Libre à vous ! Radio Cause Commune - Transcription de l'émission du 29 septembre 2020 : Différence entre versions

De April MediaWiki
(Chronique « La pituite de Luk » sur le thème « Digital rime avec Médiéval »)
(Chronique « La pituite de Luk » sur le thème « Digital rime avec Médiéval »)
Ligne 126 : Ligne 126 :
 
<b>Luk : </b>Je suis là, Étienne. Bonjour.<br/>
 
<b>Luk : </b>Je suis là, Étienne. Bonjour.<br/>
 
<b>Étienne Gonnu : </b>Bonjour, Luk. Si j'ai bien compris, tu vas nous expliquer aujourd'hui que digital rime avec médiéval.<br/>
 
<b>Étienne Gonnu : </b>Bonjour, Luk. Si j'ai bien compris, tu vas nous expliquer aujourd'hui que digital rime avec médiéval.<br/>
<b>Luk : </b>Oui, alors déjà, j'aurais bien voulu venir, mais là, je suis encore en mode vacances. J'ai baroudé cet été autour du Mont Lozère au contact de la nature et sous le soleil. J'ai toujours une allure d'aventurier au teint hâlé, tellement avantageuse que ça frise l'indécence. Du coup, j'évite de sortir parce que ça fait déjà ???. Cet été, je me suis tout bonnement retiré de la civilisation. Alors, c'était extrême , il n'y avait pas de réseau partout. C'est le genre de vacances qui permet de se plonger dans l'ancien monde, que ce soit en visitant des châteaux ou en cheminant sur d'anciens ??? qui croisent lesmoulins à châtaignes. Alors attention, je parle de l'ancien monde d'avant, pas du nouvel ancien monde d'avant la Covid, ni même du précédent nouvel ancien monde d'avant l'Internet, mais bel et bien de l'ancien monde d'avant la modernité. À cette époque, les différents se réglaient à coups de masse dans le heaume. La vie était simple. On pouvait satisfaire son ambition en envahissant le royaume de son propre frère ou lui piquer son territoire et ses gueux. C'était une époque où on ne s'embêtait pas avec les faits, Dieu suffisait à expliquer toute chose et toute objection était ??? La rumeur était la seule source d'information. Un illuminé affirmant avec assez de conviction qu'une apparition divine lui a soufflé un truc suffisait à déclencher une révolte, une guerre ou la construction d'un pont. Et puis je suis rentré et je me suis demandé si les choses avaient vraiment changé. Ce qu'on appelle aujourd'hui la post-vérité n'est finalement pas bien différente. Il suffit d'être assez nombreux à y croire pour que ça devienne vrai. Inutile d'ailleurs que j'argumente plus là dessus. Je suis à la radio là, ça devrait suffire pour atteindre l amasse critique de véracité. Et puis, je me suis replongé dans l'actualité de l'été. J'ai découvert que le seigneur Apple avait banni Fortnite de son royaume parce qu'il refusait de payer le cens , la taxe médiévale que tout vassal doit à son suzerain. Puis Apple a lancé ses troupes à l'assaut de ??? pour les faire cracher au bassinet mais il a dû se replier finalement. Toujours en matière de taxe médiévale, Amazon applique, semble-t-il, les prémisses, tels les ecclésiastiques d'autrefois. Comme eux, il aurait mis la main sur les premiers fruits de la récolte. Il est en effet accusé d'identifier les nouveaux produits à succès de start-ups et se ses vendeurs tiers pour sortir des produits concurrents et les mettre en avant sur sa propre foire médiévale en ligne. Et puis, on a instauré la corvée de longue date en nous faisant cliquer sur des images pour ??? l'identification. L'architecture centrales des GAFA, c'est leu château-fort. IL doit être assez solide pour résister aux armes de siège du type DDOS et suffisamment sécurisé contre les espions s'infiltrant pour tenter de les assassiner en rendant publics leurs ??? et autres infos compromettantes. Les utilisateurs sont soumis à la dîme au travers de l'obsolescence programmée qui les force à acheter encore et toujours le même matériel. La pub en ligne assure le contrôle des âmes comme l’Église catholique autrefois et permet de toucher l'obole. La propriété intellectuelle et les services DRMisés les maintiennent dans leur condition ??? S'émanciper revient à partir sur les chemins de l'exil : plus de contacts avec ses proches, plus de photos, plus de musiques, plus d'historique des conversations. Désormais, les titres de noblesse se reconnaissent au préfixe ??? et j'en passe. Le minimum pour participer aux intrigues de cour, c'est d'être VP dans une boîte cotée en bourse. En dessous, il n'y a que des larbins ou des intrigants. Cela permet de pérorer lors de keynotes, d'exhiber sa grosse réussite et de convaincre tout le monde que ses revenus indécents sont légitimes.<br/>
+
