Rapport economies realisables grace au logiciel libre

De April MediaWiki


                                                                                                                        - Ministère de l’Intérieur -


  SOMMAIRE
  1        INTRODUCTION ............................................................................................................................................. 5 
  2        LES ADMINISTRATIONS FACE AU LOGICIEL LIBRE ......................................................................... 6 
       2.1  UNE IMPULSION GOUVERNEMENTALE EN FAVEUR DES LOGICIELS LIBRES ....................................................... 6 
             Le Plan stratégique pour l‘administration électronique (ADELE) ............................................................ 6 
             Circulaires budgétaires.............................................................................................................................. 8 
             Les avantages attendus dépassent les seuls aspects budgétaires ............................................................... 8 
       2.2  LA PENETRATION DU LOGICIEL LIBRE DANS LES ADMINISTRATIONS ................................................................ 9 
             Le logiciel libre : 11% du budget informatique des administrations ......................................................... 9 
       2.3  L’UTILISATION DE LOGICIELS LIBRES DANS LES AUTRES MINISTERES ............................................................ 10 
             L’ex MINEFI ............................................................................................................................................ 10 
             Le Ministère de la Défense....................................................................................................................... 11 
             Le Ministère de l’Equipement .................................................................................................................. 12 
             Le Ministère de l’agriculture ................................................................................................................... 14                       2
             Le Ministère de la culture ........................................................................................................................ 14 
             Le Ministère de l’éducation nationale ..................................................................................................... 15 
             Ministère de la Justice ............................................................................................................................. 16 
       2.4  LE CAS DE LA GENDARMERIE ........................................................................................................................ 17 
  3  EVALUATION DES RETOMBEES BUDGETAIRES DU RECOURS AU LOGICIEL LIBRE :
  BUREAUTIQUE ET POSTE DE TRAVAIL ......................................................................................................... 21 
       3.1  2000-2004 : LES ETUDES DE FAISABILITE ET D’OPPORTUNITE PREALABLES .................................................. 21 
       3.2  ENSEIGNEMENTS DES MIGRATIONS VERS OPEN OFFICE DANS LA SPHERE ADMINISTRATIVE ........................... 23 
             L’étude du Conseil du trésor du Québec (Etude Cirano) ........................................................................ 23 
             Etude comparative de six cas de migrations dans des organismes publics en Europe ............................ 26 
       3.3  RETOMBEES BUDGETAIRES ATTENDUES DE LA MIGRATION VERS OPEN OFFICE DANS LES AUTRES MINISTERES
            29 
             Audit de modernisation du parc bureautique de l’État ............................................................................ 29 
             Ministère de la culture ............................................................................................................................. 29 
             Gendarmerie Nationale............................................................................................................................ 30 
             Ministère de l'Agriculture ........................................................................................................................ 30 
             Direction générale des impôts ................................................................................................................. 30 
  4        LE BUDGET INFORMATIQUE DU MINISTERE DE L’INTERIEUR .................................................. 32 
       4.1  RETOUR SUR LES BUDGETS INFORMATIQUES DES ANNEES PRECEDENTES ...................................................... 32 
             2000-2004 : Une progression soutenue ................................................................................................... 32 
             Le Ministère de l’Intérieur réalisait 11,8 % de la dépense informatique de l’Etat en 2003 .................... 34 
             Un ratio dépenses d'informatisation/dépenses globales modeste ............................................................ 34 
             2000-2004 : l’imparfaite ventilation des crédits informatiques, notamment logicielles .......................... 35 
       4.2  LE BUDGET INFORMATIQUE ET TELECOMMUNICATIONS 2006, HORS PERSONNEL, S’ELEVE A 252 MILLIONS
       D’EUROS. ................................................................................................................................................................. 36 
       4.3  LE MONTANT DES LICENCES ET REDEVANCES LOGICIELLES ........................................................................... 38 
             La délicate ventilation des licences et redevances logicielles.................................................................. 40 
             Développement et maintenance des logiciels ........................................................................................... 41 
       4.4  LA DEPENSE INFORMATIQUE DU MINISTERE CONCENTREE SUR UN PETIT NOMBRE DE FOURNISSEURS .......... 42 
             Les serveurs ............................................................................................................................................. 44 
       4.5  CARMIN : UNE TENTATIVE DE RATIONALISER LA DEPENSE INFORMATIQUE ................................................. 45 
  5        LE PARC BUREAUTIQUE ET LE CALCUL DU TCO ............................................................................ 47 
       5.1  LE PARC BUREAUTIQUE ................................................................................................................................. 47 
             Ratio effectifs/nombre de postes de travail .............................................................................................. 47 
             Structure du parc et âge moyen des ordinateurs...................................................................................... 48 
       5.2  POSTES DE TRAVAIL : SYSTEMES D’EXPLOITATION, LOGICIELS BUREAUTIQUES, NAVIGATEURS ET GESTION DE
       PARC 49 
       5.3  LES OUTILS DE GESTION DU PARC .................................................................................................................. 50 
       5.4  LE COUT DE POSSESSION SE SITUE AUTOUR DE 1300 € ................................................................................... 50 
             Selon l’audit du parc bureautique de l’Etat ............................................................................................. 50 

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

             Estimation ITEMS .................................................................................................................................... 51 
       5.5  GESTION ET COHERENCE DU PARC ................................................................................................................. 52 
       5.6  ACTIVE DIRECTORY ...................................................................................................................................... 53 
       5.7  PRÉPARER L’APRÈS WINDOWS XP................................................................................................................. 54 
  6        LES LOGICIELS LIBRES AU MINISTERE DE L’INTERIEUR ............................................................ 56 
       6.1  UNE MIGRATION BUREAUTIQUE INACHEVEE .................................................................................................. 56 
       6.2  QUELQUES REALISATIONS DU MIOCT REPOSANT SUR LE LOGICIEL LIBRE .................................................... 56 
             Courrier CPS ........................................................................................................................................... 56 
             Messagerie Icasso .................................................................................................................................... 57 
             Recherche d’alternatives libres pour les architectures et les bases de données ...................................... 57 
             Une tentative de diversification : la Mission « diversification ».............................................................. 58 
  7   RETOMBEES BUDGETAIRES DU RECOURS AUX LOGICIELS LIBRES : LA MISE SOUS
  TENSION CONCURRENTIELLE DU SECTEUR DU LOGICIEL ................................................................... 59 
       7.1  LES LOGICIELS LIBRES METTENT SOUS TENSION CONCURRENTIELLE LES MARCHES DU LOGICIEL .................. 59 
       7.2  LOGICIELS LIBRES ET COMMUNAUTES............................................................................................................ 60                         3
             Le système d’exploitation (LINUX) et les plateformes Middlewares ....................................................... 60 
             Les logiciels bureautiques........................................................................................................................ 61 
             Les logiciels fonctionnels : les applications............................................................................................. 62 
       7.3  PARTICIPATION DES ADMINISTRATIONS A DES COMMUNAUTES ..................................................................... 63 
       7.4  INDUSTRIALISATION ET INDEPENDANCE ........................................................................................................ 65 
       7.5  LE CAS DE LA DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ......................................................................................... 66 
  8        VOLET JURIDIQUE ...................................................................................................................................... 68 
       8.1  ANALYSE DES LICENCES DE LOGICIEL LIBRE AU REGARD DU DROIT D’AUTEUR ............................................. 69 
       8.2  ANALYSE DES LICENCES DE LOGICIELS LIBRE AU REGARD DU DROIT DES MARCHES PUBLICS ........................ 73 
             L’acquisition gratuite de logiciels libres rentre dans le champ du Nouveau Code des marchés publics 74 
             L’acquisition de logiciels libres ............................................................................................................... 74 
             La production de logiciels libres.............................................................................................................. 75 
             Régime de propriété intellectuelle des logiciels libres utilisés par l’administration ............................... 76 
       8.3  POSSIBILITE DE MENTIONNER UN LOGICIEL LIBRE, OU DE FAIRE REFERENCE A DES STANDARDS ................... 77 
             Utiliser un appel d’offre de prestation de service .................................................................................... 77 
             Mentionner un logiciel ............................................................................................................................. 77 
             Mentionner un standard ........................................................................................................................... 78 
             Faire appel à la notion de standard ouvert.............................................................................................. 79 
             Mentionner une marque ........................................................................................................................... 80 
       8.4  REDACTION DES CCAG ET DES CCTP CORRESPONDANTS ............................................................................ 81 
             Cession des droits à l’administration ...................................................................................................... 81 
             Diffusion en logiciel libre par le prestataire lui-même ............................................................................ 81 
             Caractère transférable ou non-transférable et exclusif ou non-exclusif de la cession ............................ 82 
             Avantages des différents modèles de cession pour le prestataire et l’administration .............................. 82 
       8.5  LA SITUATION PARTICULIERE DE CARMIN POUR LE MINISTERE DE L’INTERIEUR ........................................ 83 
  9        RECOMMANDATIONS ................................................................................................................................ 84 
       9.1  RECOMMANDATION GENERALE : LE LIBRE SE JUSTIFIE AVANT TOUT SUR LA PARTIE BUREAUTIQUE ET LES
       PLATEFORMES ......................................................................................................................................................... 84 
       9.2  RECOMMANDATION POUR LA PARTIE FONCTIONNELLE : LOGICIELS APPLICATIFS AU CAS PAR CAS ............... 85 
       9.3  RECOMMANDATION POUR LA PARTIE PLATEFORME : RATIONALISER LES PLATEFORMES ET LES SERVEURS ... 85 
       9.4  RECOMMANDATION POUR LA PARTIE PLATEFORME : BASES DE DONNEES ...................................................... 86 
       9.5  RECOMMANDATION POUR LA PARTIE POSTE DE TRAVAIL : SE RAPPROCHER DU POSTE DE TRAVAIL DEFINI PAR
       LA GENDARMERIE ................................................................................................................................................... 87 
       9.6  RECOMMANDATION GENERALE : S’EN TENIR AUX NORMES ET AUX STANDARDS ........................................... 88 
       9.7  RECOMMANDATION GENERALE : RENFORCER L’USAGE DE CARMIN ........................................................... 88 
       9.8  RECOMMANDATION GENERALE : COMPLETER LA REDACTION DES APPELS D’OFFRE ...................................... 89 
       9.9  RECOMMANDATION GENERALE : COMPLETER LA REDACTION DE CARMIN ..................................................... 89 
  10       LISTE DES PERSONNALITES RENCONTREES ..................................................................................... 90 
  11       LISTE DES DOCUMENTS QUI NOUS ONT ETE REMIS....................................................................... 91 
  12       ANNEXES ........................................................................................................................................................ 92 

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

    12.1    LA DIRECTION DES SYSTEMES D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION ................................................. 92 
    12.2    CIRCULAIRE BUREAUTIQUE DU MINISTERE DE LA JUSTICE ....................................................................... 93 
    12.3    LES DEPENSES D’INFORMATIONS ET DE TELECOMMUNICATIONS DANS LA CIRCULAIRE RELATIVE A LA
    PREPARATION DES BUDGETS DES OPERATEURS POUR L'ANNEE 2007 ....................................................................... 96 
    12.4    ESQUISSE D’EVALUATION DU POSTE DE TRAVAIL GENDARMERIE ............................................................. 97 
    12.5    LES DROITS D'USAGE, REDEVANCES DE SUPPORT LOGICIEL , ACHAT DE LICENCES LOGICIELLES AU
    MINISITERE DE L’INTERIEUR EN 2001, 2002 ET 2003. ............................................................................................. 98 
    12.6    RATIO D’EFFICIENCE BUREAUTIQUE ......................................................................................................... 99 
  13    GLOSSAIRE .................................................................................................................................................. 101 



                                                                                                                                                                            4



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  1 Introduction


  L'objectif de cette étude est de permettre au Ministère de l'Intérieur d'identifier plus
  précisément les secteurs logiciels dans lesquels l'utilisation des licences libres lui                                 5
  permettrait de réaliser des économies, l'ordre de grandeur de ces économies, et les
  conditions nécessaires sur le plan juridique pour les réaliser.
  Après avoir analysé les principales expérimentations d'utilisation des logiciels libres
  (en privilégiant le secteur public) et après avoir pris en compte la situation
  particulière des systèmes d'information du Ministère de l'Intérieur, l'étude identifie
  les secteurs logiciels (bureautique, bases de données, systèmes d'exploitation ...)
  les plus susceptibles de permettre à l'administration de réaliser des économies.
  Elle s’attache à examiner les économies portant sur le coût global de possession
  des solutions utilisant des logiciels libres, et non pas seulement sur le coût des
  licences.
  L'étude tente également de répondre de la façon la plus pertinente aux contraintes
  juridiques de la dépense publique pour permettre au Ministère de l'Intérieur de
  traduire dans les faits les économies possibles.
  Cette étude revêt une actualité nouvelle dans le contexte de la nouvelle étape du
  rapprochement Police Nationale-Gendarmerie annoncée le 12 décembre 2008 :
  « Ce rapprochement permettra de dégager des gains de productivité sur les
  fonctions supports de la police et de la Gendarmerie au travers d’une mutualisation
  des achats et des matériels, d’une uniformisation des systèmes informatiques ou
  encore d’une harmonisation en matière de formation des personnels » (12
                                                                            1
  décembre 2007 - Premier conseil de modernisation des politiques publiques) .



  1 La modernisation de la politique de sécurité - http://www.budget.gouv.fr/presse/dossiers_de_presse/cmpp071212/4-8-
  securite.pdf

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  2 Les administrations face au logiciel libre
  Un grand nombre d’administrations, en France, en Europe et dans le monde ont
  amorcé la migration vers, ou s’interrogent sur l’opportunité, d’un recours accru aux
  logiciels libres.2
  Elles le font de leur propre initiative, mais aussi de plus en plus souvent dans le
  cadre d’orientations impulsées par les agences en charge de l’administration
  électronique et/ou de la modernisation de l’Etat.
                                                                                                                                      6
  Le périmètre fonctionnel couvert par les logiciels s’accroît régulièrement et s’étend
  maintenant des logiciels génériques et serveurs, aux applications clientes. L’offre de
  services (services d’intégration, sociétés de services en logiciels libres, éditeurs de
  LL) s’est multipliée et diversifiée.


  2.1 UNE IMPULSION GOUVERNEMENTALE EN FAVEUR DES LOGICIELS LIBRES
  En France, le gouvernement réaffirme régulièrement, depuis 1999, son intérêt pour
  le recours à des solutions libres.
  Dans le cadre de la modernisation des systèmes d’information de l’État, les
  administrations sont désormais incitées à privilégier le recours aux solutions
  ouvertes proposées par le marché.
  L’impulsion, initialement donnée par les agences ou missions en charge du
  développement de l’administration électronique (ATICA, ADAE, DGME) est
  désormais relayée par les autorités budgétaires.


      Le Plan stratégique pour l‘administration électronique (ADELE)
  Le Plan stratégique pour l‘administration électronique (ADELE), adopté en 2004,
  prévoit d’instaurer « une véritable politique d’emploi des logiciels »:



  2 Selon une étude commandée par l’Union européenne auprès de 4000 collectivités de 13 pays membres, 49% des collectivités
  régionales ou locales interrogées ont installé des logiciels libres.
  40% des administrations ont un ou plusieurs logiciels open source installé sur leurs serveurs, en complément d’autres solutions.
  Selon l’étude, 20% des collectivités ont entamé leur migration dans le cadre d’un projet pilote. 70% des collectivités déjà
  équipées, et 38% de celles qui n’ont pas encore franchi le pas veulent accroître la présence des logiciels libres dans leur parc.
  20% d’entre elles envisagent même une migration complète, selon l’étude.
  European local authorities want more open source software
  http://europa.eu.int/idabc/en/document/4996/194

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

          « L’objectif du gouvernement français n’est pas d’imposer un recours systématique
          aux logiciels libres et aux standards ouverts dans l’administration, mais de veiller à
          ce que l’ensemble de l’offre – y compris celle reposant sur le logiciel libre – soit prise
          en compte au moment du choix, l’interopérabilité et la mutualisation devant rester
          les principes fondateurs de ce choix.
          Les bénéfices de l’emploi des logiciels libres pour les systèmes d’information des
          administrations de l’État et des services publics sont en effet de plusieurs ordres :
            •   Accéder à un patrimoine considérable de logiciels souvent de qualité et
                conformes aux normes ;
            •   Maîtriser le rapport coût total de la solution/adéquation aux besoins, par le
                renforcement de la concurrence, afin de maintenir ce ratio à un niveau le plus
                bas possible ;
            •   Maîtriser les logiciels eux-mêmes et pouvoir s’assurer de leur pérennité. Cet
                                                                                                       7
                argument prend une résonance particulière dans des domaines touchant à la
                sécurité tels que l’authentification et l’identité du citoyen ou ceux relatifs à
                l’intégrité, à la confidentialité et à l’accessibilité des données au cours du temps
            •   Capitaliser les nombreux développements réalisés par et pour l'administration
                afin de faire bénéficier rapidement l'ensemble des administrations d'un logiciel
                d'intérêt général développé pour une entité administrative donnée.
          Pour qu’existe une véritable concurrence entre différents fournisseurs, y compris sur
          les postes de travail et les logiciels de bureautique, l’ADAE étudiera avec les
          départements ministériels l’opportunité de faire migrer sur des solutions « libres »
          une partie des postes de travail des agents de l’État. »


  Parmi les 140 mesures du plan ADELE (ADministration ELEctronique 2004/2007), plusieurs
  concernent explicitement la mise en œuvre des logiciels libres.
          ADELE 127 Mise en œuvre des logiciels libres et développement collaboratif
          Le Gouvernement, par l’intermédiaire de l’ADAE, souhaite également lancer un débat
          sur l’élaboration mutualisée de briques « libres » de logiciels, sur le modèle de la
          normalisation.
          Ce débat intègrera les aspects juridiques des licences, afin d’évaluer l’opportunité de
          définir des licences conformes à ces principes et totalement compatibles avec le droit
          des pays de l’Union européenne : L’objectif est donc d’aboutir à un ensemble de
          recommandations juridiques permettant la constitution d’un socle de logiciels
          librement réutilisables.
          ADELE 128 Plate-forme technique pour le développement collaboratif : Centre de
          ressources techniques
          La création d’une plate-forme collaborative de services destinés aux organismes
          publics permettra le développement de composants logiciels réutilisables. Elle sera
          composée d’un entrepôt d’informations pour la diffusion des connaissances relatives
          aux méthodes, chartes ou guides, et d’un espace de développement collaboratif qui
          sera un point d’entrée pour le référencement des logiciels et composants.
          ADELE 129 AGORA
          Par ailleurs, la mise sous "licence GPL" (General Public Licence) permettra une large
          diffusion de l’outil AGORA générateur de portail d’information.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


           Description : Architecture fonctionnelle et technique permettant de paramétrer
           rapidement, sur une architecture d’hébergement peu contraignante, des sites
           Internet, intranet ou extranet remplissant une grande diversité de fonctionnalités,
           ainsi que des interfaces évoluées permettant de gérer simplement l’ensemble de
           l’architecture.
           ADELE 130 Migration du poste de travail
           L’acquisition et la mise à jour des logiciels de base des postes de travail (système
           d’exploitation, suite bureautique, etc.) est une opération qui à l’échelle des systèmes
           d’information des administrations est extrêmement coûteuse. La fourniture de ces
           logiciels est aujourd’hui très majoritairement confiée à un éditeur en situation
           dominante qui impose ses vues et ses coûts. Des solutions alternatives seront
           expérimentées notamment la migration vers des solutions à base de logiciels libres.
                                                                                                                              8
           Une étude sera initiée avec pour objectifs d’une part de recenser et d’évaluer les
           expérimentations réalisées ou en cours et d’autre part de proposer une aide à la
           migration au travers d’un guide.
  La DGME travaille à l’actualisation du guide de migration vers des solutions libres.3


      Circulaires budgétaires
  Le sous-chapitre « Maîtrise de la dépense » du chapitre « Dépenses d'informatique
  et de télécommunication » de la circulaire relative à la préparation des budgets des
  opérateurs pour l'année 2007 4 préconise un « recours, au moins partiel, aux
  logiciels libres. (…) A l'occasion de tout projet nouveau ou choix technologique
  structurant, l'établissement est invité à recueillir l'avis et les recommandations de la
  DGME (service de développement de l'administration électronique) ».


      Les avantages attendus dépassent les seuls aspects budgétaires
  Les avantages et retombées attendus des logiciels libres ont été exposés, en 2005,
  par le Ministre des Finances et de l’Economie5 :
                -    Développant le service au plus proche des concepteurs de systèmes
                     d’information, les logiciels libres font passer d’une logique d’édition
                     centralisée à un marché de service personnalisé. De grands acteurs
                     l’ont déjà compris et ont anticipé cette évolution dans leurs activités.


  3  Ce guide précise notamment les principes généraux relatifs au choix et aux conditions d’emploi des logiciels, à savoir
  l’interopérabilité, l’indépendance vis-à-vis des fournisseurs et la mutualisation des développements logiciels. Ce Guide
  mentionne toutes les conséquences d’un passage à une solution « libre » en termes économiques, fonctionnels et
  organisationnels (formation des personnels de maintenance, acceptation par les agents, etc.).
  4 http://www.finances.gouv.fr/performance/expert/circulaireoperateurs/AnnexePartie2.htm#IIIC


  5Réponse du ministre de l’économie, des finances et de l’industrie à une question écrite du député Richard Cazenave.
  Question N° : 81090 de M. Cazenave Richard (Union pour un Mouvement Populaire)
  Question publiée au JO le : 20/12/2005 page : 11696
  Réponse publiée au JO le : 04/07/2006 page : 7079


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

                  -    L’usage des solutions sous licence libre s’accompagne d’un passage au
                       travail collaboratif qui concerne l’ensemble des agents et engage à la
                       mutualisation des investissements entre les administrations, il s’agit là
                       d’un axe fort pour la modernisation de l’État permettant la réduction
                       des dépenses sans nuire au développement des services.
                  -    Les expériences réalisées confirment que l’évolution en cours peut
                       donc comporter des avantages économiques non négligeables, mais ce
                       ne sont pas les seuls et ils sont à replacer dans le cadre d’une analyse
                       globale.
                  -    Au niveau des systèmes d’information, les développements sous
                       licence libre sont susceptibles de garantir à l’administration la maîtrise,
                       la pérennité et l’indépendance de ses choix. En effet, l’utilisation des
                       logiciels libres permet de favoriser l’adoption des formats ouverts, qui
                       contribuent : à l’interopérabilité, dans la mesure où elle permet les                               9
                       échanges sans imposer de solution logicielle ; et à la pérennité des
                       données traitées par les administrations.



  2.2 LA PENETRATION DU LOGICIEL LIBRE DANS LES ADMINISTRATIONS


         Le logiciel libre : 11% du budget informatique des administrations
  En 2007, l'administration française devrait consacrer, selon le cabinet Markess
  International, 11% de son budget informatique à l'open source et aux logiciels
  libres, charges de personnel incluses, contre 7% en 2006.
              « Les contraintes budgétaires, la mutualisation, le souci d'indépendance et
              d'interopérabilité, les obligations de procédures d’achats motivent à recourir
              à des développements ou des plates-formes open source.
              Ces derniers se multiplient et se diffusent progressivement auprès de cibles
              plus larges, y compris et de plus en plus auprès d’entreprises du privé. Fort
              de ce contexte, les offreurs s’attendent à une croissance soutenue de ce
              marché en France d’ici fin 2007.
              En effet :
                 - 44% d’entre eux estiment que leur carnet de commandes sur ce type
                     de projet sera en forte hausse sur cette période quelle que soit la cible
                     sectorielle (privé ou public) ;
                 - 60% mentionnent que le nombre de leurs clients « entreprises privées
                     » sera en hausse, même modérée. Ils sont 53% à penser de même en
                     ce qui concerne le nombre de leurs clients « administrations et
                     organismes publics». 6



  6   Markess International : « Open Source dans l’Administration Française, 2007-2009 ».

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Le domaine applicatif (développement logiciel) est le plus cité pour les projets open
  source et les logiciels libres par les responsables des administrations avec 81% des
  réponses. Suivent les solutions serveurs avec 79% des réponses et la migration
  vers la suite bureautique OpenOffice, à hauteur de 65%7.



                                                                                                                                         10



  2.3 L’UTILISATION DE LOGICIELS LIBRES DANS LES AUTRES MINISTERES
       L’ex MINEFI
  Au cours de l’année 2003, deux directions à réseau (DGI et DGCP) ont mené des
  expérimentations, afin d’évaluer les conditions d’une utilisation de suites
  bureautiques libres à plus grande échelle. L’administration centrale livre désormais
  l’ensemble de ses nouveaux matériels avec la suite OpenOffice préalablement
  installée.
  La direction des douanes a décidé au courant de l’été 2003 de déployer de manière
  opérationnelle la suite logicielle bureautique libre OpenOffice sur son parc de micro-
  ordinateurs.
  La Direction générale des Impôts a engagé la migration de son parc de 80.000 PC
  vers la suite bureautique libre OpenOffice.
  L’administration des douanes a déjà équipé 16.000 postes.
  En 2004, le MINEFI utilisait des solutions logicielles libres, principalement dans le
  domaine des applications Internet-Intranet (où les serveurs Linux/Apache étaient
  majoritaires) et comme système d’exploitation de ses serveurs (1 327 serveurs
  Linux sur un total de 5 460), soit 25 % des serveurs, principalement à la DGI.



  7 La méthodologie suivie pour réaliser cette étude repose sur 152 interviews des responsables de l'administration centrale,
  d'organismes sous tutelle et de collectivités locales ainsi que sur une cinquantaine d'entretiens avec des prestataires IT, réalisés
  en avril 2006.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Le programme Copernic, qui refond en les fusionnant les systèmes d'information de
  la direction générale des impôts et de la direction générale de la comptabilité
                                                               8
  publique, s’appuie assez largement sur des solutions libres.


  Synthèse sur la pénétration du libre
  ex MINEFI
  Domaine                                        Pénétration
  Groupware                                      *
  Gestion de contenus                            *
  Annuaire LDAP                                  *
  Bases de donnees                               -
  Sécurit é RKI                                  *
  Serveurs                                       ***                                                                             11
  Développement J2EE                             *
  Supervision                                    *
  Bureautique                                    ***
  Cadre de cohérence technique                   **          Copernic
  *: Faible, **:Moyenne, ***:Forte, -:Inconnue


        Le Ministère de la Défense
  La direction générale des systèmes d'information et de communication du ministère
  de la Défense a publié sa première directive portant sur les logiciels du ministère.
  Cette directive est organisée en trois parties :
   1. Une directive sur les logiciels : pour quoi faire ?
   2. Les orientations (en 10 points)
   3. La mise en œuvre
  La portée du texte est large : il «concerne tous les composants, projets,
  programmes, opérations comprenant des logiciels, sous tous types de licences
  d'usage « propriétaires » ou « libres » acquis sur étagère, développés
  spécifiquement de façon interne ou externe au ministère. »
  La maîtrise des logiciels repose sur les principes suivants :
     - favoriser l'interopérabilité par un recours aux standards, protocoles et
        formats d'échanges ouverts
     - rechercher la plus grande indépendance technologique et commerciale
        possible
     - pérenniser les données archivées.
  La directive propose, notamment, de « privilégier les logiciels libres à coût
  global, risques et efficacité comparables ».
    8Pour structurer cette politique, trois axes stratégiques ont été retenus :
    •  La volonté de garder la maîtrise de son SI — ou être apte à rapidement adapter le système à des besoins fluctuants tout
       en assurant la qualité du service rendu.
    • En assurer la pérennité — ou faire en sorte que les choix d'aujourd'hui nous permettent de maîtriser le système demain,
       au meilleur coût.
    • Construire l'indépendance vis à vis des technologies utilisées dans le SI et, surtout, de nos fournisseurs.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  « Outre les avantages liés à la disponibilité du code source, les logiciels libres
  permettent de vérifier le respect des standards et favorisent l’interopérabilité. Le
  ministère de la défense doit s’efforcer, avant toute acquisition ou tout
  développement interne ou sous-traité, d’identifier des solutions alternatives en
  logiciels libres disponibles, de fonctionnalité équivalente ou voisine.
  Il faut donc rechercher la libre disponibilité des logiciels acquis par le ministère de
  la défense :
      — à coût global, risques et efficacité opérationnelle comparables, le logiciel libre
         est privilégié ;
      — l’utilisation de certains logiciels libres peut être imposée aux contractants ;
      — le bien fondé de solutions comprenant tout ou partie de logiciels libres doit
         être systématiquement étudié ;
      — en cas d’acquisition de logiciels « propriétaires », la solution d’une licence                                       12
         libératoire est systématiquement étudiée par le porteur du besoin ».9


      Le Ministère de l’Equipement
  La migration vers le libre s’inscrit dans un démarche globale appelée « Equilibre ».
  Cette démarche a été présentée en avril 2004 à la Commission de l'informatique et
  de la bureautique (Comib) qui s'est traduite par la circulaire n°2004-30 du 12 mai
  2004 relative aux recommandations sur les logiciels libres.
  Cette circulaire demande de rechercher avant toute acquisition et tout
  développement interne ou sous-traité l'existence de solutions libres pouvant
  répondre à tout ou partie des besoins exprimés.
  Cette démarche concerne la quasi-totalité des projets d'infrastructure :
    • développement et hébergement des applications (projet Acaï : remplacement
       progressif des applications nationales qui sera décliné pour les
       développements locaux)
    • système d'exploitation des serveurs (projet Équilinux : un paquetage
       Bureautique et un autre pour le réseau)
    • messagerie (projet Mélanie 2)
    • publication Web (projet Giseh offrant une plate-forme centralisée pour les
       sites intranet et internet)
    • annuaire et gestion de droits (projet Amédée)
    • suite bureautique (migration en cours vers la suite libre OpenOffice.org)
    • outils de travail collaboratif (à moyen terme)
    • système d'exploitation des postes de travail (à long terme)



  9 Bulletin officiel des armées édition chronologique (BOC) [1], la DIRECTIVE N° 1/DEF/DGSIC portant sur les logiciels du
  ministère de la défense du 17 octobre 2006
  [.http://www.boc.sga.defense.gouv.fr/visu/boc_visu4.php?p1=&p2=m0652897x&job=07PP05&fic=defm0652897x (indisponible)


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Synthèse sur la pénétration des logiciels libres :
  Ministère de l'Equipement
  Domaine                                  Pénétration
  Groupware                                *
  Gestion de contenus                      ***
  Annuaire LDAP                            *
  Bases de donnees                         -
  Sécurité RKI                             *
  Serveurs                                 ***
  Développement J2EE                       **
  Supervision                              *
  Bureautique                              ***
  Cadre de cohérence technique             ***         ACAI
  *: Faible, **:Moyenne, ***:Forte, -:Inconnue                                                 13
  La migration concerne le remplacement de 1 500 serveurs bureautiques et
  d’infrastructure. Le projet Équilinux de migration des serveurs bureautiques et
  d’infrastructure vers Linux a démarré dès novembre 2003 pour les serveurs Linux
  bureautiques à gestion locale.



