Tonton Alias raconte comment il s'est cogné au mur du content ID de Google - Décryptualité du 13 mai 2019

De April MediaWiki
Révision datée du 14 mai 2019 à 13:07 par LucFievet (discussion | contributions) (7’ 01)


Titre : Décryptualité du 13 mai 2019 - Tonton Alias raconte comment il s'est cogné au mur du content ID de Google

Intervenants : Alias - Mag - Manu - Luc

Lieu : April - Studio d'enregistrement

Date : 13 mai 2019

Durée : 14 min

Écouter ou télécharger le podcast

Revue de presse pour la semaine 19 de l'année 2019

Licence de la transcription : Verbatim

Illustration :

NB : transcription réalisée par nos soins, fidèle aux propos des intervenant·e·s mais rendant le discours fluide.
Les positions exprimées sont celles des personnes qui interviennent et ne rejoignent pas nécessairement celles de l'April, qui ne sera en aucun cas tenue responsable de leurs propos.

Statut : transcrit MO

Description

Alias, auteur sous licence libre de jeu de rôle notamment mais aussi critique amateur de musique publie les critiques de son blog dans des vidéos sur YouTube (et sur PeerTube !). Comme des chaînes bien plus grosses que la sienne, le Content id et les ayants droit ignorent son droit de citation et limitent brillamment sa capacité à dire du bien de leur musique.

Transcription

Luc : Décryptualité.

Voix off de Nico : Le podcast qui décrypte l’actualité des libertés numériques.

Luc : Semaine 19. Salut Manu.

Manu : Salut Mag.

Mag : Salut Alias.

Alias : Salut Luc.

Luc : Alias, tu es loin, tu es en Suisse.

Mag : Ce n’est pas si loin que ça la Suisse !

Alias : Surtout là où je suis, je suis à 3 kilomètres de la frontière française !

Luc : En tout cas nous on est à Paris. Tu nous as rejoins pour parler de tes misères notamment avec YouTube. On va faire la revue de presse et on entre dans le vif du sujet tout à l’heure.

Mag : La revue de presse ça commence par Numerama, « CC Search: un site pour trouver facilement des photos libres de droits sur le net », par Julien Lausson.

Manu : Ça parle d’images et d’images que vous pouvez récupérées, intégrer dans d’autres médias, donc c’est très sympathique. Ce ne sont pas forcément des images qui sont « libres de droits », mais parfois, même souvent libres tout court. Donc vous pouvez les reprendre, parfois les modifier en fonction des licences qui sont dessus.

Mag : Ça peut être très pratique ! Le Monde Informatique, « La Banquiz accélère des start-ups open source en Nouvelle-Aquitaine », par Véronique Arène.

Manu : C’est un accélérateur ou une pépinière, Qu’est-ce que ça fait une pépinière ? Eh bien ça « pépiniérise » les entreprises du logiciel libre.

Mag : Je suis sûre que tu l’as inventé, ce mot-là !Reporterre, « Le logiciel libre, un enjeu philosophique autant qu’un choix de société », par Philippe Borrel.

Manu : Ça parle d’un documentaire qui vient de sortir et qui a été diffusé sur Arte notamment ; on ne l’a pas encore vu de notre côté, donc va falloir rapidement. Il s’appelle Internet ou la révolution du partage.

Mag : Be Geek [prononcé en criant, NdT] excusez-moi, j’adore ce mot, « Open source : voici les logiciels recommandés par l'État », par la rédaction également.

Manu : C’est le socle interministériel de logiciels libres, le SILL, et ce sont des recommandations faites par l’État pour les administrations.

Mag : novethic, « RSE en open source : les entreprises se mettent à nu », par Béatrice Héraud.

Manu : Ça parle d’open data sur les entreprises cette-fois ci et pas sur l’État seulement. Ça consiste à aller voir ce qu’il se passe dans les entreprises à l’aide de leur bilan notamment et de mettre tout ça en forme pour pouvoir en retirer des données, des informations, des analyses. Donc il y a pas mal de travail à faire dans ce domaine.

