News education avril 2011

De April MediaWiki

| Education | News dans l'Education | News education avril 2011

Enseignement primaire et secondaire[modifier]

Compte rendu de la réunion SPECIF-EPI-ASTI Paris, campus de Jussieu Jeudi 7 avril 2011 (10-13h)[modifier]

Publié par Michel Briand <Michel.Briand@telecom-bretagne.eu> sur les listes "Groupes ITIC" <itic@epi.asso.fr> et "Groupes ITIC" <itic@epi.asso.fr> par Jean-Pierre Archambault le 13 avril 2011

Présents : Jean-Pierre Archambault, Jacques Baudé, Sylvie Desprès, Colin de la Higuera, Jean-Marc-Labat, Laure Petrucci, Jean-Pierre Peyrin. Ordre du jour: l'avenir du groupe ITIC-ASTI-EPI après la dissolution de l'ASTI, fin 2011

Le groupe ITIC, dont la création a été proposée par l’EPI à l’ASTI à la rentrée 2007, comprend actuellement 88 membres qui se répartissent sensiblement à égalité entre les membres du second degré (après fusion avec le groupe « Enseignement de l’Informatique » de l’EPI ) et les membres du supérieur.
http://www.epi.asso.fr/revue/editic/asti-itic-groupe.htm

Il est évident pour tous que ce groupe ne doit pas disparaître. Sa double composition (secondaire et supérieur) lui a permis - avec l'appui de personnalités du monde de l'informatique – d'obtenir un premier résultat important : la création à la rentrée 2012 d'un enseignement de spécialité « Informatique et sciences du numérique » en terminale S. Un changement de paradigme, pour l'enseignement général, depuis la disparition de l'option informatique des lycées en 1998.

Le contexte nouveau provient de la dissolution de l'ASTI qui doit intervenir d'ici le mois d'octobre 2011. On a de bonnes raisons de penser que la proposition émanant du groupe ITIC, réuni le 31 mars dernier, à savoir l'affiliation du groupe à SPECIF et à l'EPI, pourrait être la meilleure solution, SPECIF étant déjà engagée dans une démarche pour le développement de l'enseignement de l'informatique dans le secondaire.

Dans sa composition actuelle le groupe comprend une 20 aine de membres de l'EPI et 10 membres de SPECIF, ce qui lui confère une double crédibilité (Supérieur et Secondaire) lors des démarches à venir auprès des pouvoirs publics.

Il est rappelé que le préalable de l'adhésion à l'ASTI ou à une de ses associations n'a pas été exigé des participants du groupe ITIC. Il devrait en être de même pour le futur groupe ITIC-SPECIF-EPI.

Le double hébergement du futur groupe ITIC par SPECIF et par l'EPI se traduirait au niveau des sites des deux associations (c'est déjà le cas pour ce qui concerne le site EPI (voir « Dossier en cours » :
http://www.epi.asso.f r/blocnote/blocsom.htm

La liste Mélusine ( itic@melusine.eu.org ) qui permet la liaison efficace entre tous les membres du groupe ITIC pourrait continuer d'être gérée par l'EPI.

SPECIF a en projet la création d'un conseil scientifique dont l'EPI pourrait être membre au titre de « représentant de la société » Parmi les prochaines actions communes SPECIF-EPI figure la table ronde consacrée à l'introduction de l'enseignement de l'informatique en terminale S dans le cadre du printemps pédagogique (CNAM, 25 mai 2011)

-Jean-Pierre Archambault
Président de l'EPI
-Colin de la Higuera
Président de SPECIF
-Jean-Marc Labat
Président de l'ASTI

Paris, le 11 avril 2011

Compte-rendu de la 12e réunion du Groupe ITIC-ASTI-EPI Campus de Jussieu, le 31 mars 2011 de10 à 13h[modifier]

Publié sur les listes "Groupes ITIC" <itic@epi.asso.fr> et "Mélusine" <itic@melusine.eu.org>le 3 avril 2011 par Jacques Baudé et Jean-Pierre Archambault

15 présents

1. Compte rendu par Gilles Dowek du séminaire national « Informatique et sciences du numérique » (Plan national de formation) à l'intention des IPR-IA chargés du dossier dans les académies, organisé par la Direction générale de l'enseignement scolaire et l'Inspection générale de l'Education nationale, qui a eu lieu du 14 au 17 mars 2011 à l'ENS-Lyon.

