’Education sur les programmes de terminale, il est plus que temps que le Ministère comprenne la détermination des enseignants à défendre les principes qui ont fait le succès de leur discipline auprès de leurs élèves depuis plus de 40 ans.

Contacts :

  • Marjorie Galy – Présidente -marjorie.galy@wanadoo.fr
  • Erwan Le Nader - Vice-président - erwan.le.nader@gmail.com
  • Patricia Morini - co-secrétaire générale - patricia.morini@laposte.net
  • Kevin Hédé - co-secrétaire général - kevin.hede@gmail.com

Réf : http://www.apses.org/initiatives-actions/communiques-et-courriers/article/communique-de-presse-de-l-apses-du-3251

Autres liens :

S.E.S. : M. Galy (Apses) : "Les procédures actuelles de confection des programmes sont archaïques"
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/01/2401_MGaly.aspx

A la Une : L'Apses annonce "Sésame", un manuel numérique anti-réforme
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/schumaines/ses/Pages/2011/124_1.aspx

Seconde : L'Apses ne désarme pas contre l'enseignement d'exploration
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/schumaines/ses/Pages/2011/124_3.aspx

L'APSES avec des universitaires lance l'Appel de Vitruve
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/schumaines/ses/Pages/2011/120_2.aspx

A propos de SESâme, interwiew du Café pédagogique
http://www.apses.org/debats-enjeux/ses-et-serie-es-dans-les-media/article/nouvel-article-3255

Programme de contournement de l'APSES
http://www.apses.org/IMG/pdf/Programme_de_contournement_adopte_en_AG.pdf

Enseignement supérieur

Sortie de MarkUs 0.10.0[modifier]

Posté par Benjamin Vialle (page perso, jabber id) le 27/06/11 sur Linux.fr, Licence CC by-sa

MarkUs est une application Web destinée à simplifier la tâche de correction du code rendu par les étudiants dans le cadre de travaux pratiques ou projets d’informatique.

La version 0.10.0 est sortie il y a quelques jours. Nous en profitons pour faire découvrir cette application.

MarkUs confère la même facilité et souplesse de correction que l’on a avec un papier et un crayon. Il permet aussi aux responsables d’enseignement et aux étudiants de former des groupes de travail, et de travailler sur des projets en utilisant un système de gestion de version (en l’occurrence SVN) par ligne de commande, ou via l’application Web (qui permet d’ajouter, de remplacer, ou de supprimer des fichiers très simplement).

MarkUs est sous [licence MIT licence MIT]. Il a été codé avec le [framework Ruby on Rails framework Ruby on Rails], que l’on ne présente plus.

Vous pouvez l’essayer via la version en démonstration sur le site officiel.

Initié parKaren Reid, Senior Lecturer à l’Université de Toronto (Canada), le développement de MarkUs s’est appuyé sur la contribution d’étudiants qui ont, pour beaucoup, continué à participer au projet au‐delà de leur diplôme. Aujourd’hui, MarkUs est utilisé dans 3 universités canadiennes (depuis 2009) et dans une grande école française, l’École centrale de Nantes (depuis 2010). L’École Centrale de Nantes encadre des étudiants de la filière informatique pour aider au développement de MarkUs.

Dans le cadre des RMLL, deux soumissions de conférences ont été envoyées de la part de l’École Centrale de Nantes.

Liste non exhaustive des fonctionnalités de MarkUs :

  • possibilité d’annoter le code, les images et les documents PDF (dans la limite de 30 pages) soumis par les étudiants, via un simple navigateur Web ;
  • « versionnement » des documents déposés par les étudiants via SVN, en ligne de commande ou via l’interface Web ;
  • gestion automatisée et configurable (délai de grâce, pénalités, etc.) des travaux déposés hors‐délais par les étudiants ;
  • gestion des rôles : responsable d’enseignement / chargé de TD / étudiant ;
  • importation et exportation des utilisateurs via CSV, YAML ;
  • prise en charge de plusieurs séries de TP et / ou de projets (en général, il est recommandé d’utiliser une instance de MarkUs par matière).

Réf : http://linuxfr.org/news/sortie-de-markus%C2%A00100


Solar Sinter : sable et soleil au service de l'impression 3D[modifier]

Clubic.com, le 27 juin 2011

Fruit de l'imagination de Markus Kayser, un étudiant du Royal College of Art, le Solar Sinter permet de créer des objets en 3D en plein désert en exploitant deux choses : le soleil et le sable.

