Libre à vous ! Radio Cause Commune - Transcription de l'émission du 10 septembre 2019 : Différence entre versions

De April MediaWiki
(49’ 52)
(Transcription de la chronique jouons collectif)
Ligne 136 : Ligne 136 :
 
==1 h 18’ 06 [https://media.april.org/audio/radio-cause-commune/libre-a-vous/emissions/20190910/libre-a-vous-20190910-chronique-jouons-collectif-vincent-calame-patrouille-du-libre.ogg Chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame sur la patrouille du libre] 5 min 35 s==
 
==1 h 18’ 06 [https://media.april.org/audio/radio-cause-commune/libre-a-vous/emissions/20190910/libre-a-vous-20190910-chronique-jouons-collectif-vincent-calame-patrouille-du-libre.ogg Chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame sur la patrouille du libre] 5 min 35 s==
  
<b>Frédéric Couchet : </b>Nous allons poursuivre avec la chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame et le thème du jour, Vincent, est la patrouille du Libre.
+
<b>Frédéric Couchet : </b>Nous allons poursuivre avec la chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame, bénévole à l'April et le thème du jour, est la patrouille du Libre.
  
 +
<b>Vincent Calame : </b>Oui. Alors la patrouille du libre, cette idée de chronique m'est venue lors d'une discussion post-émission d'un précédent <em>Libre à vous !</em> qui portait sur <em>LibreOffice</em> et où j'avais avez évoqué également ma quête du libre dans ma structure. Et je discutais migration avec Philippe Hemmel qui était un des intervenants de cette émission et il m'évoquait le cas d'une migration où après la migration proprement dite c'est-à-dire l'installation et la formation des postes, ils étaient restés sur place et passaient régulièrement dans les bureaux pour s'assurer que tout allait bien. Cette approche rejoignait un peu ma propre expérience et cette approche que j'intitule justement «patrouille du libre» est un moyen efficace de résoudre les problèmes et de diminuer les tensions.
  
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>Tu veux dire que les personnes n'osent pas le dire qu'elles ont un problème ?
  