Mag : ouest-france.fr, « Le patron de Facebook Mark Zuckerberg reçu vendredi à l’Élysée ».

Manu : C’était vendredi de la semaine dernière. Au moment où on enregistre on n’a pas encore les retombées de cette rencontre-là, mais en attendant il se passe pas mal de choses autour de Facebook, ce qui nous fait assez plaisir. Plein de gens discutent de diminuer le pouvoir que cette entreprise a sur le monde, parfois même de la dépiauter, de virer son patron, de la découper en d’autres morceaux, parce qu’il y a vraiment pas mal d’atteintes qui sont faites sur la planète entière au niveau de la vie privée notamment et des manipulations que ça peut entraîner sur la population

Mag : Et le dernier article : Basta!, « Logiciels, semences, éducation : à la rencontre des activistes du « Libre », pionniers d’une société de partage ».

Manu : Ça parle de partage en général et ça aborde à nouveau le documentaire de tout à l’heure, qui est un petit peu plus loin dans l’article. Donc partage c’est le partage de toutes les données qu’on peut fabriquer aujourd’hui dans notre civilisation, c’est assez sympa, parce que parler de partager des semences, c’est aussi bien que de partager des idées je trouve. Encore une fois il y a ce documentaire qu’il faut vraiment qu’on aille regarder.

Luc : En tout cas ce soir, on évoque un tout autre sujet avec Alias. Alias, tu es auteur de jeux de rôle, c’est comme ça que je t’ai connu il y a de ça un paquet d’années.

Alias : Hou là, là !

Luc : Voilà ! Donc un jeu de rôle qui s’appelle notamment Tigres volants qui est de la science-fiction fantaisie. Tu commences à écrire des romans également, tu les publies notamment sous licence libre.

Alias : C’est ça, tout à fait. D’ailleurs, Tigres volants est un jeu que j’ai republié sous licence libre assez récemment.

Luc : D’accord. Désormais tout est en libre. Je t’ai rencontré sur des forums de jeux de rôle il y a de ça très longtemps.

Alias : À l’époque où c’était hype les forums de jeux de rôle.

Luc : Je t’ai retrouvé sur Mastodon, comme quoi il se passe plein de choses sur les réseaux sociaux libres. J’ai vu que tu faisais également des critiques musicales du Metal dont tu es fan et que tu les publies notamment sur YouTube, mais également sur PeerTube et que tu as eu quelques déboires.

Alias : À l’origine, en fait, ce sont des chroniques vidéo que je fais sur mon blog et j’ai décidé il y a environ un an de les faire au format vidéo, en fait, de reprendre chaque mois un résumé de ces chroniques.

Luc : Donc tu t’es pris le méchant Content ID dont on a déjà parlé dans ce podcast.

Manu : Content ID le filtre de YouTube.

Alias : En deux mots, les vidéos que je fais, ce sont des résumés, donc j’ai environ une dizaine de chroniques, une dizaine d’albums dont je parle, et je m’efforce toujours d’illustrer ces chroniques par un petit extrait vidéo. Je vais récupérer les vidéos officielles des groupes sur YouTube et je coupe ça en un petit extrait, 10 secondes de son, 15 secondes de vidéo, vraiment un truc super court, juste pour illustrer. Ça fait maintenant quelque temps que le Content ID de YouTube m’a dans le collimateur, s’est aperçu que j’avais ça sur mes vidéos, donc je me reçois de plus en plus de contestations d’ayants droit qui partent du principe que ce que je fais là est illégal.

Luc : C’est-à-dire que tu diffuses leur musique sur YouTube, de la musique qui ne t’appartient pas, donc tu es un sale pirate !

Alias : Tout à fait.

Manu : Ça fait plaisir !