2. Des formations des enseignants sont en cours dans les académies de Versailles (en pointe sur le dossier) et de Grenoble. Elles seront généralisées à l'ensemble des académies.

3. Un manuel d'informatique à destination des professeurs qui enseigneront « Informatique et sciences du numérique » paraîtra le 15 juin 2011. Il est coordonné par Gilles Dowek, préfacé par Gérard Berry et édité par le CRDP de Paris. Jean-Marc Labat a donné son accord pour une subvention (de 1500 Euros) qu'il proposera au CA de l'ASTI. L'EPI fera de même. Gilles Dowek a sollicité l'association Pasc@line. L'objectif est d'avoir un prix de vente de l'ouvrage inférieur à 20 Euros.

La consultation sur les projets de programmes de terminale générale est en cours (du 7 mars au 22 avril 2011), notamment ceux d'ISN de Terminale S.
http://eduscol.education.fr/cid55217/consultation-sur-les-projets-programmes-terminale- generale.html
Les participants à la réunion sont d'accord pour considérer que globalement le projet de programme est un bon projet.

Communiqué EPI du 19 mars 2011,
http://www.epi.asso.fr/revue/docu/d1104a.htm

4. L'avenir du groupe ITIC : notre groupe, dont la création a été proposée par l’EPI à l’ASTI à la rentrée 2007, comprend actuellement 88 membres qui se répartissent sensiblement à égalité entre les membres du second degré (après fusion avec le groupe « Enseignement de l’Informatique » de l’EPI ) et les membres du supérieur. Il a obtenu un premier résultat important, la création d’un enseignement de spécialité ISN pour la terminale S. Il faut contribuer à la « transformation de l'essai » et poursuivre l'action (collège, classes de seconde et de première, autres terminales, liaison avec le supérieur, …). Le formalisme n’a pas présidé à la constitution et au fonctionnement de notre groupe, ainsi il n’y avait pas comme préalable l’adhésion à l’ASTI ou à une des associations la composant.

Le contexte nouveau provient de la dissolution de l'ASTI qui doit intervenir d'ici le mois d'octobre 2011. Dans la discussion, un consensus s'est rapidement réalisé sur une formule de double affiliation du groupe à SPECIF et à l’EPI (groupe ITIC-SPECIF-EPI) selon des modalités à examiner conjointement. Le but recherché est la double crédibilité (Supérieur et Secondaire) lors des démarches auprès des pouvoirs publics. Une rencontre SPECIF-EPI est programmée pour le jeudi 7 avril prochain.


5. Informations sur :
- Premières Rencontres Éducation-Recherche-Industrie. Ces premières rencontres se tiendront les 6 et 7 avril 2011 au CRDP de Montpellier, http://www.inria.fr/centre-de-recherche-inria/sophia-antipolis-mediterranee/agenda/rencontres-education-recherche-industrie ... et les suites à prévoir. Il sera important que les associations enseignantes représentatives (l'EPI, l'association de spécialistes de la discipline notamment) soient invitées dans ce type de réunions qui ne vont pas manquer de se multiplier: souci des inspecteurs de donner du sens.

- Colloque de Patras (formation des enseignants d'informatique et de tous les autres). http://www.ecedu.upatras.gr/didapro
http://www.ecedu.upatras.gr/icte/
Subvention de l’ASTI  : Jean-Marc Labat avait déjà donné son accord pour une subvention de l'ASTI (de 1500 Euros) qu'il va soumettre au CA

6. L’informatique au collège.
- Intervention de Maurice Nivat qui revient sur son interview sur France Culture :
http://www.union-rationaliste.org/index.php/Emissions-radio-France-culture/La-necessite-d-une-veritable-education-a-l-informatique.html
et livre ses réflexions sur ce que pourrait être le contenu d’un enseignement de l’informatique aux élèves de 6e et 5e. L’occasion existe d’introduire quelques concepts notamment sur l’information et l’algorithmique. Maurice Nivat va rédiger un projet de programme qu'il soumettra au groupe.

