Interview audio Alexis Kauffmann sur Mouv : Différence entre versions

De April MediaWiki
m (00' transcrit Marie-Odile)
m (00' transcrit Marie-Odile)
Ligne 20 : Ligne 20 :
  
  
'''Thomas Rozec :'''  C’était Steve Jobs, en 1984, à la télévision française. Archive dégottée par notre réalisateur Michel-Ange Vinti. C’était juste de beaux discours d'après vous, Alexis Kauffmann, ce qu'il disait Steve Jobs.
+
'''Thomas Rozec :'''  C’était Steve Jobs, en 1984, à la télévision française. Archive dégottée par notre réalisateur Michel-Ange Vinti. C’était juste de beaux discours d'après vous, Alexis Kauffmann, ce qu'il disait Steve Jobs ?
  
  
Ligne 96 : Ligne 96 :
  
  
'''Journaliste :''' Pour moi utilisatrice lambda finalement qu'est-ce que ça changerait s'il y avait plus de logiciels libres ?
+
'''Journaliste :''' Pour moi utilisatrice lambda, finalement qu'est-ce que ça changerait s'il y avait plus de logiciels libres ?
  
  
Ligne 104 : Ligne 104 :
  
  
'''Thomas Rozec :''' C'est quoi les logiciels libres les plus utilisés au monde. Parce qu'en fait on en utilise beaucoup parfois sans savoir que ce sont des logiciels libres.
+
'''Thomas Rozec :''' C'est quoi les logiciels libres les plus utilisés au monde? Parce qu'en fait on en utilise beaucoup parfois sans savoir que ce sont des logiciels libres .;;
  
  
Ligne 115 : Ligne 115 :
 
'''Alexis Kauffmann :''' Voila, de collaboration, de collectivité, de faire les choses, d'avancer ensemble. Et puis une autre petite remarque sur le titre, c'est que les chaînes numériques au fur et à mesure où la société se numérise de plus en plus vite et qu'elle envahit notre quotidien ça va finir par devenir « brisons nos chaînes » tout court.
 
'''Alexis Kauffmann :''' Voila, de collaboration, de collectivité, de faire les choses, d'avancer ensemble. Et puis une autre petite remarque sur le titre, c'est que les chaînes numériques au fur et à mesure où la société se numérise de plus en plus vite et qu'elle envahit notre quotidien ça va finir par devenir « brisons nos chaînes » tout court.
  
La question donc par rapport à comment briser ces chaînes. C'est avant tout une question d'état d'esprit. Mais d'un coté pratico-pratique vous pouvez commencer par installer et utiliser des logiciels libres qui ont fait leurs preuves, qui sont là depuis des années, qui sont de très bonne qualité.
+
La question donc par rapport à comment briser ces chaînes? C'est avant tout une question d'état d'esprit. Mais d'un coté pratico-pratique vous pouvez commencer par installer et utiliser des logiciels libres qui ont fait leurs preuves, qui sont là depuis des années, qui sont de très bonne qualité.
  
  
Ligne 121 : Ligne 121 :
  
  
'''Alexis Kauffmann :''' Comme le navigateur Firefox, par exemple. Comme la suite bureautique alternative à Microsoft Office qui s'appelle Libre Office ou Open Office, puisque justement on parlait de pluralité, il y a deux versions de cette suite bureautique libre. Vous avez un lecteur qu'en fait tout le monde utilise sans savoir qu'il y a un logiciel libre qui s'appelle VLC, c'est un lecteur multimédia qui lit un nombre incalculable de formats ; vous savez le petit icône, le plot orange et blanc de chantier. Et puis surtout, vous pouvez carrément changer le principal logiciel celui qui est là pour dialoguer avec la machine, celui qu'on utilise quand on allume la machine qui est le système d’exploitation, sur lequel vous pouvez installer les autres logiciels, qui est donc Mac OS pour Apple, Windows pour Microsoft et dans le monde du libre nous avons le système d'exploitation Gnu-Linux, entre autres.
+
'''Alexis Kauffmann :''' Comme le navigateur Firefox, par exemple. Comme la suite bureautique alternative à Microsoft Office qui s'appelle Libre Office ou Open Office, puisque justement on parlait de pluralité, il y a deux versions de cette suite bureautique libre. Vous avez un lecteur qu'en fait tout le monde utilise sans savoir qu'il y a un logiciel libre qui s'appelle VLC, c'est un lecteur multimédia qui lit un nombre incalculable de formats ; vous savez le petit icône, le plot orange et blanc de chantier. Et puis surtout, vous pouvez carrément changer le principal logicielcelui qui est là pour dialoguer avec la machine, celui qu'on utilise quand on allume la machine qui est le système d’exploitation, sur lequel vous pouvez installer les autres logiciels, qui est donc Mac OS pour Apple, Windows pour Microsoft et dans le monde du libre nous avons le système d'exploitation Gnu-Linux, entre autres.
  