Alias : Il se trouve que j’ai quand même un petit fait des recherches et d’après la loi suisse je suis dans les clous. La loi dit précisément qu’il y a un droit de citation qui existe. Il n’est pas vraiment précisé techniquement, on ne nous dit pas exactement quelle est la longueur de la citation ; c’est un petit peu comme le temps de refroidissement du canon, c’est « un certain temps », c’est « une certaine longueur ». Ce sont des blagues de vieux, on remarque tout de suite ceux qui rigolent.

[Rires]

Alias : Il se trouve que jusqu’à présent la plupart des contestations que j’avais eues finissaient par se résoudre soit par abandon, soit par admission qu’en fait j’étais dans les clous, sauf pour l’épisode de mars où, après moultes contestations, eh bien l’épisode de mars a été supprimé par YouTube et je me suis pris un stike sur mon compte.

Luc : On le rappelle, un stike ce n’est pas comme au bowling, ce n’est pas une bonne nouvelle.

Alias : Pas vraiment, à part si tu es une quille !

Luc : Le stike c’est un avertissement et au bout d’un certain nombre d’avertissements…

Alias : Trois

Luc : rois, on dégage toute ta chaîne. Tu n’as qu’à deux « erreurs », entre guillemets erreurs.

Alias : De mon point de vue ça n’en est pas.

Luc : À priori tous les retours que tu as eus, ce sont des trucs automatiques tu penses ?

Alias : Tous les retours que j’ai eus jusqu’à présent fonctionnaient par l’interface de YouTube. C’est-à-dire que lorsque je recevais une contestation d’un ayant droit je faisais une contre-contestation d’une certain manière, chaque fois en utilisant l’interface que YouTube met à disposition des gens qui publient des vidéos. Il y a, on va dire, trois niveaux : il y a un premier niveau où, quand on reçoit une contestation, on peut contester la contestation ; si l’ayant droit confirme cette contestation, on peut contester cette confirmation. Par contre au troisième vidéo, là, généralement la vidéo dégage. Il y a encore derrière d’autres possibilités de contester cette suppression de vidéo, mais ça devient un petit plus vaporeux, il faut contacter l’ayant droit directement ou contacter directement YouTube. Pour l’instant je n’en suis pas encore tout à fait là ; j’ai contacté l’ayant droit mais c’est un peu tout.

7’ 01

Luc : Est-ce que tu gagnes de l’argent avec ces vidéos ?

Alias : En théorie non, c’est-à-dire que je n’ai pas monétisé ces vidéos, c’est-à-dire que YouTube me verse très exactement 0 franc, 0 centime ou 0 euro suivant la monnaie que vous utilisez. Après, il se trouve que j’ai mis en place des boutons de dons par les systèmes de mécénat ou de micro-paiement comme Flattr, Liberapay, Mytip, Tipeee et là j’ai des gens qui me donnent de l’argent. Est-ce qu’ils me donnent de l’argent pour les vidéos ou pour d’autres choses que je fais, c’est difficile à dire, mais je ne peux pas, en étant entièrement honnête, dire que je ne gagne pas un peu d’argent avec ces vidéos. Si je gagne 20 euros par tous trucs compris c’est vraiment le bout du monde.

Luc : Est-ce que tu as l’impression que Content ID est plus violent depuis que tu as mis ces liens-là ?

Alias : Non. Ça n’a pas vraiment changé.

Luc : Ce sont des gros acteurs que tu as en face de toi ?

Alias : De ce que je vois, ou des abréviations qui sont généralement UMG et SMI - si mes souvenirs sont bons UMG c’est Universal Music Groupet SMI c’est Sony Music Entertainment.

Manu : Donc plutôt des gros !