<b>Luk : </b>Oui, alors déjà, j'aurais bien voulu venir, mais là, je suis encore en mode vacances. J'ai baroudé cet été autour du Mont Lozère au contact de la nature et sous le soleil. J'ai toujours une allure d'aventurier au teint hâlé, tellement avantageuse que ça frise l'indécence. Du coup, j'évite de sortir parce que ça fait déjà ???. Cet été, je me suis tout bonnement retiré de la civilisation. Alors, c'était extrême , il n'y avait pas de réseau partout. C'est le genre de vacances qui permet de se plonger dans l'ancien monde, que ce soit en visitant des châteaux ou en cheminant sur d'anciens ??? qui croisent lesmoulins à châtaignes. Alors attention, je parle de l'ancien monde d'avant, pas du nouvel ancien monde d'avant la Covid, ni même du précédent nouvel ancien monde d'avant l'Internet, mais bel et bien de l'ancien monde d'avant la modernité. À cette époque, les différents se réglaient à coups de masse dans le heaume. La vie était simple. On pouvait satisfaire son ambition en envahissant le royaume de son propre frère ou lui piquer son territoire et ses gueux. C'était une époque où on ne s'embêtait pas avec les faits, Dieu suffisait à expliquer toute chose et toute objection était ??? La rumeur était la seule source d'information. Un illuminé affirmant avec assez de conviction qu'une apparition divine lui a soufflé un truc suffisait à déclencher une révolte, une guerre ou la construction d'un pont. Et puis je suis rentré et je me suis demandé si les choses avaient vraiment changé. Ce qu'on appelle aujourd'hui la post-vérité n'est finalement pas bien différente. Il suffit d'être assez nombreux à y croire pour que ça devienne vrai. Inutile d'ailleurs que j'argumente plus là dessus. Je suis à la radio là, ça devrait suffire pour atteindre l amasse critique de véracité. Et puis, je me suis replongé dans l'actualité de l'été. J'ai découvert que le seigneur Apple avait banni Fortnite de son royaume parce qu'il refusait de payer le cens , la taxe médiévale que tout vassal doit à son suzerain. Puis Apple a lancé ses troupes à l'assaut de ??? pour les faire cracher au bassinet mais il a dû se replier finalement. Toujours en matière de taxe médiévale, Amazon applique, semble-t-il, les prémisses, tels les ecclésiastiques d'autrefois. Comme eux, il aurait mis la main sur les premiers fruits de la récolte. Il est en effet accusé d'identifier les nouveaux produits à succès de start-ups et se ses vendeurs tiers pour sortir des produits concurrents et les mettre en avant sur sa propre foire médiévale en ligne. Et puis, on a instauré la corvée de longue date en nous faisant cliquer sur des images pour ??? l'identification. L'architecture centrales des GAFA, c'est leu château-fort. IL doit être assez solide pour résister aux armes de siège du type DDOS et suffisamment sécurisé contre les espions s'infiltrant pour tenter de les assassiner en rendant publics leurs ??? et autres infos compromettantes. Les utilisateurs sont soumis à la dîme au travers de l'obsolescence programmée qui les force à acheter encore et toujours le même matériel. La pub en ligne assure le contrôle des âmes comme l’Église catholique autrefois et permet de toucher l'obole. La propriété intellectuelle et les services DRMisés les maintiennent dans leur condition ??? S'émanciper revient à partir sur les chemins de l'exil : plus de contacts avec ses proches, plus de photos, plus de musiques, plus d'historique des conversations. Désormais, les titres de noblesse se reconnaissent au préfixe ??? et j'en passe. Le minimum pour participer aux intrigues de cour, c'est d'être VP dans une boîte cotée en bourse. En dessous, il n'y a que des larbins ou des intrigants. Cela permet de pérorer lors de keynotes, d'exhiber sa grosse réussite et de convaincre tout le monde que ses revenus indécents sont légitimes. Les ménestrels et troubadours de la presse chantent leurs louanges. Steve Jobs était un génie, doublé d'un bienfaiteur de l'humanité, Bill Gates est un philanthrope. Il faut baiser leurs pieds pour l'extrême charité dont ils font étalage quand ils tapent plus ou moins pour de vrai dans leurs trésors de plusieurs milliards.</br>
Les ménestrels et troubadours
+
Le logiciel libre n'est pas en reste, la Fondation Mozilla vire un quart de ses salariés car le futur de ses revenus est incertain mais Mitchell Baker touche un virgule cinq million par an. Dan sle monde des nouveaux aristocrates, c'est une paille mais en Europe, Tom Rosenbell [???] n'a jamais eu ce genre de prétentions. Il a pourtant emmené Blender vers des sommets, Baker ne peut pa sen prétendre autant, Firefox est descendu à 4 % de fidèles. Le marché a remplacé Dieu, c'est lui qui définit les mérites et la légitimité.</br>
 