  Après une phase de tests intensifs, le ministère de l'équipement a débuté sa
  migration vers la suite bureautique OpenOffice avec comme objectif 30 000 postes
  migrés avant la fin 2005 soit la moitié du parc informatique du ministère, le restant
  l’ayant été fin 2006.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  En 2002, le ministère a fait le choix d’une architecture d’application fondée sur
  l’utilisation des technologies issues de l’internet et du langage de programmation
  Java pour la réalisation de ses projets informatiques.
  Pour accompagner les maîtrises d’ouvrage et les maîtrises d’œuvre dans la
  réalisation de leurs projets, la circulaire du 23 septembre 2002 formalisait cette
  architecture commune des applications informatiques (ACAI) au moyen d’un cahier
  des clauses techniques générales décrivant les principes structurants et de trois
  guides explicitant les règles d’implémentation à respecter.10


       Le Ministère de l’agriculture
                                                                                                   14
  La migration vers OpenOffice a été décidée en 2007.
  En 2005, ce ministère avait déjà migré 500 serveurs bureautiques de Windows NT4
  vers OS Linux de Mandriva.
  Ministere de l'agriculture
  Domaine                                             Pénétration
  Groupware                                           ***
  Gestion de contenus                                 ***
  Annuaire LDAP                                       ***
  Bases de donnees                                    -
  Sécurité RKI                                        -
  Serveurs                                            -
  Développement J2EE                                  *
  Supervision                                         *
  Bureautique                                         En cours
  Cadre de cohérence technique                        -
  *: Faible, **:Moyenne, ***:Forte, -:Inconnue



       Le Ministère de la culture


  En 1999, le ministère de la culture et de la communication a annoncé un plan de
  migration de l’ensemble de ses serveurs départementaux sous Windows NT et Aix
  vers des solutions basées sur le logiciel libre Linux. Ce plan, qui concerne 400
  serveurs, était achevé fin 2003.
  Dès 2004, les logiciels libres OpenOffice, Mozilla/Firebird, Mozilla/Thunderbird
  étaient déployés sur les postes informatiques des agents.



  10 Le référentiel ACAI :
  http ://www.equipement.gouv.fr/informatique/acai/


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Synthèse sur la pénétration des Logiciels Libres
  Ministère de la Culture
  Domaine                                  Pénétration
  Groupware                                *
  Gestion de contenus                      ***
  Annuaire LDAP                            *
  Bases de donnees                         **
  Sécurité RKI                             -
  Serveurs                                 **
  Développement J2EE                       *
  Supervision                              -
  Bureautique                              **
  Cadre de cohérence technique             *
  *: Faible, **:Moyenne, ***:Forte, -:Inconnue                                                 15


      Le Ministère de l’éducation nationale
  L’usage des logiciels libres a été initié tant au niveau des services académiques
  qu’au sein des établissements scolaires (EPLE).
  Ainsi, en 2003, environ 30 % des serveurs des établissements fonctionnaient sous
  un environnement Linux.
  L’usage des produits libres se retrouve ainsi à plusieurs niveaux du système
  d’information : développement, administration réseau, sécurité, jusqu’au poste
  client, notamment avec la conduite du changement bureautique dans les
  inspections académiques.


  Ministère de l'Education
  Domaine                                  Pénétration
  Groupware                                *
  Gestion de contenus                      ***
  Annuaire LDAP                            *
  Bases de donnees                         **
  Sécurité RKI                             *
  Serveurs                                 ***
  Développement J2EE                       *
  Supervision                              -
  Bureautique                              **
  Cadre de cohérence technique             -
  *: Faible, **:Moyenne, ***:Forte, -:Inconnue



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


           Ministère de la Justice
  La décentralisation du Ministère de la Justice (avec une large autonomie des Cours
  d’appel) conduit à une situation est très contrastée.11
  Le Ministère de la Justice a adopté en 2003 un schéma directeur informatique
  200 »-2007.
  Ce schéma directeur fixe les objectifs et exprime la stratégie. Le Schéma directeur
  identifie trois axes d’informatisation majeurs :
    • Déployer une architecture cohérente
    • Poursuivre le développement d’un portefeuille applicatif adaptable et adapté
    • Disposer d’un système d’information pour le pilotage
                                                                                                                                  16
  Il est accompagné d’un référentiel technologique, le cadre de cohérence technique
  (CCT). Le CCT régulièrement actualisé (1 fois par an), sert de guide à tous les
  acteurs tant au niveau central que déconcentré. L’application des recommandations
  qui y figurent favorise l’interopérabilité des environnements.
  Concernant les logiciels dits “libres”, la politique du ministère s’appuie sur
  4 axes :
       •    « la systématisation quand cela est possible, au sein du cadre de cohérence
            technique (CCT), d'une politique de double source (un produit éditeur, un
            produit libre) dans le but de sécuriser les approvisionnements du ministère,
            d'offrir un espace de liberté aux responsables projets, le tout sans alourdir
            inutilement les charges supportées par le ministère afin de résoudre les
            problèmes d'interopérabilité,
       •    leur recours pour les logiciels d’infrastructure (serveurs d’application, système
            d’exploitation) sur les nouvelles applications, en concurrence avec Windows
            2003 server,
       •    leur recours pour la bureautique (suite OpenOffice.org) doit être assortie d'un
            accompagnement du changement. Pour limiter l'acquisition de nouvelles
            licences MS Office, la diffusion d’OpenOffice.org est engagée dans les services
            pénitentiaires et à l’administration centrale compte tenu de la bonne
            compatibilité avec Word, logiciel utilisé pour les éditions de GIDE et pour les
            échanges interministériels. L’objectif visé consiste en la mise en place d’un
            format d’échange et l’absence d’adhérence applicative à une suite
            bureautique, quelle qu’elle soit. L’utilisation d’OpenOffice.org dans les services
            judiciaires est en cours de développement grâce d'une part à l'amélioration de


  11
     La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence (2200 postes de travail et plus de 100 serveurs), par exemple, déployé OpenOffice.org 2
  depuis presque deux ans ( 3/4 du parc). Elle utilise des serveurs Linux, virtualisés avec Xen, un intranet sous SPIP, un Wiki
  MoinMoin pour le "knowledge management".
  Elle utilise plusieurs logiciels libres :
     • VNC pour la télémaintenance des postes de travail
     • Videolan/VLC pour la lecture de médias et l'enregistrement (par webcam par exemple)
     • OCS Inventory NG (logiciel d'inventaire)
     • rsync pour la synchronisation des racines DFS
  La Cour d’appel déployé OpenOffice.org 2 depuis presque deux ans ( 3/4 du parc). Elle utilise des serveurs Linux, virtualisés
  avec Xen, un intranet sous SPIP, un Wiki MoinMoin pour le "knowledge management".


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

           l'interopérabilité avec l'existant WordPerfect et, d'autre part, à l'utilisation
           d'OpenOffice.org comme traitement de texte de référence pour Minos CA et
           Cassiopée.
       •   la systématisation de la vérification de compatibilité croisée des applications
           développées en mode client léger avec les navigateurs Firefox et Internet
           explorer, afin notamment de garantir le respect de la normalisation en vigueur
           dans l'univers internet. Une consultation est en cours pour proposer un
           support technique approprié sur les “logiciels libres” aux administrateurs
           d’environnement et aux développeurs. » 12
  Le Ministère de la Justice a fait appel à une société de services pour accompagner
  la migration vers OpenOffice, avec un objectif de 5000 postes (soit 10 % environ
  du parc informatique) à l’horizon de la fin 2006, notamment au sein de
  l’administration centrale et des services déconcentrés de la direction de
  l’administration pénitentiaire.                                                                                                   17
  Une circulaire récente de la Chancellerie oblige les services à accepter toute pièce
  au format OpenDocument13.


  Synthèse de la pénétration des Logiciels Libres
  Ministère de la Justice
  Domaine                                          Pénétration
  Groupware                                        -
  Gestion de contenus                              -
  Annuaire LDAP                                    -
  Bases de donnees                                 -
  Sécurité RKI                                     -
  Serveurs                                         -
  Développement J2EE                               -
  Supervision                                      -
  Bureautique                                      **
  Cadre de cohérence technique                     ***         CCT
  *: Faible, **:Moyenne, ***:Forte, -:Inconnue



  2.4 LE CAS DE LA GENDARMERIE
  La Gendarmerie Nationale affiche volontiers une « stratégie logiciel libre ».
  Cette démarche s'inscrit, en fait, dans une stratégie plus globale de rationalisation
  du système d'information.



  12
      Commission de l’Informatique, des Réseaux et de la Communication Électronique : Schéma directeur des systèmes
  d’information et des télécommunications 2003-2007
  13Voir Annexe : Circulaire de la DAGE n° 2007-05 du 7 juin 2007 relative aux formats bureautiques utilisés au sein du ministère
  de la justice – Usage des logiciels bureautiques

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Pour la SDTI (sous-direction des technologies de l’information) l’intranet constituera
  bientôt l'interface standard d'accès à l'ensemble des applications pour 85 000
  gendarmes, d'où des problèmes de sécurisation.
  La SDTI ne souhaitait pas voir se multiplier les applications au niveau local.
  La Gendarmerie Nationale a élaboré en 2004 un Cadre de Cohérence Technique
  (CCT)14. Le CCT se « concentre sur les composants logiciels mis en oeuvre au
  sein des SIC de la gendarmerie avec les objectifs suivants :
       •   Permettre aux applications d'interopérer entre elles et avec les partenaires
           extérieurs. Sur ce point, le CCT respecte le « cadre commun d'interopérabilité
           (CCI) des systèmes d'information des administrations »
       •   Limiter la diversité des plates-formes et des configurations par un choix
           concerté des composants logiciels ;                                                                     18
       •   Rechercher autant que faire se peut l'indépendance des couches matérielles et
           logicielles
       •   Maîtriser les coûts d'acquisition des progiciels et des composants logiciels ainsi
           que ceux des services d'intégration et d'administration en évitant que chaque
           application n'impose ses propres composants de base ;
       •   Optimiser les compétences sur des composants logiciels reconnus pour leur
           performance, leur pérennité et leur portabilité.
  Le CCT s'articule autour de deux parties :
       •   un référentiel technique des produits,
       •   un ensemble de règles complémentaires.


  Le Référentiel technique des produits (RTP) distingue trois types de
  produits :
       •   Les produits Recommandés (R) : Le produit peut être utilisé librement aussi
           bien pour un nouveau système que pour une intégration ou un portage d'un
           système existant.
       •   Les produits « Migration (M) » : Le produit ne peut être utilisé que pour
           faciliter la migration ou le portage d'un système existant.
       •   Les produits « Assujettis » (A) : Le produit ne peut être utilisé que dans un
           contexte qui doit être précisé. L'emploi du produit hors de ce contexte est
           interdit (implique une demande de dérogation auprès du bureau de la sécurité
           et de l'architecture – SDTI/BSA).
  Domaine poste de travail
  « Pour l'ensemble des               rubriques qui ne sont pas abordées dans le référentiel
  technique des produits             (domaine A - poste de travail), les logiciels utilisés doivent
  être validés par la sous           direction des télécommunications et de l'informatique. Cette
  validation cherche à               favoriser les logiciels libres, indépendant du système
  14
       Cadre de Cohérence Technique des Systèmes d'Information et de Communication de la Gendarmerie (CCT)

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  d'exploitation. »



                                                                                               19



  Autres logiciels
  « Pour l'ensemble des rubriques qui ne sont pas abordées dans le référentiel
  technique des produits (domaine A - poste de travail), les logiciels utilisés doivent
  être validés par la sous direction des télécommunications et de l'informatique. Cette
  validation cherche à favoriser les logiciels libres, indépendant du système
  d'exploitation. La liste exhaustive des logiciels pouvant être installés sur un poste
  de travail de la gendarmerie nationale relié au réseau Intranet est disponible sur
  ORDI. Toute demande d'ajout de logiciel doit être faite au BSA en utilisant le
  modèle disponible sur ORDI. »
  Toutes les nouvelles applications sont réalisées dans le cadre du CCT qui précise les
  méthodes et les outils acceptés.
  Pour la SDTI, l'informatique est composée de 3 volets: le réseau, les applications et
  le socle dont font partie:
    •   le poste de travail
    •   les applications transverses (messagerie, courrier,...)
    •   les référentiels (RH, ...)
    •   l'annuaire synchronisé sur les applis RH
    •   le système d'authentification
    •   le système de journalisation
    •   le système de messagerie
    •   les bases de données
    •   les serveurs (ils sont mutualisés et environnement virtuel: un projet ne peut
        pas imposer un serveur, il s'adapte à ce qui est fournit)
    •   l'hébergement Web (façon free.fr en Zope ou PHP)
    •   les autres serveurs d'infrastructure (DNS, serveurs de fichiers,...)


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Engagée en 2005, la migration vers la suite bureautique libre est terminée. 98%
  des 70 000 postes informatiques sont désormais équipés exclusivement en
  OpenOffice ; seules 2% des machines disposent en plus d'une ancienne version de
  MS Office : les quelque 1,5 million de procès verbaux annuels sont écrits sur
  OpenOffice.org 2.0.



                                                                                               20



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  3 Evaluation des retombées budgétaires du recours au
    logiciel libre : bureautique et poste de travail


  La comparaison des solutions libres et des solutions propriétaires comme l’analyse
  des migrations vers des solutions libres (notamment dans le secteur public) ont
  suscité un très grand nombre d’études : analyse de cas, monographies, synthèses
  des analyses de cas.
  Le corpus d’études consacrées au mode de calcul du TCO comme à celui du coût de                                                     21
  migration est considérable. 15
  Les études de comparaison des coûts des solutions libres et propriétaires abondent
  dans un sens comme dans l'autre.
  Cette controverse est alimentée par le fait que ces analyses ne recouvrent pas
  toujours
    • ni la même réalité : de quels logiciels s’agit- il ?
    • ni les mêmes coûts : de quelles dépenses s’agit-il : achat de licence, coûts de
       migration, etc ?
    • ni la même période : sur quelle période sont calculés ces gains ?


  3.1 2000-2004 : LES ETUDES DE FAISABILITE ET D’OPPORTUNITE PREALABLES


  La plupart des gouvernements des pays de l’OCDE ont conduit entre 2002 et 2004
  des études afin d’évaluer l’opportunité de recourir aux logiciels libres.16
  15 Plusieurs Observatoires se consacrent au recensement des expériences de migration vers le logiciel libre dans
  l’administration. Ces observatoires compilent, quand ils sont disponibles, les bilans de ces migrations. Observatoire IDABC de la
  Commission Européenne
       - Public Sector & OSS project
       - Les logiciels libres au gouvernement du Québec
  16 Canada : “Open Source Software in Canada”
  http://www.e-cology.ca/canfloss/report/CANfloss_Report.pdf
  Danemark : “Open Source Software in e-government”
  http://www.tekno.dk/pdf/projekter/p03_opensource_paper_english.pdf
  “The Danish Software Strategy”
  http://www.oio.dk/files/Softwarestrategi_-_Engelsk.pdf
  Finlande : “Recommendation on the openness of the code and interfaces of state information systems”
  http://www.vm.fi/tiedostot/pdf/en/65051.pdf
  “Linux in government”
  http://www.siriusconsulting.fi/lin.pdf


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  Dans de nombreux cas, c’est la "Software assurance" de Microsoft, stipulant qu’il
  faut payer un abonnement pour avoir droit à des mises à jour régulières, qui
  semble avoir été le catalyseur de cet intérêt.17
  Toutes ces études convergeaient pour conclure à l’intérêt de recourir plus
  largement aux logiciels libres, sans nécessairement mettre principalement en avant
  des arguments budgétaires. Ces études s’appuient sur des expérimentations-
  pilotes.
  Plusieurs d’entre elles (Canada, Allemagne) proposent des méthodes et des grilles
  d’évaluation des coûts des différentes solutions afin de permettre aux
  administrations d’évaluer elles mêmes les implications budgétaires des diverses
  options.
                                                                                                                                   22
  Au Royaume Uni, l'OGC (Office of Government Commerce), la centrale d'achats du
  gouvernement britannique (rattachée au ministère des Finances) a publié en 2004
  un rapport fondé sur une série d’expériences pilotes conduites en partenariat avec
  Sun et IBM.18 Les logiciels open source (open source software ou OSS) représentent
  «une alternative viable dans le domaine des logiciels de bureautique pour la
  majorité des employés des services publics». Parmi les avantages mentionnés dans
  son rapport, l'interopérabilité et les coûts figurent en bonne place. L'utilisation
  d'OSS à la place de produits propriétaires pourrait même générer «des économies
  significatives» pour le gouvernement. En outre, une telle migration sera
  particulièrement efficace si elle est combinée avec «une consolidation des serveurs,
  et en repoussant la mise à jour du matériel informatique». L'OGC souligne toutefois
  qu'une migration vers des logiciels ouverts comporte certains défis à relever, en
  termes «de planification, de formation des utilisateurs et de développement des
  qualifications nécessaires pour déployer ces logiciels et assurer leur support
  technique.


  Germany : “Open Source Software in the Federal Administration”
  http://www.kbst.bund.de/Anlage302856/KBSt-Brief+-+English+Version.pdf
  “Open Source Migration Guide”
  http://www.kbst.bund.de/Anlage303777/pdf_datei.pdf
  Malaisie ; “Malaysian Public Sector Open Source Software Implementation”
  http://opensource.mampu.gov.my/sections.php?op=viewarticle&artid=35
  Pays-Bas : “Programme for Open Standards and Open Source Software in Government” (OSOSS)
  http://www.ososs.nl/attachment.db?999
  Nouvelle Zélande : “Open Source Software – Briefing to the Minister of State Services”
  http://www.e-government.govt.nz/docs/open-source-200303/
  Suéde : “Free and Open Source Software Feasibility Study”
  http://www.statskontoret.se/pdf/200308eng.pdf
  USA : “Use of Free and Open-Source Software (FOSS) in the US Department of Defense”
  http://www.egovos.org/rawmedia_repository/588347ad_c97c_48b9_a63d_821cb0e8422d?/document.pdf
  17 En Norvége, le gouvernement norvégien a annulé le contrat exclusif qui le liait a Microsoft. Il réagissait ainsi au nouveau
  programme de licences de Microsoft (la "Software Assurance", censée entrer en application le 31 juillet 2002).
  18   "Government Open Source Software Trials - Final Report", Office of Government Commerce, octobre 2004


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  En Allemagne, une Commission parlementaire a examiné les coûts et avantages
  des différentes options pour les 5000 ordinateurs du Bundestag. Elle a également
  évalué le coût de ces options pour l'ensemble du Gouvernement fédéral : le choix
  de Linux dans tout le gouvernement fédéral permettrait d'économiser 250 millions
  de marks (125 millions d’euros).
  Au Danemark, le conseil de la technologie (Danish Board of Technology) a rendu
  public en octobre 2002, un rapport « open source et administration électronique ».
  Le rapport évalue un certain nombre d’expérimentations en cours, notamment celle
  de la municipalité de Hanstholm. Il estime à 500 millions d’Euros sur quatre ans le
  montant des économies rendues possibles par un large recours aux solutions
  logicielles open source.
  En Suède, Statskontor, l’agence nationale de gestion publique, a réalisé une étude                                                      23
  de faisabilité concernant le logiciel libre dans les administrations. Pour les auteurs
  du rapport, « les normes et les formats ouverts comme le logiciel libre sont des
  composants importants pour garantir une concurrence accrue, améliorer
  l’interopérabilité et réduire les coûts pour l’administration publique ».


  3.2 ENSEIGNEMENTS DES MIGRATIONS VERS OPEN OFFICE DANS LA SPHERE
          ADMINISTRATIVE
       L’étude du Conseil du trésor du Québec (Etude Cirano)
  Le Conseil du trésor du Québec a commandé en 2005 à Cirano19 une analyse
  d’expériences       internationales des   migrations    vers OpenOffice.org sous
  environnement Windows, dans le cadre du projet pilote de migration vers des
  logiciels libres.20
  Cette étude fait suite à un rapport visant à évaluer les risques d’un projet de
  migration vers la suite bureautique libre sous Linux21.
  Les aspects budgétaires ne sont pas centraux dans l’étude, qui porte assez
  largement sur les questions de mise en œuvre et de gestion du changement :
    • la nécessité d’obtenir l’adhésion des utilisateurs, en les associant au projet de
       migration
    • l’importance accordée au sens de la migration.
    • le choix des services/personnes dont les postes de travail devront migrer vers
       OpenOffice.
  « Les administrations centrales ont tendance à s’ouvrir aux logiciels libres de
  bureautique parce que peu à peu les craintes rattachées à cette option diminuent
  alors que les avantages paraissent de plus en plus évidents.


  19 Le CIRANO est une structure regroupant au Québec plus de cent professeurs-chercheurs œuvrant dans différentes disciplines
  telles que l'économie, la finance, la gestion, les systèmes d'information, les sciences politiques,le droit, l'histoire, la médecine…
  20www.logiciel-libre.gouv.qc.ca/fileadmin/Contrib/Realisations/Etudes/MIGRATION.pdf
  21 Rapport 2005RP-09 " Évaluation de risque du projet de migration vers la suite bureautique libre sous Linux", Cirano, février
  2005.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Ce processus s’explique par trois facteurs principaux :
     •   Leur dépendance quasi totale vis-à-vis d’un acteur économique unique
         (Microsoft), tant pour leur système d’exploitation que pour leur suite
         bureautique. Cette dépendance entraîne la perte de la maîtrise des coûts à
         assumer qui, dans un tel contexte, peuvent dépendre du bon vouloir de
         l’acteur économique.
    •    La nécessité de diminuer leurs dépenses, alors que le coût des licences a
         tendance à croître en même temps que le parc informatique de ces
         institutions, ce qui se traduit au contraire, par une importante augmentation
         des dépenses des services informatiques.
    •    Le fait que la suite bureautique OpenOffice.org a évolué et peut, aujourd’hui,
         rivaliser avec Microsoft Office du point de vue de                                                                                 24
               o ses fonctionnalités, que les comparaisons entre les deux suites
                  bureautiques mettent en évidence;
               o ses avantages intrinsèques, par exemple, la préservation de pérennité
                  des données due aux formats adoptés (XML), l’interopérabilité ; la
                  possibilité d’intégration puisqu’elle permet de récupérer et d'exploiter
                  les données produites antérieurement (Ms Office®, Corel Office®,
                  PDF, etc.) et peut s’intégrer dans un environnement Windows® ; la
                  qualité, en particulier la stabilité et la fiabilité. »
  L’étude s’appuie sur l’analyse de trois cas de migration examinés en France vers
  OpenOffice.org sous environnement Windows :
    • les projets pilotes menés dans les mairies de Vaulx-en-Velin et de Vénissieux,
    • la migration de l’hôpital d’Avranches-Granville
    • la migration de la Gendarmerie française.
  Le tableau reprend les coûts de la migration vers OpenOffice.org pour chacun des
  cas étudiés.
                                                       Mairies                         Hôpital                     Gendarmerie
                                                               Open
                                              MS Office        Office          MS Office   Open Office        MS Office       Open Office
          Nomnbre de machines                      126           108               235              44           70 000          20 000
          Cout materiel additionnel           - (2)                                -             7 000   -                -
          Cout unitaire de licence                 279                             452             -                285             -
          Cout unitaire Sofware assistance    -                   -                135             -     -                          -
          Cout unitaire licence Office        -            -               -               -                         80             -
          Cout comparatif logiciels            35 187             -                233             -         20 000 000       2 000 000
          Nombre de jours/formation
          (jours)                                 -                   22           -               60    -                2-10 jours
          Nombre de jours/installation
          (jours)                                 100                 30   -                       35    -
          Nombre de jours/test et
          déploiement (jours)                         57         142                   5           65    -
          Nombre de jours/reprise
          docimentation (jours)                   -                   30           -               30    -
          Coût total expertise et formation    30 160          43 987           24 500          66 500   -
          Coût total                           65 347          43 987          578 777         238 250   -
          Coût unitaire total (par poste)         519            407             2 463           5 415   -



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

    1) Information manquante
    2) Le centre hospitalier inclut des acquisitions de matériels dans cette comparaison, ce qui n’est pas
    le cas des mairies et de la Gendarmerie.
    3) Acquisition de RAM.
    4) Il s’agit du coût de licences d’un parc hétérogène.
    5) La Gendarmerie n’évalue pas le coût des études : elle a pourtant mis en place une équipe de
    trente experts et des cellules d’accompagnement. La formation est également fondue dans les coûts
    fixes puisqu’elle est intégrée au programme de formation ou stage de gendarme (dans ses propres
    écoles).
    Conclusions du Conseil du trésor du Québec (Etude Cirano)
       •   Le coût d’acquisition des licences OpenOffice.org est nul alors qu’il
           représente un poste important pour Ms Office.
           Il constitue plus de 50% du coût de migration dans le cas des mairies et près
                                                                                                             25
           de 30 % dans le cas de l’hôpital.
       •    Les coûts d’installation des logiciels sont plus contrastés.
           Dans le cas des mairies, ces coûts sont les mêmes, qu’il s’agisse de Ms Office
           ou d’OpenOffice.org. Les chiffres relatifs à l’hôpital permettent de voir que,
           lors d’un premier projet de migration de 44 postes de travail, les coûts
           d’installation d’OpenOffice.org sont supérieurs à ceux de Ms Office. Mais que
           l’expertise acquise permet dans un projet ultérieur de 100 postes de faire
           tomber les coûts d’installation d’OpenOffice.org à près de la moitié de ceux
           de Ms Office.
       •   Les coûts de formation représentent pour les mairies et le centre
           hospitalier environ 10 % du coût total de la migration, ce qui peut
           être considéré comme un surcoût par rapport à Ms Office.
           La Gendarmerie n’évalue pas ses coûts de formation. Dans ce cas, pour les
           nouvelles recrues, la formation sur OpenOffice.org fait partie du cursus de
           formation global, et pour les utilisateurs devant migrer elle est considérée
           comme faisant partie des stages de recyclage.
       •   Les coûts de reprise de la documentation représentent environ 15 %
           du coût de migration pour les mairies et moins de 10 % pour
           l’hôpital alors qu’ils sont nuls dans le cas Ms Office.
           Les coûts d’acquisition de matériels ne sont évoqués que dans le cas de
           l’hôpital. Ils ont consisté en un achat de RAM pour améliorer les capacités de
           certains postes de travail. Ces coûts représentent environ 3 % du coût de la
           migration. Dans le cas de la Gendarmerie, l’expansion de la capacité de
           mémoire était inutile du fait de l’utilisation de l’Intranet.
    (…) Les cas étudiés conduisent aux conclusions suivantes :
                  • Ils confirment que la migration vers OpenOffice.org présente des
                  avantages potentiels significatifs du point de vue du coût. Le cas de la
                  Gendarmerie, surtout, illustre bien cette économie, les coûts
                  d’OpenOffice.org constituant le dixième de ceux de Ms Office.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

                     • Des économies de coûts supplémentaires sont possibles, car si la
                     migration est conçue, comme dans le cas de l’hôpital, en deux temps,
                     son coût baisse. En effet, les coûts d’apprentissage (de l’équipe de
                     projet) sont importants au début et tendent à diminuer par la suite.
                     • Une économie d’échelle peut être réalisée du fait que le coût de la
                     licence n’est pas liée au nombre de postes de travail concernés. Par
                     ailleurs, ces avantages augmentent dans le temps du fait que
                     l’utilisation des logiciels libres n’implique pas de coûts annuels comme
                     les licences propriétaires.


        Etude comparative de six cas de migrations dans des organismes publics
        en Europe                                                                                                                      26
  La Commission européenne a confié à une équipe multinationale, coordonnée par le
  centre de recherches de l'Université de Maastricht, Merit, une étude visant à
  évaluer l'impact des logiciels libres et Open Source sur l'innovation et la
  compétitivité du secteur des technologies de l'information et des communications
              22
  en Europe.
  Le rapport final comprend une très large section consacrée à l’analyse de
  migrations vers OpenOffice dans six administrations.
  L’étude économique des migrations portait sur des organismes publics :
    • Consorzio des communes de la Province de Bolzano (SVG)
    • Province de Pise (PP)
    • Ville de Skopje (SK)
    • Törökbálint Nagyközség Polgármesteri Hivatala (TO)
    • Province de Bolzano-Bozen (ProBZ)
    • Estrémadure (Fundecyt in Estremadura)
  Elle   présente plusieurs intérêts :
    •     Son caractère récent (elle a été réalisée en 2006)
    •     Son caractère systématique
    •     La combinaison de données qualitatives (recueillies par des questionnaires et
          des entretiens) et objectives (recueillies à travers le logiciel PROM)
       • Le souci apporté à l’évaluation des coûts cachés
  Le modèle d’analyse distingue coûts de migration et coûts de possession. Pour
  chacun d’eux, elle mesure quatre types de coûts : logiciel, support formation,
  personnel.
  Le modèle vise à cerner, autant que possible, les coûts cachés (intangibles), ceux
  qui sont par construction difficiles à prévoir et à mesurer.



  22 L'impact économique des logiciels open source sur l'innovation et la compétitivité du secteur des technologies de l'information
  et de la communication dans l'Union Européenne".2007. http://ec.europa.eu/enterprise/ict/policy/doc/2006-11-20-flossimpact.pdf

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Catégories de couts                                                                          Couts cachés
  Logiciel                 projets pilotes                                                          Y
                           Outils de conversion des données
                           Interface avec les logiciels historiques (legacy)
                           Add-ons
                           Outils de sécurité
                           Upgrades
  Support                  Recherche d'alternatives                                                 Y
                           Recherche de documentation                                               Y
                           Data compliance
                           Recherche de nouveaux contractants pour le support                       Y
                           Couts de support externes
  Formation                Formation des informaticiens aux nouveaux outils
                           Autoformation des informaticiens                                         Y
                           Formation des employés aux nouveaux outils
                           Autoformation des employés                                               Y
                           Pertes de productivité                                                   Y         27
  Personnel                heures supplémentaires et primes
                           Salaires des employés tempraires                                         Y
                           Installation et déploiement                                              Y



  Les coûts d'une migration représentent l'effort financier qu’il faudra consentir pour
  passer à une solution Open Source.



  Ce tableau synthétise l’ensemble des coûts de possession :
  Cout de possession                           Solution open source            Solution propriétaire
                                                  Coût initial   Coût annuel    Coût initial    Coût annuel
  Acquisition                                    d'acquisition    sur 5 ans    d'acquisition     sur 5 ans
  Mises a jour
  Upgrades
  Add-on
  Sécurité
  Maintenance (interne)
  Maintenance (support externe)
  Assistance externe
  Personnel interne
  Formation du personnel
  Formation des informaticiens
  Pertes de productivité



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Le tableau suivant synthétise l’ensemble des résultats pour les 6 organisations
  étudiées. Les coûts de migration sont classés en quatre catégories, elles mêmes
  subdivisées en coûts « tangibles » et « intangibles ». Les coûts de possession sont
  calculés sur une base annuelle et extrapolés sur cinq ans.



                                                                                                            28
           Modèle de coût de migration par catégorie
           PA : Public Administration : Consorzio des communes de la Province de Bolzano (SVG), 
           Province de Pise (PP), Ville de Skopje (SK), Törökbálint Nagyközség Polgármesteri Hivatala
           (TO), Province de Bolzano‐Bozen (ProBZ), Estremadure (Fundecyt in Estremadura) 
           Tang. :  Coûts direct, Intang. : Coûts cachés
           Source : MERIT


  Les coûts de possession des différentes configurations sont comparés afin
  d’identifier les domaines où des économies ont été réalisées.