Alias : Plutôt des gros trucs. Oui. La contestation qui m’a valu une contestation de vidéo ça venait. J’ai des boîtes un peu plus petites. Il me semble que Napalm Record avait râlé à un moment donné. On va dire que dans le milieu du Metal ou de la prog ce sont quand même un petit les poids lourds même si, au niveau de l’industrie, ce ne sont pas forcément des énormes trucs. Encore que je soupçonne qu’ils appartiennent à des plus gros groupes.

Luc : Quand tu reçois ces envois, c’est un système automatique, c’est Google qui va repérer de la musique et puis lever une alerte et toi, face à ce traitement automatique, tu as également mis en place un traitement automatique.

Alias : C’est-à-dire que j’ai mis en place un contre-traitement, en fait j’ai une macro-texte que je reprends systématiquement lorsque je reçois une contestation. Dans formulaire qui permet de contester on a cette possibilité d’expliquer en quelques mots pourquoi on estime que la revendication des ayants droit n’est pas fondée. J’ai un texte qui dit : « J’utilise ça, c’est un court extrait vidéo, ça sert pour illustrer une critique musicale ». Pour moi ça tombe sous le coup de la loi suisse, la loi sur le droit d’auteur article 25, donc j’ai le lien vers l’article de loi sur le site de la confédération. C’est pour me faciliter la vie.

Luc : Du coup il y a quand même cette notion dans l’espace de contestation du pays où tu habites, donc il y a bien une référence à la législation de ton pays d’habitation .

Alias : C’est ça.

Mag : J’ai une question : est-ce que ces contestations que tu reçois ce sont juste des choses qui pourraient être faites des machines ou est-ce qu’il y a parfois un humain derrière ?

Alias : Je n’en sais rien pour être très précis. Tout fonctionne dans une interface qui est intégrée à YouTube, donc ça pourrait être tout aussi bien être automatique que généré par un humain. Ce qui me laisse penser que souvent c’est fait par des machines c’est que, assez régulièrement, ces contestations apparaissent dans les cinq minutes voire parfois dan la minute qui suit la mise en ligne de la vidéo.

Mag : Soit l’ayant droit est au taquet du taquet, soit effectivement c’est automatique !

Alias : Ça pourrait être aussi des Turcs mécaniques, c’est-à-dire ces employés qui sont payés des cacahuètes pour faire des taches répétitives. On peut tout à fait imaginer des fermes un petit peu comme les call centers qu’on trouve dans des pays comme l’Inde, la Chine ou le Maroc, des gens qui sont juste là pour réagir le plus rapidement possible quand des notifications leur arrivent dessus. Mais je pense quand même que c’est plutôt automatique.

Luc : Ce que je trouve assez dingue dans cette histoire et qui a plutôt tendance à faire penser que c’est de l’automatique, c’est que si moi je me mets dans la peau d’un label je serais plutôt content que quelqu’un fasse des critiques de la musique que j’essaye de vendre.

Mag : On appelle ça de la publicité gratuite.

Luc : Voilà, tout à fait. Or, eh bien là ils sont en train de s’asseoir et ils sont en train d’essayer d’empêcher de parler de la musique. Surtout qu’en général tu disais que tu essayes plutôt de parler de ce que tu aimes dans la musique plutôt que de la descendre.

Alias : Oui, c’est ça. On va dire l’à priori l’éditorial que je fais c’est de parler des choses que j’aime. Ce que je soupçonne c’est que ce ne sont pas forcément les mêmes bureaux, les mêmes administrations qui s’occupent de la promotion et qui s’occupent des contestations de droit. Je verrais tout à fait ce genre de choses délégué à des bureaux juridiques, potentiellement externalisés, qui ont une approche ultra-bureaucratique du bidule. Donc même si la promotion, quelque part, veut bien qu’on parle de leurs albums, toutes ces histoires de contestation de droit d’auteur, ça vient peut-être de bureaux qui, eux, ont une approche « si ça ne rentre pas dans les petites cases, on dégage ! »

Mag : Du coup, tu as fait ta vidéo, il y a une contestation de l’ayant droit, tu as contesté toi-même et ainsi de suite, il y a eu plusieurs allers-retours, tu t’es pris un strike. La question que je me posais c’est : qui a déterminé que c’était à toi de prendre un strike et de retirer la vidéo ? Évidemment tu vas me répondre que c’est YouTube, mais est-ce qu’ils ont regardé ta vidéo ? Est-ce qu’ils ont estimé qu’effectivement ce n’est pas une citation ou est-ce qu’ils ont juste cru l’ayant droit ?