+
En juin dernier, on a découvert les nouveaux supplices réservés aux gueux quand l'arbitraire des seigneurs leur tombe dessus. Trop critique envers e-bay, Ina Steiner et son mari ont été l'objet d'un harcèlement par un des hauts cadres de l'entreprise. Faire livrer des cafards vivants, un fœtus ou du sang de porc ou des livres Comment survivre à la perte de mon époux remplacent les poussettes, brodequins et chevalets d'antan. Les galériens et forçats de notre époque sont les miséreux qui travaillent plus ou moins volontairement dans les usines de matériel informatique, services clients, services de modération et autres trucs du genre effectués dans des pays où les gueux sont adéquatement évalués selon les critères médiévaux contemporains.</br>
 
+
Alors que les Américains constatent que leurs inégalités sont aujourd'hui supérieures à celles de la France de 1789, et où une guillotine a été symboliquement dressée devant la Maison Blanche, je repars pour ma part pour une année à tenter de faire avancer le libre avec mon bronzage et mes maigres moyens de gueux. Il y a peut-être à notre portée un nouveau monde d'après qui ne ressemblerait pas à l'ancien monde d'avant.</br>
 +
<b>Étienne Gonnu : </b>Merci, Luk.
  
  

Version du 30 septembre 2020 à 14:06


Titre : Émission Libre à vous ! diffusée mardi 29 septembre 2020 sur radio Cause Commune

Intervenant·e·s : Vincent Calame - Adrien Parrot - Pierre-Yves Dillard - Philippe Montargès - Luk - Étienne Gonnu - Isabella Vanni à la régie

Lieu : Radio Cause Commune

Date : 29 septembre 2020

Durée : 1 h 30 min

Écouter ou enregistrer le podcast PROVISOIRE

Page des références utiles concernant cette émission

Licence de la transcription : Verbatim

Illustration :

NB : transcription réalisée par nos soins, fidèle aux propos des intervenant·e·s mais rendant le discours fluide.
Les positions exprimées sont celles des personnes qui interviennent et ne rejoignent pas nécessairement celles de l'April, qui ne sera en aucun cas tenue responsable de leurs propos.