 +
<b>Vincent Calame : </b>Bien sûr quand ça ne marche pas, elles le disent. On l'entend très vite. Moi je pense plutôt à toutes ces petites choses qu'on a envie de réaliser mais auxquelles on n'arrive pas parce que on ne sait pas par quel bout les prendre. Par exemple, une mise en page particulière sur <em>LibreOffice</em>, on a vu un autre document et on voudrait le reproduire et on n'y arrive pas. C'est souvent pas des choses indispensables et si la personne ne peut pas le faire elle va abandonner l'idée mais à chaque fois il reste un arrière-goût d'inachevé.
 +
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>Alors l'idée que tu présentes dans cette patrouille du libre, c'est d'aller devant la personne pour favoriser l'expression de ses besoins.
 +
 +
<b>Vincent Calame : </b>Oui c'est ça. On fait le tour des couloirs et comme ça on reste dans un cadre informel qui libère la parole. On parle du temps, on papotent et puis là la personne place un petit «À propos, je voudrais faire ça et je n'y arrive pas». On prend cinq minutes, ça ne suffit pas toujours mais ce que je constate c'est que des choses pour lesquelles les personnes sont gênées de vous déranger justement quand elles sont résolues en quelques secondes et sont moins disposées à suivre une procédure un peu formelle qui serait d'ouvrir un ticket. Ouvrir un ticket, c'est quand il y a des bugs, on va sur un site et puis on dépose une demande. Elles ne vont pas le faire. Derrière ça, je pense qu'il y a aussi un peu la honte de ne pas y arriver tout seul. Et donc en prenant les devants on désamorce beaucoup de tensions et on montre qu'on est disponible et aussi qu'on ne juge pas les gens, on ne peste pas parce qu'ils nous dérangent et on ne les note pas.
 +
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>Et quelque part, cela assure un Service Après-Vente du logiciel libre.
 +
 +
<b>Vincent Calame : </b>`Oui voilà. L'idée, c'est de jamais laisser les gens démunis, les accompagner dans les premiers pas et leur faire gagner en autonomie. L'informatique, ça s'apprend en se pratiquant, ça a été abordé dans le sujet principal de cette émission. Et puis aussi c'est plus facile de transmettre par petites touches quand le besoin se présente plutôt d'assurer une formation initiale qui ne peut pas couvrir tous les cas de figure.
 +
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>Alors est-ce que ta suggestion est de généraliser ces patrouilles du libre ?
 +
 +
<b>Vincent Calame : </b>Là évidemment, j'évoque mon propre cas où je suis dans une structure...
 +
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>À demeure.
 +
 +
<b>Vincent Calame : </b>À demeure voilà. Je suis un informaticien à demeure. Donc c'est évidemment pas toujours possible. Dans le cas d'organisations plus petites, on pourrait imaginer des patrouilles plus espacées dans le temps. Évidemment, là je parle des organisations. Pour le grand public, c'est évidemment beaucoup plus compliqué à mettre en place, je n'ai pas d'exemple. Mais je pense qu'il y a une approche complémentaire à la patrouille, c'est celui de la permanence. C'est d'indiquer un lieu, une heure régulière où la personne pourra trouver un interlocuteur pour le renseigner sur ses petits problèmes du quotidien là aussi dans un cadre plutôt informel. Et ça, je sais que c'est un mécanisme qui a été mis en place par plusieurs groupes d'utilisateurs locaux de logiciels libres pour ce que je connais qui est Parinux. Il y a les premiers samedis du libre à la cité des sciences et j'en profite d'ailleurs pour conclure, pour vous inviter à vous rendre sur l'Agenda du libre où vous pourrez voir si un groupe local d'utilisateurs de logiciels libres organise des permanences près de chez vous.
 +
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>D'accord. Donc Parinux c'est le groupe d'utilisateurs et d'utilisatrices de logiciels libres de la région parisienne. Enfin Paris et la région parisienne. Il organise régulièrement des événements, Les premiers samedis, c'est chaque premier samedi du mois à la cité des sciences et de l'industrie de 14 heures à 18 heures. Parinux avec d'autres groupes organise une journée consacrée aux logiciels libres avec des conférences et des ateliers d'accueil. Évidemment pour les personnes qui nous écoutent ailleurs qu'en région parisienne, sur l'agenda du libre donc, agendadulibre.org tout attaché, vous retrouverez les permanences ou en tout cas les événements récurrents qui sont organisés dans les autres régions. Et puis il y a aussi les permanences on va dire «un peu plus festive». C'est l'occasion par exemple de parler des apéros. De rencontrer des gens autour des apéros et de parler de leurs problèmes notamment de ces patrouilles du libre ou de ces permanences. Est-ce que tu souhaites ajouter un mot de conclusion sur ces patrouilles du libre, ces parmanences ?
 +
 +
<b>Vincent Calame : </b>Non. ??? toujours mélangée, informelle et puis pratique toujours. Ne pas avoir un cadre trop rigoureux...
 +
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>Trop formel et qui peut bloquer les utilisateurs et utilisatrices.
 +
 +
<b>Vincent Calame : </b>Et les culpabiliser.
 +
 +
<b>Frédéric Couchet : </b>D'accord. Merci Vincent pour cette chronique «Jouons collectif». On se retrouve le mois prochain et je te souhaite de passer une belle journée.
 +
 +
<b>Vincent Calame : </b>Merci.
  
  

Version du 11 septembre 2019 à 23:57


Titre : Émission Libre à vous ! diffusée mardi 3 septembre 2019 sur radio Cause Commune

Intervenants : - Frédéric Couchet - Patrick Creusot à la régie

Lieu : Radio Cause Commune

Date : 10 septembre 2019

Durée : 1 h 30 min

Écouter ou télécharger le podcast

Page des références utiles concernant cette émission

Licence de la transcription : Verbatim

Illustration :

NB : transcription réalisée par nos soins, fidèle aux propos des intervenant·e·s mais rendant le discours fluide.
Les positions exprimées sont celles des personnes qui interviennent et ne rejoignent pas nécessairement celles de l'April, qui ne sera en aucun cas tenue responsable de leurs propos.

Transcription : MO

Transcription

Voix off : Libre à vous !, l’émission pour comprendre et agir avec l’April, l’association de promotion et de défense du logiciel libre.

