Discussion:Présenter le logiciel libre

De April MediaWiki
Vous pouvez signer vos commentaires en ajoutant quatre tildes ( ~~~~ ) à la fin de votre texte

Commentaires[modifier]

Dans la partie Principes éthiques :

Présenter l'idée de "biens non rivaux".

Définition : "la consommation du bien par un agent n'empêche pas sa consommation par un autre (les agents ne sont pas rivaux pour la consommation du bien. Par exemple, le fait que je respire ne prive pas les autres d'air."

EvaMath 30 juillet 2010 à 12:41 (CEST)

______________________________________________


Je colle ici un mail reçu en privé, d'un adhérent de Abul, qui amha mérite d'être conservé. Polux 2 juin 2009 à 20:56 (CEST)


Bonjour,

Machin a écrit : > Dans le but d'aider tous ceux qui souhaitent présenter le logiciel libre à > d'autres personnes, un document vient d'être réalisé par un adhérent de > l'April : > http://wiki.april.org/w/Présenter_le_logiciel_libre > > Il n'est évidemment pas nécessaire d'être informaticien pour présenter le > logiciel libre, et c'est parfois souhaitable...

Le besoin d'expliquer ce qu'est le logiciel libre est toujours d'actualité. J'ai lu hier dans « l'européen » (la nouvelle revue mondiale) un portrait de Linus Torvalds. Représentant de la Finlande dans le chapitre « les héros européens ». Je cite : « Il est l'inventeur, en 1991 , du système d'exploitation gratuit Linux qui permet à ses utilisateurs de coopérer en réseau pour son amélioration en continu. Plus social que technologique, Linux est considéré comme l'une des innovations informatiques les plus originales. » Je m'arrête là, j'ai recopié près de la moitié du court article de Jean-Pierre Frigo. (hommage à l'auteur)

Je crois qu'on a là un exemple parfait de la grande confusion qui règne autour de Linux. Les confusions devrais-je dire.

1ère confusion : - Le noyau écrit par Linus Torvald (la clé de vôute) - Le système d'exploitation GNU/Linux (un ensemble minimal de logiciels œuvrant ensemble pour rendre exploitable un ordinateur) - GNU/linux et les autres OS libres de type Unix (la famille BSD) - Les distributions Linux (ensemble homogène de logiciels autour de'un système GNU/Linux

2ème confusion Freeware = Free-of-charge software = logiciel gratuit Freeware = Free software = logiciel libre avec tous les libertés que ça sous entend Entre les deux, un vaste éventail de licences, de droits ou de restrictions.

3ème confusion - Linux = logiciel(s) fonctionnant sur PC (Personal Computer) ce qui n'implique aucunement d'appartenance à un quelconque réseau. - Internet et ses forums de discussion (pré-existants) qui ont permis à Linus Torvalds de ne pas rester un "petit" programmeur isolé - Le mouvement "social" autour des logiciels libres initié par Richard Stallman avec le projet GNU (volet technique) la GPL (volet juridique) et la FSF (volet social (?)) Si j'osais je comparerais Stallman à Marx. (pour ça il faudrait regarder de plus près l'histoire de la 1ère internationale) - La gestion de projets particulière des logiciels libres qui ont des contributeurs dispersés à travers le monde. Problème logistique complètement découplé de la question de la licence du logiciel.

L'article, très court, ne fait qu'une allusion que peu de lecteurs comprendront : « permet [...] de collaborer en réseau à son amélioration en continu » On touche là à une autre particularité des petites innovations autours des logiciels libres : la gestion des bogues (aspect technique) et la réactivité de la communauté (facteur humain)

Je ne pense pas que le noyau Linux soit en soit une réelle innovation. Les outils GNU (pour la plus part) non plus si on voit ça comme des clones sous autre licence de programmes déjà existants dans l'univers Unix qui est une excellente base. Internet existait déjà et a permis de rapprocher les bons programmeurs du monde entier.

C'est en forgeant qu'on devient forgeron comme aurait pu dire mon père. C'est en croisant les idées (des utilisateurs) et des compétences de tant de programmeurs de part le monde que sont nées petit à petit les innovations. Certaines par nécessité comme pour les outils de travail collaboratif. D'autres apparaissent tout simplement par ce que on a déjà ici et là presque toutes les "briques logiciels" nécessaires dans d'autres projets.

La grande révolution est philosophique : les 4 libertés des logiciels libres !

> N'hésitez pas à le compléter, à l'améliorer, ou à envoyer vos commentaires à > François Poulain fpoulain AT april DOT org.


MJourdan 18 juin 2009


Dans le section "Quelques Problèmes", apparaissent les métaphores qui ont pourtant leur section, n'est pas redondant ? "Ces pratiques ne sont pas acceptables ; c'est comme si on vous empêchait de modifier un plat cuisiné et d'accéder à ses ingrédients, comme si on vous empêchait d'avoir accès au moteur de votre voiture, de griffonner des notes sur un livre, etc. De plus, bien souvent l'utilisateur est pris en otage par les pratiques anticoncurrentielles des éditeurs, et assiste peu à peu à une dépossession de l'ordinateur au profit des éditeurs de logiciels."

Peut-être mettre un point pour mettre en évidence "Comment reconnaître un logiciel libre" et un autre pour mettre en évidence "Où se procurer un logiciel libre" ?


diane 20 juin 2009


Pour les deux item, dans la section ethique :

  1. Interdiction d'utiliser un logiciel pour critiquer son éditeur.
  2. Interdiction de lire/visionner en dehors d'une plage de temps.

Un lien ou une phrase explicative entre parenthèses seraient bienvenus. Pour le premier c'est dans le texte de la cluf qu'on "accepte" avant la première utilisation, non ? Pour le deuxième, je ne vois pas de quoi vous parlez, et je ne sais pas comment le savoir..