Transcrit : MO

Transcription

Voix off : Libre à vous !, l’émission pour comprendre et agir avec l’April, l’association de promotion et de défense du logiciel libre.

Étienne Gonnu : Bonjour à toutes. Bonjour à tous.
Santé et logiciel libre, ce sera le sujet principal de l’émission du jour, avec également au programme la chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame et aussi la « Pituite de Luk ». Voici le programme de l’émission du jour.

Vous êtes sur la radio Cause Commune, la voix des possibles, 93.1 FM en Île-de-France et partout dans le monde sur le site causecommune.fm.
Cause Commune sur la bande FM c’est de midi à 17 heures, puis de 21 heures à quatre heures en semaine. Du vendredi 21 heures au samedi 16 heures et le dimanche de 14 heures à 21 heures et sur Internet c’est 24 heures sur 24.
La radio dispose également d’une application Cause Commune pour téléphone mobile. La radio diffuse désormais en Dab+ 24 heures sur 24. Le Dab+ c’est la radio numérique terrestre avec notamment un meilleur son et c’est le terme officiel choisi par le CSA. Pour capter le Dab+ c’est gratuit, sans abonnement, il faut juste avoir un récepteur compatible avec la réception Dab+.

Soyez les bienvenus pour cette nouvelle édition de Libre à vous !, l’émission pour comprendre et agir avec l’April, l’association de promotion et de défense du logiciel libre. Je suis Étienne Gonnu chargé de mission affaires publiques pour l’April.

Le site web de l’April c’est april.org, vous pouvez y trouver une page consacrée à cette émission avec tous les liens et références utiles, les détails sur les pauses musicales et toute autre information utile en complément de l’émission et également les moyens de nous contacter. D’ailleurs n’hésitez pas à nous faire des retours pour indiquer ce qui vous a plu mais aussi, bien sûr, des points d’amélioration d’amélioration.

Nous sommes le 29 septembre 2020, nous diffusons en direct, mais vous écoutez peut-être une rediffusion ou un podcast.

À la réalisation de l’émission ma collègue Isabella. Salut Isa.

Isabella Vanni : Salut.

Étienne Gonnu : Si vous souhaitez réagir pour poser une question pendant le direct, n’hésitez pas à vous connecter sur le salon web de la radio. Pour cela rendez-vous sur le site de la radio, causecommune.fm, cliquez sur « chat » et retrouvez-nous sur le salon #libreavous dédié à l’émission. Vous pouvez aussi participer à nos échanges en appelant le 01 77 62 75 04, vous trouvez le numéro sur le site de la radio.

Nous vous souhaitons une excellente écoute.

Avant de vous présenter le programme de cette émission, je vais vous faire une petite confidence. J’ai un sacré trac. Ce n’est pas la première fois que j’anime Libre à vous!, mais c’est la première fois que je le fais depuis le studio de Cause Commune. J’ai le trac, mais je suis surtout très content et excité de pouvoir faire cette expérience et de la partager avec nos supers auditrices et auditeurs de Libre à vous! avec un programme qui, je l’espère, vous intéressera. Je n’en doute pas.
Ce programme quel est-il ? Nous commencerons, comme je l’ai annoncé, par la chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame intitulée « Maître et serviteur » et, si j’ai bien compris, il s’agira d’une réflexion critique sur le jargon informatique.
Nous enchaînerons ensuite avec le sujet principal sur le logiciel libre et la santé. Pour cela nous aurons le plaisir d’avoir avec nous Adrien Parrot, Pierre-Yves Dillard et Philippe Montargès.
L’incroyable Luk nous expliquera en fin d’émission que « Digital rime avec Médiéval » et nous finirons par quelques annonces.

