Flyer libre vers ESS (economie sociale et solidaire) : Différence entre versions

De April MediaWiki
(Page créée avec « {{Introduction|Le logiciel libre, informatique solidaire - Description du libre et comment les utiliser en direction des acteurs de l'ESS}} # license:CC-by-sa-3.0 + LAL +... »)
 
m
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
# license:CC-by-sa-3.0 + LAL + GFDL
 
# license:CC-by-sa-3.0 + LAL + GFDL
  
Le logiciel libre permet aux structures de l'ESS de traduire concrètement leurs valeurs au travers leur usage de l' informatique. Cette démarche est cohérente avec leurs pratiques et donne de la visibilité à leurs convictions. En effet, l'informatique solidaire est par essence libre.  
+
Le logiciel libre permet aux structures de l'ESS de traduire concrètement leurs valeurs à travers leur usage de l'informatique. Cette démarche est cohérente avec leurs pratiques et donne de la visibilité à leurs convictions. En effet, l'informatique solidaire est par essence libre.  
 
À l'image du développement durable, le logiciel libre accorde de l'importance à la démarche au delà de sa finalité.
 
À l'image du développement durable, le logiciel libre accorde de l'importance à la démarche au delà de sa finalité.
  
 
Qu'il s'agisse de regarder vos photos de voyage, téléphoner ou encore enregistrer un film, un nombre sans cesse croissant d'actions quotidiennes nécessitent désormais d'utiliser des ordinateurs. L'informatique est devenue présente dans l'ensemble de notre société. Vous trouverez d'ailleurs des ordinateurs là où vous ne les attendez pas. Il y en a chez vous certainement plus que vous ne l'imaginez. Or, le logiciel, c'est ce qui fait tourner les machines, qui font tourner le monde. Et c'est donc le terrain de nombreux enjeux de société.
 
Qu'il s'agisse de regarder vos photos de voyage, téléphoner ou encore enregistrer un film, un nombre sans cesse croissant d'actions quotidiennes nécessitent désormais d'utiliser des ordinateurs. L'informatique est devenue présente dans l'ensemble de notre société. Vous trouverez d'ailleurs des ordinateurs là où vous ne les attendez pas. Il y en a chez vous certainement plus que vous ne l'imaginez. Or, le logiciel, c'est ce qui fait tourner les machines, qui font tourner le monde. Et c'est donc le terrain de nombreux enjeux de société.
  
Le logiciel libre est un mouvement social d'émancipation et de partage de la connaissance. Il a pris forme en réaction à des pratiques, dites propriétaires ou privatrices qui maintiennent (maintenant) les utilisateurs en situation de division et d'impuissance. Division, parce que les logiciels propriétaires empêchent généralement toute possibilité de partage et de collaboration. Impuissance, parce que les utilisateurs de logiciels propriétaires sont condamnés à subir les décisions de l'éditeur du logiciel.
+
Le logiciel libre est un mouvement social d'émancipation et de partage de la connaissance. Il a pris forme en réaction à des pratiques, dites propriétaires ou privatrices, qui maintiennent (maintenant) les utilisateurs en situation de division et d'impuissance. Division, parce que les logiciels propriétaires empêchent généralement toute possibilité de partage et de collaboration. Impuissance, parce que les utilisateurs de logiciels propriétaires sont condamnés à subir les décisions de l'éditeur du logiciel.
  
En effet, les logiciels sont écrits dans des langages de programmation compréhensibles par les êtres humains sous forme de fichiers textes qui constituent « sa recette de fabrication » : c'est le code source. Celui-ci doit être traduit en code machine (composé d'une suite de chiffres) pour être interprété compris par un ordinateur et pouvoir fonctionner, c'est la compilation. La manipulation inverse, retrouver le code compréhensible depuis le code machine est impossible. La plupart des logiciels du commerce sont fournis sous cette forme, ce qui exclut la possibilité de savoir comment ils sont conçus (programmés), comment ils fonctionnent et s'ils vous espionnent à votre insu. La majorité des utilisateurs de l'informatique n'est confrontée qu'à la version compilée du logiciel (exécutable), c'est sous cette forme que sont vendus la plupart des programmes.  
+
En effet, les logiciels sont écrits dans des langages de programmation compréhensibles par les êtres humains sous forme de fichiers textes qui constituent « sa recette de fabrication » : c'est le code source. Celui-ci doit être traduit en code machine (composé d'une suite de chiffres) pour être interprété, compris par un ordinateur et pouvoir fonctionner, c'est la compilation. La manipulation inverse, retrouver le code compréhensible depuis le code machine est impossible. La plupart des logiciels du commerce sont fournis sous forme compilée, ce qui exclut la possibilité de savoir comment ils sont conçus (programmés), comment ils fonctionnent et s'ils vous espionnent à votre insu. La majorité des utilisateurs de l'informatique n'est confrontée qu'à la version compilée du logiciel (exécutable), c'est sous cette forme que sont vendus la plupart des programmes.  
  
