Lobby

De April MediaWiki

Réunion[modifier]

Travail de recherche sur les lobbies et les lobbyistes[modifier]

Lobbys[modifier]

Un lobby est une organisation qui défend les intérêts d'un groupe particulier souvent professionnel. Voyez la page de Wikipédia : Lobby.

Les logiciels libres sont souvent victimes des agissements de certains lobbys qui tendent à promouvoir des lois contraires à l'intérêt commun. Par exemple en faisant perdurer la vente liée, les brevets logiciels, les DRM ou l'informatique déloyale. On l'a vu ces dernières années avec le vote des lois DADVSI et HADOPI en France.

Cette page est faite pour noter les actions des lobbys et conserver la mémoire de leurs actions de manière à mieux pouvoir les dénoncer.

Voyez aussi : Lois sur le lobbying

Exemples[modifier]

Quelques exemples de lobbys :

  • Business Software Alliance : lobby des éditeurs de logiciels privateurs dont Adobe, Apple et Microsoft
  • Terra Nova : laboratoire d'idées de gauche française en partie financé par Microsoft[1]

Contre-lobbys[modifier]

Un contre-lobby est une organisation sans but lucratif qui souhaite défendre les intérêts des citoyens face aux lobbys des entreprises nationales ou transnationales.

C'est une forme de contre pouvoir :

« La notion de contre-pouvoir a ces dernières années fait l’objet de différentes théories néo-révolutionnaires. La première approche est celle de John Holloway dans son fameux livre « Change the world without taking power ». Pour lui l’objet révolutionnaire n’est pas de lutter pour le pouvoir mais contre le pouvoir. » Contre-pouvoir

Finance Watch[modifier]

Finance Watch est un contre-lobby créé à la demande et avec le soutien de parlementaires européens pour obtenir des avis économiques qui soient indépendants des acteurs de la finance. Voir les détails ici : Pourquoi Finance Watch?.

Roosevelt 2012[modifier]

Roosevelt 2012 est un collectif militant pour une modification des lois sur la finance. Voir les propositions ici : Roosevelt2012.fr

Greenpeace[modifier]

L'association Greenpeace propose un site pour analyser les groupes de pression qui font la politique énergétique française.

Revue de presse[modifier]

2014[modifier]

  • Lutte contre la corruption : la France rappelée à l'ordre  : le Groupe d'Etats contre la corruption (Greco) du Conseil de l'Europe estime que les élus français sont exposés à un « risque de lobbying déguisé », en l'occurrence que des personnes liées à des groupes d'intérêts occupent les postes d'assistants.

2013[modifier]

2012[modifier]

  • Les conspirateurs du tabac : les procureurs fédéraux ont plaidé que les manufacturiers américains du tabac ont "préparé et exécuté – et continuent à préparer et exécuter – un vaste complot depuis un demi-siècle pour tromper le public".
  • Sables bitumineux - L’UE s’incline face au lobby pétrolier : Il semblerait que Shell ait frappé à beaucoup de portes à La Haye pour faire du lobbying contre le projet, et des compagnies comme BP et Total en ont sans aucun doute fait autant, respectivement à Londres et à Paris. L’industrie pétrolière invoque à ce sujet la “discrimination” contre le pétrole issu des sables bitumineux ou grogne contre “la propension de Bruxelles à tout règlementer”, ce qui marche toujours.
  • Thierry Coste, porte-flingue des chasseurs : " C'est un type intelligent, redoutablement efficace, mais sans éthique et malheureusement prêt à tout pour arriver à ses fins ", soupire Allain Bougrain-Dubourg.

Liens[modifier]

Références[modifier]

  1. Grand Chelem médiatique pour Terra Nova : Publicis et Microsoft mécènes de Terra Nova