              Modèle de coût de possession comparé entre organisations
              Source : MERIT


  Conclusions
    •   « Les coûts de migration sont significatifs et comparablement supérieurs au
        coût annuel de possession : il est vrai que les coûts de migration portent sur
        une période de temps plus courte.
    •   Ceci signifie que la transition exige un effort financier supplémentaire.
    •   Les coûts initiaux d'achat sont en revanche supérieurs pour les solutions
        propriétaires
    •   Les coûts de maintenance sont comparables dans les deux solutions. »

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  3.3 RETOMBEES BUDGETAIRES ATTENDUES DE LA MIGRATION VERS OPEN OFFICE DANS LES
         AUTRES MINISTERES


  Le ministre de la Fonction publique, Renaud Dutreil avait évalué à 300 millions
  d’euros les gisements d’économies budgétaires, pour le seul volet bureautique, le :
  "Dans les trois années à venir, une grande partie des licences logiciels des 900 000
  postes informa- tiques de l’État devront être renouvelées. Sur les seuls produits de
  bureautique (traitement de texte, tableur,…) l’enjeu financier est supérieur à 300
  millions d’euros".
                                                                                                                                29
  Le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, avait évoqué, en mai 2004, lors d’une
  interview diffusée par une radio nationale, des économies de 50 millions d’euros.
  « Chacune de nos administration achète des logiciels, tableurs, traitement de
  textes, etc... à des éditeurs privés alors qu’il existe des Logiciels Libres. Ce sont là
  50 autres millions d’Euros que l’on peut économiser ».


       Audit de modernisation du parc bureautique de l’État
  Cet audit évalue à “plusieurs centaines de millions d’euros” les gisements
  d’économie liés à une rationalisation du parc bureautique.
  « Selon une étude réalisée en 2003 sur les coûts moyens directs d’un poste de
  travail et de son environnement, la partie afférente au support et service
  d’infrastructures représente 50 % et les coûts d’acquisition et de maintenance du
  matériel 16 % du coût total. Compte tenu de l’importance de la taille du parc
  informatique de l’État, une optimisation du coût de ces fonctions représente une
  économie potentielle de plusieurs centaines de millions d’euros ».
  Parmi les Ministères qui ont décidé de « migrer » leur parc bureautique d’Office
  vers OpenOffice, seulement trois d’entre eux ont rendu public le montant des
  économies budgétaires attendues. Seul le Ministère de l’agriculture a rendu
  publique l’estimation du coût de migration.


       Ministère de la culture
  Le ministère prévoit une diminution des coûts des achats de licences grâce à la
  migration vers OpenOffice, mais en contrepartie, un investissement à faire en
  matière de formation des agents à ces nouveaux outils (889 agents ont été formés
  aux outils bureautiques en 2006 et la formation d’environ 3000 agents est prévue
  pour 2007). Par ailleurs, une augmentation des coûts de bureautique est à prévoir,
  notamment due au renouvellement du parc dès 2007.23


  23Précisions méthodologiques : On compare ici, pour l’administration centrale, la somme des coûts bureautiques au nombre de
  postes de travail

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



       Gendarmerie Nationale
  La Gendarmerie Nationale a évalué l’économie réalisée par le passage sous
                                                                                                                                       30
  OpenOffice de 70.000 postes à 2 millions d'euros par an. Ces économies sont
  réalisées principalement sur les licences. La Gendarmerie évoque aussi, sans les
  chiffrer, les économies engendrées par la simplification de la gestion de ses licences
  logicielles. «Nous avons un tel maillage d'établissements que veiller à la conformité
  de toutes les licences déployées est très complexe en terme d'administration.» Elle
  avait évalué à 20 millions d'euros la mise à niveau du parc sur MS Office rien qu'en
  licence.
  La gendarmerie estime à 15% les gains en personnel uniquement sur la fonction
  administration des postes de travail.


       Ministère de l'Agriculture
  Le Ministère de l'Agriculture a évalué l’économie réalisée par le passage sous
  OpenOffice (15 000 postes) à 1,2 millions d'euros par an. Renouveler les licences
  de Microsoft Office aurait coûté au ministère 2,7 millions d'euros sur trois années.
  Le Ministère de l’agriculture a chiffré le coût de la migration à 1,5 millions d'euros
  en formation et accompagnement des employés.


       Direction générale des impôts
  La direction générale des impôts a évalué l’économie réalisée par le passage sous
  OpenOffice de 80.000 postes à 29 millions d’euros. La migration du parc, qui était
  alors équipé de Microsoft Office 97, vers Office XP aurait coûté 29,5 millions
  d'euros, en achat de licences et coûts annexes dont la remise à niveau des
  utilisateurs. Aucune estimation du coût de migration n’a été rendue publique.



  Dans la somme des coûts bureautiques sont comptabilisés les achats de PC fixes, de PC portables, de PDA, d’imprimantes
  perso ou en pool, de licences de systèmes d'exploitation et des suites bureautiques ; les coûts de la formation bureautique, des
  serveurs bureautiques, les coûts internes et externes de support et de soutien aux utilisateurs de la bureautique, les coûts de la
  maintenance du matériel et du logiciel bureautique et le cas échéant la location d'équipement afférant à la bureautique.
  Le nombre de postes de travail correspond au nombre d'agents équipés d'un ou plusieurs équipements bureautiques. Ce
  nombre inclut également les personnels "non agents" bénéficiant de l'équipement bureautique.
  Objectifs et indicateurs de performance 2008 du Minisitère de la Culture



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  En outre, la DGI réalisera ces économies substantielles tous les cinq ans, soit à
  chaque renouvellement de postes ou passage vers une nouvelle version d'Office,
  met en avant le responsable.


                                       Cout de la
                    Nb de postes          mise a                     Cout    Economie
                      concernes           niveau     Par poste   migration    licences   Par poste
  Agriculture              15 000      2 700 000           180   1 500 000   1 200 000         80
  DGI                      80 000     29 500 000           369      200000                      0
  Gendarmerie              70 000     20 000 000           286           0   2 000 000         29



                                                                                                      31



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  4 Le budget informatique du Ministère de l’intérieur


  L’informatique du Ministère de l’intérieur est organisée en trois strates.
       •    Les applications historiques, développées sur les DPS7 BULL fonctionnant sous
            le système d’exploitation GCOS7. Les terminaux accédant à ces applications
            doivent respecter des contraintes fortes des DPS7 (modes de communication
            spécifiques, modes de fonctionnement des applications)
       •    Les applications clients serveurs développées dans les années 90 et au début                                32
            des années 2000. Le serveur est de type UNIX (Généralement Solaris ou AIX)
            ou Windows. Les postes clients sont alors équipés de logiciels clients adaptées
            aux différentes applications (clients lourds). S’y rajoutent des serveurs de
            stockage des données. On obtient au final les architectures 3/3 très répandues
            au Ministère de l’Intérieur.
       •    Les applications s’appuyant sur les nouvelles architectures de type Services
            Web (WebServices). C’est le modèle issu de l’Internet avec des postes clients
            qui peuvent accéder à tous types de serveurs et d’applications pourvues que
            celles-ci respectent les spécifications du W3C24. C’est l’architecture retenue par
            la DSIC et formalisée par CARMIN. Elle met avant des postes de travail client
            le plus indépendants possibles des spécificités applicatives.
  La coexistence de ces trois générations d’applications est coûteuse et
  contraignante. Toute réflexion sur un recours accru aux logiciels libres doit prendre
  en compte cet héritage.


  4.1 RETOUR SUR LES BUDGETS INFORMATIQUES DES ANNEES PRECEDENTES


           2000-2004 : Une progression soutenue
  Les dépenses « informatique et télécommunications » du Ministère de l’Intérieur
  ont connu une progression de 77% au cours des années 2000-2004.
                                             2000          2001           2002          2003           2004 2000-2004
  Credits Titre III                     96 628         82 020       117   770      84   620      113   600       18%
  DGF Titre III                         55 192         54 970        55   473      51   290       51   290       -7%
  Credits Titre V                                                    16   880     123   600      123   000
  Personnel                             27 818         30 210        30   563      30   563       30   563       10%
  Total informatisation                179 638        167 200       220   686     290   073      318   453       77%
  Progression                                              -7%             32%           31%            10%



  24   World Wide Web Consortium (www.w3c.org .Organisme de normalisation des couches techniques de l’Internet

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Cette progression est due, pour une très large partie, mais pas seulement, aux
  crédits d’équipement (Titre V) alloués en 2003 et 2004.
                                      2000        2001          2002       2003       2004 2000-2004
  Dépenses globales
  Ministére                      12669531    16065093     18868753     19416921   12391299       -2%
  Total informatisation          179 638     167 200      220 686      290 073    318 453        77%
  % Informatisation
  dépenses Ministére                 1,4%         1,0%          1,2%      1,5%       2,6%


  Les crédits « « informatique et télécommunications » ont progressé de 77% au
  cours de cette période, alors que les dépenses globales du Ministère reculaient
  pourtant de 2% sur la même période.
  On constate par ailleurs une sous-évaluation des dépenses de personnel dans les
  chiffres 2000 à 2004. Elles atteignent en effet 30,5 millions en 2004 alors que le                     33
  vert budgétaire de 2005 les évalue à 65 millions.



                      Informatique et télécommunications                                     %
  Achat de matériel                                                 39 595 246            11%
   Location ou crédit-bail                                           4 338 231             1%
  Coûts réseaux télécoms                                            29 454 678             8%
  Maintenance des matériels                                         32 655 756             9%
  Fourniture maintenance progiciels et logiciels                    22 764 704             6%
  Prestations de services informatiques                             14 827 659             4%
  Formation                                                          2 551 250             1%
  Fournitures informatiques et télématiques                         10 675 112             3%
  Documentation informatique                                         5 865 360             2%
  Personnel                                                         65 858 274            18%
  Services zonaux                                                    2 963 222             1%
  Dépenses en capital                                              126 800 000            35%
                                                                   358 349 492           100%
  Dépenses informatique et télécommunications 2005 (Source : vert budgétaire,
  compilé par Items International).
  Toujours dans ce vert budgétaire de 2005, le nombre de titulaires est estimé à
  1107 chiffre auquel il convient d’ajouter 109 contractuels (Article 92).
  Ces chiffres semblent sous-évalués par rapport à la réalité. Si tel est le cas, nous ne
  disposons pas de données nous permettant d’apporter plus de précisions sur ce
  point.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

       Le Ministère de l’Intérieur réalisait 11,8 % de la dépense informatique de
       l’Etat en 2003
  La dernière étude publique consacrée à la dépense informatique de l’Etat remonte à
  2004. Il s’agit d’un rapport du Sénat consacré à « L'informatisation de l'Etat : Pour
                                           25
  un État en ligne avec tous les citoyens » .
  Ce rapport contient une série de chiffres communiqués par le Ministère de
  l'économie, des finances et de l'industrie. Selon ce rapport, le Ministère de
  l'intérieur réalisait en 2003 11,8 % de la dépense informatique de l'Etat (soit 295
  millions d’euros).
  Avec 11,8% de la dépense informatique de l'Etat, le Ministère de l’Intérieur se
  situait en troisième position, après le Ministère de l'économie, des finances et de
  l'industrie (34,4 %), puis celui de la Défense (23 %).                                                                       34
  Une part importante du Budget Informatique est en réalité consacrée au réseau
  sécurisé ACROPOL, une part nettement plus importante que celle que le Ministère
  de la Défense consacre au réseau RUBIS. ACROPOL coûte environ 40 Millions d'€,
  alors que RUBIS en coûte moins de 5 Millions.


                              Economie, finances, industrie                 34,4% 859
                              Défense                                       23,0% 574
                              Autres ministéres                             13,0% 324
                              Intérieur                                     11,8% 295
                              Enseignement scolaire                          8,4% 210
                              Equipement                                     5,0% 125
                              Justice                                        4,4% 110
                                                                           100,0% 2496


       Un ratio dépenses d'informatisation/dépenses globales modeste
  Le Ministère de l’Intérieur consacrait en 2004 2,6 % de ses dépenses globales aux
  dépenses d’informatisation.
                                           2000          2001           2002           2003          2004 2000-2004
  Dépenses globales
  Ministére                          12669531      16065093       18868753       19416921      12391299           -2%
  Total informatisation              179 638       167 200        220 686        290 073       318 453            77%
  % Informatisation
  dépenses Ministére                      1,4%           1,0%           1,2%          1,5%           2,6%


  Ce ratio dépenses d'informatisation/dépenses globales n’était que de 1,5 % en
  2003, ce qui situait le Ministère de l’Intérieur au 5e rang des grands Ministères.


  25 « L'informatisation de l'Etat : Pour un État en ligne avec tous les citoyens.
  pport d'information n° 422 (2003-2004) de M. Jean ARTHUIS, fait au nom de la commission des finances, déposé le 21 juillet
  2004
  http://www.senat.fr/rap/r03-422/r03-422_mono.html


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


                               Part des dépenses informatiques dans les
                                          dépenses globales
                          Economie, finances, industrie                       6,00%
                          Equipement                                          3,50%
                          Justice                                             2,50%
                          Défense                                             1,90%
                          Intérieur                                           1,50%
                          Agriculture                                         1,30%
                          Affaires étrangères                                 1,20%
                          Environnement                                       0,90%
                          Culture                                             0,60%
                          Enseignement scolaire                               0,50%
                          Enseignement supérieur                              0,40%
                          Santé                                               0,30%
                                                                                                               35
                          Emploi                                              0,30%


  Le poids prépondérant des dépenses de matériels
  Les données budgétaires de l’année 2001 présentent un taux de ventilation par
  nature des dépenses de 90%.


                       Ventilation partielle                                   2 001
                       Matériel+maintenance                  71   072             47%
                       Logiciels+maintenance                 16   073             11%
                       Réseaux                               10   898              7%
                       Prestations                           22   386             15%
                       Personnel                             30   210             20%
                                                            150   639            100%


  Les matériels concentrent à eux seuls prés de                          la     moitié   des        dépenses
  « informatique et télécommunications » du Ministère.


      2000-2004 :   l’imparfaite               ventilation         des    crédits        informatiques,
      notamment logicielles
  Au cours des années 2000-2004, la ventilation des crédits informatiques par nature
  de dépenses s’est avérée délicate. Le taux de ventilation des crédits par nature de
  dépenses s’est ainsi dégradé entre 2000 et 2004, passant de 90% à 43%.


                                        2000         2001         2002         2003          2004 2000-2004
  Matériel+maintenance             77   761     71   072     74   870     44   700      44   700        33%
  Logiciels+maintenance            15   345     16   073     12   740     19   900      19   900        15%
  Réseaux                          14   213     10   898     24   640     25   170      25   170        18%
  Prestations                      15   441     22   386     17   080     15   820      15   820        12%
  Personnel                        27   818     30   210     30   563     30   563      30   563        22%
                                  150   578    150   639    159   893    136   153     136   153       100%
  Part des dépenses ventilée             84%          90%          72%          47%           43%



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Cette situation était loin d’être spécifique au Ministère de l’Intérieur.
  Le sénateur Jean Arthuys notait en 2004, dans son rapport consacré à
  l’informatisation des administrations26 que « l'exercice de ventilation des dépenses
  reste imparfait, certaines données n'étant pas suffisamment détaillées. Le taux de
  ventilation des crédits informatiques varie fortement selon les ministères. Certains
  ministères comme celui de l'intérieur, selon les informations fournies ci-dessus, ne
  paraissent pas en mesure de procéder à une ventilation de leurs crédits selon la
  grille commune par nature de dépense, proposée par le ministère de l'économie,
  des finances et de l'industrie ».


                                 Taux de ventilation des dépenses informatiques
                               Défense                                                   121,60%
                                                                                                                                       36
                               Justice                                                    95,10%
                               Santé                                                      94,80%
                               Culture                                                    93,50%
                               Agriculture                                                93,40%
                               Premier Ministre                                           93,30%
                               Equipement                                                 92,80%
                               Enseignement scolaire                                      89,20%
                               Affaires étrangères                                        88,90%
                               Emploi                                                     88,80%
                               Economie, finances, industrie                              85,10%
                               Environnement                                              80,20%
                               Enseignement supérieur                                     75,60%
                               Sports                                                     73,70%
                               Intérieur                                                  46,90%
                               Mer                                                        20,10%



  4.2 LE BUDGET INFORMATIQUE ET TELECOMMUNICATIONS 2006, HORS PERSONNEL,
      S’ELEVE A 252 MILLIONS D’EUROS.


  La mise en place de la LOLF et de la PCE, avec le déploiement d’ACCORD,
  autorisent désormais un meilleur suivi de la dépense.
  Les tableaux qui suivent reposent sur des données qui nous ont été communiquées
  par la DEPAFI27.



  26 L'informatisation de l'Etat : Pour un État en ligne avec tous les citoyens. Rapport d'information n° 422 (2003-2004) de M. Jean
  ARTHUIS, fait au nom de la commission des finances, déposé le 21 juillet 2004
  http://www.senat.fr/rap/r03-422/r03-4220.html
  27En toute rigueur, il faudrait séparer les dépenses informatiques des dépenses de télécommunication notamment ACROPOL.
  Ces dernières connaissent en effet des variations importantes. Cette séparation s’avère impossible du fait de l’existence de
  rubriques ou ces deux familles de dépenses sont agrégées.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Libellé - Comptabilité Générale                                   2 006         2 007   Variation   % 2006   % 2007
  Logiciels acquis                                             11 042 292    12 930 997       17%        4%       6%
  Concessions et droits similaires, licences, marques,
  procédés                                                        395 855         3 911      -99%        0%       0%
  Matériel informatiqueappartenant à l'Etat                    48 752 007    30 095 378      -38%       19%      15%
  Matériel télécommunications appartenant à l'Etat             12 750 507     4 848 987      -62%        5%       2%
  Immobilisations incorporelles en cours-Logiciels
  produits en interne                                           1 833 966       563 407      -69%        1%       0%
  Achats non stockés : fournitures informatiques               25 769 041    15 069 583      -42%       10%       7%
  Achats non stockés : postes de travail                       11 802 824     3 130 216      -73%        5%       2%
  Achats non stockés : serveurs                                 3 471 191     1 842 420      -47%        1%       1%
  Achats non stockés : imprimantes                              2 679 745     1 521 418      -43%        1%       1%
  Achats non stockés : autres matériels informatiques
  et de télécommunications                                     26 150 092    24 841 377       -5%       10%      12%
  Assistance à la maîtrise d'ouvrage informatique               1 522 824     1 818 182       19%        1%       1%
  Assistance à la maîtrise d'œuvre informatique                 1 134 377     3 263 409      188%        0%       2%
  Infogérence                                                     105 796         5 964      -94%        0%       0%
  Assistance informatique aux utilisateurs                        370 555       580 851       57%        0%       0%
  Autres contrats de sous-traitance de services
  informatiques                                                12 874 406    11 597 910      -10%        5%       6%
  Entretien des logiciels                                      46 722 788    34 292 158      -27%       19%      17%    37
  Entretien des matériels informatiques                        10 392 983    15 987 588       54%        4%       8%
  Etudes et recherches informatiques                            1 093 261     1 706 762       56%        0%       1%
  Stages et formations informatiques des
  informaticiens                                                2 435 680       955 496      -61%        1%       0%
  Stages et formations informatiques des utilisateurs           2 384 852     2 198 280       -8%        1%       1%
  Autres services extérieurs divers                             3 829 067     2 917 408      -24%        2%       1%
  Personnels informatiques extérieurs à l'administration
                                                                  21 577          2 362      -89%        0%       0%
  Transports de biens et déménagements de matériels
  informatiques                                                   253 850       339 404       34%        0%       0%
  Internet                                                        777 887       701 033      -10%        0%       0%
  Frais des réseaux de télécommunications                      18 431 554    28 998 342       57%        7%      14%
  Redevances pour concessions, brevets, licences,
  marques                                                       5 301 522     2 630 743      -50%        2%       1%
  Total                                                       252 300 498   202 843 587      -20%      100%     100%



  Les   postes de dépenses les plus importants sont respectivement :
    •    Matériel informatique appartenant à l'Etat
    •    Entretien des logiciels
    •    Achats non stockés : autres matériels informatiques et de télécommunications
    •    Achats non stockés : fournitures informatiques
    •    Frais des réseaux de télécommunications
    •    Autres contrats de sous-traitance de services informatiques
    •    Matériel télécommunications appartenant à l'Etat
    •    Achats non stockés : postes de travail
    •    Logiciels acquis
    •    Entretien des matériels informatiques
                     10 premiers postes budgétaires en 2006         2006          2007    Variation   % 2006   % 2007
  Matériel informatique appartenant à l'Etat                  48 752 007    30 095 378       -38%       19%      15%
  Entretien des logiciels                                     46 722 788    34 292 158       -27%       19%      17%
  Achats non stockés : autres matériels informatiques et de
  télécommunications                                          26 150 092    24 841 377        -5%       10%      12%
  Achats non stockés : fournitures informatiques              25 769 041    15 069 583       -42%       10%       7%
  Frais des réseaux de télécommunications                     18 431 554    28 998 342        57%        7%      14%
  Autres contrats de sous-traitance de services
  informatiques                                               12 874 406    11 597 910       -10%        5%       6%
  Matériel télécommunications appartenant à l'Etat            12 750 507     4 848 987       -62%        5%       2%
  Achats non stockés : postes de travail                      11 802 824     3 130 216       -73%        5%       2%
  Logiciels acquis                                            11 042 292    12 930 997        17%        4%       6%
  Entretien des matériels informatiques                       10 392 983    15 987 588        54%        4%       8%



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  On note aussi des variations importantes d’une année sur l’autre.28
  Les frais des réseaux de télécommunications augmentent de 57% en 2007, les
  logiciels acquis de 17% et l’entretien des matériels informatiques de 54%.


  4.3 LE MONTANT DES LICENCES ET REDEVANCES LOGICIELLES
  La dépense la plus directement affectée par le recours aux logiciels libres est celle
  qui est consacrée aux licences et redevances logicielles.
  En 2003, en réponse à une question écrite d’un parlementaire, le Ministère de
  l’intérieur évaluait « les coûts globalisés relatifs aux trois postes de dépenses
  indiquées (droits d’usage, redevances de support logiciel, achat de licences
  logicielles) à une dizaine de millions d’euros. (Voir annexe)
                                                                                                                                                                    38
  La Nomenclature d’exécution 2007 apporte un certain nombre d’améliorations dans
  ce domaine.
  Selon le Guide d’utilisation de la Nomenclature d’exécution 2007, les redevances
  sont comptabilisées dans les comptes 624 92 31 (Redevances pour concessions,
  brevets, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires) et dans
  les comptes 20531 AD 52 (Logiciels acquis).
          -   Le compte 624 92 31 retrace « les acquisitions de logiciels non immobilisés
              (inférieurs au seuil), y compris ceux acquis par voie de redevances
              périodiques (portant sur la part concession). Sont enregistrés dans ce
              compte, les dépenses portant sur la part "concession" exclusivement. Ce
              compte retrace également la charge périodique incombant à l’utilisateur d’un
              brevet, d’un droit de licence ou d’un autre droit (droits d’auteur quand l’Etat
              est l’usager) ».
              Il s’agit, en fait, de licences logicielles "récurrentes" (dont le contrat prévoit
              qu'elles reviennent chaque année).
          -   Le compte 20531 AD 52 (Logiciels acquis) « enregistre le coût des logiciels
              acquis part "concession" uniquement lorsque celle-ci est payée en une seule
              fois ».
              Il s’agit, en fait, de licences logicielles non récurrentes.
                                                                                           Dpenses en       Dpenses en
                                                          Dpenses en      Dpenses en               Serv.            Serv.
                                                                                                                             Total 2006    Total 2007
                                                          Centrale 2006   Centrale 2007   dconcentrs       dconcentrs
  Concessions pour redevances                                                                      2006             2007                                2006/2007
  108 : Administration territoriale                              -               -          1 396 864         376 315       1 396 864       376 315          -73%
  112 : Amnagement du territoire                                 -               -             11 007          18 969          11 007        18 969           72%
  122 : concours spcifiques et administration                    -               -             19 999          29 518          19 999        29 518           48%
  128 : coordination des moyens de secours                       -               -             21 664          22 720          21 664        22 720            5%
  216 conduite et pilotage des politiques de lÕintrieur    2 741 904       1 586 699           19 480          14 961       2 761 384     1 601 660          -42%
  232 vie politique, cultuelle et associative                    -               -            113 258          45 785         113 258        45 785          -60%
  161 Intervention des services oprationnels                     -               -                776             -               776           -          -100%
  176 Police nationale                                       731 422         166 490          245 148         369 285         976 570       535 775          -45%
  Total                                                    3 473 327       1 753 189        1 828 195         877 554       5 301 522     2 630 743          -50%



  28   Les baisses en 2007 ne sont pas nécessairement significatives, puisque les chiffres 2007 ne portent que sur 10 mois.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Le compte « Redevances pour concessions, brevets, licences, marques, procédés,
  logiciels, droits et valeurs similaires » totalisait 5,3 millions d’euros en 2006.
                                                                                                        Dpenses en      Dpenses en
                                                                    Dpenses en         Dpenses en             Serv.           Serv.
                                                                                                                                             Total 2006             Total 2007
                                                                    Centrale 2006      Centrale 2007   dconcentrs      dconcentrs
  Concessions pour redevances                                                                                  2006            2007
  108 : Administration territoriale                                              0%              0%            76%             43%                  26%                  14%
  112 : Amnagement du territoire                                                 0%              0%             1%              2%                   0%                   1%
  122 : concours spcifiques et administration                                    0%              0%             1%              3%                   0%                   1%
  128 : coordination des moyens de secours                                       0%              0%             1%              3%                   0%                   1%
  216 conduite et pilotage des politiques de lÕintrieur                         79%             91%             1%              2%                  52%                  61%
  232 vie politique, cultuelle et associative                                    0%              0%             6%              5%                   2%                   2%
  161 Intervention des services oprationnels                                     0%              0%             0%              0%                   0%                   0%
  176 Police nationale                                                          21%              9%            13%             42%                  18%                  20%
  Le programme 216 Conduite et pilotage des politiques de l’intérieur concentrait à
  lui tout seul 52% des redevances.
                                                                                        Dpenses en       Dpenses en
                                                Dpenses en         Dpenses en                 Serv.            Serv.
                      Logiciels acquis                                                                                        Total 2006         Total 2007
                                                Centrale 2006      Centrale 2007       dconcentrs       dconcentrs                                                               39
                                                                                               2006             2007                                                2006/2007
  108 : Administration territoriale                   -                  -               640 293          415 544           640 293            415 544                  -35%
  112 : Amnagement du territoire                      -                  -                   -                -                 -                  -
  122 : concours spcifiques et administra             -                  -                11 807              -              11 807                -                   -100%
  128 : coordination des moyens de seco               -                  -                27 936            2 392            27 936              2 392                  -91%
  216 conduite et pilotage des politiques         804 229          1 656 957               4 790              -             809 019          1 656 957                  105%
  232 vie politique, cultuelle et associativ          -                  -               126 386           30 916           126 386             30 916                  -76%
  161 Intervention des services oprationn             -                  -               106 420              -             106 420                                    -100%
  176 Police nationale                          4 208 174          2 862 887           5 112 257        7 962 301         9 320 431         10 825 188                   16%
  Total                                         5 012 403          4 519 844           6 029 889        8 411 153        11 042 292         12 930 997                   17%
  Le compte « Logiciels acquis » totalisait 11 millions d’euros en 2006.
                                                                                                                Dpenses en       Dpenses en
                                                                         Dpenses en          Dpenses en               Serv.            Serv.
                                                   Logiciels acquis                                                                          Total 2006         Total 2007
                                                                         Centrale 2006       Centrale 2007     dconcentrs       dconcentrs
                                                                                                                       2006             2007
  108 : Administration territoriale                                                     0%               0%             11%                  5%            6%            3%
  112 : Amnagement du territoire                                                        0%               0%              0%                  0%            0%            0%
  122 : concours spcifiques et administration                                           0%               0%              0%                  0%            0%            0%
  128 : coordination des moyens de secours                                              0%               0%              0%                  0%            0%            0%
  216 conduite et pilotage des politiques de lÕintrieur                                16%              37%              0%                  0%            7%           13%
  232 vie politique, cultuelle et associative                                           0%               0%              2%                  0%            1%            0%
  161 Intervention des services oprationnels                                            0%               0%              2%                  0%            1%            0%
  176 Police nationale                                                                 84%              63%             85%                 95%           84%           84%
                                                                                      100%             100%            100%                100%          100%          100%


  Le programme 176 Police Nationale concentrait à lui tout seul 84 % des « logiciels
  acquis ».
                                                                                                 Dpenses en     Dpenses en
                                                                Dpenses en      Dpenses en             Serv.          Serv.
                                                                                                                                    Total 2006         Total 2007
                                                                Centrale 2006   Centrale 2007   dconcentrs     dconcentrs
  Total Logiciels acquis et Concessions pour redev                                                      2006           2007                                         2006/2007
  108 : Administration territoriale                                   -                -        2 037 157        791 859        2 037 157             791 859           -61%
  112 : Amnagement du territoire                                      -                -           11 007         18 969           11 007              18 969            72%
  122 : concours spcifiques et administration                         -                -           31 806         29 518           31 806              29 518            -7%
  128 : coordination des moyens de secours                            -                -           49 599         25 112           49 599              25 112           -49%
  216 conduite et pilotage des politiques de lÕintrieur         3 546 133        3 243 656         24 270         14 961        3 570 403           3 258 617            -9%
  232 vie politique, cultuelle et associative                         -                -          239 644         76 702          239 644              76 702           -68%
  161 Intervention des services oprationnels                          -                -          107 196            -            107 196                 -            -100%
  176 Police nationale                                          4 939 597        3 029 377      5 357 405      8 331 586       10 297 001          11 360 962            10%
  Total                                                         8 485 730        6 273 033      7 858 084      9 288 707       16 343 813          15 561 740            -5%
  La somme des « redevances » et des « logiciels acquis » totalisait 16 millions
  d’euros en 2006.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

                                                                                           Dpenses en   Dpenses en
                                                          Dpenses en      Dpenses en             Serv.        Serv.
                                                                                                                      Total 2006   Total 2007
                                                          Centrale 2006   Centrale 2007   dconcentrs   dconcentrs
  Concessions et logiciels acquis                                                                 2006         2007
  108 : Administration territoriale                                0%              0%            26%           9%         12%           5%
  112 : Amnagement du territoire                                   0%              0%             0%           0%          0%           0%
  122 : concours spcifiques et administration                      0%              0%             0%           0%          0%           0%
  128 : coordination des moyens de secours                         0%              0%             1%           0%          0%           0%
  216 conduite et pilotage des politiques de lÕintrieur           42%             52%             0%           0%         22%          21%
  232 vie politique, cultuelle et associative                      0%              0%             3%           1%          1%           0%
  161 Intervention des services oprationnels                       0%              0%             1%           0%          1%           0%
  176 Police nationale                                            58%             48%            68%          90%         63%          73%
                                                                 100%            100%           100%         100%        100%         100%
  Le programme 176 Police Nationale concentrait à lui tout seul 63 % de la somme
  des « redevances » et des « logiciels acquis ».