  
Ligne 133 : Ligne 133 :
  
  
'''Alexis Kauffmann :''' Fondamental non. Framasoft est né justement en démarrant avec un annuaire de logiciels libres et gratuits. L'idée était que les gens cherchaient des logiciels justement gratuits et que nous on leur explique qu'il y a des logiciels qui sont différents, qu'un petit supplément d’âme en plus d’être gratuits ils sont libres et ça change beaucoup la donne.
+
'''Alexis Kauffmann :''' Fondamental non. Framasoft est né justement en démarrant avec un annuaire de logiciels libres et gratuits. L'idée était que les gens cherchaient des logiciels justement gratuits et que nous on leur explique qu'il y a des logiciels qui sont différents, qu'un petit supplément d’âme en plus d’être gratuits, ils sont libres, et ça change beaucoup la donne.
  
  

Version du 1 août 2014 à 21:08


Titre : Brisez vos chaînes numériques

Intervenant : Alexis Kauffmann

Lieu : Émission Le Mouv

Date : 21/08/2013

Durée : 10 min 25

Podcast : ici [1] entre 1h 19 min 40 s et 1h 30 min 05s

enregistrer ici : [2]

00' transcrit Marie-Odile

Traduction intervention Steve Jobs : Ce qu'il faut pour que l'industrie informatique se développe en Europe et en France c'est une solide industrie du logiciel, parce que le logiciel c'est le pétrole des années 80 et 90, de cette révolution informatique. Il faut des centaines de mini entreprises de logiciels et la France pourrait dominer l'Europe dans le logiciel. Elle a les étudiants les plus brillants, une bonne maîtrise de la technologie. Ce que nous devons faire c'est encourager les jeunes à créer des sociétés de logiciels. Nous, nous ne voulons pas mettre la main dessus, le gouvernement ne doit pas non plus tenter de le faire. Elles doivent appartenir à ceux qui prennent des risques.


Thomas Rozec : C’était Steve Jobs, en 1984, à la télévision française. Archive dégottée par notre réalisateur Michel-Ange Vinti. C’était juste de beaux discours d'après vous, Alexis Kauffmann, ce qu'il disait Steve Jobs ?


Alexis Kauffmann : Quand j'entends « nous nous ne voulons pas mettre la main dessus », eh bien on constate aujourd’hui que cette belle citation, malheureusement, s'est avérée fausse.


Rires


Thomas Rozec : Je rappelle que vous êtes l'un des fondateurs de l’association Framasoft, réseau de sites et de projets autour du logiciel libre et l'un des animateurs du Framablog, le site d'info qui est lié à l'association. Ça vous inspire quoi la sortie en grande pompe de ce biopic sur Steve Jobs aujourd'hui en France ?


Alexis Kauffmann : Ah, c'est sûr qu'on ne peut pas échapper aux affiches. Je vois « découvrez l'homme derrière l’icône ». Ça m'a frappé parce qu'effectivement icône ça appartient au lexique, au registre religieux et c'est vrai que les utilisateurs d'Apple sont appelés des fans, des fanboys, alors que dans le logiciel libre on a plutôt à faire à des communautés. Peut-être qu'on essayera de comprendre la différence


Thomas Rozec : Différence de philosophie sans doute. La mainmise des grands industriels de l'informatique que sont donc Apple par exemple et Microsoft, elle est toujours aussi forte aujourd’hui ?


Alexis Kauffmann : Je n'ai pas envie de dire plus que jamais, non, parce que justement il y a des alternatives qui ont de plus en plus souvent le droit à la parole comme aujourd’hui, merci de m'inviter. Il n’empêche que les nouvelles technologies et internet, il y a eu de nombreuses évolutions, notamment pour tout ce qui concerne la mobilité, les smartphones, les tablettes, qui tout d'un coup se retrouvent avec un internet un peu différent, un peu cloisonné.


Thomas Rozec : Cloisonné c'est-à-dire ?


Alexis Kauffmann : C'est-à-dire que de nombreuses critiques que l'on peut faire pour Apple c'est de contrôler un peu toute la chaîne de l'ordinateur aux logiciels, aux stores où vous allez prendre vos apps, vos applications et ces applications sont sur une plate-forme unique qui est contrôlée par Apple et c'est Apple qui choisit si telle ou telle application a le droit de cité.