Avant de commencer cette émission nous allons faire un petit quiz. Je vous donnerai la réponse en fin d’émission. Vous pouvez nous proposer vos réponses sur le salon web de la radio accessible, comme je vous le disais, via le site web causecommune.fm, bouton « chat ». Vous pouvez également nous répondre via les réseaux sociaux sur les comptes @aprilorg sur Twitter et @aprilorg@pouet.april.org sur Mastodon, l’instance étant april.org où est hébergé le compte de l’April.
Cette question quelle est-elle ? Le 18 janvier 2020, dans le Libre à vous ! numéro 51 nous avions fait un sujet qui est directement lié à celui du jour, nous avions parlé du Health Data Hub, une plateforme de recherche sur les données de santé. Nous en reparlerons sans doute tout à l’heure. À l’époque un des points de tension autour de cette plateforme portait sur un accord entre l’Europe et les États-Unis sur l’encadrement du traitement des données personnelles, un accord qui a récemment été invalidé par la Cour de justice de l’Union européenne. Quel est le nom de cet accord ? Petit indice : il fut le sujet d’une chronique la semaine dernière.

Tout de suite place au premier sujet.

[Virgule musicale]

Chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame, bénévole à l'April, sur le thème « Maître et serviteur »

Étienne Gonnu : J’ai le plaisir







Passons maintenant au sujet principal.

[Virgule musicale]

Logiciel libre et de la santé – Appel d'offres de la Centrale d'Achat de l'Informatique Hospitalière sur le logiciel libre et du Health Data Hub (dont nous avions discuté lors du Libre à vous! #51 du 28 janvier 2020)

Étienne Gonnu :








Deuxième partie

Étienne Gonnu :










[Virgule musicale]

Chronique « La pituite de Luk » sur le thème « Digital rime avec Médiéval »