       La délicate ventilation des licences et redevances logicielles
  Ces deux comptes, 624 92 31 et 20531 AD 52 ne retracent peut être qu’une partie
  des licences et redevances logicielles.                                                                                                       40


  Bureautique et systèmes d’exploitation
  Nous nous sommes demandé sur quel compte étaient comptabilisées les licences
  relatives aux systèmes d’exploitation (Windows ou Linux) et les licences des suites
  bureautiques (comme Office).
  Il est possible que les licences et redevances relatives aux OS et aux licences
  bureautiques soient comptabilisées avec les machines.
  Auquel cas, elles seraient comptabilisées dans les comptes :
     • 218311 (Matériel informatique appartenant à l’Etat : Le matériel informatique
       comprend notamment les ordinateurs, serveurs d’exploitation ...)
     • 606612 MY 31 Achats non stockés : serveurs
     • 606618 NA 31 Achats non stockés : autres matériels informatiques et de
       télécommunications
  Le service comptable de la DESP a retenu comme convention que :
     • les machines dont le prix TTC est supérieur à 10 000 euros sont
        comptabilisées dans le 218311, avec tous les logiciels livrés avec : Os
        (Windows ou Linux), bureautique (Ms-Office licence OEM par exemple).
     • les machines dont le prix ttc est inférieur à 10 000 euros sont comptabilisées
        dans le 218311, avec leurs logiciels
     • les serveurs dans le 606612 pour
     • les postes de travail dans la 606611
     • les autres (switch, routeurs ...) dans le 606618
  En l’absence de lignes directrices de la Direction du Budget, d’autres conventions
  sont peut-être utilisées dans les services comptables de la Police nationale ou dans
  les préfectures pour enregistrer les licences et redevances.
  Logiciels applicatifs
  Le compte 611.51 « Entretien des logiciels » totalisait 46 millions d’euros en 2006.
  Il est possible que ce compte héberge des licences et redevances logicielles.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Selon le Guide d’utilisation de la nomenclature d’exécution, « seule la part
  concession peut être immobilisée. Elle l’est si elle respecte notamment les
  conditions de seuil :
  - licence individuelle supérieure ou égale à 10 000 € ;
  - lot supérieur ou égal à 10 000 € sans seuil individuel »
  Prestations assimilables à des redevances
  Certaines prestations (maintenance logiciel, support logiciel, assurances diverses)
  ne constituent pas des redevances : elles s’apparentent à des redevances par leur
  caractère récurrent et entretiennent un lien contractuel avec l’éditeur du logiciel.
  Celui-ci s’engage à procéder à la correction des anomalies, à livrer les nouvelles
  versions, à fournir la documentation technique conforme à la nouvelle version des
  logiciels, etc...
                                                                                                                      41
  Signalons, au passage, que ces prestations de maintenance et de support logiciel
  ne sont pas spécifiques aux seuls logiciels propriétaires. C’est même une attente
  des utilisateurs de logiciels libres que d’obtenir des éditeurs (ou de sociétés de
  services qui se substituent aux communautés qui développent les logiciels libres)
  des prestations de support et de maintenance équivalentes à celles dont ils
  bénéficient aujourd’hui de la part des éditeurs de logiciels propriétaires.


      Développement et maintenance des logiciels
  A titre indicatif, nous avons regroupé les lignes budgétaires qui recouvrent les
  activités liées à l’acquisition de logiciels et à leur développement. Nous avons
  procédé de manière conservatrice, sans chercher à identifier les activités liées à
  l’acquisition de logiciels et à leur développement susceptibles d’être hébergées par
  d’autres comptes.
  Ainsi circonscrites, elles représentaient en 2006, hors dépenses de personnel, 25%
  des crédits informatiques du Ministère.
  Budget logiciel                                                                2006   % budget logiciel   % Total
  Logiciels acquis                                                       11 042 292                 17%        4%
  Immobilisations incorporelles en cours-Logiciels produits en interne    1 833 966                  3%        1%
  Assistance ˆ la ma”trise d'ouvrage informatique                         1 522 824                  2%        1%
  Assistance ˆ la ma”trise d'Ïuvre informatique                           1 134 377                  2%        0%
  Entretien des logiciels                                                46 722 788                 74%       19%
  Etudes et recherches informatiques                                      1 093 261                  2%        0%
                                                                         63 349 507                100%       25%



  L’analyse se heurte à un certain nombre de difficultés :
      •   Le Budget Informatique étant constitué de l’agrégation des conventions de
          gestion et des programmes communs, il est par construction difficile de
          suivre l’affectation analytique des dépenses. Cette observation concerne
          l’exécution budgétaire et non la planification stratégique, qui fait l’objet d’une
          réelle présentation analytique.
      •   Le Ministère met progressivement en place une comptabilité analytique qui
          doit permettre, à terme, de mieux cerner et piloter sa dépense informatique.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

       •     Pour qu’une telle démarche soit effective, il convient d’harmoniser les modes
             d’imputation des crédits sur l’ensemble du Ministère pour s’assurer que le
             coût d’un projet prend en compte les dépenses au niveau de la DSIC mais
             aussi les dépenses dans les Directions destinataires du projet, qui peuvent
             avoir des structures d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage plus ou moins
             importantes.


  4.4 LA DEPENSE INFORMATIQUE DU MINISTERE CONCENTREE SUR UN PETIT NOMBRE DE
                                29
           FOURNISSEURS
  La DEPAFI est parvenue à identifier un certain nombre de fournisseurs de logiciels
  dans ACCORD.
  Dans un premier temps, elle a recherché les numéros de tiers des fournisseurs. Il
                                                                                                                                       42
  s'avère qu'à part deux ou trois sociétés, toutes les autres ont un certain nombre de
  SIRET (comme IBM, Unilog etc.).
  Les fournisseurs dont elle a reconstitué les contrats totalisent des crédits de 43
  millions d’euros.
                                                        Nature            Somme           0%
  Somme Achat de logiciel et dveloppements                         25 495 087           58%
  Somme Maintenance logicielle                                     13 394 824           31%
  Somme Licences et droits d'usage                                  4 711 207           11%
  TOTAL                                                            43 601 119          100% 100%
  La majeure partie des crédits identifiés par la DEPAFI (58%) ont été consacrés à
  des « achats de logiciels et développements ».
  Les licences et droits d’usage ne représenteraient que 11%.
           Fournisseur           Montant         %
  Bull                      9 761 028         22%
  Unilog                    7 434 424         17%
  CS                        5 938 965         14%
  Oracle                    5 854 832         13%
  Sagem                     2 954 741          7%
  Prescom                   1 620 335          4%
  Atos                      1 948 136          4%
  EADS                      1 369 961          3%
  IBM-HR Access               719 906          2%
                           37 602 328         86%
  La dépense logicielle du Ministère est concentrée sur un petit nombre d’acteurs. Les
  10 premiers fournisseurs concentrent 86% des crédits.



  29 Commentaire de la DSIC : Les données comptables et budgétaires permettent d’apprécier partiellement les montants des
  crédits destinés aux investissements et aux coûts récurrents vers les principaux éditeurs de logiciels – Oracle, Microsoft, etc. -
  mais ne permettent pas en l’état actuel des outils et informations disponibles de comptabiliser les versements indirects (via
  distributeurs) ni d’établir de véritables bases de coûts pour un service donné (exemple : coût complet de possession d’un poste
  de travail bureautique, différenciation entre le cas d’un poste équipé d’une suite bureautique propriétaire et celui d’un poste
  équipé d’une suite libre).

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Bull et d’IBM fournissent des prestations sont liées à leurs logiciels propriétaires et
  assurent également des prestations de développement et d’intégration de logiciels
  spécifiques.
  Notons, au passage, que Bull, IBM et dans une moindre mesure Oracle, suivent
  aujourd’hui clairement une stratégie qui s’appuie sur le Logiciel Libre.
  Bull avait d’ailleurs obtenu un contrat de support sur les plateformes libres (basées
  notamment sur J2EE) il y a environ 3 ou 4 ans. Les résultats de cette expérience
  ont amené la sous-direction de l'ingénierie, de l'équipement et de l'exploitation à
  envisager un nouveau marché qui serait loti différemment. Le but recherché est de
  faire appel à des compétences spécialisées dans des domaines bien précis.
  Licences et droits d'usage                Somme
  BULL SA                               3 136 861      67%
  DELL                                    514 211      11%                                                  43
  FEEDER SAS                              237 884       5%
  Divers                                  181 589       4%
  PROSODIE                                111 234       2%
                                        4 181 779      89%
  Cinq fournisseurs concentrent 89 % des licences et droits d’usage.
                             Maintenance logicielle       5 premiers         %
  ORACLE FRANCE                                         3 320 423       25%
  BULL SA                                               2 444 843       18%
  SAGEM DEFENSE SECURITE                                1 620 335       12%
  EADS DEFENCE SECURITY AND SYSTEMS                     1 369 961       10%
  ATOS ORIGIN INTEGRATION                                 859 557        6%
                                                        9 615 119       72%
  Cinq fournisseurs concentrent 72 % des prestations de maintenance logicielle.
  Achat de logiciel et dveloppements                    5 premiers      %
  UNILOG IT SERVICES                                   7 434 424       29%
  CS SYSTEMES D INFORMATION                            5 765 706       23%
  PRESCOM                                              2 149 768        8%
  BULL SA                                              1 866 161        7%
  SYNTEGRA S.A.                                        1 162 990        5%
                                                      18 379 049       72%
  Cinq fournisseurs concentrent 72% des achats de logiciels et de développements.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

        Les serveurs
  Une cartographie des serveurs a été effectuée sur plusieurs Ministères dans le
  cadre de l’Audit du parc bureautique l’Etat en 2006/2007.
  Elle donne le résultat suivant :



                                                                                               44



  Le grand nombre de serveurs au Ministère de l’Intérieur (1765) résulte de la
  généralisation des architectures Clients/Serveurs. Il soulève aussi la question de
  l’hétérogénéité du parc.
  Comme dans beaucoup d’organisations publiques ou privées, deux logiques
  s’opposent :
    •    La première accorde la primauté aux besoins fonctionnels des directions et des
         services, avec leur traduction quasiment directe en marché public. Dans cette
         logique, il appartient aux éditeurs et aux intégrateurs (SSII) de proposer les
         solutions les mieux adaptées aux besoins exprimés et au coût le plus
         compétitif. Il n’est dès lors pas indispensable que l’administration impose de
         contraintes techniques particulières. Le risque est réel de voir se multiplier et
         même proliférer des environnements techniques différents.
    •    La seconde fait prévaloir des exigences de rationalisation : elle impose aux
         directions et services comme aux fournisseurs une rationalisation du parc de
         serveurs, à travers l’identification de plateformes de référence. La mise en
         œuvre de Carmin traduit cette exigence de rationalisation.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  4.5 CARMIN : UNE TENTATIVE DE RATIONALISER LA DEPENSE INFORMATIQUE
  Face à la multiplicité des plateformes techniques, la DESP (Direction de
  l’Exploitation, du Support et de la Production) a ressenti le besoin de définir un
  cadre technique30.


  « La Direction des Systèmes d’Information et de Communication (DSIC) du
  Ministère de l’intérieur doit simultanément :
    • assurer la maintenance évolutive de son parc d’applications «métiers»
       patrimoniales,
    • prendre en compte les nouveaux besoins technologiques et fonctionnels des
       directions d’applications et des directions utilisatrices, en développant et
       exploitant des applications nouvelles ou bien des téléservices s’appuyant sur
       les applications existantes,                                                                                                   45
    • héberger des applications développées par d’autres entités,
    • réaliser la refonte des applications anciennes.
  Pour mener à bien ces objectifs, elle doit développer une démarche homogène et
  coordonnée d'urbanisation qui doit lui permettre, en outre, de rationaliser
  l’utilisation de ses ressources, de réduire ses coûts, de renforcer sa sécurité, en un
  mot de conserver la maîtrise de son système d’information. (…)
  La Charte d’ARchitecture du Ministère de l’INtérieur (CARMIN) a pour but de fixer le
  cadre technique pour la conception, la réalisation, l’hébergement et l’exploitation de
  toute application informatique,
    • qu’il s’agisse d’une application nationale centralisée, d’une application
       nationale distribuée ou d’une application locale,
    • qu’il s’agisse d’une application nouvelle ou de la refonte d’une application
       ancienne,
    • que cette application soit développée en interne, qu’elle soit développée par
       une autre direction du Ministère ou qu’elle soit développée en externe,
    • que cette application soit destinée à un hébergement immédiat par la DSIC ou
       qu’elle soit candidate à un hébergement ultérieur.
  Elle s’adresse donc aussi bien aux équipes du Ministère de l’Intérieur impliquées
  dans le cycle de vie d’une application qu’aux prestataires extérieurs intervenant en
  sous-traitance pour le développement ou la gestion de cette application.
  Elle définit le référentiel des différents composants en usage au Ministère de
  l’Intérieur.
  30   La Charte est composée des documents suivants :
  � Présentation générale (exposé de la démarche et description sommaire des documents).
  (0)
  � Référentiel :
  (1)
          - (1.1) Référentiel technique général [D1] - composants et environnements de référence, conditions d’utilisation, …
          - (1.2) Référentiel technique courant [D2] - déclinaison opérationnelle des composants et environnements de référence
          (versions et états techniques des composants qualifiés, fournisseurs, date de leur mise en place, piles logicielles
          validées...).
  � Conception / réalisation des applications :
   (2)
          - (2.1) Règles de développement [D3] – définition des règles de construction des applications propres à l’utilisation des
          normes et outils de développement.
          - (2.2) Règles d’exploitabilité [D4] – définition des règles de construction des applications propres aux conditions de
          déploiement et d'exploitation (portabilité, consolidation, évolutivité, sécurité, pilotage…). »
  SG/DSIC/MI_TECH_DIR_CarminPresentationGenerale_V2 - Mise à jour du 15/05/2007

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  Elle définit aussi les domaines d'emploi de ces différents composants (quand les
  utiliser, comment les combiner), ainsi que les règles d'utilisation (comment les
  utiliser, avec quelles méthodes, selon quelles normes). »
  Si la charte CARMIN a été initiée par la sous-direction en charge de l’exploitation,
  elle est aujourd’hui portée par l’ensemble de la DSIC31.
  CARMIN s’impose, en principe, à toutes les structures du Ministère de l’Intérieur qui
  seraient en mesure de spécifier, développer ou exploiter des plateformes
  informatiques.
  CARMIN constitue, de fait, la référence en terme d’architecture.
  On relève dans CARMIN trois points en rapport direct avec la question des logiciels
  libres.
                                                                                                                                     46
       •   Une préférence portée aux logiciels libres lorsqu’ils présentent les mêmes
           niveaux de performance et de fiabilité que les logiciels propriétaires,
       •   La disponibilité du code source pour raison de sécurité et de pérennité des
           investissements,
       •   l’utilisation de la technologie J2EE et du langage JAVA
  Pour des raisons diverses, ces prescriptions ne sont pas toujours respectées.
    • Par souci d’interopérabilité ou par souci de réutiliser des programmes déjà
       développés par les polices d’autres pays, certains projets qui s’inscrivent dans
       un cadre européen retiennent l’option .net (Microsoft) en lieu et place de la
       technologie J2EE préconisée par CARMIN.
       •   Plus généralement, J2EE n’apparaît pas nécessairement comme une solution
           apportant les mêmes niveaux de performances ou de fiabilité que des
           solutions propriétaires. La plateforme .net est jugée, notamment au STSI de la
           DGPN plus fiable et plus souple que J2EE de par les outils de développement
           qui lui sont associés.
       •   La Préfecture de Police inscrit son action dans le cadre de CARMIN, mais lui
           apporte quelques modulations : la Préfecture s’appuie sur J2EE mais aussi sur
           PHP (langage très orienté Web et surtout très banalisé auprès des
           développeurs).


  31Commentaire de la DSIC : La charte décrit plusieurs référentiels de statuts différents :
        - des standards et des formats ouverts,
        - des conventions applicables pour le développement et l’exploitation (règles de codage, de nommage des objets, etc.)
        - des références de produits déjà sélectionnés, constituant la plate-forme technique courante du ministère de l’intérieur
  Les deux premiers ensembles de références constituent la partie incontournable, pouvant être annexée aux appels d’offres,
  dans la mesure où cela ne contrarie pas le principe d’égalité d’accès à la commande publique. La dernière partie peut être
  donnée pour information en précisant que la compatibilité avec cette plate-forme des solutions proposées par des
  soummissionaires entre en jeu dans l’évaluation technique et financière des offres ; ce point est cependant à traiter au cas par
  cas en fonction du contexte de la prestation demandée, qui peut être plus ou moins contraint.
  Pour certains composants, apparaissant comme des standards de fait, la question est de savoir s’ils doivent être plutôt
  considérés comme des standards ou des produits. C’est le cas de la spécification J2EE31, qui est bien une spécification ouverte
  et largement suivie par le marché (plusieurs implémentations disponibles), mais pas par tout le marché ! Donc pour les acteurs
  qui recommandent une architecture concurrente, J2EE n’est pas un standard !


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  5 Le parc bureautique et le calcul du TCO


  5.1 LE PARC BUREAUTIQUE


  Le MINEF a conduit en 2007 une étude sur le Parc bureautique, dans le cadre des
  audits de modernisation. Le Ministère de l’intérieur a pris part à cette étude, parmi
  7 autres.                                                                                                    47
  Nous nous sommes appuyés sur les résultats de cette étude.
  Nous les avons croisés avec des observations tirées de nos divers entretiens.
  Le Ministère de l’Intérieur fait partie des trois Ministères détenant les plus grands
  parcs de postes de Travail.



  Source : Audit du parc bureautique de l’Etat


         Ratio effectifs/nombre de postes de travail


  Le Ministère de l’Intérieur compte 187 997 agents et 110 000 postes de travail
  (fixes et portables)32 .



  32   Ce chiffre inclut les postes en libre service et le matériel en stock.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

                                 Agriculture        Défense Equipement           Finances     Intérieur        Justice
  Taux équipement en
  postes de travail                  0,53            0,61           0,68         1,24             0,59           1,06
  Agents                          38 253          436 994         91 297      170 997         187 997         72 023
  Postes de travail               20 300          268 000         62 000      212 000         110 000         76 300
                               Agriculture      Défense         Equipement Finances         Intérieur     Justice



                                                                              Personnels          Postes
  Police nationale                                                              149 965          71 968
  Administration territoriale                                                    30 228          30 228
  Emplois des autres programmes de l'Intérieur                                    7 804           7 804
                                                                                187 997         110 000
  Police nationale                                                                 80%             65%
  Administration territoriale                                                      16%             27%                   48
  Emplois des autres programmes de l'Intérieur                                      4%              7%
  Le ratio effectif/postes de travail de 59% est proche de celui du Ministère de la
  Défense.


  Selon nos estimations, la Police nationale concentre 80% des personnels du
  Ministère, mais seulement 65 % des postes de travail.
  « L'évolution du ratio du nombre d'agents par poste, montre, sur la période 1998-
  2003, une progression importante (+ 30 %) du taux d'équipement des services de
  police, puisque, désormais, c'est près d'un fonctionnaire de police sur deux -
  personnels administratifs comme personnels actifs - qui dispose d'une configuration
  bureautique, très généralement munie d'un accès réseau. L'équipement de la police
  en PC se poursuit avec l'arrivée des grandes applications informatiques police,
  comme le système de traitement des infractions constatées (STIC) ou la main
  courante informatisée (MCI). L'optimum, à savoir le taux d'un poste par agent, a
  été atteint, sur la période, pour les services préfectoraux (remplacement des
  terminaux passifs par des PC) et ceux de la sécurité civile ».33


       Structure du parc et âge moyen des ordinateurs


  La synthèse de l’audit du parc bureautique ne contient pas d’indication sur la
  composition du parc bureautique.
  En 2003, le taux de renouvellement des équipements était inférieur à celui des
  autres ministères.



  33 Rapport au Sénat sur le Projet de loi de finances pour 2005 : Sécurité
  http://www.senat.fr/rap/l04-074-322/l04-074-32234.html

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  « L'ensemble des Ministères vise à remplacer les équipements informatiques tous
  les cinq ans, soit un taux de renouvellement du parc informatique de 20 % chaque
  année. En pratique, les ratios sont bien inférieurs. (…) Au Ministère de l'intérieur, le
  taux de renouvellement global du parc informatique s'établissait à 5,1 % en 2001,
  à 3,1 % en 2002 et à 3,9 % en 2003. En conséquence, l'âge moyen des micro-
  ordinateurs de bureau s'établirait selon le Ministère de l'intérieur à 6 ans et sept
  mois. (Le taux de renouvellement a peut-être été amélioré depuis 2003) ».


  5.2 POSTES DE TRAVAIL : SYSTEMES D’EXPLOITATION, LOGICIELS BUREAUTIQUES,
         NAVIGATEURS ET GESTION DE PARC
  L’audit du parc bureautique de l’Etat donne les résultats suivants :
                                                                                                               49
  Suites bureautiques
  Suites bureautiques               %                Postes
  OpenOffice                                32%          30624
  Microsoft Office 2003                     14%          13398
  Microsoft Office XP                        8%           7656
  Microsoft Office 2000                     30%          28710
  Microsoft Office 95/97                    16%          15312
  On peut comparer ces chiffres avec ceux issus des autres Ministères :
                             Agriculture   Défense    Education Equipement    Finances   Intérieur   Justice
  Openoffice                      3 045     96 480       3 300     62 000      40 280      50 600     6 104
  Microsoft Office               17 255    171 520      26 700          0     171 720      59 400    70 196
                             %
  Openoffice                       15%         36%         11%       100%         19%         46%       8%
  Windows Office                   85%         64%         89%         0%         81%         54%      92%


  Les navigateurs
                            Agriculture    Défense    Education Equipement    Finances   Intérieur   Justice
  Autres                           29%         1%
  Opera                             1%                                                        32%
  Netscape                         10%                                                                  2%
  Microsoft Explorer               51%        53%         67%         80%       100%          55%      98%
  Firefox                           9%        46%         33%         20%                      3%
  Les systèmes d’exploitation


                             Agriculture    Défense   Education Equipement    Finances   Intérieur   Justice
  Autres                                         1%                     1%                             74%
  Linux                              1%                     4%
  Windows   NT                       3%         10%                    9%                       3%      3%
  Windows   9X                                              4%        21%         31%          10%
  Windows   XP                      38%         63%        77%        68%         64%          61%     11%
  Windows   2000                    58%         25%        15%         1%          5%          26%     12%



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  5.3 LES OUTILS DE GESTION DU PARC
  L’audit du parc bureautique de l’Etat fournit un inventaire des outils de gestion de
  parc.
  Il donne le résultat suivant :



                                                                                                                                      50



  Les outils de gestion de parc ne sont pas structurants en tant que tels.
  Leur multiplication traduit cependant une difficulté à gérer de manière coordonnée
  le parc informatique.


  5.4 LE COUT DE POSSESSION SE SITUE AUTOUR DE 1300 €


       Selon l’audit du parc bureautique de l’Etat


  L’audit de modernisation conduit par le MINEF estime à 143,7 millions d’euros le
  coût de possession direct du parc bureautique du Ministère de l’Intérieur, soit 1306
  euros par poste de travail.
  Le coût de possession au Ministère de l’Intérieur est supérieur au coût de
  possession moyen, que l’audit a situé autour de 1 033 euros dans les autres
  Ministères. Le différentiel est dû à l'organisation choisie pour la maintenance, la
  gestion des serveurs, le support...34



  34Commentaire de la DSIC : Attention toutefois : cette valeur du coût total de possession a été estimée à partir d’un échantillon
  de réponses à un questionnaire, l’écart avec la réalité peut être important.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

                                 Agriculture     Défense      Education Equipement        Finances    Intérieur       Justice
  Cout de possession total             3 647        2 378         1 615         2 858        1 700        2 904         2 331
  Cout direct par poste                1 640        1 070           727         1 285          765        1 306         1 048
  Coût direct (Millions €)              33,3        283,8          21,8          79,7        162,1        143,7          80,0
  Parc                               20 300      265 320        30 000        62 000      212 000      110 000        76 300


  Le coût de possession total est calculé à partir des conventions retenues par la
  DGME : « Une extrapolation permet d'évaluer un coût de possession direct pour
  l'ensemble des ministères de l'État. Une hypothèse issue d'une étude du Gartner
  permet d'évaluer les coûts indirects de possession du parc : les coûts indirects sont
  en effet estimés et représentent 55 % du coût de possession total. Cette estimation
  ne prend pas en compte, par exemple la décroissance des coûts indirects si le
  niveau de formation ou le support augmente... »
  Ce multiplicateur de 2,5 est discutable.
  Il est permis de penser que les coûts cachés au Ministère de l’Intérieur sont                                                   51
  conséquents, compte tenu des coûts indirects induits par l’hétérogénéité du parc
  (matériel et logiciel) du Ministère de l’Intérieur et de la multiplicité des outils de
  gestion du parc.


       Estimation ITEMS
  Nous avons de notre côté tenté d’évaluer le coût de possession du Poste de travail
  au Ministère de l’Intérieur, à partir du « Ratio d’efficience bureautique » élaboré par
  le Ministère des Comptes Publics.35
  Nous    avons pris en compte :
    -      Les coûts moyens du marché,
    -      Les remises dont bénéficie le Ministère de l’Intérieur,
    -      L’hétérogénéité des situations et de la configuration des postes,
    -      Les données factuelles sur certaines dépenses dont nous disposions,
    -      Des estimations sur l’affectation du personnel à des tâches relevant des
           postes de travail ou des serveurs liés au fonctionnement des postes de
           travail.
  Nous avons pris en compte formellement une durée d’amortissement sur 3 ans.
  C’est la durée classique des contrats.
  Nous avons cependant tenu compte d’une réalité qui fait que les postes et un
  certain nombre de matériels et de logiciels ont une durée de vie de 5 ans, voire
  plus.



  35 La direction du Budget a entrepris de mettre au point des indicateurs d’efficience des fonctions support, permettant de
  mesurer et de comparer certains coûts annuels moyens supportés par les programmes.
  L’un de ces indicateurs est le « ratio d’efficience bureautique ».
  Cet indicateur de performance est d’ores et déjà mis en œuvre par plusieurs ministères : Comptes publics, Culture, Education.
  Voir annexes


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Nous aboutissons au résultat suivant :
  Estimation du coût de possession du Poste de Travail au Ministère de l'Intérieur
  Approximation (TTC) basée sur des données du marché recoupée avec des données du Ministère
  Matériel et licences                                                                         3 ans        par an
  Périphériques et consommables                                                                  400          133
  Sécurité Antivirus                                                                              10             3
  Logiciels clients                                                                              200            67
  Autres logiciels résidents                                                                     100            33
  Intranet (Serveurs et applications locales de ressources)                                      100            33
  Messagerie                                                                                     100            33
  Bureautique                                                                                    250            83
  CAL Server                                                                                      20             7
  OS                                                                                             150            50
  Matériel                                                                                       400          133
                                                                                                                     52
  Total Matériel et licences                                                                   1 730          577
  Contrats
  Maintenance technique                                                                                         9
  Assistance utilisateur                                                                                        8
  Formation Utilisateur                                                                                        23
  Développements                                                                                               45
  Total Contrats                                                                                               86
  Personnel (ETP)                                    Nb         sal Moyen        Cout global
  Installation Maintenance (IDAC)                   478             37 000        17 686 000                  161
  Support technique / Incidents                     887             37 000        32 819 000                  298
  Formation                                         500             40 000        20 000 000                  182
  Support applicatif utilisateur                      ?             37 000                                      0
  Administration                                      ?             37 000                                      0
  Pilotage, MOA                                                                                                 0
  Total ETP                                                                                                   641
  Moyens de fonctionnement
  Maintenance technique                                                                                         9
  Assistance utilisateur                                                                                        8
  Formation Utilisateur                                                                                        23
  Développements                                                                                               45
  Total Contrats                                                                                               86
  TOTAL GLOBAL                                                                                               1 303
  Soit pour 110 000 postes                                                                             143 348 333



  5.5 GESTION ET COHERENCE DU PARC
  L’une des difficultés de la gestion des postes de travail provient du caractère
  hétérogène du parc informatique. Cette hétérogénéité du parc est accrue dans les
  administrations du fait de la décentralisation des achats et donc des procédures de
  marchés publics.
  Le recours aux logiciels libres est un levier pour la rationalisation du parc et
  l’harmonisation des versions des logiciels : l'absence de licence commerciale et la


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  gratuité facilitent largement les déploiements à grande échelle. Les logiciels libres
  peuvent, en effet, être acquis et mis à jour sans procédure d’achat.
  De ce point de vue, il convient d’être attentif aux résultats obtenus par la
  Gendarmerie Nationale.
  En généralisant l’utilisation d’OpenOffice et du navigateur Firefox, le STDI
  Gendarmerie dispose d’une vision globale et d’une capacité d’action sur l’ensemble
  de son parc.
  La Gendarmerie a ainsi pu alléger les structures de support technique et
  d’administration des postes de travail.
    • Simplification des mises à jour
    • Simplification de l’inventaire du parc informatique : celle-ci repose sur un outil
       développé en libre par la Gendarmerie : OCS Inventory
       Une communauté a pris forme autour d’OCS Inventory : cette communauté
       dépasse les seules frontières nationales36,                                                                                 53
    • Simplification de la gestion des droits d’accès
  L’impact du déploiement de ces outils est technique mais surtout organisationnel.
  L’homogénéité du parc d’ordinateurs en termes d’équipement logiciel (suite
  bureautique et navigateur) et la mise en place d’OCS Inventory ont permis de
  transférer directement la gestion des droits aux services de gestion des ressources
  humaines: la gestion des droits est indexée sur l’affectation des gendarmes.
  La gendarmerie estime à 15% les gains en personnel sur la seule administration
  des postes de travail.


