Différences entre versions de « Remise de la pétition eucd.info contre la loi DADVSI au Ministère de la Culture »

De April MediaWiki
Aller à la navigationAller à la recherche
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
== Transcriptions ==
 
== Transcriptions ==
  
<strong>Vidéo 1 : </strong>
+
=== Vidéo 1 ===
  
<strong>Vidéo 2 : </strong>
+
<strong>??? :</strong> C'est quoi cette carte, Christophe ?<br/>
 
+
<strong>Christophe Espern :</strong> C'est une carte postale qui a été envoyée à tous les députés et qui contient donc un logiciel peer to peer, qui est un logiciel d'échance de fichiers, qui fait douze lignes. Et c'est ce type d'informations techniques que le gouvernement veut interdire, peut être demain si le parlement le suit dans la voie qu'il a décidé de traçer.<br/>
<strong>Vidéo 3 : </strong>
+
<strong>??? :</strong> Ah oui, et la pétition, à quoi elle sert ?<br/>
 +
<strong>Christophe Espern :</strong> Alors, c'est une pétition qui a été lancée le 2 décembre. Maintenant, il y a 100 000 ou 110 000 signatures. L'objectif, c'était de demander au premier ministre et au président de la république le retrait du projet de loi sur le droit d'auteur parce qu'on estime que tous les avis n'ont pas été pris en compte et que les impacts sociaux, économiques et stratégiques pourraient être extrèmement importants. Vu qu'il y a une urgence de déclarer ce projet de loi, on souhaiterai que les parlementaires puissent examiner le texte en toute quiétude et ne pas être pressés comme ils le sont actuellement, surtout à la veille de Noël.<br/>
 +
<strong>??? :</strong> ??? il va interdire le logiciel libre et aussi ??? <br/>
 +
<strong>Christophe Espern :</strong> Voilà, tout à fait ! Il va poser des problèmes majeurs aux auteurs de Logiciels Libres notamment, mais plus largement aux PME du logiciel, puis ce qu'il crée une insécurité juridique sur ce marché, que seule les grosses entreprises vont pouvoir absorber. Ca, c'est la partie économique, je dirai. Et après, il y a la partie pour le grand public, dans la mesure où il légalise le dispositif qui permet de contrôler l'usage privé, et notamment la copie privée, et qui protège juridiquement, comme je vous l'ai dit, c'est-à-dire qu'on ne peut pas les neutraliser, et que par conséquent, le public se retrouve à la merci des éditeurs et des producteurs qui vont pouvoir fixer les conditions complétement arbitraire d'usage des oeuvres dans la sphère privée, avec tous les risques de dérives en matières de vie privée et de protection de données personnelles, etc.<br/>
 +
<strong>??? : </strong> Concrétement, ça veut dire quoi ça, pour le consommateur X ?<br/>
  
 +
=== Vidéo 2 : ===
 +
=== Vidéo 3 : ===
  
 
[[Catégorie:Transcriptions]]
 
[[Catégorie:Transcriptions]]

Version du 27 mars 2011 à 17:11

Présentation

Transcriptions

Vidéo 1

??? : C'est quoi cette carte, Christophe ?
Christophe Espern : C'est une carte postale qui a été envoyée à tous les députés et qui contient donc un logiciel peer to peer, qui est un logiciel d'échance de fichiers, qui fait douze lignes. Et c'est ce type d'informations techniques que le gouvernement veut interdire, peut être demain si le parlement le suit dans la voie qu'il a décidé de traçer.
??? : Ah oui, et la pétition, à quoi elle sert ?
Christophe Espern : Alors, c'est une pétition qui a été lancée le 2 décembre. Maintenant, il y a 100 000 ou 110 000 signatures. L'objectif, c'était de demander au premier ministre et au président de la république le retrait du projet de loi sur le droit d'auteur parce qu'on estime que tous les avis n'ont pas été pris en compte et que les impacts sociaux, économiques et stratégiques pourraient être extrèmement importants. Vu qu'il y a une urgence de déclarer ce projet de loi, on souhaiterai que les parlementaires puissent examiner le texte en toute quiétude et ne pas être pressés comme ils le sont actuellement, surtout à la veille de Noël.
??? : ??? il va interdire le logiciel libre et aussi ???
Christophe Espern : Voilà, tout à fait ! Il va poser des problèmes majeurs aux auteurs de Logiciels Libres notamment, mais plus largement aux PME du logiciel, puis ce qu'il crée une insécurité juridique sur ce marché, que seule les grosses entreprises vont pouvoir absorber. Ca, c'est la partie économique, je dirai. Et après, il y a la partie pour le grand public, dans la mesure où il légalise le dispositif qui permet de contrôler l'usage privé, et notamment la copie privée, et qui protège juridiquement, comme je vous l'ai dit, c'est-à-dire qu'on ne peut pas les neutraliser, et que par conséquent, le public se retrouve à la merci des éditeurs et des producteurs qui vont pouvoir fixer les conditions complétement arbitraire d'usage des oeuvres dans la sphère privée, avec tous les risques de dérives en matières de vie privée et de protection de données personnelles, etc.
??? : Concrétement, ça veut dire quoi ça, pour le consommateur X ?

Vidéo 2 :

Vidéo 3 :