19. Les formules.

De April MediaWiki

19.1 Écriture d'une formule.[modifier]

Pour écrire une formule dans une cellule, on tape le signe =. Une formule peut contenir des nombres, des signes opératoires, des signes de ponctuation, des références de cellule ou de plage de cellules, du texte, des fonctions. L'écriture de la formule étant terminée, on valide avec la touche Entrée et le curseur se place sur la cellule située en dessous. Flh permet de revenir sur la cellule qui contient la formule et NVDA annonce les cordonnées de la cellule et le résultat du calcul. Exemple : si on tape 8,2 dans la cellule D5, 13,5 dans la cellule D7, =D5+D7 dans la cellule E6 et en validant, on lit le résultat 21,7 en revenant dans la cellule E6. F2 permet d'éditer le texte de la formule pour pouvoir le vérifier ou le corriger. Si le résultat d'une formule est du texte, celui-ci doit être écrit entre guillemets dans la formule. Ainsi, « «, écrit comme argument d'une fonction logique, ne donnera aucun affichage de la cellule qui contient la formule si l'argument est vérifié. Le point—virgule est utilisé pour séparer les arguments d'une formule. Ainsi, si on tape Dans la cellule A6 la formule =SI(B7=6;»gagné»;»perdu»), on lit dans la cellule A6 le mot « gagné » si la cellule B7 contient le nombre 6, on y lit le mot « perdu » dans le cas contraire. Si la formule utilise une fonction, la séquence Alt, I, O active la commande « fonction... » du menu (insertion.) La boîte de dialogue se nomme « assistant fonction ». On se trouve dans l'onglet « fonction ». La suite des actions est la suivante : Flb ouvre la liste déroulante « catégorie » et on y sélectionne la nature de cette fonction « mathématique », « logique » ou « finances » par exemple ; Tab place dans la liste « fonction » : on y sélectionne la fonction désirée à l'aide des flèches verticales ou en utilisant les initiales ; on tabule pour aller valider sur le bouton « suivant » ; on se trouve sur une zone d'édition où l'on tape la première donnée attendue par la formule ; la touche 8 du pavé numérique permet de lire la formule obtenue, on peut la vérifier en détail avec les touches 1, 2 et 3 du pavé numérique ; Tab place sur une nouvelle zone d'édition où l'on tape la deuxième information attendue par la formule ; lorsque le dernier argument attendu par la formule est introduit, on valide avec la touche Entrée ; on se retrouve dans la feuille de calcul ; un aller-retour Flb-Flh permet de prendre connaissance du résultat de la formule écrite dans la cellule.

19.2 Effectuer des calculs.[modifier]

19.2.1 Touches opératoires.[modifier]

On utilise les touches du clavier alphanumérique ou celles du pavé numérique avec la touche Verrouillage Numérique activée. Ces touches sont : + pour l'addition ; - (tiret) pour la soustraction ;

  • pour la multiplication ;

/ pour la division.

19.2.2 Fonctions opératoires.[modifier]

a) La fonction Somme. Elle permet d'effectuer une addition ou une soustraction. La formule =SOMME(B1:B5) effectue l'addition de tous les nombres contenus dans les cellules de la plage B1:B5 ; la formule =SOMME(B1;B3;B5) équivaut à la formule =B1+B3+B5 ; la formule =SOMME(B2;-B4) équivaut à la formule =B2-B4 ; on a effectué une soustraction. Remarque : si le contenu d'une cellule est du texte, l'opération est bien effectuée mais le contenu de cette cellule est interprété comme étant le nombre 0. b) La fonction Produit. Elle permet d'effectuer une multiplication ou une division. La formule =PRODUIT(B2;B5) équivaut à la formule =B2*B5 ; la formule =PRODUIT(B3;1/B4) équivaut à la formule =B3/B4 : on a effectué une division. Remarque : si le contenu d'une cellule est du texte, l'opération est bien effectuée mais le contenu de cette cellule est interprété comme étant le nombre 1.

19.2.3 Ordre prioritaire des calculs.[modifier]

La multiplication et la division sont prioritaires sur l'addition et la soustraction : la formule =10-2*3 donne 4 comme résultat ; la formule =5+12/3 donne 9 comme résultat. Les opérations situées entre parenthèses sont prioritaires : la formule =12/(5+1) donne 2 comme résultat ; la formule =(7-4)*(1+5) donne 18 comme résultat.