  5.6 ACTIVE DIRECTORY
  Active Directory permet de gérer de manière plus ou moins centralisée, l’ensemble
  des postes de travail en assurant une gestion sécurisée des accès au sein de
  groupes physiques (sur des réseaux locaux) ou logiques (au sein de groupes de
  travail).
  Active Directory répond à l’hétérogénéité des modes de gestion de la sécurité qui
  pouvait exister auparavant. Il oblige aussi à une remise à jour du parc
  informatique.
  Avec le choix d’Active Directory, le Ministère de l’Intérieur s’est doté d’un outil qui
  doit permettre de rationaliser la gestion des postes de travail tout en imposant des
  règles de sécurité qui sont progressivement apparues comme incontournables.
  La DSIC a souhaité que le rôle d’Active Directory se limite à une gestion
  essentiellement technique. Les fonctions d’annuaires ne devraient ainsi pas être
  intégrées à des applications afin de ne pas créer d’adhérence entre les couches
  fonctionnelles et Active Directory.37


  36www.ocsinventory-ng.org
  37 « Actuellement l'authentification applicative s'effectue avec OpenLDAP; l'authentification applicative via ACTIVE DIRECTORY
  n'est pas recommandée. », Carmin, Référentiel technique


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Active Directory nécessite un effort soutenu en termes de planification et
  d’administration.38


  5.7 PREPARER L’APRES WINDOWS XP
  Avec le lancement de Vista, Microsoft envisage d’interrompre le support technique
  standard de Windows XP en 2009. Jusqu'à cette date, les entreprises disposeront
  de toutes les prestations prévues dans leur contrat de support, sans supplément de
  prix. Ensuite le système passera en période de support « étendu » : les contrats
  classiques de support n'intégreront plus que les problématiques de sécurité (failles,
  virus) ou des problèmes jugés critiques (bugs ou incompatibilité importante avec un
  logiciel). Les entreprises comme les administrations devront payer un service
  complémentaire pour les autres prestations. Ce support étendu est prévu jusqu'en
  2014.
                                                                                                                                             54
  Microsoft Windows Vista est la version la plus récente de Microsoft Windows. Son
  lancement mondial a eu lieu le 30 janvier 2007. Ce nouveau système d'exploitation
  arrive cinq ans après la mise sur le marché de son prédécesseur, Windows XP.
  Windows Vista contient de nouvelles fonctionnalités. Les plus significatives d'entre
  elles sont, sans doute, le renouveau de l'interface graphique, une fonction de
  recherche plus développée grâce à l'indexation, de nouveaux outils de création
  multimédia, comme le créateur de DVD Windows, la configuration réseau en partie
  récrite et enfin, le noyau NT6 assurant une plus grande stabilité et de plus hautes
  performances. Vista vise à augmenter le niveau de communication entre les
  machines sur un réseau local en utilisant la technologie du peer-to-peer qui
  simplifie le partage de fichiers et de médias numériques entre les ordinateurs et les
  périphériques. Pour les développeurs, Vista introduit la version 3 du .NET
  Framework qui a pour objectif de faciliter la programmation d'applications avec le
  traditionnel Windows API.
  Windows Vista nécessitera un matériel récent et performant pour fonctionner
  pleinement. Selon Microsoft, les ordinateurs pouvant faire tourner Windows Vista
  sont classés sous 2 appellations : Vista Capable et Vista Premium Ready.
  38 Commentaire de la DSIC : En réalité, cette circulaire avait pour but de « retenir » les services utilisateurs avant qu’une
  décision soit prise au niveau du ministère. Le choix d’Active Directory a été ensuite proposé par le Secrétariat Général au
  Cabinet du Ministre ; en précisant que les applications ne doivent pas s’appuyer sur les services d’annuaire contenus dans le
  produit, dont l’usage doit rester limité à l’identification des utilisateurs sur le réseau et non en tant qu’élément de contenu du
  système d’information.
  Cette technique a 3 fonctions :
       - Gérer le domaine : sécurité
       - Assurer la fonction d’ensemblier
       - Identifier les agents au profit des applications : ce qu’il fallait éviter absolument selon M. CANEPA dans la circulaire
            évoquée, car cette fonction engendre des adhérences avec le poste de travail qui empêche toute migration
            bureautique, y compris vers une solution propriétaire autre que MICROSOFT entre les applications et le produit Active
            Directory qui rendrait plus difficile son remplacement ultérieur par une solution différente, libre ou non.. Par ailleurs, un
            poste de travail Linux peut tout à fait se connecter à un serveur Active Directory : le choix d’Active Directory ne bloque
            donc pas l’évolution de l’OS du poste de travail.
  Il convient donc d’engager très vite une réflexion sur le déploiement en cours d’Active Directory. Le déploiement d’Active
  Directory fait l’objet d’un projet national associant les principales directions de ce ministère autour de la DSIC, il permet d’orres et
  déjà de rationaliser (accélérer, uniformiser) la mise en place de politiques de sécurité sur les environnements de travail
  informatique et facilite le contrôle des SZSIC sur les infrastructures locales des préfectures comme des services déconcentrés
  de la DGPN.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


       •   Vista Capable : Les ordinateurs Vista Capable doivent avoir un processeur d'au
           moins 800 MHz, 512 Mo de RAM et une carte graphique supportant DirectX 9.
           Ce type d'ordinateur ne sera pas capable de supporter toutes les
           caractéristiques graphiques de Vista, ni l'interface utilisateur Aero.
       •   Vista Premium Ready : Il s'agit d'ordinateurs avec un processeur d'au moins 1
           GHz, 1 Go de RAM, et une carte graphique gérant DirectX 9 (support du
           Shader Model 2.0) disposant d'au moins 128 Mo de mémoire et supportant le
           nouveau driver d'affichage Windows.
  Le prix auquel est vendu Windows Vista en Europe fait aussi l'objet de critiques. Les
  prix pratiqués en Europe seraient supérieurs d'environ 56% par rapport à ceux qui
  sont effectifs aux États-Unis et au Canada. Microsoft France fait valoir des coûts de
  traductions, d'intermédiaires et de transports.                                                                                      55
  Le cabinet IDC a publié une étude consacrée (et financée par Microsoft) aux
  impacts potentiels de l’arrivée de Vista dans six grands pays européens, dont la
  France.
  IDC prévoit que, pour chaque euro dépensé sur Vista, les entreprises européennes
  pourraient dépenser 13 euros de plus sur des produits dérivés, matériels, logiciels
  et services. Si la migration en coutait au Ministère de l’intérieur 100€ TTC par poste
  (ce qui pourrait être proche de la réalité), l’extrapolation suggère un coût de
  migration global de 1.300 euros par poste. Soit un budget de 143 millions d’euros
  pour 110.000 postes. Cette extrapolation fondée sur le multiplicateur de 13 suggéré
  par IDC est bien sûr théorique : elle donne la mesure des enjeux budgétaires que la
  migration vers Windows Vista risque de cristalliser.39



  39 Commentaire de la DSIC : Il faut toutefois admettre que les montées en version sont parfois tout aussi « indispensables »
  s’agissant des logiciels libres, car la communauté ne maintient la plupart du temps que la dernière version du produit : il faut «
  suivre le mouvement » pour tirer avantage de ce type de choix, voire l’entretenir par des reversements à la communauté !

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  6       Les logiciels libres au Ministère de l’intérieur


  6.1 UNE MIGRATION BUREAUTIQUE INACHEVEE


  Le ministère a procédé en 2000 à une évaluation des diverses suites bureautiques
  libres.
  La mise à disposition d'Open Office auprès de tous les agents du ministère a été                             56
  réalisée en 2002.
  Un CD a été largement distribué par les services zonaux, installant
  automatiquement Open Office et différentes ressources – documentation,
  dictionnaires, etc.
  En parallèle, les utilisateurs peuvent télécharger la suite via l'intranet.
  Le support technique est assuré par le biais d'un intranet et d'un forum d'échange,
  en liaison avec d'autres ministères, ainsi qu'avec le site Openoffice.org.


  Suites bureautiques                       %                Postes
  OpenOffice                                         32%         30624
  Microsoft Office 2003                              14%         13398
  Microsoft Office XP                                 8%          7656
  Microsoft Office 2000                              30%         28710
  Microsoft Office 95/97                             16%         15312
  Près de 30 000 postes sont déjà équipés.
  Principalement en sécurité publique (La DDSP 92 a ainsi équipé 1500 postes), mais
  aussi à la DCPJ (exemple de la PJPP : 1000 à 2000 postes).
  OpenOffice est désormais présent en administration Centrale mais aussi dans les
  Préfectures.


  6.2 QUELQUES REALISATIONS DU MIOCT REPOSANT SUR LE LOGICIEL LIBRE
         Courrier CPS
  Pour remplacer son système de traitement informatisé du courrier, le Ministère
  avait choisi en 2004 d’intégrer une application sous licence GPL, conçue par Nuxeo
  et Capgemini. Baptisé "Courier CPS" (pour Collaborative Portal Server), cet outil
  permet de gérer de manière dématérialisée, c'est-à-dire exclusivement en format
  numérique, l'ensemble du courrier entrant, qu'il s'agisse de documents papier (il
  est alors numérisé par scanner), ou de fax et d'e-mails. 40



  40   http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39153407,00.htm

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  300 fonctionnaires de la Direction générale des collectivités locales (DGCL) avaient
  été équipés de Courier CPS. Ils devaient être suivis par les 2.500 fonctionnaires de
  la DSIC. Le projet prévoyait l’adjonction de modules ajoutant de nouvelles fonctions
  à l'intranet du Ministère (forums, création de mini-sites inter-administratifs, etc.)
  ont été ajoutés depuis. A terme, le Ministère prévoyait qu’un "package" complet
  rassemblant toutes ses applications serait proposé aux 90.000 fonctionnaires
  concernés par ce projet. 41
  Ce projet a tourné court.
  La responsabilité semble imputable à des problèmes de coordination entre le
  titulaire du contrat (CapGemini) disposant d’une expertise dans les grands projets
  et son sous-traitant, Nuxeo disposant de la compétence technique autour de
  l’environnement technique Zope. Outre ce problème de coordination, le projet
  semble s’être appuyé sur un cadre technique :
      - comprenant une grande part de composants spécifiques à développer,                                                          57
      - pas nécessairement adapté – et avec des lacunes identifiées – au contexte
          du projet CPS.


       Messagerie Icasso
  Le ministère de l'Intérieur a lancé le 11 mai 2006 un appel d'offres pour un projet
  de migration de sa messagerie.
  Au programme, la "modernisation de messageries du ministère de l'Intérieur et de
  l'Aménagement du territoire" qui vise à remplacer le couple Exchange 5.5 / Outlook
  par l'infrastructure libre de messagerie Icasso / Pablo. Icasso rassemble notamment
  un serveur d'entité, un service de réplication d'annuaire et un service
  d'administration-supervision.
  Cette migration doit permettre la mise en place d'un service de synchronisation
  avec des solutions mobiles, tels que les PDA. L'appel d'offres couvre également des
  prestations d'assistance et de support.
  La DSIC souhaite favoriser le développement et la maintenance d’ICASSO en
  mettant le logiciel dans une communauté de développement de Logiciels Libres.


       Recherche d’alternatives libres pour les architectures et les bases de
       données
  A côté des applications historiques (GCOS7) et des applications client/serveur
  (UNIX), une nouvelle génération d’architectures se fraye une voie au Ministère de
  l’Intérieur. Ces architectures s’appuient souvent sur la technologie J2EE,
  notamment sur JonAS, une solution libre développée par le consortium européen
  ObjectWeb.


  41 Emmanuel Marcovitch, chargé de mission NTIC au ministère de l'Intérieur, exposait dans un interview, la portée de ce choix :
  « Le choix du libre est stratégique. Il aurait pu être reconsidéré si nous n'avions pas trouvé dans ce domaine une solution qui
  réponde à nos besoins. Plusieurs de nos directions ont exprimé un besoin concomitant, explique Emmanuel Marcovitch. La
  direction générale des collectivités locales avait mené la réflexion pour, dans un premier temps, améliorer la gestion de
  l'ensemble de son courrier et des questionnaires parlementaires. Ce besoin, nous l'avons requalifié, et nous nous sommes
  engagés à fournir sur intranet l'outil adapté. http://www.01net.com/article/248805.html

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Les systèmes d’information du Ministère reposaient assez largement sur les bases
  de données Oracle. L’évolution des coûts de licences a conduit le Ministère à
  rechercher des alternatives libres à Oracle.


       Une tentative de diversification : la Mission « diversification »
  Le directeur de la DSIC a créé en juillet 2005 une Mission « diversification »
  attachée à la direction des systèmes d'information.
  Cette mission s’inscrivait dans un contexte de :
    • réforme de la direction des systèmes d'information visant à augmenter la
       productivité du ministère de l'intérieur et à favoriser le développement de
       l'administration électronique
    • réorganisation de la sous-direction des études et des logiciels
                                                                                                                                       58
    • mise en place d'une charte harmonisant les architectures informatiques
    • renforcement des projets de développement déconcentrés
  La mission avait pour objectif de définir une stratégie de diversification des
  techniques et des dispositifs de secours. 42
  Si la Mission n’a pas été reconduite, ses objectifs figurent dans la charte CARMIN et
  parmi les objectifs assignés à la réorganisation en cours de la DSIC43.



     42 « S’il n’entre pas dans les missions de l'administration de favoriser tel ou tel type de licence, les logiciels libres sont
     aujourd'hui une alternative incontournable :
     • . mutualisation des applications, source d'économies
     • . interopérabilité, respect des normes et des standards
     • . adaptation des programmes
     • . connaissance du code : sécurité
     Ils ont donc toute leur place dans cette démarche de diversification.
  La principale difficulté est de passer de la culture de l'outil (le même logiciel pour tout le monde) à la culture d'internet (des
  logiciels divers interopérant via des normes). Patrick Guedj, Présentation de la Mission Diversification aux Journées « Capitale
  du Libre 2006 ».
  43Commentaire de la DSIC : Pour la DSIC, le but de la diversification n’est pas de multiplier a priori le nombre de fournisseurs
  (une politique de rationalisation des achats pourraient même conduire au contraire à concentrer davantage), mais de limiter les
  dépendances technologiques et économiques, et à assurer un bon niveau de réponse aux besoins, en segmentant une même
  famille de besoins selon différents critères.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  7 Retombées budgétaires du recours aux logiciels
    libres : La mise sous tension concurrentielle du secteur
    du logiciel


  7.1 LES LOGICIELS LIBRES METTENT SOUS TENSION CONCURRENTIELLE LES MARCHES DU
           LOGICIEL
  Les solutions libres sont plus en plus reconnues et admises dans les organisations                                          59
  publiques et privées. Les acteurs du marché (éditeurs, intégrateurs, utilisateurs)
  intègrent ce modèle de développement dans leurs stratégies.
  Si le logiciel libre suscite encore aujourd’hui des controverses, celles-ci sont de
  nature essentiellement technique et économique.
  Internet avait rencontré, lui aussi, des oppositions, il y a 10 ans, et suscité des
  controverses. La question d’être pour ou contre internet ne se pose plus.
  Il est assez largement admis que les logiciels libres redessinent aujourd’hui le cadre
  concurrentiel dans les secteurs de l’informatique, des télécommunications et de
  l’électronique grands public :
       •   Les constructeurs et les éditeurs diffusent de manière libre certains
           composants de leur offre afin que ceux-ci se diffusent de la manière la plus
           large auprès des utilisateurs. C’est par exemple la stratégie de Sun avec un
           grand nombre de composants Java. (C’est aussi d’une certain manière la
           stratégie de Microsoft avec Explorer, même si dans ce cas précis, il ne s’agit
                                                   44
           que d’une licence d’utilisation gratuite ).
       •   Les acteurs non dominants sur un marché recourent aux logiciels libres pour
           concurrencer l’acteur ou les acteurs dominants, non pas en l’attaquent
           frontalement mais en s’appuyant sur des communautés libres qui vont
           favoriser l’émergence de solutions concurrentes,
       •   Les intégrateurs favorisent le développement de solutions libres pour restaurer
           leur indépendance vis-à-vis des éditeurs et redevenir l’interlocuteur principal
           des organisations utilisatrices.
       •   Des sociétés de services en logiciels libres centrent leurs activités sur la valeur
           ajoutée en proposant des applications complémentaires, des formations, de
           l’assistance, etc.
  L’économie des logiciels libres s’insère donc dans l’économie générale des logiciels
  tout en présentant des particularités.



  44Microsoft a trois types de licences présentées comme libres. Deux ont été acceptées par l’Open Software Alliance : MSPL
  (Microsoft Permissive License) et MSRL (Microsoft Reciprocal License).

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Elle repose largement sur la fourniture de services notamment de maintenance
  autour des progiciels ou la création, plus embryonnaire, de logiciels sur mesure en
  utilisant des briques logicielles qui existent déjà.
  Dans de nombreux secteurs, le logiciel libre ouvre la concurrence, contribue à
  « déverrouiller » les marchés, fait peser sur les éditeurs historiques une pression
  concurrentielle qui s’était considérablement atténuée.


  7.2   LOGICIELS LIBRES ET COMMUNAUTES
  Basé souvent sur un développement communautaire, le logiciel libre requiert :
    • Un nombre assez large de développeurs
    • La stabilité de la communauté de développement,
    • Un intérêt de cette communauté à faire évoluer de manière continue un
                                                                                               60
       logiciel à la fois pour l’enrichir et pour résoudre les problèmes de
       fonctionnement.
  Les    modèles     de   développement      libres concernent trois grands types
  d’environnement distincts
    • le système d’exploitation (LINUX) et les couches techniques intermédiaires
       (Middleware)
    • les logiciels applicatifs bureautiques
    • les logiciels fonctionnels


      Le système d’exploitation (LINUX) et les plateformes Middlewares
  Le Système d’exploitation
  C’est le composant le plus emblématique mais qui peine encore à pénétrer le
  marché. Très présent sur les serveurs de réseaux, LINUX n’est présent aujourd’hui
  que sur 3% des postes de travail.
  Les couches techniques intermédiaires (Middleware)
  C’est pour le monde des professionnels, le secteur où les logiciels libres sont        les
  plus répandus. Ce n’est pas le secteur le plus visible, mais c’est là que               se
  développent les stratégies les plus abouties dans la compétition que se livrent        les
  constructeurs, les éditeurs de logiciel, les intégrateurs et plus largement tous       les
  acteurs du numérique.
  Ainsi, les serveurs web avec les plateformes Apache occupent aujourd’hui une place
  dominante.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

                                                                        Apache
                                                                        Windows
                                                                        Sun
                                                                        Autres
                                                                      Source : Netcraft



     95   96   97   98   99   00   01   02   03   04   05   06   07


  C’est avec notamment le soutien de Sun et d’IBM que se sont imposées des                                               61
  couches techniques autour des environnements Java.
  Les déclinaisons de ces composants sont nombreuses et sont largement utilisées
  par l’industrie.
  Ceci n’empêche pas les acteurs du marché de développer des stratégies propres.
  C’est le cas de Sun ou d’IBM qui promeuvent des composants libres tout en
  déployant des stratégies plus propriétaires sur d’autres composants ou produits.
  Microsoft est naturellement très actif sur ces couches techniques en s’appuyant sur
  .net.


      Les logiciels bureautiques


  C’est la vitrine la plus visible des logiciels libres. Alors que la Version 1 de la Suite
  OpenOffice.org était relativement pauvre et présentait beaucoup de lacunes face à
  Microsoft Office, la Version 2 se montre beaucoup plus riche. Si elle n’égale pas
  Microsoft Office, ses adeptes considèrent que les utilisateurs ne font pas appel à
  des fonctionnalités spéciales dont ne disposerait pas OpenOffice.
  Deux problèmes se posent couramment pour l’usage d’OpenOffice :
    - Les problèmes de compatibilité subsistant avec Microsoft Office et qui
        rendent parfois difficiles les échanges de documents dans un mode de travail
        collaboratif. Certaines fonctions telles que la gestion des titres ou celle des
        images se manifestent par des différences dans le document final. Ce
        problème n’est en réalité pas un problème de logiciel mais un problème de
        format. Il est au centre de la bataille que se livrent les tenants du format
        ODF (Open Document Format) normalisé par OASIS, et de l’autre, Microsoft
        qui souhaite voir les autorités de normalisation consacrer son propre format
        connu sous le nom d’Open XML comme une norme internationale.
    - L’existence de clients lourds liés à Microsoft Office et qui ne peuvent être
        repris sous OpenOffice. De nombreuses applications dans les entreprises et
        les administrations (et notamment au Ministère de l’Intérieur) utilisent en
        effet des fonctions liées au traitement de document, aux tableurs ou aux
        bases de données locales Microsoft.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


      Les logiciels fonctionnels : les applications
  Ces logiciels répondent généralement à des besoins précis des utilisateurs pour les
  fonctions de gestion des entreprises.
  L’idée selon laquelle un logiciel développé pour un utilisateur ou un contexte précis
  pourrait être réutilisé par d’autres utilisateurs est au principe même du logiciel
  libre. S’agissant d’applications fonctionnelles, cette perspective de réutilisation et
  de mutualisation sous-estime généralement l’effort qu’il faudra ensuite consentir
  pour adapter ces logiciels à une organisation spécifique, son contexte, son métier et
  ses processus. Elle sous-estime l’ampleur des efforts que représente
  l’industrialisation d’un logiciel pour qu’il puisse être utilisé par de nombreux
  utilisateurs dans des contextes différents.
                                                                                                 62
  Ce problème n’est pas spécifique aux logiciels libres. Les sociétés de service (les
  intégrateurs) ont été confrontées, de tous temps, à cette question de manière
  récurrente : pourquoi ne pas industrialiser des solutions conçues pour un client
  spécifique, en étendre le périmètre, les proposer à d’autres clients et en tirer un
  bénéfice multiplicateur ? Il semble bien que les métiers de l’édition (une solution
  « industrialisée » pour un grand nombre de clients) et ceux du service (une solution
  sur mesure) soient de nature différente.
  Verra-t-on des solutions Open Source prendre pied et s’imposer sur le marché des
  logiciels fonctionnels, domaine de prédilection des éditeurs ?
  A en juger par la répartition des communautés de développements de logiciel Open
  Source (telle qu’elle apparaît dans SourceForge, qui regroupe au niveau mondial le
  plus grand nombre de ces communautés), les communautés du logiciel libre sont
  très actives dans le développement d’applications et de logiciels fonctionnels.



                                          SourceForge
                                          Communautés par thème
                                          12/11/07



  Les communautés les plus actives travaillent notamment sur un progiciel de gestion
  intégré (OpenBravo ERP) capable de concurrencer SAP. Un grand nombre de
  sociétés de services et d’utilisateurs sont potentiellement intéressés à rouvrir la
  concurrence dans ce secteur. Les développeurs dans ces communautés
  parviendront-ils à se concentrer durablement sur leurs objectifs ? Ne risquent ils
  pas de s’en détourner si un nouveau sujet présente plus d’intérêt à leurs yeux ?

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  7.3 PARTICIPATION DES ADMINISTRATIONS A DES COMMUNAUTES
  Les projets de logiciels libres, pour les administrations, sont de trois types,
  auxquels sont associés, trois types de risques :
       •   Les projets de logiciels45 préexistants, bien établis, correspondant à un besoin
           largement partagé. Les développeurs dans les administrations participent à
           ces projets dans le cadre de communautés (sans que ce soit toujours
           clairement géré).
           Sur le fond, on peut estimer que l’administration y trouve son compte, pour
           autant que le temps passé soit en relation avec des objectifs définis.
                                                                                                                                      63
       •   Les projets initiés par une administration et pour lesquels l’administration
           souhaite voir émerger une communauté qui garantira, dans la durée, la
           pérennité et l’évolutivité du logiciel. C’est ce qu’à très bien réussi la
           Gendarmerie avec OCS Inventory pour la gestion du parc informatique. La
           réussite de telles démarches, c’est à dire le maintien d’une communauté, reste
           incertaine. 46
       •   Les projets de logiciel initiés par une administration et dont les résultats
           pourraient être repris par une autre. Ce cas de figure est récurrent.47 Il n’est
           pas directement lié à la question du logiciel libre. Il semble bien que les
           licences libres apportent une réponse simple à cette exigence de partage entre
           les administrations. Encore faut-il pouvoir introduire cette clause dans les
           CCAG des marchés publics. Le résultat reviendrait à constituer une
           « communauté ad-hoc ».
  Le tableau suivant croise les différents types de risques associés à la participation à
  des communautés et l’environnement technique.



  45 On désigne ces projets de plus en plus souvent comme des « souches logicielles »
  46 Une démarche intermédiaire pourrait être au niveau national de disposer d’une structure d’animation de ces communautés
  émergentes. Ce rôle pourrait être dévolu à la DGME. C’est le but qu’elle s’est fixée avec Admisource. De sorte qu’on pourra
  différencier deux sous-catégories :
        - Le lancement de communautés « sans frontières »
       - Le lancement de communautés dans un environnement national sous la bannière d’Admisource
  47 Le problème s’est posé pour la plateforme d’achat public développée pour le Ministère de la Défense par CapGemini Sogeti.
  Le Ministère de la Défense souhaitait mettre cette plateforme à la disposition d’autres Ministères. Le ministère de la défense et
  les autres ministères se sont aperçus que le contrat ne prévoyait pas une telle mise à disposition. Ces ministères ont du se
  tourner dans l’urgence vers une autre solution.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

                         Représentation du risque 



                                                     Communautés 


                                                                      Communautés 



                                                                                       Communautés 



                                                                                                          Communautés 
                                                     préexistantes



                                                                      niveau global
                                                                       suscitées au 



                                                                                        suscitées en 
                         de participation à une 



                                                                                                            « ad‐hoc »
                                                                                          France
                         communauté de 
                         développement de 
                         logiciels libres


                            Logiciels fonctionnels
                            Logiciels bureautiques
                           Plateformes techniques
                          ITEMS International                   Démarche peu risquée
                                                                Risque limité
                                                                Risque élevé sur le succès de la démarche
                                                                                                                                       64



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  7.4 INDUSTRIALISATION ET INDEPENDANCE
  Les années 80 et 90 ont été marquées par une montée en puissance des progiciels
  aux dépens des développements spécifiques.
  L’attractivité des logiciels proposés par les éditeurs repose sur leur niveau
  d’industrialisation. Celle-ci comprend une gestion rigoureuse des niveaux de
  version, un support technique par niveau de version des problèmes identifiés, des
  engagements contractuels des fournisseurs.
  L’utilisation des logiciels libres dans les grandes organisations appelle la mise au
  point d’offres professionnelles structurées. S’agit-il uniquement de contrat de
  services ? Ces contrats incluent-ils une forme de responsabilité sur la fourniture des
  « souches logicielles » ?
                                                                                                                   65
  La difficulté des éditeurs et des sociétés de services spécialisées dans les logiciels
  libres à proposer ce type d’offres incite les grands comptes à se tourner vers des
  fournisseurs de plateformes qui offrent une gamme de logiciels « packagés ». Ce
  faisant, contrairement à des objectifs initiaux clairement affirmés, des liens de
  dépendance se recréent ainsi entre fournisseurs de logiciels libres et utilisateurs.
  Les problématiques d’indépendance et de dépendances peuvent s’avérer plus
  complexes qu’il n’y paraît.
  Le schéma suivant propose une représentation en fonction du caractère libre ou
  propriétaire des solutions dont peut disposer l’administration.
                                                           Dépendance 
                                                           du fournisseur
                                                                               Evolution des 
                                                                               versions de LP


                                                                                   Support 
                                                                               technique de LP


                                            Support 
                                          Technique LL


                       Libre                                                             Propriétaire
                                      Evolution de LL 
                                      « packagées »



                                                         Normes et standards
                          Evolution de 
                             LL GPL
                                                           Indépendance 
                                                                                     ITEMS International
                                                           du fournisseur



  La dépendance a un coût : celui qui est du à un appauvrissement de la concurrence
  des acteurs face à un besoin exprimé par le client. Comme veut le montrer le
  schéma précédent, cette dépendance peut venir des logiciels propriétaires. Elle peut
  également venir de la relation qui va s’établir avec les sociétés de services qu’elles
  s’appuient sur du logiciel libre ou non.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  L’indépendance a également un coût. Le recours systématique au libre et surtout
  s’il est non packagé, oblige l’organisation utilisatrice à prévoir et organiser le
  support et une forme «d’industrialisation » des logiciels. L’indépendance suppose
  une organisation suffisamment bien structurée pour que cela n’aboutisse pas à une
  multiplication des solutions.
  On remarquera que les normes et standards ne sont pas liés en soit au sujet libre
  ou propriétaire. Ainsi les acteurs du marché sont-ils présents dans différentes
  structures de normalisation, lesquelles travaillent non pas sur des composants
  logiciels (parfois appelés à tort standards), mais sur des interfaces, des protocoles
  ou des formats. Ces standards peuvent donner lieu à des licences d’utilisation
  gratuites (c’est le cas des standards du W3C) ou payantes (c’est le cas de la plupart
  des organisations de standardisation comme l’ETSI où la règle qui retenue est celle
  dénommée FRAND (Fair Reasonnable And Non Discriminatory).
  Il y a plusieurs manières de faire valoir les avantages ou inconvénients des                                                       66
  différentes offres dans ce débat. Les acteurs du marché (intervenant dans le
  secteur libre ou propriétaire) ne s’en privent pas : c’est en fait un élément central
  du nouveau jeu concurrentiel. Ce jeu est loin d’être manichéen. Il fonctionne juste
  avec des règles différentes :
    • Dont le débat sur le libre devient le moteur,
    • Dont le débat sur les standards devient le pivot.


  7.5 LE CAS DE LA DIRECTION GENERALE DES IMPOTS


  En 2000, la DGI a commencé à considérer l’utilisation de logiciels libres parmi
  d’autres options possibles ; le choix s’effectuant sur des critères purement
  rationnels :
    • les fonctions,
    • la performance,
    • la maintenabilité,
    • le coût total de possession, etc.
  Avec le projet COPERNIC48, la DGI a mis cette option à l’épreuve à grande échelle
  fin 2000 en portant sur GNU/Linux l’application de gestion de l’impôt sur le revenu
  (structurellement inchangée par ailleurs). Déployée opérationnellement depuis
  début 2001 auprès de ses 23 000 utilisateurs pour gérer les 34 000 000 de
  déclarations annuelles, cette application n’a pas connu un seul dysfonctionnement
  système depuis, et est devenue, à l’époque, notre infrastructure au coût complet de
  possession de très loin le plus faible.
  Forte de cette expérience, la DGI a imposé à ses nouveaux projets une technologie
  de développement J2EE, puis fait le choix, en 2004, d’une implémentation EJB
  unique.



  48Commentaire de la DSIC : Il faut également noter que le ministère de l’intérieur a déjà fait depuis plusieurs années des choix
  de logiciels libres pour des catégories de besoin similaires à celles prises en compte dans le projet de plate-forme technique
  pour COPERNIC : notamment les systèmes d’exploitation de certains serveurs (forte présence de Linux), les serveurs
  d’applications (JBOSS/TomCat) : ces choix précoces ont engendré des économies qu’on pourrait évaluer a posteriori.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  A l’issue d’un appel d'offres « neutre », mettant en concurrence solutions libres et
  propriétaires, ses critères étant le respect des normes du domaine (J2EE 1.3 +
  JMX), la performance, la qualité du support, l’engagement contractuel en
  responsabilité, et le prix, elle a reçu 7 offres : 4 proposaient du libre (dont 3 JBoss)
  et 3 des produits propriétaires. Les propositions basées sur Jboss se sont classées
  1ère, 2ème, et 5ème position, la première propriétaire arrivant 4ème.
  « L'évaluation a non seulement montré que le logiciel libre rivalise aisément avec le
  logiciel propriétaire sur un plan technique, mais, plus important, elle a prouvé qu'il
  existe une offre mature et économique de service et de support ».
  La DGI a signé mi-2004 un contrat avec Atos Origin et JBoss Inc49.
  Son directeur technique, Jean-Marie Lapeyre, estime « avoir réalisé, en coût
  complet, une économie d’au moins 75% par rapport à une offre propriétaire
  classique ».
                                                                                                                                       67
  La DGI a déployé 4000 serveurs GNU/Linux ; l’administration système est presque
  entièrement basée sur des logiciels libres (Nagios, RRDTools), ainsi que
  l’infrastructure de production (Apache, Tomcat, Axis, Jboss, etc.) hors systèmes de
  base de données à ce stade. La plate-forme de développement repose également
  sur des logiciels libres (Eclipse). Au total, nous utilisons environ 170 composants
  libres.
  Pour complètement soutenir cette politique, la DGI a lancé un appel d’offres pour
  assurer le support de tous ces composants (hors Jboss, déjà supporté) et des
  prestations de services connexes. 50
  Selon son directeur, « les appels d'offres émis pour ces marchés ont montré que,
  techniquement, l'offre logiciel libre rivalise aisément avec les offres propriétaires.
  Ils ont aussi prouvé qu'il existe désormais une offre mature de support de cette
  politique, en particulier des compétences très solides dans beaucoup d’entreprises
  du secteur (dont toutes les grandes SSII, ce que nous constatons par ailleurs sur
  nos autres contrats ; compétences qui n’étaient pas valorisées auparavant). Les
  coûts fermes de nos contrats donnent une évaluation fiable du coût strict de
  possession du logiciel libre : j’entends par coût strict le droit d'utilisation, la
  maintenance corrective, les maintenances évolutive et adaptative (hors
  spécifiques), et le support téléphonique.
  Notre benchmark est que les grands programmes d'investissement consacrent
  couramment jusqu'à 20% de leur budget à ces coûts. Nous y consacrerions 2% si
  nous avions une politique « tout libre » (restent des choix antérieurs qui
  augmentent cette proportion). Nous estimons en fait, par une analyse
  complémentaire en comparaison de la structure de nos dépenses antérieures, que
  l'ordre de grandeur des économies possibles oscille entre un facteur 4 (pour les
  composants les plus critiques) et un facteur 150, avec une moyenne à 10 ».
  49 La partie ferme s’élève à 2.7M€ TTC sur trois ans (elle couvre un déploiement illimité – en pratique quelques milliers de
  serveurs pour un millier de développeurs –, avec un engagement de correction des bugs critiques de production en moins de
  48h, l’interdiction pour le prestataire de forcer un changement de version majeur et l’obligation de reverser dans le produit
  standard toutes les modifications réalisées), la partie variable entre 1 et 3M€ (elle couvre des demandes d’expertises et d’études
  diverses sur le produit ou la technologie, des développements spécifiques, des opérations de portage à partir d’un autre serveur
  d’application J2EE, etc.).
  50Le ministère a signé en octobre 2005 ce contrat de 3 ans avec Capgemini / Linagora / Bull (la partie ferme s’élève à 4.8M€
  TTC sur la durée du contrat, la partie variable entre 10 et 40M€).

