Retrospective 2009 : Différence entre versions

De April MediaWiki
(Contributeurs édition 2009 : NPE)
(Rétrospective 2009 : début free software pact)
Ligne 32 : Ligne 32 :
  
 
== Rétrospective 2009 ==
 
== Rétrospective 2009 ==
 +
 +
=== Logiciel libre et prise de conscience politique ===
 +
 +
Le 7 juin 2009, les citoyens européens sont élus leurs représentants au parlement européen. A cette occasion, les candidats sont particulièrement sensibles à l'image qu'ils ont auprès des citoyens et c'est donc le moment de les approcher. Ceci fut fait encore une fois dans le cadre du [http://freesoftwarepact.org pacte du logiciel libre], qui a eu une manifestation active dans plusieurs pays.
  
 
=== Communautés ===
 
=== Communautés ===

Version du 6 janvier 2010 à 17:49

Principe

La rétrospective revient sur l'année du logiciel libre et des sujets afférents. Une introduction générale et ensuite quelques thèmes mis en avant avec un petit texte écrit par une ou plusieurs personnes (Politique publique, DRM, GPL, brevets logiciels, entreprises,...).

Au niveau des délais la rétrospective doit être publiée début ou courant janvier 2010.

Thèmes possibles :

  • Formats ouverts et d'interopérabilité
  • Communautés
  • Logiciel libre et politique publique
  • Collectivités publiques, administrations
  • Entreprises
  • DRM et informatique déloyale
  • DADVSI/Hadopi...
  • Ventes liées
  • Brevets sur les logiciels
  • OOXML, normalisation, la suite du feuilleton
  • Éducation
  • Matériel
  • Licences
  • Monde associatif

Rétrospectives précédentes

Rétrospective 2009

Logiciel libre et prise de conscience politique

Le 7 juin 2009, les citoyens européens sont élus leurs représentants au parlement européen. A cette occasion, les candidats sont particulièrement sensibles à l'image qu'ils ont auprès des citoyens et c'est donc le moment de les approcher. Ceci fut fait encore une fois dans le cadre du pacte du logiciel libre, qui a eu une manifestation active dans plusieurs pays.

Communautés

Tout au long de l'année 2009, les 8 événements OpenDay ont permis de présenter des solutions sous licence libre par thématiques : informatique décisionnelle, commerce électronique, messagerie, travail collaboratif...

Du 31 mars au 2 avril 2009, le salon Solutions Linux 2009 a réuni pour son dixième anniversaire 220 exposants et partenaires. Le record de fréquentation a été dépassé avec 8458 visiteurs en progression de 12,5% . La prochaine édition se déroulera du 16 au 18 mars 2010 dans le Hall 1 de la Porte de Versailles.

Les 1er et 2 octobre s'est tenu la deuxième édition de l'OpenWorldForum à l'Eurosite Georges V. Cet évènement a permis de découvrir les dernières tendances et innovations du libre avec 34 conférences, 140 orateurs prestigieux venus de 20 pays, 1 200 participants, des conférences plénières, des événements associés et des rencontres d'affaires.

Le 20 octobre 2009 avait lieu le lancement de la communauté Collibri à la Cantine Numérique. L’objectif de la communauté coLLibri est de faire se rencontrer les acteurs du logiciel libre et ceux du web 2.0 afin de favoriser l’émergence de projets communs. Open Innovation, coopération, intelligence collective, réseaux sociaux, nouveaux modèles économiques… et bien sur financement des projets seront autant de thèmes d’intérêts à partager entre les membres de cette communauté issue du pole de compétitivité Cap Digital.

Enfin cette année 2009 fut marquée par la création du site TrouveTonGull.info dont le concept de recensement décentralisé mobilise près de 50% des GULL francophones. Le site internet propose bon nombre de renseignements et de statistiques continuellement à jour, et possède également une rubrique d'interviews d'acteurs du libre actifs dans différentes communautés. Un projet associatif est également en vue. Pour information, 12 GULL ont vus le jour en 2009 :)

Brevets logiciels

Sur le plan des brevets logiciels, 2009 aura surtout été dans la continuité de l'année précédente.