Alias : J’aimerais bien le savoir. Le problème c’est que je ne vois pas comment le savoir. Parce que, là encore, on a des interactions qui passent uniquement par un formulaire web, qui est somme toute assez spartiate. Il n’y a en tout cas aucune justification qui est clairement mentionnée, c’est du ???, ce sont des trucs préformatés et ça ne donne vraiment aucune impression d’avoir une intelligence humaine qui est derrière, à part celle du type qui a fait l’algorithme. Même s’il y a quelqu’un derrière, on a vraiment la sale impression d’avoir un système qui est automatisé, qui fonctionne de façon purement arbitraire, en fait.

Mag : Donc ce système-là donne tous les pouvoirs à l’ayant droit ?

Alias : À première vue oui.

Luc : Du coup qu’est-ce que tu prévois comme prochaines actions par rapport à ces problèmes-là.

Alias : Déjà j’ai un plan de secours qui est que mes vidéos sont systématiquement mises en ligne sur YouTube, certes, mais également sur PeerTube. PeerTube qui est donc la solution fédérée, le YouTube open source qui a été développé notamment par…

Luc : Framasoft.

Mag : Framasoft.

Alias : Framasoft. Ils sont quand même très actifs là-dessus. J’ai un compte sur une instance PeerTube sur laquelle je mets les vidéos en parallèle de YouTube. D’ailleurs dans les descriptions des vidéos, je marque toujours « version miroir sur PeerTube avec le lien ou YouTube avec le lien ». Cela dit je vais continuer à essayer, parce que je suis quand même persuadé d’être dans mon bon droit. J’ai déjà pris contact avec les ayants droit via une adresse e-mail qui a été fournie au moment où la vidéo a été retirée. Je crois qu’il existe une possibilité de contacter directement YouTube pour essayer de contrer cette mise au ban la vidéo. Après je ne sais pas. Cet épisode existe toujours, il existe toujours sur PeerTube, mais voilà ! Est-ce que c’est un accident ? Est-ce que c’est la seule fois où ça va m’arriver ? Ou est-ce que dans un an, deux ans, je vais me retrouver avec ma chaîne qui va dégager simplement parce que j’aurais fait ça une fois de trop ? Je ne sais pas.

Luc : Écoute merci beaucoup pour ce témoignage.

Alias : Merci de m’avoir donné la parole.

Luc : C’est une belle illustration du Code Is Law, qui est un principe qui a été énoncé il y a fort longtemps. Est-ce que tu peux nous donner quelques liens pour les gens qui voudraient découvrir ce que tu fais ?

Alias : Le plus simple c’est sans doute d’aller sur radio.erdorin.org, qui est donc la page sur laquelle il y a la liste de toutes les vidéos avec les liens. Chaque fois il y a un lien vers YouTube, il y a un lien vers PeerTube et il y a un lien vers un article du blog qui est une sorte de making of où j’explique comment j’ai fait la vidéo et quelles sont le misères qui me sont arrivées lorsque je me suis battu avec la technique.

Luc : Donc erdorin, e, r, d, o, r, i, n.

Alias : e, r, d, o, r, i, n, c’est ça.

Luc : Très bien. Eh bien Alias, merci beaucoup. On aura plaisir à te recevoir à nouveau pour la suite de tes aventures. Bon courage. Merci.

Alias : Merci.

Mag : Salut.

Manu : Salut.