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  8     Volet juridique
  Les études de comparaison des coûts des solutions libres et propriétaires abondent
  dans un sens comme dans l'autre.
  Les logiciels libres sont basés sur une utilisation avancée du copyright et du droit
  d’auteur. Il est nécessaire de faire l’analyse juridique des licences existantes et de
  les étudier au regard du droit français.
  Nous nous proposons de faire le point sur les contraintes juridiques qui pèsent sur
  l’Administration quant au régime des logiciels qu’elle achète, développe ou fait             68
  développer. Nous prenons également en compte le travail fait au niveau de CARMIN
  par le Ministère et les interrogations qu’il a exprimé sur les contraintes pouvant ou
  non être exprimées dans les Appels d’Offres.
  Un certain nombre de Ministères utilisent déjà ou sont producteurs de logiciels
  libres. L’approche juridique s’appuie largement sur leur pratique.
  D’un point de vue juridique, une licence dite « libre » ne se différencie pas d’une
  licence traditionnelle. Il s’agit d’un document contractuel liant un titulaire de droit
  (auteur ou éditeur) et un tiers (le licencié). Elle détermine les droits du licencié,
  mais aussi ses obligations. Elle détermine également les droits et les obligations du
  titulaire de droits.


  L’analyse démontre que le droit français semble en mesure de faire face
  efficacement aux différentes problématiques juridiques posées par les logiciels
  libres. Aucune règle d’origine légale ne s’oppose aujourd’hui à leur validité, en dépit
  même du fait que les principales licences de logiciel libres n’ont pas été
  spécifiquement conçues pour le droit français.
  Il n’empêche qu’un certain nombre de questions juridiques découlent de leur
  utilisation, tant en ce qui concerne leur statut au regard du droit d’auteur qu’en ce
  qui concerne leur rapprochement avec le nouveau code des marchés publics. Ces
  questions sont importantes à double titre. D’une part parce que ces licences ont
  souvent été influencées par la philosophie du logiciel libre et qu’il est nécessaire de
  les interpréter tant au regard des clauses qu’elles contiennent que de leur
  préambule ou de la doctrine de leurs auteurs. D’autre part, parce qu’elles sont
  soumises à l’interprétation des juridictions ainsi qu’aux dispositions légales
  applicables. Or, à notre connaissance, aucune décision judiciaire française n’a eu les
  interpréter ou à se prononcer sur leur validité.
  Une analyse rigoureuse s’impose donc avec d’autant plus d’importance.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  8.1 ANALYSE DES LICENCES DE LOGICIEL LIBRE AU REGARD DU DROIT D’AUTEUR
  Un logiciel est un programme informatique qui se présente sous la forme d’un code
  source et d’un code exécutable.
  Comme toutes les autres œuvres de l’esprit, le logiciel est couvert par les règles du
  droit d’auteur.
  En vertu de l’article L-111-1, l’auteur du logiciel jouit d’un droit de propriété
  incorporel, exclusif et opposable à tous dès la création de son œuvre. Ce droit
  comporte des attributs d’ordre moral et patrimonial, il inclut notamment le droit
  d’autoriser ou non l’utilisation, la reproduction et l’adaptation de son logiciel.
  Les sanctions sont sévères. Selon l’article L-335-2 du Code de la propriété
  intellectuelle, toute utilisation, copie ou modification qui serait faite sans               69
  l’autorisation de l’auteur serait passible de trois ans de prison et 300 000 euros
  d’amende.
  En ce qui concerne l’identité de l’auteur de logiciel, trois hypothèses principales sont
  possibles.
  Si le logiciel est réalisé par un individu sur son temps libre, de sa propre initiative et
  avec ses propres moyens techniques, il sera naturellement auteur de son logiciel et
  disposera de l’ensemble des droits sur sa création.
  L’article L-131-1 du Code de la propriété intellectuelle prévoit la situation où le
  logiciel est réalisé par un ou plusieurs salariés dans le cadre de leur travail, c’est à
  dire par le compte et pour le compte de leur employeur dans le cadre d’une relation
  où ils lui sont subordonnés. Dans ce cas, et contrairement au principe général pour
  les textes, les photos et les autres œuvres de l’esprit, les droits patrimoniaux du
  logiciel sont supposés cédés de plein droit à l’employeur. Il est toujours possible
  d’écarter l’application de cet article en insérant une clause spécifique dans le
  contrat de travail, mais les logiciels créés par un salarié sont donc normalement
  dévolus à leur employeur qui peut pleinement les céder s’il le souhaite.
  Depuis peu, les mêmes dispositions s’appliquent également aux agents de l’état,
  des collectivités publiques et des établissements publics à caractère administratif.


  Le champ du droit d’auteur n’est cependant pas absolu.
  D’un coté la loi lui prévoit des exceptions et des limites. Les droits patrimoniaux
  durent 70 ans jusqu’après la mort de l’auteur si celui-ci est une personne physique,
  50 ans après la première publication de l’œuvre si celui-ci est une personne morale.
  Au-delà, le logiciel revient au domaine public et n’importe qui peut l’utiliser sans
  restriction, à condition toutefois de continuer à respecter son droit moral inaliénable
  (ce qui consiste notamment à ne pas attribuer son œuvre à quelqu’un d’autre).
  D’un autre coté, l’auteur a toujours la possibilité de céder par contrat les éléments
  de son droit patrimonial à autrui. Il peut le faire contre de l’argent ou contre des
  engagements réciproques.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Pour ce faire, l’auteur ou le détenteur des droits sur le logiciel va passer un contrat
  avec un ou des utilisateurs. Ce contrat spécifie quels sont les droits cédés ou
  concédés, leur champ d’application, la durée de sa validité, le caractère exclusif ou
  non-exclusif et transférable ou non-transférable de la cession.
  Autrement dit, un auteur a parfaitement le droit de contracter avec plusieurs
  personnes différentes. Soit qu’il leur cède les mêmes droits de façon non-exclusive.
  Soit qu’il leur cède des droits différents. Ainsi, un auteur de logiciel libre peut
  proposer une licence de logiciel libre aux utilisateurs qui l’acceptent. Cette licence
  est généralement non-exclusive. Il peut donc parfaitement continuer à exploiter son
  travail de façon propriétaire, à d’autres conditions, avec d’autres partenaires.
  Un contrat sur un logiciel est généralement qualifié de licence.
  Une licence de logiciel libre traite généralement de la concession non-exclusive et
  transférable de quatre des droits patrimoniaux de l’auteur, souvent qualifiés de             70
  quatre libertés du logiciel :
    • la liberté d’utiliser le programme,
    • la liberté d’accéder à son code source,
    • la liberté de le copier,
    • la liberté de l’adapter à partir de son code source.
  Ces conditions sont utilisées par la Free Software Foundation pour définir ce qu’est
  un logiciel libre. Une autre organisation, l’Open Source Initiative propose une
  définition un peu différente. Ensemble, les deux organisations répertorient plus
  d’une centaine de licences de logiciels libres ou open source différentes. A
  contrario, les licences de logiciels qui ne sont pas libres sont qualifiées de licences
  propriétaires.
  L’objectif de ces quatre conditions est de créer un écosystème communautaire où
  les gens ont le droit de modifier le programme des uns, des autres. En diffusant un
  logiciel accompagné d’une licence qui autorise d’autres développeurs à améliorer
  son programme, l’auteur espère créer une communauté, son travail sera à l’origine
  de nombreuses œuvres dérivées successives qui bénéficieront de l’apport de
  chacun.
  La logique traditionnelle était celle d’une œuvre finie, construite une fois pour toute
  et qui était revendue en bloc de façon exclusive et non-transférable. La logique du
  libre est celle d’un logiciel soumis au versioning, dont chaque évolution est le fruit
  du travail de plusieurs, et dont les droits sont concédés un par un à des conditions
  différentes en fonction des besoins de l’auteur et de sa communauté.
  Enfin, il existe souvent une cinquième condition appelée la condition de copyleft.
  C’est une clause de la licence par laquelle l’auteur n’accepte que l’on modifie son
  logiciel si, et seulement si, l’œuvre dérivée résultante est rendue disponible aux
  mêmes conditions par son auteur secondaire. C’est l’exemple de la licence GPL où
  l’auteur accepte de diffuser le code source de son logiciel et d’autoriser son
  utilisation commerciale, mais où il exige que l’amélioration qui serait diffusée
  commercialement soit divulguée au public et remise au pot commun.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Notons bien cependant qu’aucune licence de logiciel libre n’oblige à rendre
  systématiquement public les développements spécifiques qui auront été faites au
  programme. L’exigence de réciprocité de la clause de copyleft concerne uniquement
  les utilisations commerciales du logiciel. Elle n’est pas déclenchée par les
  modifications qui sont réalisées à usage seulement interne.
  Autrement dit, le caractère libre ou propriétaire d’un logiciel dépend des droits
  d’utilisation que son auteur a bien voulu concéder. Un logiciel gratuit disponible sur
  Internet n’est pas forcément un logiciel libre si on ne peut pas accéder à son code
  source. Et rien n’empêche une entreprise de vendre du logiciel libre, du moment
  qu’elle respecte les différentes conditions de sa licence.
  Un logiciel libre n’est donc pas un logiciel sans régime ou un logiciel qui serait dans
  l’indivision. Comme l’ensemble des œuvres de l’esprit, les droits sur un logiciel sont
  régis par le Code de la propriété intellectuelle. Loin de tomber dans un flou                71
  juridique ou dans le régime de l’indivision, ils sont au contraire finement organisés
  à travers les obligations spécifiées dans les contrats de licences.
  En ce qui concerne leur validité générale, les licences de logiciel libre sont
  généralement conformes aux exigences du droit des contrats et du Code de la
  propriété intellectuelle. Le consentement du licencié est constaté par l’utilisation
  des droits d’usage concédés et les licences de logiciels libres se rapprochent donc
  du régime des shrinkwrap licences qui sont la règle dans le domaine des progiciels.
  Reste bien sûr le problème que ces licences sont généralement rédigées au regard
  du droit des États-Unis. Il est d’abord possible de privilégier l’utilisation de licences
  comme CECILL qui ont été rédigées pour respecter le droit français. Il ne s’agit de
  toute façon pas d’appliquer des normes législatives, mais des règles contractuelles.
  Or, rien n’interdit d’appliquer en France un contrat qui aurait été rédigé et imaginé
  aux Etats-Unis. Les licences de logiciels libres sont donc parfaitement applicables en
  France, d’autant que le droit d’auteur français et le copyright américain sont
  suffisamment harmonisés à travers la convention de Berne pour garantir une
  véritable stabilité juridique.
  Le cas échéant, même si certaines de leurs clauses se révélaient nulles ou étaient
  inapplicables, cela n’empêcherait pas le reste de la licence de continuer à
  s’appliquer. Sur ce point, la situation n’est pas différente de celles des licences
  d’utilisation de progiciels ou des contrats de cession de droits qui peuvent être
  signés avec des prestataires étrangers.
  En fait, les licences de logiciels libres augmentent même la sécurité juridique par
  rapport aux licences d’utilisation classiques.
  En effet, même si elles paraissent plus nombreuses et plus complexes que leurs
  homologues propriétaires, les licences de logiciels libres reposent sur un socle
  commun extrêmement stable, leur interprétation est facilitée car elles sont
  beaucoup plus proches des fondamentaux du droit d’auteur, et prises
  individuellement, elles évoluent beaucoup moins souvent.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Prises ensembles, les licences de logiciels libres ont aujourd’hui contribué à créer
  une véritable doctrine juridique générale qui guide leur interprétation et leur
  classification. A l’image de la GPLv3, elles sont souvent rédigées via des processus
  ouverts et collaboratifs faisant intervenir de nombreux experts juridiques,
  techniques et des spécialistes de la gestion de communauté. Il existe au moins
  deux organismes internationaux chargés de définir des standards juridiques
  permettant de les hiérarchiser : la FSF et l’OSI. Preuve de ce succès, la majorité
  des acteurs industriels du marché ont désormais adopté des licences préexistantes
  ou définies les mêmes, par rapport à ces catégories désormais éprouvées. Même
  Microsoft a fait labelliser deux licences libres par l’OSI en 2007.
  Au demeurant, ces licences correspondent finalement à une application des règles
  du droit d’auteur qui sont le plus communément partagées au niveau international :
  la décomposition des droits d’auteur sur un logiciel et leur concession à travers un
  contrat de licence centré sur l’accès au code source et son utilisation.                     72
  En restant proches de ces fondamentaux, elles évitent les définitions obtuses
  comme la notion de poste de travail, ou les contraintes ad-hoc correspondants aux
  besoins spécifiques de tel ou tel fournisseur.
  Par ailleurs, une fois rédigées, et contrairement aux licences propriétaires dont on
  peut voir de nouvelles versions apparaître plusieurs fois par an, ou varier en
  fonction des différents distributeurs, les licences de logiciel libre se caractérisent
  par une grande stabilité dans le temps. Un logiciel sous GPL sera fourni aux mêmes
  conditions, quel que soit le prestataire et la date auxquels il sera fourni.
  De nouveaux besoins peuvent entraîner de nouvelles licences, mais une fois qu’un
  projet a choisi celle qui lui convenait, il n’en change que très rarement. La GPLv2 a
  été rédigée en 1991 et n’a été modifiée qu’en 2007 après une négociation
  multilatérale de plusieurs années.
  Enfin, cette simplicité assure une grande facilité à gérer le contentieux. Dans
  l’hypothèse ou l’une des parties refuserait d’exécuter les conditions de la licence,
  son utilisation du logiciel se ferait alors en dehors de tout cadre contractuel et il se
  retrouverait immédiatement contrefacteur. Les obligations mises à la charge des
  licenciés sont tellement claires et proches des bases du droit d’auteur qu’il serait
  très difficile de prétendre échapper à une sanction.
  L’efficacité de ce mécanisme simple fait que les conflits sont presque inexistants et
  qu’ils sont généralement résolus par la voie de la négociation et de la transaction.
  Il existe cependant deux décisions judiciaires relatives aux logiciels libres en
  général et à la GPL en particulier. La première est une décision provisoire rendue le
  28 février 2002 par une Cour de district du Massachussets aux USA dans une
  affaire MySQL v. Progress Software. Le litige s’est terminé par une transaction et
  n’a pas été jugé sur le fond, mais le tribunal a implicitement reconnu la validité de
  la licence GPL et son caractère obligatoire pour les parties.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  La seconde décision a été rendue par la Cour de district de Munich en Allemagne le
  2 avril 2004 dans une affaire Netfilter/iptables v. Sitecom Germany Gmbh, confirmé
  en appel par la même Cour le 19 mai 2004. Encore une fois, le litige s’est terminé
  par une transaction sans être jugé sur le fond, mais la Cour a cette fois-ci
  explicitement reconnu la nature obligatoire de la GPL pour les parties.


  8.2 ANALYSE DES LICENCES DE LOGICIELS LIBRE AU REGARD DU DROIT DES MARCHES
        PUBLICS
  Le mécanisme des logiciels libres repose sur une utilisation avancée des
  dispositions du Code de la propriété intellectuelle à travers la rédaction de contrats
  de licence spécifiques établissant une relation d'obligations entre l'auteur du logiciel
  et l'administration. Les caractéristiques de cette relation doivent être analysées au
                                                                                               73
  regard du droit français, et du droit des marchés publics en particulier. Leur
  rédaction doit garantir la sécurité juridique de l'ensemble des intervenants.
  Après avoir étudié les différentes questions soulevées par l'utilisation des logiciels
  libres au sein des appels d'offre de marché public, il conviendra donc de proposer
  les rédactions pertinentes pour la passation de ces marchés.
  Les réponses à ces questions s'appuient sur la pratique, mais aussi sur le Code de
  la propriété intellectuelle et sur le Nouveau Code des marchés publics.
  En ce qui concerne les marchés publics, ceux-ci sont des « contrats conclus à titre
  onéreux avec des personnes publiques ou privées par les personnes morales de
  droit public. » D’une certaine façon, le droit des marchés publics correspond à un
  droit de la concurrence adapté au marché de la commande publique.
  Ils obéissent à trois principes :
     • la liberté d’accès à la commande publique
     • l’égalité de traitement des candidats
     • la transparence des procédures.
  Les marchés publics informatiques suivent le régime des marchés publics général.
  En ce qui concerne l’expression des besoins informatiques, les marchés publics
  informatiques dépendent des cahiers des clauses administratives et techniques
  correspondants :
    • le cahier des clauses administratives générales des prestations intellectuelles
       (CCAG PI),
    • le cahier des clauses administratives générales des marchés industriels (CCAG
       MI),
    • le cahier des clauses administratives générales des fournitures courantes de
       service (CCAG FCS),
    • le cahier des clauses administratives particulières (CCAP) propre à chaque
       marché.
  En ce qui concerne les questions relatives aux logiciels libres dans le droit des
  marchés publics, plusieurs hypothèses sont à distinguer :
    • l’acquisition gratuite de logiciels libres,


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

    •     l’acquisition payante de logiciels libres,
    •     la production de logiciels libres.


        L’acquisition gratuite de logiciels libres rentre dans le champ du Nouveau Code
        des marchés publics
  Il ne faut pas écarter l'acquisition gratuite des logiciels libre du régime du Code des
  marchés publics au motif que la licence de logiciel ne serait pas un contrat onéreux.
  En effet, un contrat onéreux n’est pas un contrat contre de l’argent, c’est un contrat
  dans lequel les parties s’engagent à des obligations réciproques (obligation de
  payer, mais aussi obligation de faire).
  Le contraire d’un contrat onéreux serait un contrat de donation, mais les contrats
                                                                                               74
  de logiciels libres ne sont pas des contrats de donation de logiciel. L’auteur y
  conserve sa propriété intellectuelle et autorise simplement certaines utilisations de
  son logiciel. De son coté, le contrat n’est pas sans conséquences pour l’usager qui
  s’engage à respecter les conditions imposées par l’auteur.
  Par ailleurs, l'acquisition gratuite de logiciels libres est souvent liée de façon
  indissociable à des services. L’acquisition du logiciel et la réalisation des services
  peuvent être considérés comme relevant d'une seule et même opération (technique
  et/ou budgétaire) au sens du code des marchés publics.
  Dans toutes les hypothèses, l’acquisition gratuite de logiciels libres doit donc être
  maîtrisée par l’entité administrative. Idéalement, le choix d'un logiciel libre devrait
  faire l'objet d'une décision interne qui prenne en considération sa conformité́ aux
  orientations générales, les ressources nécessaires à sa mise en œuvre, et les
  implications liées à la licence utilisée.
  Il est donc possible de relier les questions relatives à l’acquisition gratuite de
  logiciels libres et celles relatives à leur acquisition payante.


        L’acquisition de logiciels libres


  Le modèle le plus classique est celui d’un distributeur de logiciel libre qui
  accompagne son offre de services payants : adaptation du logiciel aux besoins du
  client, fourniture sur un support cédérom ou dévédérom, documentation,
  maintenance, centre d'appels.
  Pour des montants financiers significatifs, l'acquisition payante ou gratuite de
  logiciels libres entre alors dans le cadre des procédures d'achat décrites par le code
  des marchés publics.
  L’acquisition du logiciel passe d’abord par l’étude des besoins de l’administration.
  Les besoins de l’administration sont classiquement exprimés en termes fonctionnels
  et techniques : fonctionnalités, performances, documentation, niveau de support,
  pérennité, interopérabilité, disponibilité du code source, etc.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  Mais la nature spécifique des logiciels informatiques impose de définir aussi les
  besoins en termes de propriété intellectuelle : droit d’usage, droit de reproduction,
  droit d’adaptation, droit de représentation, cession ou concession, transmissible ou
  non-transmissible, exclusive ou non-exclusive, durée, étendue, nombre de postes
  concernés, etc.
  L’administration peut exprimer le besoin de s’insérer au sein d’une communauté
  préexistante, ou d’en susciter la création. Ce besoin correspond à des contraintes
  en termes de propriété intellectuelle. Il correspond à des engagements contractuels
  pris par l’auteur du logiciel envers l’administration et la communauté. De même
  qu’une entreprise peut s’engager à assurer la maintenance d’un logiciel pendant
  cinq ans, elle peut aussi s’engager à laisser la communauté accéder au code source
  de son logiciel et à le modifier.
                                                                                               75
  Dans le cadre de la passation de l’appel d’offre de marché public, ces besoins
  doivent se traduire comme des contraintes en termes de propriété intellectuelle. Il
  ne s’agit que de la définition des conditions d’utilisation des logiciels qui sont l’objet
  du marché. De même que l’administration peut par exemple exiger que la licence
  du logiciel l’autorise à installer un logiciel sur plusieurs postes simultanément, elle
  peut également exiger que la licence permette à une communauté d’accéder au
  code source.
  La spécification de ces contraintes peut s’accompagner d’une sélection de licences
  de logiciel libre permettant de les satisfaire. À charge pour ceux qui souhaiteront
  répondre de s’y conformer, y compris en modifiant les licences de leurs propres
  logiciels si nécessaire.
  L’administration doit alors rédiger le cahier des charges précisant les critères de
  choix. Ces critères renvoient habituellement à la conformité aux exigences
  fonctionnelles et techniques, au coût des licences, au coût de la maintenance ainsi
  qu’aux caractéristiques de la garantie.
  Mais dans le cas des logiciels libres, les critères du cahier des charges doivent
  également renvoyer aux besoins de propriété intellectuelle exprimés par
  l’administration.
      La production de logiciels libres
  a. La production de logiciels libres par l’administration
  La décision de se placer sous le régime des logiciels libres correspond à la nécessité
  de créer une communauté d’usagers et de développeurs intéressés, ou de participer
  à une communauté existante.
  Le choix de la licence conditionne la constitution de la communauté et le choix des
  composants qui pourront être intégrés au cours de la réalisation. Il doit donc être
  fait dès le début du projet, au moment de la définition des spécifications.
  b. Obligation de rediffusion ou non


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Toutes les licences de logiciels libres n’imposent pas d’obligation de rediffusion des
  améliorations qui sont effectuées par l’administration. Il est possible de préserver
  un certain secret ou de limiter l’utilisation commerciale ultérieure du logiciel. Par
  exemple, la GPL laisse la possibilité à l’administration de réserver l’utilisation de sa
  version du logiciel à une diffusion interne. Le choix du logiciel et de sa licence
  n’impose pas à l’administration de mettre le logiciel à disposition du public. C’est un
  choix qui lui revient et qu’elle peut prendre soit dès le départ du projet, soit
  ultérieurement.
      Régime de propriété intellectuelle des logiciels libres utilisés par l’administration
  Le régime de propriété intellectuelle des logiciels libres soulève de nombreuses
  questions au regard des clauses du CCAG PI et de celles qu’il faut rédiger pour le
  CCAP.
                                                                                               76
  Le CCAG PI comporte plusieurs dispositions qui régissent le sort des droits de
  propriété intellectuelle du logiciel objet du marché public. Il s’organise en 3 options.
  Dans tous les cas, l’administration dispose de manière exclusive du droit de
  divulgation ainsi que des droits patrimoniaux de représentation et de reproduction
  du logiciel.
  Mais le titulaire du marché peut se retrouver dans deux situations :
   • le titulaire du marché ne peut rien faire sans son autorisation expresse (option
       A et B)
   • le titulaire du marché est autorisé à divulguer, représenter et reproduire le
       logiciel sans l’autorisation de l’administration (option C).
  L’ATICA recommandait l’utilisation de l’option A. Mais quelle que soit l’option
  choisie, la mise à disposition du logiciel dans une licence libre par l’administration
  s’analyse comme une autorisation expresse d’utiliser les droits concédés aussi bien
  vis-à-vis du public que vis-à-vis du titulaire.
  Il n’y a donc pas de difficulté dans l’hypothèse de la réalisation d’un nouveau
  logiciel et de sa mise à disposition par une licence libre.
  Mais, dans l’hypothèse où l’administration réutiliserait un logiciel libre déjà existant,
  la question se pose de savoir si les clauses du CCAG PI sont applicables dans la
  mesure où la licence de logiciel libre ne permet pas de céder les droits sur le logiciel
  à l’administration, mais seulement de les lui concéder. Celle-ci ne pourrait donc
  affirmer être la titulaire exclusive des différents droits mentionnés au CCAG PI.
  C’est pourquoi il est important que le CCAP ou le CCTP comporte alors une clause
  faisant explicitement référence au respect de la licence du logiciel comme c’est
  également l’usage dans le cas de logiciels propriétaires. Les dispositions du CCAP
  priment alors sur celles du CCAG PI et la sécurité juridique de l’appel d’offre est
  assurée.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  8.3 POSSIBILITE DE MENTIONNER UN LOGICIEL LIBRE, OU DE FAIRE REFERENCE A DES
        STANDARDS
  Il est normalement impossible de faire référence à un logiciel spécifique au sein
  d’un appel d’offre de marché public informatique. Mais trois solutions sont
  possibles. D’abord, il est possible de changer de cadre et de se placer au sein d’un
  appel d’offre de prestation de service. On peut alors faire référence à un logiciel
  donné. Ensuite, pour les appels d’offre de marché public informatique proprement
  dit, il est possible de faire référence à des standards qui sont utilisés par le logiciel
  désiré. Enfin, à certaines conditions assez restrictives, il est possible de faire
  directement référence à un logiciel.
      Utiliser un appel d’offre de prestation de service
                                                                                               77
  Il est toujours possible de faire référence à un logiciel libre ou à un standard dans
  le cadre d’un appel d’offre pour une prestation de service. Ainsi, on peut
  commander une prestation d’installation et de maintenance d’un logiciel libre sans
  avoir besoin de commander l’achat de ce logiciel puisqu’il est libre et gratuit.
  Concrètement, de nombreux logiciels libres sont disponibles gratuitement et dans
  une licence qui autorise un usage sans restriction. Dans ces conditions, l’appel
  d’offre ne concerne pas l’achat du logiciel ou l’acquisition d’une licence d’utilisation,
  il s’agit en fait de demander son installation et sa maintenance. Il est alors
  naturellement indispensable de mentionner le nom du logiciel.
      Mentionner un logiciel


  Une autre solution est de faire référence à des standards plutôt qu’à un logiciel
  particulier.
  a. Une interdiction de principe
  Aux termes de l’article 6-IV du nouveau code des marchés publics, il est interdit de
  “faire référence à une marque, à un brevet ou à un type, dès lors qu'une telle
  mention ou référence aurait pour effet de favoriser ou d'éliminer certains
  opérateurs économiques ou certains produits.”
  Il ne serait donc normalement pas possible de mentionner un logiciel donné au sein
  d’un appel d’offre si ce logiciel n’est pas offert par l’ensemble des répondants à
  l’appel d’offre.
  On peut déjà objecter que les conditions d’utilisation de la plupart des logiciels
  libres autorisent l’ensemble des répondants à les proposer. La mention du logiciel
  n’aurait donc pas pour effet de favoriser ou d’éliminer certains d’entre eux. Un
  appel d’offre ne peut donc pas mentionner un logiciel propriétaire puisque son
  détenteur sera libre d’autoriser ou non ses concurrents à l’utiliser. En revanche, un
  appel d’offre peut mentionner un logiciel libre puisque celui-ci est librement
  réutilisable par n’importe quel répondant à l’appel d’offre.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  b. Des conditions dérogatoires


  De toute façon, cette interdiction de faire référence à une marque ou un produit
  n’est pas absolue. Le nouveau Code des marchés publics prévoit en effet que
  « Toutefois, une telle mention ou référence est possible si elle est justifiée par
  l'objet du marché ou, à titre exceptionnel, dans le cas où une description
  suffisamment précise et intelligible de l'objet du marché n'est pas possible sans elle
  et à la condition qu'elle soit accompagnée des termes : « ou équivalent ». »
  Dans l’hypothèse où un appel d’offre de marché informatique mentionnerait un
  logiciel libre, il serait possible d’améliorer encore la sécurité juridique de l’appel
  d’offre en se plaçant sous la protection de ce deuxième paragraphe. Il faudrait
  justifier le choix du logiciel par rapport à l’objet du marché, et préciser qu’un
  logiciel équivalent serait également accepté.                                                78


      Mentionner un standard
  Enfin, il est également possible de faire indirectement référence à un logiciel libre
  en mentionnant des standards. En effet, les logiciels du marché ne sont jamais
  compatibles avec l’intégralité des standards disponibles. Le choix des standards
  présents sera donc déterminant pour les répondants et sera de nature à écarter
  certaines réponses.
  Les références à des standards appartiennent à deux groupes, elles peuvent être
  obligatoires quand elles sont faites dans le cadre du RGI, ou elles peuvent être le
  fait du pouvoir adjudicateur et tomber dans le régime spécifique prévu par le
  nouveau Code des marchés publics.



  c. Les standards du futur RGI s’imposeront à tous


  Tout d’abord, le « référentiel général d’interopérabilité » est créé par l’Ordonnance
  n° 2005-1516 du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les
  usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives.
  Le champ d’application de cette ordonnance concerne les administrations de l'Etat,
  les collectivités territoriales, les établissements publics à caractère administratif, les
  organismes gérant des régimes de protection sociale relevant du code de la sécurité
  sociale et du code rural ou mentionnés aux articles L. 223-16 et L. 351-21 du code
  du travail et les autres organismes chargés de la gestion d'un service public
  administratif.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Son objectif est de faciliter les échanges et de rendre cohérent l'ensemble constitué
  par les systèmes d'information du service public : d’abord pour assurer la simplicité
  d’intégration de nouveaux systèmes, ensuite pour faciliter l'évolution du système
  global ainsi que son utilisation par tous les acteurs. Le RGI vise à créer un bon
  niveau d'interopérabilité pour rationaliser et pérenniser les investissements du
  service public.
  En ce qui concerne l’autorité du RGI, l’ordonnance de 2005 précise que celui-ci
  « détermine notamment les répertoires de données, les normes et les standards qui
  doivent être utilisés par les autorités administratives. » Concrètement, le
  Référentiel Général d’Interopérabilité s’impose donc au pouvoir adjudicateur. Les
  formats, les normes et les standards qui y sont inscrits « doivent » être respectées
  par tous.
  La phase de discussion du RGI est terminée, mais le décret de publication n’a pas            79
  été pris pour le moment. Un comité RGI a été créé pour le dépouiller. Il s’est réuni
  pour le 6 juillet 2007. Dans l’attente, le contenu du RGI ne s’impose pas encore à
  l’administration.
  d. Les autres standards peuvent être mentionnés à certaines conditions
  Cependant, au-delà du RGI, le nouveau Code des marchés publics prévoit
  expressément la possibilité de faire appel à des normes et des standards. Son
  article 6-I-1 précise que les prestations qui font l'objet d'un marché ou d'un accord-
  cadre peuvent être définies « par référence à des normes ou à d'autres documents
  équivalents accessibles aux candidats, notamment des agréments techniques ou
  d'autres référentiels techniques élaborés par les organismes de normalisation. »
  Le nouveau Code des marchés publics s’attache d’ailleurs à ce que l’insertion d’un
  standard dans un appel d’offre n’ait pas d’impact négatif sur la concurrence puisque
  celles-ci ne seront pas obligatoires pour les candidats. En effet, l’article 6-V du
  NCMP précise que « le pouvoir adjudicateur ne peut pas rejeter une offre au motif
  qu'elle n'est pas conforme à cette spécification. » La seule condition est que « le
  candidat prouve dans son offre, par tout moyen approprié, que les solutions qu'il
  propose respectent de manière équivalente cette spécification. »
  Il est donc parfaitement possible de mentionner un standard dans un appel d’offre.
  Mais il faut bien comprendre que cette mention ne s’imposerait pas aux candidats
  qui arriveraient à prouver que leurs réponses lui sont équivalentes.
      Faire appel à la notion de standard ouvert


  La notion de standard ouvert a été définie par la loi n°2004-575 du 21 juin 2004
  comme “tout protocole de communication, d’interconnexion ou d’échange et tout
  format de données interopérables dont les spécifications techniques sont publiques
  et sans restriction d’accès ni de mise en œuvre.”
  Elle a également été définie au niveau européen par la Commission européenne à
  travers IDABC comme :


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

    •    un standard maintenu démocratiquement par une organisation sans but
         lucratif et ouverte aux parties intéressées
    •    un standard dont les spécifications sont publiées gratuitement (ou à un coût
         nominal) et peuvent être librement utilisées
    •    un standard dont les éventuels brevets sont irrévocablement et gratuitement
         mis à disposition
    •    un standard qui n’impose aucune contrainte à sa réutilisation.
  Les standards qui ne rentrent pas dans ces deux définitions sont généralement
  qualifiés de standards propriétaires.
  On a vu que les CCTP peuvent mentionner des normes. Mais le pouvoir adjudicateur
  peut également exiger que ces normes soient des standards ouverts. Dans
  l’hypothèse où les répondants ne souhaiteraient pas s’y conformer, ils devront alors
  simplement justifier de leur choix.                                                          80
  L’exigence que les répondants fassent appel à des standards ouverts n’est pas
  contradictoire avec l’article 6-IV du nouveau Code des marchés publics. Celui-ci
  interdit de mentionner un “mode ou procédé de fabrication particulier ou d'une
  provenance ou origine déterminée” de crainte que cette mention “aurait pour effet
  de favoriser ou d'éliminer certains opérateurs économiques ou certains produits.”
  Mais, les standards ouverts ne sont ni des modes, ni des procédés de fabrication. Et
  ils ne mentionnent pas les acteurs qui les ont spécifiés.
  Il est donc bien possible de faire référence à la notion de standard ouvert en
  sachant que les répondants conservent la liberté de ne pas les respecter à condition
  de justifier leur choix.