Dans le fonctionnement de cette imprimante 3D pas comme les autres, le soleil permet de faire fonctionner la mécanique, mais également de chauffer le sable qui, de son côté, sert de matière première.

L'appareil se compose ainsi de panneaux photovoltaïques, d'un capteur solaire assurant une orientation optimale, ou encore d'une lentille de Fresnel destinée à concentrer la lumière de sorte à transformer le sable en une forme de verre. Le tout est combiné au logiciel open source ReplicatorG qui permet de déterminer la forme de l'objet à créer.

Voir la vidéo : http://vimeo.com/25401444

Réf : http://www.clubic.com/technologies-d-avenir/actualite-431124-solar-sinter-sable-soleil-service-impression-3d.html

Régions

Languedoc-Roussillon LoRdi gratuit pour les lycéens : c’est officialisé[modifier]

Source : Midi Libre, date de publication : vendredi 29 juin 2011
Les secondes des lycées publics et privés du Languedoc-Roussillon l’auront dès septembre : le cartable contiendra LoRdi, qui comme son nom l’indique, est un ordinateur portable, financé intégralement par la Région, donc gratuit pour ses jeunes utilisateurs.

Hier, le président Christian Bourquin et le recteur de l’académie de Montpellier, Christian Philip, ont officialisé le lancement du dispositif. D’un coût de 15 M€, l’outil contente 32 000 jeunes, et s’inscrit dans l’opération Environnement numérique de travail (ENT), plate-forme d’échanges destinée aux membres de la communauté éducative et leurs interlocuteurs. Publicité

L’appel d’offres passé pour le matériel est contesté par une des entreprises qui y avait répondu et n’a pas été choisie. Le tribunal administratif examine son recours ce vendredi.
Réf : http://www.midilibre.fr/2011/06/28/lordi-gratuit-pour-les-lyceens-c-est-officialise,345264.php

Ressources libres, Manuels, Libres numériques[modifier]

Rms st etienne 2008.jpg

Cette photo a été prise le 27 novembre 2008 à Saint-Étienne, Rhône-Alpes, France, avec un Canon EOS-1D Mark II
Licence : CC BY-SA 2.0
http://www.flickr.com/photos/nicolasrolland/3063011729/

Le danger des ebooks[modifier]

Source ZDnet, Publié le mercredi 29 juin 2011

« À une époque où le business domine nos gouvernements et dicte nos lois, chaque avancée technologique fournit aux entreprises le moyen d’imposer de nouvelles restrictions au public », ainsi débutent les réflexions de Richard Stallman, pape et gourou du logiciel libre, dans un de ses articles intitulé « The danger of ebooks ». Il y est question de libertés comparées entre ouvrages papier et livres numériques.


Stallman est catégorique, il faut proscrire l’ebook et son cortège de DRM tant que ceux-ci ne respectent pas notre liberté. Parmi ses arguments, le livre traditionnel est un produit que l’on peut se procurer anonymement, qui vous appartient sans nécessiter de licence d’usage, que vous pouvez prêter, louer, donner et même numériser pour en faire une copie, alors que chez Amazon, nommément cité, l’indentification est obligatoire, l’ouvrage acheté n’est pas toujours détenu, le format reste propriétaire, le partage quasi impossible et la copie à oublier. Stallmann évoque aussi la possibilité pour Amazon de détruire à distance les ebooks qu’il vend en rappelant que le géant de la librairie en ligne avait déjà signé en 2009 la mort numérique de milliers de copies de 1984 de Georges Orwell.

Réf : http://www.zdnet.fr/blogs/doc-print/le-danger-des-ebooks-39762056.htm

Autres articles et interviews de Richard Stallman publiés en juin 2011, lors de son passage en France[modifier]

Richard Stallman : "L'utilisateur doit contrôler le programme, pas l'inverse"
Le Monde, 14.06.11
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/06/14/richard-stallman-l-utilisateur-doit-controler-le-programme-pas-l-inverse_1535920_651865.html

Film sous licence libre : «Debtocracy», le docu qui passionne les Grecs[modifier]

Libération - 28 juin 2011

C'est l'histoire d'un film à 8000 euros, sur une dette à 350 milliards. En Grèce, le documentaire «Debtocracy» est devenu un phénomène de société, depuis sa publication sur Internet, début avril. «Une semaine après sa sortie, 500.000 personnes l'avaient vu. Aujourd'hui, on atteint le million», raconte Aris Chatzistefanou, l'un des deux journalistes auteurs. Une propagation facilitée par le fait que le film est sous licence libre (CC BY-SA 3.0), exploitable, appropriable, diffusable par tous.