Thomas Rozec : C'est un peu totalitaire comme système !


Alexis Kauffmann : Voila. Si jamais c'est une application qui est similaire à une application que propose déjà Apple, elle sera refusée ; si jamais c'est une application qui parle de la concurrence, style Android, elle sera refusée ; si il y a un bout de sein qui dépasse, comme sur la pochette d'un album il y a quelques années, une chanteuse, je crois Caroline Loeb, ce sera aussi supprimé, parce que c'est le puritanisme américain, etc.


Thomas Rozec : Il n'y a pas beaucoup de place quoi ! C'est ça la leçon à en tirer ?


Alexis Kauffmann : Disons que vous ne vous retrouvez plus sur la grande liberté d'internet mais dans un guichet unique.


Thomas Rozec : Richard Stallman qui est un des pères du logiciel libre parle des produits Apple en disant que ce sont de menottes numériques. C'est ça en fait ! D'après vous ?


Alexis Kauffmann : Tout à fait. D'ailleurs il avait créé la polémique quand Steve Jobs est décédé, parce qu'il avait écrit sur son site qu'il n’était pas content qu'il soit mort, mais il était content qu'il soit parti !


Thomas Rozec : Sympa ! Quand on parle de logiciel libre ! Précise !


Alexis Kauffmann : Oui. Il évoquait Apple comme une prison dorée. Il disait « a cool jail »


Thomas Rozec : Une prison chouette !


Alexis Kauffmann : Voila. Qui prive ses utilisateurs d'une certaine forme de liberté.


Thomas Rozec : Justement quand on parle de liberté, quand on parle de logiciel libre, qu'est-ce que ça veut dire exactement le logiciel libre ?


Alexis Kauffmann : Le logiciel libre ! Il faut comprendre qu'Apple propose des logiciels qui ne le sont pas libres, tout comme Microsoft, etc. On dit qu'ils sont propriétaires voire privatifs si on veut être un petit peu militant. Le logiciel libre se définit par quatre libertés : la liberté d'utilisation, liberté d'usage, la liberté d'étude, étudier le logiciel, savoir comment il fonctionne. On soulève le capot ; on a le droit de soulever le capot.


Thomas Rozec : Ce qui n'est pas le cas sur les produits Apple et Microsoft.


Alexis Kauffmann : Non pas du tout. Si on veut soulever le capot du système d'exploitation Apple pour iPad, iPhone, qui s'appelle iOS, on n'a pas le droit de le faire et ça a un nom que je trouve caractéristique ça s'appelle jail breaking !


Thomas Rozec : Sortir de prison !


Alexis Kauffmann : Voila, exactement. Ça veut bien dire ce que ça veut dire. Donc liberté d'usage, liberté d'étude, une fois qu'on a cet accès, on peut modifier, adapter à ses besoins, fondamental, donc améliorer, troisième liberté. Et la quatrième celle de la copie et de la distribution.


Journaliste : Pour moi utilisatrice lambda, finalement qu'est-ce que ça changerait s'il y avait plus de logiciels libres ?


Alexis Kauffmann : Qu'est-ce que ça changerait ? Je ne peux pas vous dire ça changerait tout. Mais ça changerait énormément de choses, notamment d'abord vous auriez une autre expérience d’utilisateur parce que le logiciel libre c'est une certaine forme de pluralité. A partir du moment où tout le monde a accès au code, tout le monde peut le modifier, le changer, le distribuer, etc. Mais c'est surtout une question d'état d'esprit.

Avec Apple vous êtes en mode de consommation individualiste. C'est-à-dire que vous, vous vous connectez, vous vous mettez en contact avec Apple, iStore l'iPhone, etc, mais pas en contact avec votre voisin. Vous ne pouvez pas. Si j'avais un iPad et que Thomas avait un iPad, je serais ravi de pouvoir partager, échanger les applications qu'il y a dedans et le contenu qu'il y a dedans, la musique, la vidéo. C'est totalement impossible, c'est totalement verrouillé. Vous êtes uniquement en relation avec Apple en mode univoque, en mode individuel.