Étienne Gonnu : Alors, nous allons passer à notre dernier sujet. Il s'agit donc de la « Pituite de Luk ». Luk doit être avec nous, normalement.
Luk : Je suis là, Étienne. Bonjour.
Étienne Gonnu : Bonjour, Luk. Si j'ai bien compris, tu vas nous expliquer aujourd'hui que digital rime avec médiéval.
Luk : Oui, alors déjà, j'aurais bien voulu venir, mais là, je suis encore en mode vacances. J'ai baroudé cet été autour du Mont Lozère au contact de la nature et sous le soleil. J'ai toujours une allure d'aventurier au teint hâlé, tellement avantageuse que ça frise l'indécence. Du coup, j'évite de sortir parce que ça fait déjà ???. Cet été, je me suis tout bonnement retiré de la civilisation. Alors, c'était extrême , il n'y avait pas de réseau partout. C'est le genre de vacances qui permet de se plonger dans l'ancien monde, que ce soit en visitant des châteaux ou en cheminant sur d'anciens ??? qui croisent lesmoulins à châtaignes. Alors attention, je parle de l'ancien monde d'avant, pas du nouvel ancien monde d'avant la Covid, ni même du précédent nouvel ancien monde d'avant l'Internet, mais bel et bien de l'ancien monde d'avant la modernité. À cette époque, les différents se réglaient à coups de masse dans le heaume. La vie était simple. On pouvait satisfaire son ambition en envahissant le royaume de son propre frère ou lui piquer son territoire et ses gueux. C'était une époque où on ne s'embêtait pas avec les faits, Dieu suffisait à expliquer toute chose et toute objection était ??? La rumeur était la seule source d'information. Un illuminé affirmant avec assez de conviction qu'une apparition divine lui a soufflé un truc suffisait à déclencher une révolte, une guerre ou la construction d'un pont. Et puis je suis rentré et je me suis demandé si les choses avaient vraiment changé. Ce qu'on appelle aujourd'hui la post-vérité n'est finalement pas bien différente. Il suffit d'être assez nombreux à y croire pour que ça devienne vrai. Inutile d'ailleurs que j'argumente plus là dessus. Je suis à la radio là, ça devrait suffire pour atteindre l amasse critique de véracité. Et puis, je me suis replongé dans l'actualité de l'été. J'ai découvert que le seigneur Apple avait banni Fortnite de son royaume parce qu'il refusait de payer le cens , la taxe médiévale que tout vassal doit à son suzerain. Puis Apple a lancé ses troupes à l'assaut de ??? pour les faire cracher au bassinet mais il a dû se replier finalement. Toujours en matière de taxe médiévale, Amazon applique, semble-t-il, les prémisses, tels les ecclésiastiques d'autrefois. Comme eux, il aurait mis la main sur les premiers fruits de la récolte. Il est en effet accusé d'identifier les nouveaux produits à succès de start-ups et se ses vendeurs tiers pour sortir des produits concurrents et les mettre en avant sur sa propre foire médiévale en ligne. Et puis, on a instauré la corvée de longue date en nous faisant cliquer sur des images pour ??? l'identification. L'architecture centrales des GAFA, c'est leu château-fort. IL doit être assez solide pour résister aux armes de siège du type DDOS et suffisamment sécurisé contre les espions s'infiltrant pour tenter de les assassiner en rendant publics leurs ??? et autres infos compromettantes. Les utilisateurs sont soumis à la dîme au travers de l'obsolescence programmée qui les force à acheter encore et toujours le même matériel. La pub en ligne assure le contrôle des âmes comme l’Église catholique autrefois et permet de toucher l'obole. La propriété intellectuelle et les services DRMisés les maintiennent dans leur condition ??? S'émanciper revient à partir sur les chemins de l'exil : plus de contacts avec ses proches, plus de photos, plus de musiques, plus d'historique des conversations. Désormais, les titres de noblesse se reconnaissent au préfixe ??? et j'en passe. Le minimum pour participer aux intrigues de cour, c'est d'être VP dans une boîte cotée en bourse. En dessous, il n'y a que des larbins ou des intrigants. Cela permet de pérorer lors de keynotes, d'exhiber sa grosse réussite et de convaincre tout le monde que ses revenus indécents sont légitimes. Les ménestrels et troubadours de la presse chantent leurs louanges. Steve Jobs était un génie, doublé d'un bienfaiteur de l'humanité, Bill Gates est un philanthrope. Il faut baiser leurs pieds pour l'extrême charité dont ils font étalage quand ils tapent plus ou moins pour de vrai dans leurs trésors de plusieurs milliards.
Le logiciel libre n'est pas en reste, la Fondation Mozilla vire un quart de ses salariés car le futur de ses revenus est incertain mais Mitchell Baker touche un virgule cinq million par an. Dan sle monde des nouveaux aristocrates, c'est une paille mais en Europe, Tom Rosenbell [???] n'a jamais eu ce genre de prétentions. Il a pourtant emmené Blender vers des sommets, Baker ne peut pa sen prétendre autant, Firefox est descendu à 4 % de fidèles. Le marché a remplacé Dieu, c'est lui qui définit les mérites et la légitimité.
En juin dernier, on a découvert les nouveaux supplices réservés aux gueux quand l'arbitraire des seigneurs leur tombe dessus. Trop critique envers e-bay, Ina Steiner et son mari ont été l'objet d'un harcèlement par un des hauts cadres de l'entreprise. Faire livrer des cafards vivants, un fœtus ou du sang de porc ou des livres Comment survivre à la perte de mon époux remplacent les poussettes, brodequins et chevalets d'antan. Les galériens et forçats de notre époque sont les miséreux qui travaillent plus ou moins volontairement dans les usines de matériel informatique, services clients, services de modération et autres trucs du genre effectués dans des pays où les gueux sont adéquatement évalués selon les critères médiévaux contemporains.
Alors que les Américains constatent que leurs inégalités sont aujourd'hui supérieures à celles de la France de 1789, et où une guillotine a été symboliquement dressée devant la Maison Blanche, je repars pour ma part pour une année à tenter de faire avancer le libre avec mon bronzage et mes maigres moyens de gueux. Il y a peut-être à notre portée un nouveau monde d'après qui ne ressemblerait pas à l'ancien monde d'avant.
Étienne Gonnu : Merci, Luk.






[Virgule musicale]

Annonces

Étienne Gonnu :