Brainstorm april camp septembre 2012

De April MediaWiki

Brainstorm - diversité et le citoyen numérique vendredi 21 septembre 2012 - FPH Cette page fait parti du projet FDR


  • Favoriser le matériel libre.
  • Doit-on prendre en compte l'acceptabilité de la proposition.
  • Attention à ne pas technologiser les propositions.
  • On peut demander que tout matériel fonctionne avec du libre ou considérer que le choix doit exister.
  • Exemple de la prise USB standard imposée à tous. Même apple vend un adaptateur USB. L'interropérabilité imposée n'est pas utopique.
  • Exemple du photovoltaïque où les industriels européens ont été vaincus par les productions chinoises. Il faut considérer la filière dans son ensemble et avoir des propositions qui vont dans le sens de la mise en place de filières pérennes.
  • Impôts, sont utilisés pour faire du logiciel mais aussi pour produire des œuvres qui ne sont pas sous licence libre comme c'est le cas aux US (DP). Une des difficultés est que les fonctionnaires sont soumis à la loi et non pas aux contrats de type GPL. Le public ne sait pas bien passer un contrat de droit privé. Ils ne peuvent pas réclamer de droit d'auteur. L'état est tenté de valoriser les œuvres par renfermement. Le DP est trop ouvert et risque de provoquer des réticences parce qu'il permet de refermer un œuvre modifiée. Les licences copyleft favorise une gestion des biens communs par les collectivités.
  • Mettre en forme le projet à trois niveaux : synthétique, détaillé, technique (juridique). Si on arrive à ce niveau là, ce serait une très forte valeur ajoutée.
  • Va-t-on faire des projets loi ou produire du contenu pédagogique ? L'idée serait de produire des cours à faire passer dans les écoles les formations ? On sort du projet. Il y a un groupe de travail éducation qui est plus compétent dans le domaine. Ca dépend aussi de la forme. Si c'est à portée générale, la chose peut être intégrée. Si c'est pour faire les cours proprement dit, ce sera trop spécifique.
  • Mise en place une licence de type CC sa, une licence sans obligation de paternité. Une licence spécifique pourrait être créée pour le public ? Autant faire reconaitre un truc équivalent au BY SA comme règle de diffusion par défaut des informations issues du public.
  • A-t-on un planning ? Il ne faut pas trainer parce que la légisalture a déjà commencé. En 2014, il y a les européennes et les municipales. On a donc 1,5 ans pour s'attaquer aux élus avant de repartir dans une campagne de type candidats.fr Cloé qui est là jusqu'à fin décembre peut travailler sur ce projet.
  • Il y aura également une partie animation pour convaincre les élus de s'intéresser à nos propositions.
  • A faire : se pencher sur ce qui a été mis sur le wiki et de discuter et faire des propositions. Il faut s'approprier le projet. Ca ne fonctionnera que si c'est porté par des membres de l'April. On a besoin de dynamiser les prises de contact. Candidats.fr par exemple a montré un début d'essoufflement de la démarche. Cela peut devenir un complément de candidats.fr. L'appel au projet n'est pas fermé, on peut imaginer de nombreuses formes.
  • L'idée est de porter le combat plus loin et pas simplement de faire de la promotion simple. Le but est d'obtenir des choses impensables aujourd'hui. On peut envisager à d'autres organisations de l'April.
  • Comment des personnes qui sont à l'Aful ou d'autres mouvements, participent à candidats.fr ? Les participants ne sont pas tous apriliens. Ce sont d'abord des gens qui sont en région plus que des structures. Des gens s'organisent autour des gull.
  • Peut-on imaginer différents scénarios prosectifs en fonction des choix politiques faits aujourd'hui comme outil de sensibilisation. L'intérêt de cette idée est de contrer la vision courante selon laquelle le sujet n'est pas technique. Ca fait penser au droit de lire à Stallman. Attention, on repart de nouveau dans le côté négatif. L'intérêt est que cela force à dessiner un ensemble cohérent d'une vision d'un monde rendu meilleur qui fait défaut aujourd'hui.
  • Utiliser la notion de thinktank ? Les think tank sont souvent politisés. Nous avons déjà de la crédibilité.
  • A l'international, notamment en amérique du sud, le libre est toujours la solution de référence. Il y a sans doute quelque chose à faire avec la francophonie sur la façon de résorber les barrières technologiques. Des collectivités locales ont des accordes avec d'autres grandes villes dans les pays du sud. La démarche april pourrait se caler là-dessus et être à la fois dans le local et dans l'international.