- La décision a été prise de relancer le groupe de travail « Collège ». Un appel est lancé à l'intention des collègues qui souhaitent y participer.

JPA-JB-ASTI-EPI-04-04-2011
itic@epi.asso.fr
http://www.epi.asso.fr/blocnote/blocsom.htm

Enseignement supérieur et Recherche[modifier]

Ouverture des candidatures pour la nouvelle année du master I2[modifier]

Publié sur la liste "Discussions de l'Axul." <axul-debats@axul.org> par Dimitri Robert le 4 avril 2011

Bonjour,

Éric Ramat, responsable du master I2L, nous informe de l'ouverture des candidatures.

Après 4 années d'existence et sa 5e promotion, le master « Ingénierie du Logiciel Libre » (I2L) de l'Université du Littoral Côte d'Opale (ULCO) à Calais lance son recrutement pour la rentrée 2011. Pour tous ceux qui ne le connaissent pas encore, le master I2L est la seule formation universitaire et diplômante de niveau bac + 5, entièrement dédiée aux logiciels libres. Tous les modules de la deuxième année du master sont orientés logiciel libre : du système & réseau, au développement Web ou d'applications, en passant par les bases de données, les systèmes embarqués, l'économie, le droit...

La formation est assurée pour plus de 50 % par des acteurs du secteur. Pour exemple, les licences sont décortiquées par Loïc Dachary de la FSF France, la philosophie du Libre est analysée par Frédéric Couchet, délégué général de l'April, les modèles économiques sont explorés par Camille Harang de yooook.net, une partie du module systèmes & réseaux est traitée par des membres des projets et organisations Apache.org (Emmanuel Lécharny sur LDAP), EdenWall (Éric Leblond sur la sécurité réseau), OpenWide (Pierre Ficheux sur Linux embarqué et QEMU), Milkymist... Jean-Paul Argudo, membre de PostgreSQL Europe, anime l'atelier sur PostgreSQL.

Ce ne sont que quelques exemples pris au hasard dans la liste des interventions 2010 - 2011. La formation est complétée par un ensemble de conférences techniques (par exemple, « Les technologies sans contact », « Perl », « La haute performance avec Erlang »...) et un projet en collaboration avec une communauté du Libre.

La deuxième année du master se déroule de début septembre à fin mars, et est suivie par une période de stage de 20 semaines, en majorité dans des SSLL ou des acteurs du monde du logiciel libre. L'accès au master est possible avec une licence en première année du master ou un niveau bac + 4 en deuxième année. Le master offre aussi une possibilité aux auditeurs de formation continue (FONGECIF ou équivalent, contrat de professionnalisation, demandeurs d'emploi, etc.) d'intégrer la formation. La démarche est très souvent accompagnée d'une procédure de Validation des Acquis Professionnels (VAP), car beaucoup d'acteurs du secteur ne sont pas toujours diplômés, mais disposent d'une solide expérience professionnelle que l'on peut aujourd'hui valoriser.

Pour plus d'informations, rendez‑vous sur le site web du master :
http://dpt-info.univ-littoral.fr/wiki/I2L:Accueil



Ressources libres[modifier]

70 fiches ressources sur Creative Commons et les droits d’usage élargis[modifier]

Publié par Michel Briand <Michel.Briand@telecom-bretagne.eu> sur la liste <educ@april.org> le 11 avril 2011

Voici une petite mutualisation de ressources autour des droits d'usages élargis ouverts à vos ajouts et corrections.
Beaucoup de chemin restent à faire pour informer, accompagner et diffuser les savoirs, l'accès aux connaissances et mutualiser nos ressources pédagogiques ..