 
Le résultat de cette impuissance est que si un éditeur décide de supprimer une fonctionnalité qui vous est utile, vous êtes contraint d'accepter son choix. Si vous êtes affecté par un dysfonctionnement (un bug) du logiciel, vous êtes alors dans l'impossibilité de corriger le problème, sauf si vous arrivez à convaincre son auteur de le faire. Et vous n'aurez personne d'autre vers qui vous tourner si l'auteur du logiciel refuse de collaborer.
 
Le résultat de cette impuissance est que si un éditeur décide de supprimer une fonctionnalité qui vous est utile, vous êtes contraint d'accepter son choix. Si vous êtes affecté par un dysfonctionnement (un bug) du logiciel, vous êtes alors dans l'impossibilité de corriger le problème, sauf si vous arrivez à convaincre son auteur de le faire. Et vous n'aurez personne d'autre vers qui vous tourner si l'auteur du logiciel refuse de collaborer.
Ligne 25 : Ligne 25 :
 
La majorité des logiciels libres se développent dans une démarche de co-construction, et la force du collectif s'avère plus efficace que les énergies individuelles. Ses ressources proviennent de réseaux de solidarité entre les développeurs du logiciel, qui forme un continuum qui va des programmeurs aux utilisateurs. Les premiers fournissent du code, les seconds participent à aux retours d'usage. Entre les deux, on trouvera des personnes participant à la documentation, à assurer sa promotion, à réaliser des traductions, à formaliser des besoins, etc. L'animation des communautés de logiciels libres est un point clé permettant la répartition des efforts de développement entre les parties prenantes.
 
La majorité des logiciels libres se développent dans une démarche de co-construction, et la force du collectif s'avère plus efficace que les énergies individuelles. Ses ressources proviennent de réseaux de solidarité entre les développeurs du logiciel, qui forme un continuum qui va des programmeurs aux utilisateurs. Les premiers fournissent du code, les seconds participent à aux retours d'usage. Entre les deux, on trouvera des personnes participant à la documentation, à assurer sa promotion, à réaliser des traductions, à formaliser des besoins, etc. L'animation des communautés de logiciels libres est un point clé permettant la répartition des efforts de développement entre les parties prenantes.
  
Les échanges entres les parties prenantes des projets sont généralement asymétriques. En effet le logiciel libre comme l'ESS est composé de réseaux très rarement centralisés ; ce sont les échanges entre les participants qui créent les projets et donnent du sens au projet. Chaque utilisateur, chaque membre de la communauté peut contribuer à l'évolution du logiciel, par exemple en proposant des idées d'améliorations, en fournissant des traductions, ou en contribuant à la détection et la correction de bugs. Se crée alors un cercle vertueux : plus le logiciel possède d'utilisateurs, plus le nombre de contributeurs potentiels augmente.
+
Les échanges entres les parties prenantes des projets sont généralement asymétriques. En effet le logiciel libre comme l'ESS est composé de réseaux très rarement centralisés ; ce sont les échanges entre les participants qui créent les projets et donnent du sens au projet. Chaque utilisateur, chaque membre de la communauté peut contribuer à l'évolution du logiciel, par exemple en proposant des idées d'améliorations, en fournissant des traductions, ou en contribuant à la détection et la correction de bugs. Se crée alors un cercle vertueux : plus le logiciel possède d'utilisateurs, plus le nombre de contributeurs potentiels augmente.
  