Frédéric Couchet : Bonjour à toutes. Bonjour à tous. Vous êtes sur la radio Cause Commune 93.1 FM en Île-de-France et partout dans le monde sur le site causecommune.fm. Merci d’être avec nous aujourd’hui pour cette nouvelle émission.
La radio dispose d’un webchat, utilisez votre navigateur web, rendez-vous sur le site de la radio, causecommune.fm, cliquez sur « chat » et ainsi retrouvez-nous sur le salon web dédié à l’émission. La radio dispose également d’une application, Cause Commune, pour téléphone mobile.
Nous sommes mardi 10 septembre 2019, nous diffusons en direct, mais vous écoutez peut-être une rediffusion ou un podcast.
Soyez les bienvenus pour cette nouvelle émission de Libre à vous ! de l’April, l’association de promotion et de défense du logiciel libre. Je suis Frédéric Couchet, le délégué général de l’April.
Le site web de l’association est april.org et vous pouvez y trouver une page consacrée à cette émission avec tous les liens et références utiles, les détails sur les pauses musicales et toute autre information utile en complément de l’émission et également les moyens de nous contacter. N’hésitez pas à nous faire des retours pour indiquer ce qui vous a plu mais aussi des points d’amélioration.
Nous vous souhaitons une excellente écoute.

Voici maintenant le programme de l’émission du jour ; nous allons pas mal parler des cookies sous des formes différentes.
Nous commencerons en effet par la chronique « In code we trust » de Noémie Bergez sur les nouvelles lignes directrices de la CNIL, justement sur les cookies informatiques !
D’ici 10 à 15 minutes nous aborderons notre sujet principal qui portera sur l’apprentissage de la programmation pour les enfants et notamment les Coding Goûters, où on partage différents gâteaux autour de la programmation.
En fin d’émission nous aurons la chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame.
À la réalisation de l’émission aujourd’hui Étienne Gonnu. Bonjour Étienne.

Étienne Gonnu : Salut Fred.

Frédéric Couchet : Nous allons vous proposer un petit quiz. Je vous donnerai les réponses en fin d’émission et vous pouvez essayer de proposer des réponses sur les réseaux sociaux ou sur le salon web de la radio, donc sur causecommune.fm.
Première question : lors de l’émission du 3 septembre 2019 nous avons parlé de la migration de la Gendarmerie nationale vers les logiciels libres. La question est : combien de postes informatiques sont désormais sous système libre GNU/Linux ? Aller, à quelques milliers près !
Deuxième question : quelle est la suite bureautique libre utilisée au début de la migration de la Gendarmerie et quelle est la suite bureautique libre utilisée aujourd’hui ?
Tout de suite place au premier sujet.

[Virgule musicale]

2’35 Chronique « In code we trust » de Noémie Bergez sur les nouvelles lignes directrices de la CNIL sur les cookies 12 min 5 s

Frédéric Couchet : Évoquer le code à la main une règle de droit ou un procès en lien avec les œuvres, les données, les logiciels ou les technologies c’est la chronique In code we trust, « Dans le code nous croyons », c’est la chronique de Noémie Bergez, avocate au cabinet Dune. Bonjour Noémie.

Noémie Bergez : Bonjour Fred.

Frédéric Couchet : J’espère que tu as passé un bel été.

Noémie Bergez : Très bien.

Frédéric Couchet : Noémie, tu souhaites nous parler aujourd’hui de nouvelles lignes directrices de la CNIL sur les cookies, la CNIL étant la commission nationale de l’informatique et des libertés.
Nous t’écoutons.

Noémie Bergez : Cette première chronique de la saison sera dédiée




Frédéric Couchet : Merci Noémie. On aura des nouvelles informations fin septembres en fonction de la décision qui sera prise et nul doute que tu reviendras sur le sujet dans une prochaine chronique. Je te souhaite une belle journée et au mois prochain.

Noémie Bergez : Merci. À très bientôt.

Frédéric Couchet : Nous allons faire une pause musicale.

[Virgule musicale]

Frédéric Couchet : Nous allons écouter Hans Trap Returns par Ghandizilla/Raphaël Badawi et on se retrouve juste après.

Pause musicale : Hans Trap Returns par Ghandizilla/Raphaël Badawi

Frédéric Couchet : Nous venons d’écouter Hans Trap Returns par Ghandizilla/Raphaël Badawi, c’est une musique disponible sous licence Creative Commons Partage dans les mêmes conditions. Vous retrouverez les références sur le site de l’April, april.org.
Vous écoutez l’émission Libre à vous ! sur radio Cause Commune 93.1 FM en Île-de-France et partout ailleurs sur le site causecommune.fm.
Nous allons maintenant passer au sujet suivant.