Les questions de droits d’usage sont mal connues. Ainsi par défaut le contenu d’un site ne peut pas être recopié et réutilisé.
Et pourtant beaucoup de contenus de sites publics produits par des acteurs publics ne peuvent pas être réutilisés en citant simplement l’auteur, le site et la licence.
Beaucoup de blogs d’associations, de personnes, pourtant favorables à un accès élargi à la culture et à la connaissance sont aussi dans ce droit d’auteur qui limite les usages.

Pour faciliter la compréhension des enjeux, faciliter la diffusion des pratiques qui élargissent les libertés nous avons créé ce portail, répertoire de ressources sur les licences Creative Commons et autres licences qui élargissent les droits d’usage et écho des pratiques de diffusion qui leur sont associés.

Ce portail Creative Commons et droits d’usages élargis :

initié fin mars 2011 s’enrichit petit à petit de nouvelles ressources.

C’est un wiki :


Vous pouvez corriger des erreurs, le compléter, annoter une fiche sur sa page discussion. Voici une présentation de la liste des fiches mises en ligne (Merci de vos remarques et de vos ajouts !) :

Supports pour expliquer Creative Commons et les droits d’usage élargis :

Autres ressources :

Initiatives :

Et quelques premiers sites sur les droits d’usages élargis et réutilisables

Monde[modifier]

Tunisie : Le logiciel libre en Tunisie: enfin le bout du tunnel ?[modifier]

Publié par Melek Jebnoun le 11 avril 2011 dans Tunis-Hebdo

"Libre", ce mot tant utilisé depuis le 14 Janvier: libre de choisir, libre de participer, liberté d'expression et depuis peu, une expression résonne dans nos oreilles sans cesse: logiciel libre. Un logiciel dont l'utilisation, l'étude, la modification et la duplication, en vue de sa diffusion, sont permises, que ce soit sur le plan technique ou bien légal.

Un vrai "saint graal" des avides tunisiens de liberté car les revendications dépassent le simple environnement politique pour toucher à notre vie courante et les outils qu'on manipule chaque jour. Mot d'ordre : la transparence et l'accessibilité!

Ces outils ont souvent été mis au placard. Des tentatives de SSLL (société) afin de mettre des plans d'embauche ont été avortées. Rien ne devait venir se mettre sur le chemin de la firme Microsoft, géant technologique mondial prônant la philosophie du "propriétaire". L'Etat tunisien a même signé avec la firme un contrat de partenariat en 2006 d'une durée de 5 ans. On l'accuse même d'avoir été complice de la censure qu'a connue la Tunisie lors du règne de la mafia Ben Ali-Trabelsi.

Mais voila que les logiciels libres se retrouvent propulsés au-devant de la scène après le départ de Ben Ali. Ces logiciels sont porteurs d'un message fort mais surtout représentent une valeur sure en terme d'économie d'argent vu leurs gratuité, modularité, interopérabilité... Mais les nouveaux pouvoirs en place les adopteront-ils pour autant ? Les Tunisiens sont-ils prêts à migrer vers le libre et mettre au placard le bon vieux windows ou Internet Explorer ? Le mouvement Ettajdid s’intéresse au logiciel libre

Un des partis politiques tunisiens a sauté le pas : le mouvement Ettajdid a organisé vendredi après-midi une table ronde intitulée « Informatique libre pour citoyens libres ». Le Mouvement veut-il simplement surfer sur la vague et attirer dans ses rangs les informaticiens ? Ou bien son intérêt pour le logiciel libre est-il vraiment réel?

[...]

Pour que l’adoption du logiciel libre se fasse, il faudrait sans doute traiter le problème à la source et l’intégrer dans le système éducatif. La communauté tunisienne des logiciels libres devra s'organiser afin d'offrir un vrai vis-à-vis au futur gouvernement et être apte à porter à terme des projets colossaux tels que des réformes éducatives ou bien la mise à la disposition des citoyens des données publiques plus connues sous le nom de "Open Data".

Réf : http://www.webdo.tn/2011/04/11/le-logiciel-libre-en-tunisie-enfin-le-bout-du-tunnel-2/