19.3 Fonction imbriquée.[modifier]

Si dans la cellule A8, on tape la formule =SI(OU(D9=5;G9=8);»gagné»;»perdu»), le mot « perdu » sera affiché dans la cellule A8 si la cellule D9 contient un autre nombre que 5 et si la cellule G9 contient un autre nombre que 8 ; le mot « gagné » sera affiché dans tous les autres cas. Pour écrire cette formule avec la boîte de dialogue « « assistant fonction », on procède de la manière suivante : la séquence Alt, I, O ouvre cette boîte de dialogue ; le premier item est la liste déroulante « catégories » et on tape la lettre L pour sélectionner « logique » ; Tab place sur la liste des fonctions et on tape la lettre S pour sélectionner la fonction « SI » ; on tabule pour aller valider sur le bouton « suivant » ; on fait trois fois Maj+Tab pour se placer sur un bouton (à chaque fois NVDA annonce « indique test logique à effectuer, le troisième s'appelle « test » et ce n'est pas dit par NVDA)sur lequel on valide pour introduire une seconde fonction ; Maj+Tab place sur la liste « catégorie » et on tape la lettre L pour sélectionner « logique » ; Tab place sur la liste « fonctions » et on tape la lettre O pour sélectionner la fonction « OU » ; on tabule pour aller valider sur le bouton « suivant » ; on se trouve sur la zone d'édition « valeur_logique1 ((NVDA annonce « test édition »)» et on tape D9=5 ; on tabule et on se trouve sur la zone d'édition « valeur_logique2 » (NVDA annonce valeur_si_vrai ») et on tape G9=8 ; on fait plusieurs fois Maj+Tab pour retrouver le bouton « précédent » et on valide deux fois dessus ; on tabule de nombreuses fois jusqu'à atteindre la zone d'édition « valeur_si_vrai » et on tape « gagné » ; on tabule et on se trouve sur la zone d'édition « valeur_si_faux » et on tape « perdu » ; on tabule de nombreuses fois pour aller valider sur le bouton « ok ».

19.4 Recopie d'une formule.[modifier]

19.4.1 Référence absolue et référence relative.[modifier]

Dans une formule, le nom d'une cellule peut être accompagné du signe $ ($B$2 par exemple) : la référence à cette cellule est alors dite absolue. Quelle que soit la position de la formule dans la feuille, c'est bien le contenu de cette cellule qui sera pris en compte. Dans le cas contraire (sans le signe $), la référence est dite relative. Prenons l'exemple d'une formule contenue dans la cellule A1 et utilisant la cellule C3, en recopiant la formule dans la cellule B4, la cellule C3 deviendra la cellule D6 (le chemin entre la formule et la cellule utilisée reste le même.)

19.4.2 Copies répétées d'une formule.[modifier]

Par exemple, une formule se trouve dans la cellule E2 et utilise les cellules B3 et C3 (références relatives.) On se place dans la cellule E2 et Ctrl+C copie cette formule dans le presse-papiers. On se place sur la cellule E4, elle est sélectionnée. En faisant deux fois Maj+Flb on sélectionne en plus les cellules E5 et E6. Ctrl+V recopie la formule dans les trois cellules sélectionnées en adaptant les références des cellules par rapport à la position de la formule. Ainsi, la formule contenue dans la cellule E5 utilisera les cellules B6 et C6.

19.4.3 Recopie en conservant les références absolues.[modifier]

Reprenons la même formule que dans le paragraphe précédent. Ctrl+C la copie dans le presse-papiers. On se place dans la cellule E8. Alt, D, G ouvre la boîte de dialogue « collage spécial » du menu (édition.) Le premier item (non prononcé par NVDA à l'ouverture de la boîte de dialogue) est la case « tout remplacer » qui est cochée. On tabule pour aller cocher la case « lier. » On tabule pour aller valider sur le bouton « ok. » Dans la formule recopiée dans la cellule E8, les cellules B3 et C3 ont alors un statut de référence absolue.)

Retour au sommaire : Open Office Calc : tutoriel