        Mentionner une marque


  Certains logiciels libres comme Firefox ou Debian sont protégés par le droit
  d’auteur, mais ce sont aussi des marques déposés. Or, l’article 6-IV du nouveau
  Code des marchés publics interdit les références à des marques. Mais il introduit
  aussi une exception si cette référence « si elle est justifiée par l'objet du marché. »
  Elle est également possible à titre exceptionnel « dans le cas où une description
  suffisamment précise et intelligible de l'objet du marché n'est pas possible sans
  elle. » La seule est alors qu'elle soit accompagnée des termes : « ou équivalent ».



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Cela revient donc à dire qu’il est possible de mentionner un logiciel spécifique ou un
  standard donné dans un appel d’offre à condition de justifier cette mention. Cette
  justification peut se faire par l’objet du marché. C’est l’hypothèse où l’appel d’offre
  concerne non pas l’achat d’une solution informatique, mais l’installation et la
  maintenance d’un logiciel comme Thunderbird. Cette justification peut également se
  faire si la description de l’objet du marché est impossible sans la mention de cette
  marque. Par exemple, dans la situation où il s’agit de développer une solution
  logicielle devant s’interconnecter avec des logiciels existants et utilisant un format
  spécifique comme mySQL.
  Dans ces deux hypothèses, le nouveau Code des marchés publics indique que la
  mention de la marque doit être accompagnée des termes “ou équivalent.”
  Pour résumer, l’administration peut faire référence à une marque dans son appel
  d’offre pour autant qu’elle justifie cette référence et qu’elle l’accompagne de la           81
  mention “ou équivalent.”


  8.4 REDACTION DES CCAG ET DES CCTP CORRESPONDANTS
  Les administrations qui font appel au marché pour un développement informatique
  doivent utiliser le Cahier des Clauses Administratives Générales – Prestations
  Intellectuelles, le CCAG-PI actuellement en cours de réécriture.
  Mais le CCAG-PI est plus rédigé dans l’optique de licences d’utilisations simples. Il
  ne règle pas les questions de propriété intellectuelle spécifiques aux logiciels libres.
  Il est possible d’y déroger via la rédaction du Cahier des Clauses Administratives
  Particulières.
  Pour ce faire, plusieurs options sont envisageables.
      Cession des droits à l’administration
  La première est de demander au titulaire de céder les droits du logiciel à
  l’administration de façon exclusive ou non-exclusive, mais de façon transférable. Et
  spécifiquement, de façon transférable aux conditions d’une licence de logiciel libre.
  Dans cette hypothèse c’est l’administration pleinement investie des droits sur le
  logiciel qui décide de le diffuser en logiciel libre ou non.
      Diffusion en logiciel libre par le prestataire lui-même


  La seconde est de réclamer au titulaire de céder les droits du logiciel à des
  conditions qui correspondent à celles d’une licence de logiciel libre existante.
  Dans cette hypothèse, c’est le prestataire qui reste pleinement investit des droits
  mais qui diffuse le logiciel à travers une licence libre.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

      Caractère transférable ou non-transférable et exclusif ou non-exclusif de la
      cession


  Dans tous les cas, la cession peut-être exclusive ou non exclusive. Si elle est
  exclusive cela interdira au prestataire de proposer le logiciel à de nouveaux clients
  à des conditions différentes. Si l’administration décide de diffuser le logiciel en
  licence libre, le prestataire sera alors libre comme tout le monde de le proposer aux
  conditions de la licence de logiciel libre, mais il ne pourra pas le proposer à d’autres
  conditions.
  En revanche, si la cession de droits à l’administration a été non-exclusive, le
  prestataire sera alors libre de proposer le même logiciel à de nouveaux clients à
  d’autres conditions que celles qu’il a accordées à l’administration. Ses nouveaux
  clients seront bien sûr susceptibles d’obtenir le logiciel aux conditions de la licence                82
  de logiciel libre proposée par l’administration, mais celles-ci ne leur conviendront
  peut-être pas.
  Concrètement un prestataire qui céderait les droits du logiciel de façon non-
  exclusive et transférable à l’administration pourrait par exemple refuser de fournir
  les mêmes prestations aux mêmes conditions à ses nouveaux clients. À charge pour
  eux de se débrouiller pour installer / adapter le logiciel mis à disposition par
  l’administration. Il pourrait aussi aller rencontrer de nouveaux clients qui ne
  souhaiteraient pas être obligés par les conditions de copyleft de la GPL.
      Avantages des          différents     modèles       de    cession   pour   le   prestataire   et
      l’administration


  Le choix d’une cession exclusive ou non-exclusive relève donc des modèles
  économiques suivis par le prestataire. Une cession exclusive à l’administration le
  prive de la possibilité de développer son logiciel autrement que selon les modes de
  diffusion choisis par l’administration. Une cession non-exclusive lui offre
  l’opportunité de le valoriser différemment.
  En revanche, dans la perspective de diffuser le logiciel en licence libre, il est
  indispensable que la cession soit transférable pour que l’administration puisse créer
  une communauté autour de la licence choisie.
  Dans toutes les hypothèses, la plupart des licences de logiciel libre existantes
  laissent la possibilité au prestataire de continuer à vendre le logiciel qu’il a
  développé. C’est notamment le cas de la GPL, de la LPGL et de la CECILL.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  En ce qui concerne la mention de la ou des licence(s) préférée(s) par
  l’administration, celle-ci peut se faire dans le CCAP si ce sont ses conditions
  juridiques qui sont déterminantes. Elle devra plutôt se faire dans le CCTP s’il s’agit
  d’une licence dont le choix est contraint par l’environnement technique envisagée.
  C’est-à-dire que si l’administration souhaite imposer certaines conditions de
  réutilisation particulières, la mention de ces conditions et des licences leurs
  correspondants doit se faire dans le CCAP. En revanche, si l’administration souhaite
  surtout utiliser une licence qui soit compatible avec les licences des logiciels de leur
  environnement actuel (on ne peut pas toujours mélanger des logiciels de licence
  différentes), il s’agira plutôt de les mentionner dans le CCTP comme une contrainte
  technique.
  8.5 LA SITUATION PARTICULIERE DE CARMIN POUR LE MINISTERE DE L’INTERIEUR
                                                                                               83
  Au regard de ce qui précède, l’usage de CARMIN par l’administration nous semble
  en accord avec les prescriptions du Nouveau Code des marchés publics.
  Ainsi que nous l’avons vu, il est possible de faire appel à des normes, des
  standards, voire des produits, au sein d’un appel d’offres de marché public.
  Au-delà, rien n’interdit à l’administration de dresser la liste des différentes normes,
  standards et produits qu’elle entend utiliser pour la rédaction de ses appels d’offres.
  Cette liste ne s’imposera pas aux répondants de la même façon que le RGI
  s’imposerait à eux, mais elle les obligera nécessairement à justifier du non-respect
  des prescriptions qui y seront faites.
  Du moment qu’elle se fait dans le cadre du droit commun posé par le Nouveau
  Code des marchés publics, la rédaction et l’utilisation de CARMIN pour faciliter la
  rédaction des appels d’offre ne pose donc pas de difficulté juridique majeure.
  Cependant, afin d’assurer la meilleure clarté des appels d’offre qui seraient rédigés
  à partir de CARMIN, il conviendrait cependant de recopier ses clauses dans les
  appels d’offre plutôt que d’y faire référence.
  Il serait donc pertinent de retravailler les clauses de CARMIN pour faciliter leur
  inclusion dans les appels d’offre et pour y inérer une partie propriété intellectuelle.


  Par ailleurs, les conditions d’utilisation des composants et environnements listés
  dans CARMIN sont parfois plus importantes que les composantes ou les
  environnements eux-mêmes. De même, il est intéressant de plus décrire les appels
  d’offre en termes de droits d’usage puisque ceux-ci s’imposent de façon plus directe
  que les références à des normes, des standards ou des produits.
  Dans ces conditions, il serait pertinent d’ajouter une partie propriété intellectuelle à
  CARMIN afin de disposer de clauses et de conditions qui pourraient facilement être
  réutilisées dans les appels d’offre.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  9 Recommandations
  Le Ministère de l’Intérieur a pris en compte depuis plusieurs années l’offre du
  marché en matière de logiciel libre. Pourtant son application reste relativement
  limitée.
  Ce n’est pas le fait d’une opposition sourde ou d’une résistance face aux modèles
  de développement caractéristiques du logiciel libre.
                                                                                                   84
  Aucun des responsables que nous avons rencontré n’a exprimé de réticence face à
  ce modèle de développement, ni aux pratiques qui leur sont associées :
  développement communautaire, économie de service. Bien au contraire.
  Au reste, la charte Carmin affiche une orientation plutôt favorable aux solutions
  libres. Les choix techniques recensés dans Carmin semblent désormais assez
  largement partagés au sein de la DSIC.
  Si le Ministère tarde à tirer parti du logiciel libre, c’est d’abord en raison du poids du
  passé. L’héritage informatique des années 70 et 80 : les clients lourds associés aux
  applications sur Gcos7 ou aux architectures client-serveur des années 80 freinent la
  migration des postes de travail vers OpenOffice.
  La déconcentration, la globalisation des crédits, la décentralisation des décisions
  d’achat pour les postes de travail, constituent un frein non négligeable.
  Nous avons fait la part dans notre étude la part entre les logiciels fonctionnels, la
  partie bureautique et les plateformes techniques.
  Nous appuyant sur le résultat de notre analyse telle qu’elle est reportée dans ce
  rapport, nous formulons les recommandations suivantes :


  9.1   RECOMMANDATION GENERALE            : LE LIBRE SE JUSTIFIE AVANT TOUT SUR LA PARTIE
        BUREAUTIQUE ET LES PLATEFORMES
  En ce qui concerne les applications fonctionnelles, il n’est pas aujourd’hui possible
  de démontrer budgétairement que le libre génère des économies ou non. Il peut
  être selon le cas un vecteur de rationalisation budgétaire mais peut aussi générer
  un accroissement des dépenses par le recours à des développements spécifiques.
  De même, les risques de dépendances par rapport à des fournisseurs de logiciels
  libres peuvent s’avérer également plus importants qu’il n’y paraît à priori.
  En revanche, le libre apparaît comme une source d’économies budgétaires directes
  ou indirectes sur le poste de travail et sur les plateformes.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  9.2   RECOMMANDATION POUR LA PARTIE FONCTIONNELLE                : LOGICIELS APPLICATIFS   AU CAS
        PAR CAS
  Le recours aux logiciels libres pour les logiciels applicatifs ne doit pas être vu
  comme une solution de principe, mais il doit être étudié au cas par cas.
  Le coût de sortie des technologies antérieures peut être considérable sans bénéfice
  fonctionnel.
  Concernant les nouvelles applications, la priorité nous paraît être la mise en œuvre
  des WebServices (en conformité avec les standards W3C et OASIS). Ce choix qui
  est par ailleurs retenu dans CARMIN correspond à l’évolution du marché et des
  architectures d’administration électronique dans le monde.
  Faut-il imposer le libre pour les parties fonctionnelles ?                                          85
  Le marché n’a pas démontré que les solutions en logiciels libres généraient des
  économies sur les logiciels applicatifs. Les solutions libres comme propriétaires sont
  disponibles sur le marché et elles peuvent être mises en concurrence. Elles peuvent
  s’avérer ou non plus intéressantes mais rien ne permet, par leur caractère libre
  d’affirmer qu’elles sont plus économiques.
  Cela ne signifie pas à contrario qu’elles ne peuvent pas l’être. C’est simplement le
  jeu du marché sur lequel peut être fondé la réponse et le choix le plus approprié.
  Les solutions libres ont précisément ce mérite : l’ouverture de la concurrence.
  La mutualisation offre-t-elle des solutions pertinentes basées sur le libre ?
  La disponibilité d’applications mutualisables est une source d’économies
  potentielles.
  Cependant, cette mutualisation est à examiner au cas par cas. Elle doit en effet
  montrer qu’elle répond aux besoins fonctionnels des utilisateurs.
  D’un point de vue général, la mutualisation a des avantages qui lui sont propres. Il
  ne faut pas hésiter à recommander une application mutualisée quand la situation le
  réclame.
  Mais d’un point de vue strictement budgétaire et fonctionnel, une application
  mutualisée n’est pas obligatoirement meilleure qu’une application classique.
  Au demeurant, dans l’hypothèse où une solution mutualisée est fonctionnellement
  appropriée, le jeu du marché devrait normalement la rendre budgétairement
  intéressante et son utilisation devrait naturellement être recommandée.


  9.3   RECOMMANDATION POUR LA PARTIE PLATEFORME                : RATIONALISER LES PLATEFORMES ET
        LES SERVEURS
  La rationalisation des plateformes et des serveurs se heurte aujourd’hui à des
  contraintes fonctionnelles qui sont avancées pour justifier aujourd’hui le non
  respect des recommandations de CARMIN.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  CARMIN va au-delà des spécifications qui ne feraient référence qu’à des standards.
  Il recommande une plateforme unique (J2EE) laquelle est issue de « l’univers du
  libre » mais se décline en des composants libres ou des produits packagés
  propriétaires.
  Est-ce justifié ?
  Oui, si on considère que la problématique des services d’exploitation du Ministère
  est de rationaliser les plateformes et d’assurer leur fonctionnement. Auquel cas,
  l’homogénéité des plateformes permet de spécialiser et de mutualiser une large
  gamme d’outils tout en assurant un support technique avec un personnel très bien
  formé.
  Non, si on pense que la définition de standards suffit en soi et que chacune des
  plateformes doit être en mesure de s’adapter aux contraintes d’échanges entre
  systèmes. Les méthodes et outils « d’urbanisation » sont censés être aujourd’hui
  suffisamment matures pour répondre aux problèmes posés.                                             86
  Le choix des plateformes est au cœur des réflexions sur les architectures
  d’administration électroniques. Plusieurs en France ou à l’étranger ont retenu J2EE
  comme l’a fait CARMIN. D’autres retiennent la coexistence de deux plateformes
  typiquement J2EE et .net (Microsoft).
  Certes « l’urbanisation » des systèmes peut apporter une réponse aux besoins
  d’échange entre les systèmes. Mais tout cela est réputé lourd en termes de gestion
  technique et surtout d’évolution, compte tenu des rythmes propres à chaque
  environnement.
  D’un point de vue budgétaire, il y a un intérêt incontestable à ne retenir qu’une
  seule plateforme. Le choix fait par CARMIN nous apparaît légitime et un choix
  différent devrait constituer l’exception sur la base d’un argumentaire qualifié.
  Nous insistons sur le fait que notre recommandation s’appuie sur des considérations
  budgétaires et qu’il ne nous appartient pas ici de nous prononcer sur la nature de
  l’argumentaire, notamment fonctionnel, qui pourrait être développé pour justifier le
  choix incontournable de telle ou telle plateforme.


  9.4   RECOMMANDATION POUR LA PARTIE PLATEFORME                : BASES DE DONNEES
  L’univers du libre propose aujourd’hui des bases de données considérées comme
  très performantes. C’est notamment le cas de MySQL et de PostgreSQL.
  Le Ministère de l’Intérieur utilise fortement Oracle mais également d’autres
  SQLBase, Sybase …
  La DSIC a procédé en 2004/2005 à une évaluation de SGBD libres pouvant se poser
  en alternative à l’utilisation historique d’Oracle.
  Après analyse, elle recommande PostgreSQL sans exclure MySQL « en voie de
  rattraper son retard fonctionnel ».
  Cette recommandation ne porte pas sur une migration du parc existant mais sur les
  nouvelles applications ou la refonte des applications existantes.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Nous souscrivons à cette démarche qui vise à diversifier les solutions sans
  nécessairement écarter Oracle.


  9.5   RECOMMANDATION POUR LA PARTIE POSTE DE TRAVAIL          : SE RAPPROCHER DU POSTE DE
        TRAVAIL DEFINI PAR LA GENDARMERIE
  Le travail fait par la Gendarmerie sur la rationalisation du poste de travail nous
  semble particulièrement probant.
  Outre la question du coût de possession, ce sont surtout les résultats obtenus en
  manière de gestion et d’administration des postes de travail qui nous semblent être
  en mesure de générer des économiques substantielles.
  Deux autres points, dont il se trouve qu’ils convergent dans le temps, nous                    87
  paraissent devoir appuyer un rapprochement avec la démarche suivie par la
  gendarmerie :
        - Le rapprochement Police-Gendarmerie dont il serait illusoire de penser
           qu’il ne concernera pas l’outil de travail de base des policiers et des
           gendarmes à savoir le Poste de Travail. Il y a 110.000 postes au
           Ministères de l’Intérieur et 70.000 à la gendarmerie. Ce sont des parcs
           considérables dont l’analyse conduit à souhaiter fortement une recherche
           d’homogénéisation,
        - L’arrêt du support de Windows XP en prévision d’une migration Windows
           Vista. Cet arrêt sera effectif en 2012, date à laquelle tous les postes
           auront du basculer.
  Par ailleurs, nous avons pu voir comment l’usage des logiciels libres permettait de
  gagner en souplesse dans les processus d’achat décentralisés, les moyens
  financiers pouvant être affectés avant tout à l’acquisition de matériels.
  Il faut donc engager très rapidement une étude sur ce point.
  Une migration est un processus long qui risque de se heurter à des difficultés
  rédhibitoires si n’est pas engagé dès à présent.
  L’une des questions concernant la migration des postes de travail concerne les
  clients lourds. Il nous paraît important au démarrage de l’étude qui devra être
  menée de leur porter une attention particulière.
  Le Poste de Travail est actuellement l’objet de grandes manœuvres de la part des
  acteurs du marché. Plusieurs options fondamentales s’opposent. Certaines
  s’appuient sur un système d’exploitation spécifique. C’est le cas des options basées
  sur Linux ou sur Windows.
  D’autres misent sur des « clients légers » indépendants des systèmes
  d’exploitation. C’est par exemple le cas de la solution Citrix.
  D’autres plus originales s’appuient sur ce qu’il est convenu d’appeler les WebOS. Un
  très bon exemple est celui d’une société française exoplatform et c’est aussi celui
  que prépare Google.
  Il existe enfin des architectures intermédiaires qui font coexister les systèmes
  d’exploitation classiques et des services novateurs de type GoogleDoc ou Buzzword
  d’Adobe.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  Toutes ces options sont potentiellement attractives. Elles excluent généralement la
  pérennisation des clients lourds.
  La pérennisation des clients lourds au Ministère de l’Intérieur dans les 5 années à
  venir pourrait :
         - Faire obstacle à toute évolution structurelle du parc bureautique,
         - Générer des coûts conséquents en perpétuant des architectures, des
           composants logiciels, des supports spécifiques, des compétences … sans
           que personne ne soit en mesure de les quantifier réellement.


  9.6   RECOMMANDATION GENERALE            : S’EN TENIR AUX NORMES ET AUX STANDARDS
  Les termes norme et standard s’appliquent normalement à des interfaces, à des
  protocoles et à des formats.
                                                                                                 88
  Ils ne s’appliquent pas à des composants logiciels qu’ils soient libres ou
  propriétaires. Ceux-ci sont réputés conformes aux standards s’ils respectent les
  interfaces, protocoles ou formats normalisés par des organismes internationaux
  reconnus.
  Cette confusion est largement répandue et peut être encouragée par des acteurs
  commercialisant des solutions propriétaires ou libres.
  La plupart des standards sont connus et identifiés sur le marché. Ils ne sont pas liés
  à la spécificité d’une organisation qu’elle soit publique ou privée. On peut les
  qualifier de standards techniques.
  D’autres standards sont liés aux métiers des ces organisations. Il existe à l’échelle
  internationale de tels travaux dans le secteur de la sécurité et de la justice.
  CARMIN fait une large place aux standards techniques. Il s’inscrit dans le sillage du
  Cadre Commun d’Interopérabilité défini par la DGME.
  Le recours à des standards est un élément clés de l’indépendance et de la mise en
  concurrence des fournisseurs. Ils réduisent les « adhérences » entre les différentes
  couches des systèmes et entre les composants logiciels. Ils assurent ainsi une
  meilleure garantie de pérennisation des Systèmes d’Information. Les systèmes
  d’Information peuvent dès lors évoluer de manière modulaire « morceau par
  morceau », pour autant qu’ils respectent les standards.
  Cette démarche pèse positivement et fortement en faveur d’une rationalisation des
  coûts.


  9.7   RECOMMANDATION GENERALE            : RENFORCER L’USAGE DE CARMIN
  Définit au départ pour répondre à des contraintes de rationalisation de
  l’exploitation, CARMIN a étendu ses recommandations à l’ensemble de ce que
  peuvent recouvrir les Systèmes d’Information.
  La nouvelle organisation de la DSIC a prévu une entité qui aurait la charge de
  l’urbanisation. Elle pourrait donc assurer l’évolution CARMIN.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  CARMIN constitue un cadre qui est le résultat d’un travail de très bonne qualité. Cet
  effort nous paraît devoir être poursuivi en s’appuyant notamment sur les
  concepteurs de CARMIN.


  9.8   RECOMMANDATION GENERALE            : COMPLETER LA REDACTION DES APPELS D’OFFRE
  L’étude juridique établit qu’il est possible de rédiger les appels d’offre de deux
  façons.
  D’une part, les appels d’offre peuvent mentionner des logiciels libres en faisant
  référence à des normes ou des standards. Ils peuvent également mentionner des
  produits à condition qu’ils justifient de ce choix comportent la mention « ou
  équivalent. »
                                                                                                  89
  D’autre part, il est possible de passer directement par des appels d'offres de
  prestations de service si le cadre de la consultation s’y prête.
  Enfin, il est possible de faire référence aux logiciels libres en décrivant les besoins
  sous forme de droits d’usage plutôt sous forme technique.


  9.9    RECOMMANDATION GENERALE            : COMPLETER LA REDACTION DE CARMIN
  CARMIN peut également permettre de faire référence à des logiciels libres dans les
  appels d’offre.
  Il n’a d’ailleurs pas été conçu pour cela mais pour répondre à des contraintes
  d’exploitation puis comme un guide à l'attention du Ministère et de ses prestataires.
  Il associe dans un même document des références à des standards d’une part et à
  des produits du marché d’autre part.
  Il pourrait être utile de séparer CARMIN en trois documents :
      - la liste des standards retenus par le Ministère de l’Intérieur,
      - la liste des plateformes recommandées.
      - Les différentes catégories de droits d’usage réclamées par le Ministère de
         l’Intérieur en fonction de chaque situation
  Le premier pourrait constituer une obligation pour les fournisseurs sous réserve de
  justifications qu’ils peuvent apporter à leurs réponses.
  Le second serait donné à titre indicatif et devrait être accompagné des justifications
  adéquates et de la mention « ou équivalent. »
  Le troisième correspondra à une forme nouvelle de revendications fonctionnelles.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  11 Liste des documents qui nous ont été remis
    •   Consommation du Mioct pour certains marchés logiciels-Aout 2007
    •   Plan Carmin
    •   Dépenses d’informatisation 2000-2004 (DEPAFI)
    •   Récapitulatif comptes-PCE-informatique par-programme 2006 et 2007-10
        premiers mois (DEPAFI)
    •   Coûts mensuels pour la machine BULL DIANE DPS7000 XTA45 (Préfecture de
        police)
    •   Rapport de l’audit du parc bureautique de l’Etat
    •   Reconstitution de la dépense informatique par fournisseurs dans ACCORD
        (DEPAFI)                                                                               91



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  12 Annexes
  12.1 LA DIRECTION DES SYSTEMES D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION
  La direction des systèmes d'information et de communication comprend :
  -   la   mission de la stratégie et du système de pilotage ;
  -   la   sous-direction de l'administration générale ;
  -   la   sous-direction des études et des logiciels ;
  -   la   sous-direction de l'ingénierie, de l'équipement et de l'exploitation ;
  -   le   service central des systèmes d'information et de communication.
                                                                                                   92
  Le directeur des systèmes d'information et de communication est assisté d'un adjoint qui le
  remplace en cas d'absence ou d'empêchement.
  1) La mission de la stratégie et du système de pilotage est chargée :
  De l'élaboration et du suivi du plan stratégique des systèmes d'information et de
  communication        en      concertation    avec     les     directions   du     ministère.
  Elle définit et anime le système de pilotage et d'évaluation de la performance des systèmes
  d'information et de communication du ministère.
  2) La sous- direction de l'administration générale est chargée :
  De traiter les questions de personnel, budgétaires et financières, et les marchés publics liés
  à l'activité de la direction des systèmes d'information et de communication, en liaison avec
  la direction des ressources humaines et la direction de l'évaluation de la performance, et
  des affaires financières et immobilières.
  3) La sous- direction des études et des logiciels :
  Définit et veille à la mise en œuvre des principes et des normes d'architecture technique et
  fonctionnelle garantissant la cohérence et l'évolutivité des systèmes d'information du
  ministère.
  Elle est chargée de conduire, en liaison avec les autres directions du ministère, les projets
  d'applications informatiques et de téléservices depuis leur conception jusqu'à leur mise en
  exploitation.
  4) La sous- direction de l'ingénierie, de l'équipement et de l'exploitation est
  chargée :
  De la conception des réseaux, de leur déploiement, de leur exploitation, et de la mise en
  œuvre des infrastructures distribuées.
  Elle veille à la cohérence d'équipement des services utilisateurs du ministère en matériels et
  logiciels, et à la sécurité des systèmes d'information dans le cadre des orientations définies
  par le haut fonctionnaire de défense.
  5) Le service central des systèmes d'information et de communication est chargé
  D'équiper les services de l'administration centrale en matériels et logiciels informatiques et
  de communication, de conseiller et d'assister leurs utilisateurs.
  Il exploite également les systèmes et applications informatiques nationales nécessaires au
  fonctionnement opérationnel des services du ministère.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  12.2 CIRCULAIRE BUREAUTIQUE DU MINISTERE DE LA JUSTICE
  Circulaire de la DAGE n° 2007-05 du 7 juin 2007 relative aux formats
  bureautiques utilisés au sein du ministère de la justice – Usage des
  logiciels bureautiques 51
  NOR : JUSG0760040C
   Vos services produisent et reçoivent un nombre importants de documents issus de
  logiciels bureautiques (Microsoft Office, Corel Wordperfect, OpenOffice.org). La
  présente circulaire est destinée à préciser les règles techniques s’appliquant à une
  production normalisée de ces documents. Les informations techniques de la
  présente note ont vocation à être transmises aux utilisateurs et aux services
  techniques concernés (SAR/RGI, UIR, CIR).
                                                                                                              93
  Notion de format
   Chacun des logiciels utilisés au sein du ministère de la justice et référencé au sein
  du cadre de cohérence technique (CCT, document annexe au schéma directeur
  informatique approuvé par le garde des sceaux le 14 février 2003) utilise des
  formats différents :
   –   La suite Microsoft Office utilise les formats *.doc et *.docx pour Word
       (traitement de texte), *.xls et *.xlsx pour Excel (tableur) et *.ppt et *.pptx
       pour Powerpoint (présentation). Les extensions comprenant un ”x„ final sont
       celles utilisées par la version 2007 de la suite Office. La famille de formats ainsi
       constituée est appelée ”Open XML ;
   – Corel Wordperfect utilise le format *.wpd (traitement de texte) ;
   –   OpenOffice.org utilise les formats *.sxw et *.odt pour Writer (traitement de
       texte), *.sxc et *.odc pour Calc (tableur) et *.sxi et *.odp pour Impress
       (présentation). Les extensions commençant par ”od„ sont celles utilisées à
       partir de la version 1.1.5 de la suite. La famille de formats ainsi constituée est
       appelée ”OpenDocument„. Les formats de la suite OpenOffice.org, ainsi que
       ceux de la version 2007 de la suite Microsoft Office, sont conformes au
       standard générique XML facilitant l’exploitation des documents ainsi formés par
       les applications informatiques.
   Situation opérationnelle au sein du ministère de la Justice
   Au sein du ministère de la Justice, Corel Wordperfect est majoritairement utilisé au
   sein des services judiciaires, Microsoft Office au sein des autres branches
   (administration centrale, administration pénitentiaire, protection judiciaire de la
   jeunesse).