Thomas Rozec : C'est quoi les logiciels libres les plus utilisés au monde? Parce qu'en fait on en utilise beaucoup parfois sans savoir que ce sont des logiciels libres .;;


Alexis Kauffmann : Oui. On a tendance à le dire. On les confond souvent avec les logiciels gratuits. En tout cas, les exemples, parce que l'intitulé de l'interview s'appelle « Brisez vos chaînes numériques» que je trouve intéressant. J’avoue que j'aurais préféré le brisons parce que dans le logiciel libre il y a vraiment une notion,


Thomas Rozec : Communautaire


Alexis Kauffmann : Voila, de collaboration, de collectivité, de faire les choses, d'avancer ensemble. Et puis une autre petite remarque sur le titre, c'est que les chaînes numériques au fur et à mesure où la société se numérise de plus en plus vite et qu'elle envahit notre quotidien ça va finir par devenir « brisons nos chaînes » tout court.

La question donc par rapport à comment briser ces chaînes? C'est avant tout une question d'état d'esprit. Mais d'un coté pratico-pratique vous pouvez commencer par installer et utiliser des logiciels libres qui ont fait leurs preuves, qui sont là depuis des années, qui sont de très bonne qualité.


Thomas Rozec : Par exemple?


Alexis Kauffmann : Comme le navigateur Firefox, par exemple. Comme la suite bureautique alternative à Microsoft Office qui s'appelle Libre Office ou Open Office, puisque justement on parlait de pluralité, il y a deux versions de cette suite bureautique libre. Vous avez un lecteur qu'en fait tout le monde utilise sans savoir qu'il y a un logiciel libre qui s'appelle VLC, c'est un lecteur multimédia qui lit un nombre incalculable de formats ; vous savez le petit icône, le plot orange et blanc de chantier. Et puis surtout, vous pouvez carrément changer le principal logiciel, celui qui est là pour dialoguer avec la machine, celui qu'on utilise quand on allume la machine qui est le système d’exploitation, sur lequel vous pouvez installer les autres logiciels, qui est donc Mac OS pour Apple, Windows pour Microsoft et dans le monde du libre nous avons le système d'exploitation Gnu-Linux, entre autres.


Thomas Rozec : Il parait qu'on utilise tous des bouts de Linux sans le savoir, qu'il y a des bouts de Linux un peu partout qui sont utilisés dans par exemple les distributeurs automatiques, ou même quand on tape sur Google, on utilise un petit bout de Linux aussi.


Alexis Kauffmann : Oui. Linux est particulièrement adapté à l'informatique embarquée justement. Si vous avez non pas un iPhone mais un téléphone qui fonctionne sous Android, Android, la couche basse, c'est du Linux.


Thomas Rozec : Donc le logiciel libre est déjà un petit peu partout. Ces logiciels qu'on a cités, est-ce que les utilisateurs ne les favorisent pas d'abord parce qu'ils sont gratuits avant d’être libres ? Est-ce qu’il n'y a pas déjà un problème fondamental là-dessus ?


Alexis Kauffmann : Fondamental non. Framasoft est né justement en démarrant avec un annuaire de logiciels libres et gratuits. L'idée était que les gens cherchaient des logiciels justement gratuits et que nous on leur explique qu'il y a des logiciels qui sont différents, qu'un petit supplément d’âme en plus d’être gratuits, ils sont libres, et ça change beaucoup la donne.


Thomas Rozec : Le gouvernement est plutôt du côté du libre, on va dire un petit peu du côté du libre. A la fin de l'année dernière notamment, les ministères ont été encouragés par le premier ministre à utiliser des solutions Open Source. C'est un premier pas d'après vous vers une politique plus générale, on va dire plus active, sur le domaine du libre.


Alexis Kauffmann : Voila. C'est un premier pas. Il faut rester extrêmement vigilant. C'est vrai que moi je suis enseignant, à la base je suis professeur de mathématiques. C'est quand même triste de constater que le logiciel libre n'ait pas la priorité pour tout ce qui est dépense de l'argent public et on se retrouve à payer un nombre incalculable de licences Microsoft, de licences Apple, alors que les logiciels libres sont là, sont efficients, et ils ne demandent qu'à être utilisés, qu'à être améliorés par des développeurs locaux, j'ai envie de dire, pour faire tourner aussi toute l'industrie informatique du territoire et non pas justement ces grosses multinationales qui d'ailleurs pratiquent plus ou moins l'évasion fiscale et qui font travailler les petits chinois,etc.


Thomas Rozec : Il y a donc un intérêt éthique et économique. Merci beaucoup Alexis Kauffmann, fondateur de Framasoft, donc réseau de sites et de projets autour du logiciel libre dont le site d'infos Framablog. Tout ça c'est à retrouver sur www .framasoft.net. Merci beaucoup d'avoir été avec nous ce matin.