Des télés locales l'ont diffusé. Place Syntagma, à Athènes, mais aussi dans d'autres villes grecques, les «Indignés» organisent des projections. «On a des invitations tous les jours», rapporte Aris Chatzistefanou. A l'étranger même. D'autant que Debtocracy est maintenant sous-titré en six langues.

Réf : http://www.liberation.fr/economie/01012346036-debtocracy-le-docu-qui-indigne-les-grecs


Monde

Ressources libres : OPAL anime trois ateliers à Dublin[modifier]

Source : Unesco, date de publication : 17 juin 2011

Open Educational Quality Initiative (OPAL), un partenaire européen guidé par l’UNESCO, jouera un rôle considérable lors la 20ème conférence annuelle de European Distance and E-Learning Network (EDEN) qui se tiendra à Trinity College, Dublin, Irlande, du 20 au 23 juin 2011.
Cette année, la Conférence portera sur la conceptualisation de la responsabilité collective et du développement durable dans le cadre de l’enseignement des ressources éducatives libres (REL).< L’atelier thématique d’OPAL lors de la Conférence EDEN 2011 aura pour objectif de présenter le concept de la pratique de l’enseignement des ressources éducatives libres aux acteurs institutionnels et de partager les meilleures pratiques de suivi et d’adoption dans chaque institution.

L’atelier est considéré comme faisant partie intégrante du plan de travail prévu pour OPAL et l’UNESCO y joue un rôle majeur.

Open Educational Quality Initiative (OPAL) organise trois ateliers promotionnel d’OPAL lors de la Conférence EDEN :

  • Un atelier thématique REL – lundi 20 juin
  • Une présentation OPAL – mardi 21 juin
  • L’Assemblée générale d’EDEN, un atelier OPAL post-conférence – jeudi 23 juin

L’UNESCO travaille sur le cadre de pratiques éducatives libres de l’OPAL et sur le développement d’un registre des organisations qui soutiennent l’utilisation des REL et d’un centre d’information sur les pratiques éducatives libres.

OPAL a pour mission de développer l’utilisation des ressources éducatives libres afin de promouvoir l’innovation de l’éducation.

Réf : http://www.midilibre.fr/2011/06/28/lordi-gratuit-pour-les-lyceens-c-est-officialise,345264.php

Des tablettes à 25€ sous Linux pour les étudiants indiens[modifier]

Publié dans IDBoox le 15/06/2011

L’Inde avait annoncé vouloir fournir des tablettes bon marché à ses étudiants. Le gouvernement indien est passé à l’acte. La tablette ne sera pas fabriquée dans le pays comme annoncée initialement mais en Chine. Impossible même pour l’Inde de concurrencer les coûts de production de l’empire du milieu.

Le gouvernement indien a passé une commande de 100 000 tablettes au constructeur Hivision. La société vend des tablettes sans marque à d’autres compagnies. Elle a, par exemple, conçu le lecteur d’ebooks Augen. Les tablettes seront livrées à partir de fin juin en Inde. Le prix de la tablette sera de 50$ mais elle sera subventionnée à hauteur de 50% par le gouvernement.

Compte tenu des spécifications techniques, la tablette ne semble pas être bas de gamme. Elle est équipée d’un écran 7 pouces, de 2 ports USB, d’un disque dur de 32 GB, de 2GB de mémoire et d’une caméra pour faire de la vidéo conférence.

Par ailleurs, l’utilisation du système d’exploitation open source Linux constitue une autre source d’économie.

Références :

India to get national knowledge network soon[modifier]

Chhavi Garg, Hindustan Times June 29, 2011

In two years, a national knowledge network will come up and connect 31,000 colleges around the country and a student from any of these colleges would be able to pursue course from any other college, announced Kapil Sibal, union human resource development minister at CII Edu Summit 2011 organized here on Wednesday at CII (Northern Region), Headquarters.

Elaborating further, he said that the network would be followed in schools in some more years time. Every village would be connected through fiber optics in three years and wireless broadband would be accessible to every school. There would be 1,100 open source courses that anybody can persue free of cost, he said.

Réf : http://www.hindustantimes.com/India-to-get-national-knowledge-network-soon/Article1-715338.aspx