Différences entre versions de « News education mai 2011 »

De April MediaWiki
Aller à la navigationAller à la recherche
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
== Livret personnel de Compétences : ASSEZ DE CE GRAND BAZAR ! ==
 +
<font color="#777777">Communiqué de presse du SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU et du SNUipp-FSU du 25 mai 2011</font>
 +
 +
Les personnels des écoles élémentaires et des collèges, mais aussi des lycées professionnels où sont implantées des classes de 3ème à découverte professionnelle, expriment aujourd’hui leur « ras-le-bol » - dans un contexte où la politique et les outils d’évaluation ont subi des transformations importantes - face à la nouvelle obligation institutionnelle concernant la validation des compétences du socle par le biais du Livret Personnel de Compétences (LPC), à laquelle ils sont confrontés en cette fin d’année scolaire et qui leur pose de véritables problèmes pédagogiques et éducatifs.
 +
 +
Dans les écoles élémentaires, les enseignants renseignent déjà les livrets scolaires s’appuyant sur les compétences des programmes et ne perçoivent pas d’intérêt pédagogique à renseigner, pour les élèves de CE1 et de CM2, un livret supplémentaire sans utilité pour les élèves et peu cohérent avec les outils déjà mis en oeuvre. Les 46 items pour le CE1 et les 110 pour le CM2 sont parfois flous et impossibles à remplir. La surcharge de travail s’ajoute au manque de formation et d’accompagnement des enseignants qui mettent l’accent sur leur besoin de temps et de travail en équipe.
 +
 +
Au collège et au lycée professionnel, où l’attestation des 7 compétences du socle constitue une condition sine qua non de l’obtention du DNB (diplôme national du brevet), les personnels évaluent déjà les compétences des élèves quand elles sont travaillées dans le cadre des programmes disciplinaires, mais ils sont déroutés face à un livret qui ne peut pas être rempli sérieusement tant les 98 items qui le constituent sont flous, disparates et de niveaux divers, et tant les exigences peuvent être différentes d’un établissement à l’autre. Ils ne souhaitent pas s’engager dans une évaluation qui ne dit pas grand-chose du niveau réel de leurs élèves. C’est cette mascarade d’évaluation déjà constatée pour le niveau A2 en langue vivante étrangère et le B2i qui avait amené en janvier dernier le SNES, le SNEP et le SNUEP à demander au ministre un moratoire sur la mise en place généralisée du LPC.
 +
Les personnels contestent par ailleurs une approche qui nie l’apport spécifique de chaque discipline à la construction et à l’acquisition de connaissances solides, qui prend le pas sur les apprentissages et qui alourdit inutilement leur charge de travail.
 +
 +
A tous les niveaux, les personnels refusent de se prêter à des attestations qui se transforment en véritables « usines à cases ». Ils n’adhèrent pas à une approche qui constitue d’autant moins une réponse aux difficultés des élèves face aux apprentissages que ces difficultés seront amplifiées par la politique de réduction systématique d’emplois dans l’éducation que poursuit le gouvernement.
 +
 +
Pour toutes ces raisons, quatre syndicats de la FSU (SNES, SNEP, SNUEP et SNUIpp) demandent solennellement au Ministre de suspendre l’entrée en vigueur du LPC. Ils demandent que l’on revienne à des principes sérieux, cohérents et lisibles en matière d’évaluation des élèves.
 +
Ils exprimeront ces demandes lors de l’audience au ministère le jeudi 26 mai à 12h00.
 +
 +
*'''Réf''' : http://www.snes.edu/Livret-personnel-de-Competences,21345.html
 +
 +
 
== Signature d’un accord cadre entre CAP-TIC et le CRDP de l’académie d’Aix-Marseille ==
 
== Signature d’un accord cadre entre CAP-TIC et le CRDP de l’académie d’Aix-Marseille ==
 
<font color="#777777">Publié sur les listes educ@april.org, Axul-debats@axul.org, "april@april.org" <april@april.org>, alexis.kauffmann@gmail.com, aidm@libertis.org, contact@aful.org, "liste de diffusion du pole de compétences logiciels libres du CNDP" <logiciel-libre-cndp@listes.tice.ac-caen.fr>, infoline@linux-azur.org, cial@ed-diamond.com, par Nicolas Michel le Lun 9 mai 2011</font>
 
<font color="#777777">Publié sur les listes educ@april.org, Axul-debats@axul.org, "april@april.org" <april@april.org>, alexis.kauffmann@gmail.com, aidm@libertis.org, contact@aful.org, "liste de diffusion du pole de compétences logiciels libres du CNDP" <logiciel-libre-cndp@listes.tice.ac-caen.fr>, infoline@linux-azur.org, cial@ed-diamond.com, par Nicolas Michel le Lun 9 mai 2011</font>

Version du 25 juin 2011 à 10:14

Livret personnel de Compétences : ASSEZ DE CE GRAND BAZAR !

