Tous fichés, tous surveillés : portons plainte contre Darmanin !

De April MediaWiki
Révision datée du 24 juin 2022 à 15:33 par Morandim (discussion | contributions) (Page créée avec « Catégorie:Transcriptions '''Titre :''' Tous fichés, tous surveillés : portons plainte contre Darmanin ! '''Intervenants :''' Arthur Messaud '''Lieu :''' Le Médi… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigationAller à la recherche


Titre : Tous fichés, tous surveillés : portons plainte contre Darmanin !

Intervenants : Arthur Messaud

Lieu : Le Média

Date : 6 juin 2022

Durée : 10 min 18

Vidéo

Licence de la transcription : Verbatim

Illustration : Déjà prévue

NB : transcription réalisée par nos soins, fidèle aux propos des intervenant·e·s mais rendant le discours fluide.
Les positions exprimées sont celles des personnes qui interviennent et ne rejoignent pas nécessairement celles de l'April, qui ne sera en aucun cas tenue responsable de leurs propos.

Description

Plus d’un million de caméras de vidéosurveillance ornent les rues de nos villes. La police nationale et la gendarmerie ont recours à la reconnaissance faciale environ 1 680 fois par jour. Des fichiers de police recensent les photos de millions de Français, alimentant des logiciels toujours plus performants de reconnaissance faciale ou de détection de comportements.
Pourtant, l’efficacité de ces systèmes de surveillance de masse n’a jamais été prouvée. Au contraire, des études montrent que seul 1,1% des affaires résolues par la police le sont grâce à ce genre de technologie.
Pourquoi alors conserver et développer un tel dispositif dans l’espace public ?
Arthur Messaud, juriste à La Quadrature du Net, explique ici les enjeux politiques et économiques d’une surveillance des citoyens français. Il s’inquiète de la prolifération et du perfectionnement de ces technologies et appel à un réveil citoyen. La Quadrature du Net a déposé une plainte contre le Ministère de l’Intérieur pour encadrer légalement l’utilisation des caméras, logiciels et fichiers. A l’approche des Jeux Olympiques de 2024, qui promettent une surveillance accrue et systématique, l’urgence d’une telle initiative se fait sentir.

Transcription