[Virgule musicale]

Le sujet suivant est consacré à l’apprentissage de la programmation pour les enfants. Exceptionnellement c’est un sujet qui n’est pas en direct simplement parce que l’une des intervenantes reprenait l’école la semaine dernière et n’était pas disponible à 15 heures 30 donc nous avons enregistré l’émission il y a deux semaines. Nous allons diffuser cet enregistrement et on se retrouve juste après.

18’ 07 Initiation à la programmation pour les enfants (et les grands) avec Tony Bassette, Raphaël et Ludine Pierquin 56 min 32 s

Frédéric Couchet : Nous allons aborder notre sujet principal





Frédéric Couchet : Très bien on va faire une pause musicale et on va revenir après sur ce sujet qui mélange à la fois la compréhension du monde, les rencontres sociales et le fun.
Nous allons écouter Kings par Cyber SDF et on se retrouve juste après.

Pause musicale : Kings par Cyber SDF.

49’ 52

Frédéric Couchet : Nous venons d’écouter Kings par Cyber SDF, disponible sous licence libre Creative Commons Attribution Partage dans les mêmes conditions. Vous retrouverez les références sur le site de l’April, april.org.
Vous écoutez l’émission Libre à vous ! Sur radio Cause Commune 93.1 FM en Île-de-France et partout ailleurs sur le site causecommune.fm

Notre sujet, que nous allons poursuivre,




Nous allons faire une pause musicale.

[Virgule musicale]

Nous allons écouter I'm here par Big Albert et on se retrouve juste après.

Pause musicale : I'm here par Big Albert

Frédéric Couchet : Nous venons d’écouter I'm here par Big Albert, disponible sous licence libre Creative Commons Partage dans les mêmes conditions.
Vous écoutez l’émission Libre à vous ! sur radio Cause Commune sur 93.1 en Île-de-France et partout ailleurs sur le site causecommune.fm.
Nous allons aborder le sujet suivant.

[Virgule musicale]

1 h 18’ 06 Chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame sur la patrouille du libre 5 min 35 s

Frédéric Couchet : Nous allons poursuivre avec la chronique « Jouons collectif » de Vincent Calame, bénévole à l'April et le thème du jour, est la patrouille du Libre.

Vincent Calame : Oui. Alors la patrouille du libre, cette idée de chronique m'est venue lors d'une discussion post-émission d'un précédent Libre à vous ! qui portait sur LibreOffice et où j'avais avez évoqué également ma quête du libre dans ma structure. Et je discutais migration avec Philippe Hemmel qui était un des intervenants de cette émission et il m'évoquait le cas d'une migration où après la migration proprement dite c'est-à-dire l'installation et la formation des postes, ils étaient restés sur place et passaient régulièrement dans les bureaux pour s'assurer que tout allait bien. Cette approche rejoignait un peu ma propre expérience et cette approche que j'intitule justement «patrouille du libre» est un moyen efficace de résoudre les problèmes et de diminuer les tensions.

Frédéric Couchet : Tu veux dire que les personnes n'osent pas le dire qu'elles ont un problème ?

Vincent Calame : Bien sûr quand ça ne marche pas, elles le disent. On l'entend très vite. Moi je pense plutôt à toutes ces petites choses qu'on a envie de réaliser mais auxquelles on n'arrive pas parce que on ne sait pas par quel bout les prendre. Par exemple, une mise en page particulière sur LibreOffice, on a vu un autre document et on voudrait le reproduire et on n'y arrive pas. C'est souvent pas des choses indispensables et si la personne ne peut pas le faire elle va abandonner l'idée mais à chaque fois il reste un arrière-goût d'inachevé.

Frédéric Couchet : Alors l'idée que tu présentes dans cette patrouille du libre, c'est d'aller devant la personne pour favoriser l'expression de ses besoins.