Communiqué de presse du SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU et du SNUipp-FSU du 25 mai 2011

Les personnels des écoles élémentaires et des collèges, mais aussi des lycées professionnels où sont implantées des classes de 3ème à découverte professionnelle, expriment aujourd’hui leur « ras-le-bol » - dans un contexte où la politique et les outils d’évaluation ont subi des transformations importantes - face à la nouvelle obligation institutionnelle concernant la validation des compétences du socle par le biais du Livret Personnel de Compétences (LPC), à laquelle ils sont confrontés en cette fin d’année scolaire et qui leur pose de véritables problèmes pédagogiques et éducatifs.

Dans les écoles élémentaires, les enseignants renseignent déjà les livrets scolaires s’appuyant sur les compétences des programmes et ne perçoivent pas d’intérêt pédagogique à renseigner, pour les élèves de CE1 et de CM2, un livret supplémentaire sans utilité pour les élèves et peu cohérent avec les outils déjà mis en oeuvre. Les 46 items pour le CE1 et les 110 pour le CM2 sont parfois flous et impossibles à remplir. La surcharge de travail s’ajoute au manque de formation et d’accompagnement des enseignants qui mettent l’accent sur leur besoin de temps et de travail en équipe.

Au collège et au lycée professionnel, où l’attestation des 7 compétences du socle constitue une condition sine qua non de l’obtention du DNB (diplôme national du brevet), les personnels évaluent déjà les compétences des élèves quand elles sont travaillées dans le cadre des programmes disciplinaires, mais ils sont déroutés face à un livret qui ne peut pas être rempli sérieusement tant les 98 items qui le constituent sont flous, disparates et de niveaux divers, et tant les exigences peuvent être différentes d’un établissement à l’autre. Ils ne souhaitent pas s’engager dans une évaluation qui ne dit pas grand-chose du niveau réel de leurs élèves. C’est cette mascarade d’évaluation déjà constatée pour le niveau A2 en langue vivante étrangère et le B2i qui avait amené en janvier dernier le SNES, le SNEP et le SNUEP à demander au ministre un moratoire sur la mise en place généralisée du LPC. Les personnels contestent par ailleurs une approche qui nie l’apport spécifique de chaque discipline à la construction et à l’acquisition de connaissances solides, qui prend le pas sur les apprentissages et qui alourdit inutilement leur charge de travail.

A tous les niveaux, les personnels refusent de se prêter à des attestations qui se transforment en véritables « usines à cases ». Ils n’adhèrent pas à une approche qui constitue d’autant moins une réponse aux difficultés des élèves face aux apprentissages que ces difficultés seront amplifiées par la politique de réduction systématique d’emplois dans l’éducation que poursuit le gouvernement.

Pour toutes ces raisons, quatre syndicats de la FSU (SNES, SNEP, SNUEP et SNUIpp) demandent solennellement au Ministre de suspendre l’entrée en vigueur du LPC. Ils demandent que l’on revienne à des principes sérieux, cohérents et lisibles en matière d’évaluation des élèves. Ils exprimeront ces demandes lors de l’audience au ministère le jeudi 26 mai à 12h00.


Signature d’un accord cadre entre CAP-TIC et le CRDP de l’académie d’Aix-Marseille

Publié sur les listes educ@april.org, Axul-debats@axul.org, "april@april.org" <april@april.org>, alexis.kauffmann@gmail.com, aidm@libertis.org, contact@aful.org, "liste de diffusion du pole de compétences logiciels libres du CNDP" <logiciel-libre-cndp@listes.tice.ac-caen.fr>, infoline@linux-azur.org, cial@ed-diamond.com, par Nicolas Michel le Lun 9 mai 2011

Jacques Papadopoulos, directeur du CRDP de l'académie d'Aix-Marseille et Thierry Pinot, directeur général de CAP-TIC, signeront la convention cadre définissant l’accord de partenariat jeudi 12 mai 2011 lors du Salon Solutions Linux à Paris.

Le développement des usages du numérique à l’école primaire conduit les concepteurs et diffuseurs de plates-formes de services numériques à proposer des solutions intégrant des outils adaptés à ce niveau. Il s’agit en particulier de services d’accès sécurisé aux ressources éditoriales en ligne qualifiées afin d’en favoriser les usages pédagogiques avec les élèves dans la classe, ou hors temps scolaire.

CAP-TIC, intégrateur et concepteur de services numériques, et le CRDP de l’académie d’Aix-Marseille, éditeur public spécialiste de l’accès aux ressources numériques, ont souhaité partager et unir leurs compétences pour construire un partenariat de coédition.

L'objectif est de proposer aux écoles un environnement pédagogique basé sur ICONITO École numérique, ensemble de services en ligne destiné aux écoles primaires, en y intégrant le module d'accès aux ressources Coréprim. Nouvelle évolution dans la gamme des « Corrée », Coréprim est un service dédié à la gestion et à l’accès aux ressources numériques pour le premier degré.

Cette nouvelle solution se ra proposée sur le territoire national via un portail unique dès la rentrée 2011-2012.

ICONITO École Numérique, logiciel développé par la société CAP-TIC, et Coréprim, service développé par le CRDP de l’académie d’Aix-Marseille, sont deux applications sous licence libre.