Interview RMS juin 2011

De April MediaWiki
Révision datée du 29 mai 2011 à 13:09 par Mjourdan (discussion | contributions) (Questions)
Logo-sensibilisation.png Bienvenue sur un projet d'interview Logo-sensibilisation.png
du groupe de travail Sensibilisation


Ambox warning red construction.png
/!\ Travail en cours /!\

Cette page présente un projet d'interview en cours de réalisation.

Si vous souhaitez participer, n'hésitez pas à laisser votre avis sur la page de discussion en suivant au mieux ces recommandations.

Liste de questions pour Richard Stallman

Présentation

Sous réserve de confirmation, nous avons l'opportunité de faire une interview vidéo de Richard Stallman, fondateur du projet Gnu lors d'un passage à Paris en juin 2011.

Nous vous invitons à nous proposer vos questions en les notant sur cette page.

Nous ferons une sélection des questions les plus pertinentes pour les poser à Richard.

Pour rappel, Richard comprend le français mais ce n'est pas sa langue maternelle. Essayer autant que possible de rédiger des questions courtes et en bon français. Merci d'avance.

Merci de penser a signer vos questions :

Questions

  • Quels sont les principaux dangers qui menacent selon vous le logiciel libre actuellement ? Lionel Allorge 23 mai 2011 à 14:20 (CEST)
  • Croyez-vous à "linux on the desktop" ou bien cela restera-t-il une niche ?
  • Que pensez-vous du projet Freedom Box, en quoi est-il lié à la FSF et où en est le projet ?
  • Comment voyez vous le positionnement du libre avec les nouveaux terminaux (devices) tels que les tablettes et les mobiles intelligents (smartphone) ? Le libre n'est-il pas en retard dans ce domaine par rapport à l'ordinateur individuel classique ? En d'autres termes, puis-je être libre et utiliser des terminaux "on the edge" ? --> (il répondra sûrement la même chose que le LibrePlanet, à savoir que du travail est en cours, mais que tu ne seras pas 100% libre tant que OsmoComBB n'est pas achevé)
  • On se demande parfois quel est l'intérêt de Gnash... Ne vaudrait-il pas mieux mettre de l'énergie dans la lutte contre le format Flash plutôt que dans un ersatz de Flash Player ? Par extension, d'autres projets prioritaires de la FSF ne souffrent-ils pas du même problème ? (je pense à RARv3, désormais lisible : que se passerait-il si Eugene Roshal créait demain le format RARv4 ?)
  • Certains prétendent que vous effrayez les novices en prônant uniquement les distributions 100% libres. Dans l'hypothèse où un utilisateur d'un système d'exploitation privateur risquerait d'être totalement déboussolé en voulant passer d'un seul coup de Windows à Trisquel, par exemple, et de rejeter le libre suite à cette mauvaise expérience, ne serait-il pas plus judicieux et "efficace" pour le mouvement du libre de proposer aux novices une migration progressive du type Windows + Programmes privateurs -> Windows + Programmes libres -> Distribution GNU/Linux non-libre -> Distribution GNU/Linux 100% libre... en proposant à chacun de progresser à son rythme ?
  • D'autres prétendent que les utilisateurs novices ne sont pas convaincus par vos éloges de la liberté, simplement parce qu'ils n'arrivent pas à se représenter la liberté. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, parce qu'un esprit scientifique comme le votre n'a aucune difficulté à traiter de choses abstraites, alors que l'utilisateur lambda a peut-être besoin d'images concrètes pour visualiser le logiciel libre. Que pensez-vous de cette hypothèse ?
  • Quelle est la différence entre un logiciel et une œuvre numérique libre ? --Pvincent 26 mai 2011 à 17:42 (CEST)
  • Pourquoi la licence Art Libre n'est pas incorporée au projet GNU ? --Pvincent 26 mai 2011 à 17:42 (CEST)
  • Vous définissez le hacker comme un bidouilleur créatif doté d'une "intelligence espiègle". Votre texte sur le hacking me fait penser qu'il y a des poulpes qui utilisent des noix de coco comme boucliers, des singes qui utilisent des écorces comme semelles ou qui crochètent la serrure de leur cage avec des bouts de métal. Un animal peut-il être un hacker, ou est-ce que ce terme n'est applicable qu'aux êtres humains ?
  • Selon vous, le rachat de Skype par Microsoft est-il une bonne ou une mauvaise chose pour le quatrième High-Priority-Project de la FSF ?
  • Demander à la NASA de placer son logiciel World Wind sous licence libre serait-il un bon moyen de contribuer au sixième High-Priority-Project ? Si oui, quel arguments suggérez-vous pour les convaincre ?
  • un logiciel GPLv3 ne peut pas avoir une documentation générée sous GFDL (car le code étant sous licence GPLv3, la documentation en est dérivée, donc GPLV3, qui est incompatible avec une licence GFDL). Ceci décourage la génération de documentation à partir de commentaires structurés dans les logiciels GNU. Quand-est- ce que les licenses de logiciel et de documentation seront compatibles? --Basile Starynkevitch
  • Votre action est assez bien relayée en France, mais beaucoup moins de personnes connaissent votre fondation, la FSF. Pourriez vous nous présenter la FSF, son objectif, son périmètre, ses moyens, ses campagnes, ses victoires, etc. ? Polux 27 mai 2011 à 22:47 (CEST)
  • Au cours des années 2000 sont apparues de nouvelles menaces contre le logiciel libre (brevets, DRM, informatique déloyale/tivoisation), contre lesquelles vous avez choisi de lutter au travers d'une nouvelle version de la licence GPL, la version 3. Percevez-vous aujourd'hui de nouvelles menaces qui pourraient vous amener à faire de nouveau évoluer la GPL ? Polux 27 mai 2011 à 22:47 (CEST)
  • Vous abordez souvent le logiciel libre par le côté éthique plutôt que le côté technique. Vous ne placez pas vos écrits sous licence libre au motif que leur modification reviendrait à dénaturer votre message.
    • Est-il vraiment souhaitable d'empêcher vos lecteurs de traduire vos discours sans votre approbation ?
    • Qu'est-ce qui autorise l'artiste ou le philosophe à refuser à son public les libertés de modification ou de distribution ? Vous estimez peut-être que ces libertés ne sont pas nécessaires pour les usagers de certaines oeuvres, mais cet avis n'est pas nécessairement partagé par les usagers. Ne pensez-vous pas priver les usagers de vos oeuvres des libertés fondamentales en décidant arbitrairement qu'elles vous porteraient atteinte, de la même manière que les éditeurs de logiciels privateurs ?
    • Pourquoi ne pas tout simplement considérer une oeuvre dérivée comme une oeuvre qui ne reflète plus nécessairement l'opinion des auteurs de l'oeuvre originale, plutôt que comme une « falsification » ? La falsification consisterait à faire passer une oeuvre différente pour l'originale, et les clauses ND ne permettront jamais de se prémunir contre cela. Ne faites-vous pas une méprise similaire à celle de la licence Hessla, en essayant de poser des restrictions de conduite éthique sur la modification et la distribution d'oeuvres non logicielles ?
    • Mjourdan 29 mai 2011 à 13:09 (CEST)

Commentaires

Pourquoi faudrait-il signer ses questions ?

cela permettra de préciser lors de l'interview de qui émane la question. Lionel Allorge 26 mai 2011 à 10:23 (CEST)