Comme toutes les années, 2009 aura eu son lot de brevets logiciels abracadabrantesques – tel qu'un brevet déposé aux États-Unis par Microsoft sur la commande sudo ou celui de Google sur sa page d'accueil – et de procès démesurés entre mastodontes  – tel que celui intenté à Apple par Nokia. Nous ne nous étendrons pas sur cette gallerie des horreurs cette année, puisqu'elle ne fait que confirmer que la principale fonction des brevets logiciels est d'être une arme économique accessible uniquement aux entreprises ayant les moyens de s'offrir un portefeuille de brevet suffisamment large dans le but de maîtriser le marcher et d'entraver la concurrence. Par ailleurs, on peut désormais retrouver ces actualités dans la revue de presse hebdomadaire de l'April (cf. également la compilation de The Register des meilleures – ou pires – demandes de brevets de 2009).

Au Conseil de l'Union européenne, les discussions se poursuivent sur le projet d'unification des juridictions liées aux litiges sur les brevets – projet que l'on désormais sous l'acronyme UPLS pour Unified Patent Litigation System. Rappelons que le principal danger de l'UPLS est que la juridiction spécialisée qu'il instaure soit construite dans l'intérêt des promoteurs des brevets et qu'en particulier elle laisse le champ libre à une reconnaissance en justice des brevets logiciels, alors que ceux-ci peuvent à l'heure actuelle être annulés par les tribunaux nationaux. Mais, malgré des effets d'annonce faisant état de progrès, force est de constater qu'il reste bon nombre de désaccords. La Cour de justice de l’Union européenne  – nouvelle appellation de la Cour de justice des Communautés européennes, ou CJCE, depuis l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne – a été saisie pour donner un avis sur la conformité vis-à-vis des traités de ce projet instaurant une nouvelle juridiction. Cet avis devrait être rendu en 2010 et les discussions vont donc se poursuivre entre les gouvernements des États membres de l'Union européenne, présidée au premier semestre 2010 par l'Espagne, un des principaux opposants à l'UPLS.

À l'Office européen des brevets – OEB –, le questionnaire soumis en 2008 par sa présidente à la Grande chambre de recours de l'OEB – EBoA pour Enlarged Board of Appeal –, la plus haute juridiction interne de l'office, pour statuer sur la limite de ce qui est brevetable dans le domaine du logiciel, a suscité une avalanche d'opinions. Afin de réaffirmer la non-brevetabilité des logiciels, l'April a profité de ce recours devant l'EBoA pour envoyer un mémoire en amicus curiæ. La réponse de la Grande chambre de recours de l'OEB devrait être rendue en 2010.

Enfin aux États-Unis, il faudra également attendre 2010 que la Cour suprême rende son avis dans le cadre de l'affaire Bilski, pour laquelle une cour d'appel du circuit fédéral – CAFC pour Court of Appeal of Federal Circuit – avait confirmé en 2008 l'invalidité d'un brevet sur une méthode d'affaires au motif que l'innovation ne découlait pas de la transformation physique d'un article, ni n'était liée à une machine spécifique.

Contributeurs édition 2009

  • Alexis Monville (ayeba)
  • Gérald Sédrati-Dinet (April)
  • Nicolas Pettiaux (April)

Contributeurs édition 2008

  • Jean-Christophe Becquet (April, Apitux)
  • Alix Cazenave (April)
  • Frédéric Couchet (April)
  • Laurent Costy (April)
  • Jérôme Dumonteil (Ars Aperta)
  • Laurent Guerby
  • Benjamin Jean (Veni Vidi Libri)
  • Stéphanie LUCIEN-BRUN (Centre icom' - Handicap International Programme France)
  • Aurélien Levy (expert accessibilité)
  • Jérémy Monnet (April)
  • Tangui Morlier (April)
  • Tristan Nitot (Mozilla Europe)
  • Philippe Pary (Chtinux, April)
  • Gérald Sédrati-Dinet (April)
  • Benoît Sibaud (April)