  51BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE 30 JUIN 2007. – JUSTICE 2007/3 – Texte 4/6 – Page 1 Format
  bureautique Normalisation bureautique


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

   Ces deux logiciels, onéreux, sont progressivement complétés (voire remplacés en
   administration centrale) par la suite libre OpenOffice.org, qui constitue par ailleurs
   la cible technique pour l’interfaçage bureautique des grandes applications
   informatiques récentes du ministère (Cassiopée, GIDE NG, G@ME...).
   Évolution de la normalisation internationale en matière bureautique
    La réglementation a évoluée avec l’adoption, par l’ISO52 le 30 novembre 2006 de
   la norme internationale ISO 26300, dite OpenDocument, première norme
   internationale de jure édictée en la matière. La mise en oeuvre de cette norme
   internationale doit notamment permettre de faciliter et de garantir la pérennité des
   opérations d’archivage électronique des documents bureautiques. Il convient de
   préciser que la normalisation internationale s’applique immédiatement et de plein
   droit sur le territoire français.
                                                                                                                                     94
   Impact sur l’usage bureautique au sein des juridictions ainsi que des
   services centraux et déconcentrés du ministère de la justice
   La présente circulaire tire les leçons de cette normalisation, ainsi que de la sortie
   de la version 2007 de la suite bureautique Microsoft Office, qui présente
   d’importants changements en matière d’ergonomie, de cinématique et de formats
   de fichier. Il ressort que les services doivent désormais respecter les
   recommandations suivantes :
   –    Tout document présenté au format OpenDocument (*.odt, *.ods, *.odp), quelle
        que soit sa provenance, doit être accepté. Cette obligation implique qu’au
        moins un poste de travail au sein de vos services soit équipé d’OpenOffice.org.
        Il est précisé que ce format est notamment utilisé par les services de la
        gendarmerie nationale pour les documents issus des applications de gestion des
        procédures.
   –    – Il devient impératif d’utiliser le format OpenDocument pour tout document
        enregistré dans un format XML53
   A titre transitoire, les formats correspondant aux versions 1.1.4 et inférieures
   d’OpenOffice.org peuvent être encore provisoirement utilisées, mais une migration
   vers OpenDocument doit être envisagée pour garantir la pérennité des documents
   ainsi (1) générés.
   –    Il est recommandé de systématiser l’installation d’OpenOffice.org (version 2 ou
        supérieure) sur l’ensemble des postes de travail de votre service (s’agissant
        d’un logiciel libre, le coût en licence est nul).
   En revanche, il est interdit d’utiliser le format OpenXML (format par défaut de la
   suite bureautique Microsoft Office 2007) pour des échanges de documents, tant en
   interne que vers l’extérieur, afin d’éviter toute confusion concernant les formats
   XML employés au sein du ministère de la Justice.


   52 International Organization for Standardization-Organisation internationale de normalisation, relevant de l’ONU
   Voir http://www.iso.org/iso/fr/ISOOnline.frontpage
  53 Attention : cette recommandation n’impose pas de migration depuis les formats propriétaires utilisés à ce jour (*.wpd, *.doc,
  *.xls, *.ppt). Par contre, si une migration est envisagée, elle doit obligatoirement viser le format OpenDocument.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

   La suite bureautique Microsoft Office 2007, actuellement la seule à pouvoir lire et
   écrire ce type de fichier, peut être utilisée au sein du ministère à condition d’être
   configurée pour utiliser par défaut soit le format OpenDocument54, soit les formats
   Microsoft Office utilisés par la version 2000 ou antérieure de la suite. De manière
   générale, les services de la direction de l’administration générale et de
   l’équipement demeurent à la disposition de vos services, tant centraux que
   déconcentrés, pour tout conseil ou information complémentaire : sous-direction de
   l’information et des télécommunications et antennes régionales du système
   d’information et des télécommunications (ARSIT, anciennement CPR).
   Les instructions de la présente circulaire peuvent avoir pour effet de modifier
   certaines habitudes.
   Ces changements sont de nature à favoriser un déploiement harmonisé et sécurisé
   des outils bureautiques, permettant notamment de :                                          95
   –  garantir le respect par les juridictions et services du ministère de la justice de la
      réglementation technique internationale ;
   – garantir la pérennité des documents bureautiques générés ;
   – contribuer à la construction d’un système d’information limitant les adhérences
   (dépendances) techniques afin de garantir l’indépendance du ministère vis à vis de
   ses fournisseurs ;
   – limiter les coûts de mise en œuvre au travers de l’utilisation accrue de logiciels
      libres, dans la droite ligne d’une évolution engagée depuis plusieurs années par
      l’ensemble des ministères.
   Je vous serais très obligé de bien vouloir me faire connaître les éventuelles
   difficultés susceptibles d’être rencontrées dans l’application des présentes
   instructions.
   Pour Madame le garde des sceaux, ministre de la justice
   Le directeur de l’administration générale et de l’équipement,
    RÉMY HEITZ



  54   Nécessite l’installation d’un greffon (plug-in) libre.

Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  12.3 LES DEPENSES D’INFORMATIONS ET DE TELECOMMUNICATIONS DANS LA CIRCULAIRE
      RELATIVE A LA PREPARATION DES BUDGETS DES OPERATEURS POUR L'ANNEE 2007


  S'il n'existe pas, l'établissement établit un schéma directeur pluriannuel (cf. circulaire du
  Premier ministre n 4.404/SG du 16.09.1996) et l'adresse à la direction du budget (chargé
  de mission informatique, mission Performance de l'action publique).
  Les modalités spécifiques de présentation et d'élaboration des budgets informatiques et
  télécommunication sont les suivantes :
  1 – Imputation des dépenses d'informatique et de télécommunication
  L'inscription sur un code budgétaire (0652 ou 0653 pour le fonctionnement et 0695 pour           96
  l'équipement) pour les dépenses d'informatique et de télécommunication n'est pas
  obligatoire dès lors que les imputations par nature peuvent être identifiées avec
  suffisamment de précision et inscrites sur les comptes de classe 2 ou 6 appropriés dès
  l'élaboration du budget primitif.
  2 –Principes d'élaboration des budgets informatiques
  La présentation des besoins distingue le maintien de l'existant, regroupant les dépenses
  récurrentes de maintenance et les dépenses de renouvellement des parcs matériels et
  logiciels, et les projets correspondant aux extensions, aux refontes ou innovations
  nécessaires sur le plan des applications et des infrastructures.
  Les projets s'inscrivent dans le cadre du schéma directeur évoqué en préambule et sont
  examinés sur la base d'une analyse pluriannuelle des coûts et des gains attendus à l'aide
  d'indicateurs quantifiés.
  3 - Éléments constitutifs du dossier relatif aux dépenses d'informatique et de
  télécommunication
  une note succincte rappelant la position dans l'organigramme, l'organisation et les effectifs
  s'occupant d'informatique et de télécommunication au sein de l'établissement ;
  une analyse des moyens financiers, conforme au tableau ;
  En cas d'augmentation significative des dépenses ou d'aménagement significatif du schéma
  directeur une présentation du schéma directeur indiquera notamment les risques, les
  actualisations jugées nécessaires, l'état du parc des matériels (cf. point 1 du tableau ) et
  l'évaluation des applications et projets en cours et fournira la liste des projets en cours de
  généralisation ou d'extension et des applications ou infrastructures nouvelles nécessitant un
  financement en 2007 (cf. point 3 du tableau).
  4 - Maîtrise de la dépense
  La direction du budget recommande une politique de renouvellement des PC tous les cinq
  ans, ainsi que le recours, au moins partiel, aux logiciels « libres » et à la voix sur IP. De
  plus, à l'occasion de tout projet nouveau ou choix technologique structurant, l'établissement
  est invité à recueillir l'avis et les recommandations de la DGME (service de développement
  de l'administration électronique).
  http://www.finances.gouv.fr/performance/expert/circulaireoperateurs/AnnexePartie2.htm#I
  IIC


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  12.4 ESQUISSE D’EVALUATION DU POSTE DE TRAVAIL GENDARMERIE


  Estimation du coût de possession du Poste de Travail à la Gendarmerie
  Approximation (TTC) basée sur des données du marché recoupée avec des données du Ministère
  Matériel et licences                                                                         3 ans       par an
  Périphériques et consommables                                                                  400         133
  Sécurité Antivirus                                                                               0            0
  Logiciels clients                                                                               20            7
  Autres logiciels résidents                                                                      20            7
  Intranet (Serveurs et applications locales de ressources)                                       50           17
  Messagerie                                                                                       0            0
  Bureautique                                                                                      0            0
  CAL Server                                                                                       0            0
  OS                                                                                             100           33
  Matériel                                                                                       400         133    97
  Total Matériel et licences                                                                    990          330
  Contrats
  Maintenance technique                                                                                        9
  Assistance utilisateur
  Formation Utilisateur                                                                                        3
  Développements                                                                                              46
  Total Contrats                                                                                              57
  Personnel (ETP)                                    Nb         sal Moyen        Cout global
  Installation Maintenance (IDAC)                     0             37 000                0                    0
  Support technique / Incidents                     250             37 000        9 250 000                   84
  Formation   (*)                                   200             40 000        8 000 000                   73
  Support applicatif utilisateur                      ?             37 000                                     0
  Administration                                      ?             37 000                                     0
  Pilotage, MOA                                                                                                0
  Total ETP                                                                                                  157
  TOTAL GLOBAL                                                                                                544
  Soit pour 70 000 postes                                                                              38 057 273



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -


  12.5 LES DROITS D'USAGE, REDEVANCES DE SUPPORT LOGICIEL , ACHAT DE LICENCES
       LOGICIELLES AU MINISITERE DE L’INTERIEUR EN 2001, 2002 ET 2003.


  Réponse du Ministre de l’Intérieur à la question écrite du député
  Marc Le Fur Marc relative au coût représenté par l'achat de logiciels
  informatiques pour ses services, pour les années 2001 et 2002 ”


  L'achat des licences logicielles informatiques était, jusqu'en 2001, exclusivement
  imputé sur le chapitre 34-82 “ dépenses d'informatique et de télématique ” ; il
  s'agissait de dépenses répondant à une logique de charges de continuité, qui
  assurent le maintien à niveau du parc informatique.                                          98
  Ces dépenses correspondent plus précisément aux coûts de fonctionnement et
  d'exploitation (notamment maintenance des matériels, droits d'usage et
  maintenance logicielle), mais aussi, au titre des mesures nouvelles,
  correspondaient à l'acquisition des nouvelles licences d'exploitation et des licences
  de développement nécessaires aux évolutions des grands systèmes applicatifs.
  Or, depuis la loi de finances 2001, ont été basculées un certain nombre de
  dépenses informatiques, à caractère pluri-annuel, du chapitre 34-82 au
  chapitre 57-60 (titre V) “ informatique, télématique et transmissions. Dépenses
  d'équipement ”, qui accueillait jusqu'alors principalement les dépenses
  d'investissement relatives à la radio, aux transmissions et à l'administration
  électronique (Internet, RGT, etc.).
  Cette mesure, qui a recueilli l'accord de la direction du budget, visait à mieux
  traduire, en dépenses en capital, l'investissement représenté par le lancement de
  nouvelles applications informatiques, la refonte des grandes applications nationales
  du ministère ou encore la poursuite des opérations d'équipement relatives à ses
  grands systèmes informatiques.
  À ce titre, donc, dans le cadre du déploiement et du développement de grands
  projets informatiques, les dépenses pour achat de licences logicielles, s'agissant en
  particulier des licences de développement, sont susceptibles d'être imputées sur ce
  chapitre, le chapitre 34-82 se voyant, pour sa part, imputer les enveloppes
  réservées au paiement des droits d'usage et aux redevances de support logiciel,
  c'est-à-dire les dépenses récurrentes.
  Toutefois, jusqu'à ce jour, c'est-à-dire au titre des exercices 2002 et 2003, et
  s'agissant d'informatique, le chapitre 57-60 a, pour l'essentiel, accueilli des
  dépenses d'acquisition de matériels, d'études et de prestations, compte tenu, en
  particulier, de l'importance du programme ACROPOL (imputé sur l'article 46).



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  Dans ce contexte, il faut, en outre, signaler la hausse significative, en 2003, des
  dépenses de droit d'usage logiciels, consécutive à l'augmentation sensible et
  généralisée des tarifs pratiqués (en particulier sur ce poste) par les principaux
  fournisseurs, titulaires de lots d'acquisition logicielle sur un marché notifié en 2002,
  qui produit pleinement ses effets sur la fin de gestion 2003 et l'exercice 2004 à
  venir. Ce phénomène a été d'ailleurs observé dans tous les autres ministères.
  Le tableau suivant précise, par article budgétaire, les coûts globalisés relatifs aux
  trois postes de dépenses indiquées (“droits d'usage”, “redevances de support
  logiciel ”, “achat de licences logicielles”) pour les deux années considérées ainsi que
  pour l'année 2003 (dix mois).
        Chapitre 34-82
                       2001              2002               2003
                                                          (10 mois)                                  99
  Article   11         312 786           794 123            440 167
  Article   21       4 391 946         4 226 989          4 246 930
  Article   41          19 712            13 448                 -
  Article   51       5 218 234         4 220 242          7 572 127
  Article   54          26 526            12 511              1 488
  Article   81       2 959 690           617 082            719 088
  Article   82               -           150 457                 -
  Total             12 928 894        10 034 852         12 979 800


  La baisse de consommation enregistrée pour l'année 2002, par rapport à
  l'année 2000 et aux données encore provisoires de l'année 2003, résulte de
  l'absence de support juridique à la passation de commandes, en cours
  d'année 2002.


  12.6 RATIO D’EFFICIENCE BUREAUTIQUE
  Cet indicateur vise à mesurer la performance des fonctions de soutien informatique en
  termes d’efficience des ministères en matière de dépenses bureautiques. Il mentionne le
  coût direct annuel moyen du poste de travail bureautique pour un parc donné de postes de
  travail.
  Précisions méthodologiques :
  Cet indicateur est calculé par la mise en rapport :
  au numérateur : la somme des dépenses payées dans l’année soit les dépenses réelles
  relatives au :
  - matériel : achats des postes de travail (unités centrales fixes, portables, écrans, assistants
  personnels, autres périphériques tels que scanners, dispositifs de sauvegarde, voire
  d’éventuelle location d’équipements) et leurs coûts annexes (masterisation, étiquetage,
  électricité, maintenance et recyclage), achats d’imprimantes individuelles ou réseau location
  de copieur multifonctions en réseau et leurs coûts annexes (électricité, consommables tels
  que toners, cartouches sans prendre en compte le papier), achats des serveurs
  bureautiques (impression, partage de fichiers, messagerie, sauvegarde) et les périphériques
  associés ;
  - logiciel : achats des systèmes d’exploitation (sauf s’il est déjà compris dans l’achat du
  poste de travail), achats des suites bureautiques, achats des


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  autres logiciels (antivirus, partie serveur et client de la messagerie, autres logiciels
  bureautiques) ;
  - formation : coûts de la formation bureautique (à partir du coût de journée-stagiaire et des
  frais d’hébergement et de restauration) et coûts de formation des équipes support
  d’assistance ;
  - personnel : coûts recalculés des traitements des agents affectés à l’assistance, au support
  bureautique et à l’exploitation des serveurs (traitements et
  charges salariales pour la seule partie bureautique) et éventuellement les coûts annuels de
  la prestation externe d’assistance.
  Sont à exclure du périmètre les dépenses d’accès à internet et d’hébergement externalisé,
  les applications de collaboration, les dépenses réseau (téléphonie et données), les coûts du
  personnel utilisateur et son temps passé en formation bureautique et les dépenses de
  reprographie (travaux remis dans des centres de reprographie).
  Au dénominateur : le nombre de postes de travail gérés par le(s) ministère(s) (PC
                                                                                                  10
  fixe, PC portable, assistant personnel).                                                        0
  Par convention, le nombre de postes de travail sera la moyenne du nombre de postes de
  l’année N-1 et du nombre de postes de l’année N, ces deux
  nombres étant évalués en fin d’année.
  Les valeurs prises sont les dépenses réelles de l’année quand elles sont individualisables. A
  défaut, des métriques mises en œuvre lors de l’audit
  interministériel de modernisation du parc bureautique (vague 6 de février 2007) sont
  proposées pour estimer les postes de dépenses concernés.
  L’indicateur est en cours de construction. Les premiers résultats seront produits pour le RAP
  2007, au printemps 2008, ce qui permettra de fixer alors, un objectif pour 2008 et 2009 et
  une cible pour 2010 qui pourront être éventuellement revus et corrigés au cours de l’été
  2008 pour la préparation du
  RAP 2009.
  Source des données : secrétariat général et DPAEP après collecte des informations auprès
  des directions.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -



  13 Glossaire
  .NET                        Ensemble de produits et de technologies de Microsoft dont la
                              plupart dépendent du "framework .NET". .net est comparable à
                              J2EE et offre des fonctionnalités supportant notamment les
                              fonctions d'accès à Internet ou les WebServices
  ADMINISTRATION              L'Administration Electronique (ou e-Gouvernement, gouvernement
  ELECTRONIQUE                électronique, e-gov, administration en ligne, e-administration) fait
                              référence à l'utilisation des Technologies de l'Information et de la
                              Communication (TIC) par les administrations publiques afin de
                              rendre les services publics plus accessibles aux citoyens et aux
                              entreprises et afin d'améliorer le fonctionnement interne de l'État.     10
  API                         Application Program Interface. Interface de service entre                1
                              applications qui peut faire selon le cas d'une normalisation ou qui
                              est réalisée de manière spécifique
  APPLET                      L'e-Gouvernement (dit aussi « gouvernement électronique », « e-
                              gov », « administration en ligne » ou « e-administration ») décrit
                              l'utilisation des Technologies de l'Information et de la
                              Communication (TIC) par les administrations publiques afin de
                              rendre les services publics plus accessibles aux citoyens et aux
                              entreprises et afin d'améliorer le fonctionnement interne de l'État.
  ARCHITECTURE                Architecture : Organisation physique et logique d'un réseau.
                              Architecture 2 tiers ou architecture à deux niveaux : Architecture
                              dérivée du modèle client-serveur, dans laquelle le client premier
                              niveau) accède directement aux bases de données second niveau).
                              Architecture 3 tiers ou architecture à trois niveaux : Architecture
                              dérivée du modèle client-serveur, constituée de deux niveaux
                              logiciels le premier étant le client et le second, le serveur abritant
                              les données) et d'un troisième niveau intermédiaire, l'intergiciel
                              middleware) qui permet la communication entre des objets
                              provenant d'environnements différents.
  ASP                         Application Service Provider. Fait référence à un fournisseur qui
                              fournit un service applicatif en réseau accessible au travers
                              d'Internet.
  BACK OFFICE                 Partie du système d'Information qui n'est pas en relation avec
                              l'utilisateur final
  BASE DE DONNEES             Ensemble de données stockées de manière structure sur un
                              système informatique
  CLIENT                      Application résidente sur le poste de travail d'un utilisateur. Un
                              client lourd est une application effectuant un traitement en relation
                              directe avec un serveur auquel le poste de travail se connecte de
                              manière occasionnelle ou systématique. La notion de client léger
                              fait normalement référence à une technologie où le poste de travail
                              est totalement dépouillé de tout traitement local (un logiciel de
                              traitement de texte étant par exemple assurée par un serveur avec
                              une transmission caractère par caractère).
  COMPOSANT                   Unité de programme ou d'équipement matériel développé de
                              manière isolée. Associés et cominés entre eux, des composants
                              peuvent constituer au final un programme complet.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  COPYLEFT                    Copyleft est un concept défini par Richard Stallman et par la "Free
                              Software Foundation" comme une licence qui réitère les 4
                              conditions fondamentales définissant le logiciel libre tout en évitant
                              une distribution aval qui modifierait les droits initiaux
  COPYRIGHT                   Copyright fait référence à un ensemble de droits accordés pour une
                              période limitée dans le temps pour protéger une forme particulière,
                              un procédé où une manière par laquelle une idée est exprimée
  E-GOVERNMENT                Voir Administration Electronique
  ERP                         Enterprise Resource Planning ou Progiciel de Gestion Intégrée
                              (PGI) est un ensemble de logiciels qui permettent de gérer
                              l'ensemble des processus d'une entreprise, en intégrant l'ensemble
                              des fonctions de cette dernière comme la gestion des ressources
                              humaines, la gestion comptable et financière, l'aide à la décision,
                              mais aussi la vente, la distribution, l'approvisionnement, le
                              commerce électronique.                                                      10
                                                                                                          2
  ETSI                        European Telecommunications Standards Institute. Organisme
                              reconnu par la commission européenne pour la normalisation des
                              communications électronique.
  FLOSS                       Free Libre Open Source Software
  FREEWARE                    Logiciel dont la licence d'utilisation est libre
  FRONT OFFICE                Partie d'un système d'information qui est en prise directe avec
                              l'utilisateur final
  FSF                         Free Software Foundation (FSF) fondée en 1985 par Richard
                              Stallman et porteuse des quatre principes fondateurs du logiciel
                              libre (Droit d'utiliser, de copier, de modifier et de redistribuer) un
                              logiciel
  GovML                       Ensemble de spécifications        XML    définies   pour   les   échanges
                              d'Administration Electronique
  GPL                         General Public License est la licence de base qui s'appuie sur les
                              principes fondateurs de la Free Software Fundation
  INTEROPERABILITY L'interopérabilité est la capacité que possède un produit ou un
                   système dont les interfaces sont intégralement connues à
                   fonctionner avec d'autres produits ou systèmes existants ou futurs.
                   Il convient de distinguer 'interopérabilité et 'compatibilité'. Pour
                   être simple, on peut dire qu'il y a compatibilité quand deux
                   produits ou systèmes peuvent fonctionner ensemble et
                   interopérabilité quand on sait pourquoi et comment ils peuvent
                   fonctionner ensemble. Autrement dit, on ne peut parler
                   d'interopérabilité d'un produit ou d'un système que si on en connaît
                   intégralement toutes ses interfaces.
  IPR              Intellectual Property Rights. Droits de propriété attaché à des
                   brevets, copyrights, marques déposées …
  J2EE                        Java 2 Platform, Enterprise Edition est une spécification pour le
                              langage de programmation Java de Sun plus particulièrement
                              destinée aux applications d'entreprise. Dans ce but, toute
                              implémentation de cette spécification contient un ensemble
                              d'extensions au framework Java standard (J2SE, Java 2 standard
                              edition) afin de faciliter la création d'applications réparties. Par
                              extension, J2EE fait référence à une plateforme technique
                              développée en conformité avec ces spécifications.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  JAVA                        Java est le nom d'une technologie mise au point par Sun
                              Microsystems qui permet de produire des logiciels indépendants de
                              toute architecture matérielle. Cette technologie s'appuie sur
                              différents éléments qui, par abus de langage, sont souvent tous
                              appelés Java : le langage Java est un langage de programmation ;
                              la « machine virtuelle Java » qui permet d'exécuter les
                              programmes écrits en Java ; la plateforme Java qui correspond à la
                              « machine virtuelle Java » plus des spécifications d'API …
  LDAP                        Lightweight Directory Access Protocol (LDAP) est un protocole
                              permettant l'interrogation et la modification des services
                              d'annuaire. Ce protocole repose sur TCP/IP. Un annuaire LDAP
                              respecte généralement le modèle X.500 édicté par l'UIT-T : c'est
                              une structure arborescente dont chacun des nœuds est constitué
                              d'attributs         associés         à         leurs        valeurs.
                              Le nommage des éléments constituant l'arbre (racine, branches,
                              feuilles) reflète souvent le modèle politique, géographique ou          10
                              organisationnel de la structure représentée. La tendance actuelle       3
                              est d'utiliser le nommage DNS pour les éléments de base de
                              l'annuaire (racine et premières branches). Les branches plus
                              profondes de l'annuaire peuvent représenter des personnes
                              (people), des unités organisationnelles (organizational units), des
                              groupes (groups), ...
  LEGACY SYSTEMS              Terminologie     anglaise    faisant   référence     aux   Systèmes
                              d'Information historique
  LGPL                        Licence inspirée par GPL mais plus limitée dans ses obligations
  MIDDLEWARE                  Le middleware offre des services de haut niveau liés aux besoins
                              de communication des applications (temps réel, sécurisation,
                              sérialisation,        transaction        informatique,       etc.)...
                              C’est ce que l’on appelle une communication interprocessus
                              (anglais InterProcess Communication, IPC). Elle vient se situer
                              dans le modèle OSI au dessus de la couche de transport (couches
                              5, 6 et 7). La double mission d’interfaçage du middleware est : Le
                              processus client ou serveur, La mise en forme des données en vue
                              de     leur    prise  en    charge   par     la  couche   transport.
                              Le terme middleware vient de l'anglais middle (du milieu) et
                              software (logiciel). Diverses francisations ont été proposées, mais
                              leur usage reste confidentiel : La Délégation générale à la langue
                              française et aux langues de France (DGLF) préconise l'emploi de
                              logiciel médiateur depuis 1999, L'Office québécois de la langue
                              française (OQLF), quant à lui, propose les termes logiciel des
                              couches intermédiaires et intergiciel, Les termes de logiciel
                              d'intermédiation et, par abus de langage, de bus logiciel
  OASIS                       Organization for the Advancement of Structured Information
                              Standards. Consortium le plus représentatif au niveau international
                              pour la spécification des standards XML
  OPEN SOURCE                 Fait référence à un ensemble de conditions définies par l'Open
                              Source Initiative et plus contraignantes que les quatre conditions
                              de la FSF. L'utilisation de la désignation Open Source a été
                              suggérée par Christine Peterson du Foresight Institute afin de lever
                              l'ambiguïté du mot anglais Free Software qui signifie libre au sens
                              de « liberté » mais surtout « gratuit », et rappeler ainsi aux
                              utilisateurs qu'un logiciel a un coût. Il s'agissait également de
                              choisir un vocabulaire correspondant mieux au monde des affaires,
                              le terme Free (gratuit) de Free Software risquant généralement
                              d'inquiéter les entreprises.


Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  OSS                         Open Source Software (See Open Source)
  PLATEFORME                  Terme générique faisant référence généralement soit à un
                              équipement matériel équipé de logiciels comprenant le système
                              d'exploitation et les logiciels de type Middleware, soit à uniquement
                              la partie Middleware. Mais une plateforme peut également faire
                              référence à un ensemble de service plus applicatifs.
  PROTOCOL                    Règles d'échanges de données entre systèmes à un même niveau.
                              Un protocole peut exister au niveau technique (réseau notamment
                              avec le protocole IP), syntaxique (XML) ou sémantique (propre à
                              chaque type d'usage).
  SERVEUR                     Serveur d’application : Serveur abritant les applications destinées à
  D'APPLICATIONS              être utilisées dans un réseau distribué. Dans le cas d’une
                              application cartographique on parle de serveur cartographique ou
                              serveur d’application.                                                    10
  SOA                         L'architecture orientée services (calque de l'anglais Service             4
                              Oriented Architecture, ou SOA) est une forme d'architecture de
                              médiation qui est un modèle d'interaction applicative qui met en
                              œuvre des services (composants logiciels) : avec une forte
                              cohérence interne (par l'utilisation d'un format d'échange pivot, le
                              plus souvent XML), et des couplages externes « lâches » (par
                              l'utilisation d'une couche d'interface interopérable, le plus souvent
                              un                                                          WebService
                              Le service est une action exécutée par un « fournisseur » (ou «
                              producteur ») à l'attention d'un « client » (ou « consommateur »),
                              cependant l'interaction entre consommateur et producteur est faite
                              par le biais d'un médiateur (qui peut être un bus) responsable de la
                              mise            en          relation         des           composants.
                              Ces systèmes peuvent aussi être définis comme des couches
                              applicatives.
                              L'architecture orientée services est une réponse très efficace aux
                              problématiques que rencontrent les entreprises en termes de
                              réutilisabilité, d'interopérabilité et de réduction de couplage entre
                              les différents systèmes qui implémentent leurs systèmes
                              d'information.
                              Les architectures SOA ont été popularisées avec l'apparition de
                              standards comme les Services Web dans l'e-commerce (commerce
                              électronique) (B2B, inter-entreprise, ou B2C, d'entreprise à
                              consommateur), basés sur des plates-formes comme J2EE ou .NET
                              et      la    déclinaison    libre    Mono    de     cette    dernière.
                              Elles mettent en application une partie des principes
                              d'urbanisation.
  STANDARDS                   Concept qui est aujourd'hui au centre de controverses. Un
  OUVERTS                     Standard ouvert est normalement un ensemble de spécifications
                              définies de la manière la plus large dans le cadre d'un processus
                              collaborative. Selon les organismes de normalisation, ces standards
                              peuvent donner lieu à des droits d'usages libres (Royalty Free) ou
                              payant dans des conditions raisonnables (FRAND/RAND). Avec le
                              développement du logiciel libre, une confusion s'est développée
                              autour du terme ouvert que certains veulent assimiler à gratuit.
  W3C                         World Wide Web Consortium.



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International � - Ministère de l’Intérieur -

  WEB 2.0                     Dans sa conception originale, le Web (nommé dans ce contexte le
                              « Web 1.0 ») comprenait des pages Web statiques qui étaient
                              rarement mises à jour, voire jamais. Une première révolution fut
                              amené par des solutions se basant sur un Web dynamique (parfois
                              appelé Web 1.5), où des systèmes de gestion de contenu servaient
                              des pages Web dynamiques, créées à la volée à partir d'une base
                              de données en constant changement. Le Web était considéré
                              principalement comme un outil de diffusion et de visualisation de
                              données, où des aspects comme le nombre de pages vues et
                              l'esthétique     revêtaient  une    très       grande     importance.
                              Les partisans de l'approche Web 2.0 pensent que l'utilisation du
                              Web s'oriente de plus en plus vers l'interaction entre les
                              utilisateurs, le crowdsourcing et la création de réseaux sociaux
                              rudimentaires, pouvant servir du contenu et exploitant les effets de
                              réseau, avec ou sans réel rendu visuel et interactif de pages Web.
                              En ce sens, les sites Web 2.0 agissent plus comme des points de
                                                                                                       10
                              présence, ou portails Web centrés sur l'utilisateur plutôt que sur les   5
                              sites web traditionnels. L'évolution des supports permettant de
                              consulter les sites web, leurs différents formats, amène pour
                              l'instant une approche plus centralisée sur le contenu que sur
                              l'aspect. Les nouveaux templates Web 2.0 tentent d'apporter un
                              soin graphique, des effets, en restant compatible avec cette
                              diversité de supports.
  WEBSERVICES                 Un Service Web est un programme informatique permettant la
                              communication et l'échange de données entre applications et
                              systèmes hétérogènes dans des environnements de type Internet.
                              Les WebServices généralisent entre des applications le mode de
                              communication mis en œuvre par un navigateur client lorsqu'il
                              échange avec un service via Internet.
  WSDL                        Web Services Description Language. Il s'agit d'une tentative de
                              normalisation regroupant la description des éléments permettant
                              de mettre en place l'accès à un service réseau (Service Web). Il
                              fait notamment référence au langage XML et a été proposé en
                              2001 au W3C pour standardisation.
  XML                         Extensible Markup Language. Ensemble de standards décrivant des
                              données de manière structurée. Ces données peuvent être
                              générales et s'appliquer à un format de document ou peuvent être
                              spécifiques à un métier (Administration, Industrie …)



Etude sur les économies réalisables grâce aux logiciels libres Rapport – V25 - © ITEMS International �