Vincent Calame : Oui c'est ça. On fait le tour des couloirs et comme ça on reste dans un cadre informel qui libère la parole. On parle du temps, on papotent et puis là la personne place un petit «À propos, je voudrais faire ça et je n'y arrive pas». On prend cinq minutes, ça ne suffit pas toujours mais ce que je constate c'est que des choses pour lesquelles les personnes sont gênées de vous déranger justement quand elles sont résolues en quelques secondes et sont moins disposées à suivre une procédure un peu formelle qui serait d'ouvrir un ticket. Ouvrir un ticket, c'est quand il y a des bugs, on va sur un site et puis on dépose une demande. Elles ne vont pas le faire. Derrière ça, je pense qu'il y a aussi un peu la honte de ne pas y arriver tout seul. Et donc en prenant les devants on désamorce beaucoup de tensions et on montre qu'on est disponible et aussi qu'on ne juge pas les gens, on ne peste pas parce qu'ils nous dérangent et on ne les note pas.

Frédéric Couchet : Et quelque part, cela assure un Service Après-Vente du logiciel libre.

Vincent Calame : `Oui voilà. L'idée, c'est de jamais laisser les gens démunis, les accompagner dans les premiers pas et leur faire gagner en autonomie. L'informatique, ça s'apprend en se pratiquant, ça a été abordé dans le sujet principal de cette émission. Et puis aussi c'est plus facile de transmettre par petites touches quand le besoin se présente plutôt d'assurer une formation initiale qui ne peut pas couvrir tous les cas de figure.

Frédéric Couchet : Alors est-ce que ta suggestion est de généraliser ces patrouilles du libre ?

Vincent Calame : Là évidemment, j'évoque mon propre cas où je suis dans une structure...

Frédéric Couchet : À demeure.

Vincent Calame : À demeure voilà. Je suis un informaticien à demeure. Donc c'est évidemment pas toujours possible. Dans le cas d'organisations plus petites, on pourrait imaginer des patrouilles plus espacées dans le temps. Évidemment, là je parle des organisations. Pour le grand public, c'est évidemment beaucoup plus compliqué à mettre en place, je n'ai pas d'exemple. Mais je pense qu'il y a une approche complémentaire à la patrouille, c'est celui de la permanence. C'est d'indiquer un lieu, une heure régulière où la personne pourra trouver un interlocuteur pour le renseigner sur ses petits problèmes du quotidien là aussi dans un cadre plutôt informel. Et ça, je sais que c'est un mécanisme qui a été mis en place par plusieurs groupes d'utilisateurs locaux de logiciels libres pour ce que je connais qui est Parinux. Il y a les premiers samedis du libre à la cité des sciences et j'en profite d'ailleurs pour conclure, pour vous inviter à vous rendre sur l'Agenda du libre où vous pourrez voir si un groupe local d'utilisateurs de logiciels libres organise des permanences près de chez vous.

Frédéric Couchet : D'accord. Donc Parinux c'est le groupe d'utilisateurs et d'utilisatrices de logiciels libres de la région parisienne. Enfin Paris et la région parisienne. Il organise régulièrement des événements, Les premiers samedis, c'est chaque premier samedi du mois à la cité des sciences et de l'industrie de 14 heures à 18 heures. Parinux avec d'autres groupes organise une journée consacrée aux logiciels libres avec des conférences et des ateliers d'accueil. Évidemment pour les personnes qui nous écoutent ailleurs qu'en région parisienne, sur l'agenda du libre donc, agendadulibre.org tout attaché, vous retrouverez les permanences ou en tout cas les événements récurrents qui sont organisés dans les autres régions. Et puis il y a aussi les permanences on va dire «un peu plus festive». C'est l'occasion par exemple de parler des apéros. De rencontrer des gens autour des apéros et de parler de leurs problèmes notamment de ces patrouilles du libre ou de ces permanences. Est-ce que tu souhaites ajouter un mot de conclusion sur ces patrouilles du libre, ces parmanences ?

Vincent Calame : Non. ??? toujours mélangée, informelle et puis pratique toujours. Ne pas avoir un cadre trop rigoureux...

Frédéric Couchet : Trop formel et qui peut bloquer les utilisateurs et utilisatrices.

Vincent Calame : Et les culpabiliser.

Frédéric Couchet : D'accord. Merci Vincent pour cette chronique «Jouons collectif». On se retrouve le mois prochain et je te souhaite de passer une belle journée.

Vincent Calame : Merci.



Frédéric Couchet : Nous approchons de la fin de l’émission, nous allons terminer par quelques annonces.

[Virgule musicale]

1 h 23’ 52 Annonces 6 min 7 s

Frédéric Couchet : D'abord, les réponses aux questions du quiz.