Ce mode de fonctionnement appelle à des modes de gouvernance partagées ou à des autorités consenties. La possibilité de « forker » incite les acteurs à faire preuve de bienveillance vis à vis des membres du réseau. Le « fork » est une forme d'essaimage consistant à reprendre le code source du logiciel en créant un nouveau projet sur une nouvelle orientation.
+
Ce mode de fonctionnement appelle à des modes de gouvernance partagée ou à des autorités consenties. La possibilité de « forker » incite les acteurs à faire preuve de bienveillance vis à vis des membres du réseau. Le « fork » est une forme d'essaimage consistant à reprendre le code source du logiciel en créant un nouveau projet sur une nouvelle orientation.
 
L'accès au code source du logiciel garantit l'accès au savoir à toute personne ayant le savoir technique pour le lire. Il existe de nombreux informaticiens ayant des compétences. Ainsi les projets de logiciels libres peuvent s'inspirer de l'existant, créant une forme d'essaimage naturel. L'accès au code source permet également à chacun d'améliorer sa compétence technique hors des circuits d'apprentissages classiques, se rapprochant de l'éducation populaire.
 
L'accès au code source du logiciel garantit l'accès au savoir à toute personne ayant le savoir technique pour le lire. Il existe de nombreux informaticiens ayant des compétences. Ainsi les projets de logiciels libres peuvent s'inspirer de l'existant, créant une forme d'essaimage naturel. L'accès au code source permet également à chacun d'améliorer sa compétence technique hors des circuits d'apprentissages classiques, se rapprochant de l'éducation populaire.
  
Ligne 42 : Ligne 42 :
 
=====Se former=====
 
=====Se former=====
  
Une fois que vous avez trouvé les logiciels qui vous intéressent, vous pourrez apprendre à les utiliser de différentes manières.
+
Une fois que vous avez trouvé les logiciels qui vous intéressent, vous pourrez apprendre à les utiliser de différentes manières :
 
+
* Soit auprès des associations de promotion du logiciel libre (http://www.agendadulibre.org/map.php )
Soit auprès des associations de promotion du logiciel libre (http://www.agendadulibre.org/map.php )
+
* Soit sur des sites ressources spécialisés pour l'apprentissage comme Linux Entre Amis (http://www.lea-linux.org/ )
Soit sur des sites ressources spécialisés pour l'apprentissage comme Linux Entre Amis (http://www.lea-linux.org/ )
+
* Soit auprès d'organismes formateurs comme les Espaces Publics Numériques (Dont les Cyber-bases), les entreprises (http://www.april.org/adherents-personnes-morales#entreprises), etc.
Soit auprès d'organismes formateurs comme les cyber-bases, les entreprises (http://www.april.org/adherents-personnes-morales#entreprises) )etc.
 
  
 
====Contribuer aux logiciels libres====
 
====Contribuer aux logiciels libres====
  
Nul besoin d'être un informaticien chevronné pour participer au développement des logiciels libres
+
Nul besoin d'être un informaticien chevronné pour participer au développement des logiciels libres.
  
 
=====Promouvoir=====
 
=====Promouvoir=====
Ligne 61 : Ligne 60 :
 
=====Participer à la communauté=====
 
=====Participer à la communauté=====
  
En étant présent sur les forums, en participant aux réunions etc. vous aidez un logiciel. Ce soutien crée la communauté d'utilisateurs : vous aidez les nouveaux dans l'usage du logiciel, vous échangez vos trucs et astuces avec les utilisateurs confirmés, etc. Bref, vous rendez vivante la communauté, qui est l'une des principale force des logiciels libres.
+
En étant présent sur les forums, en participant aux réunions, etc. vous aidez un logiciel. Ce soutien crée la communauté d'utilisateurs : vous aidez les nouveaux dans l'usage du logiciel, vous échangez vos trucs et astuces avec les utilisateurs confirmés, etc. Bref, vous rendez vivante la communauté, qui est l'une des principales forces des logiciels libres.
  
 
=====Améliorer======
 
=====Améliorer======
  
 
Vous pouvez aller encore plus loin en signalant les bugs, dysfonctionnements ou améliorations possibles du logiciel. Des outils sont prévus à cet effet sur les sites web des logiciels.
 
Vous pouvez aller encore plus loin en signalant les bugs, dysfonctionnements ou améliorations possibles du logiciel. Des outils sont prévus à cet effet sur les sites web des logiciels.
Vous pouvez participer à la traduction des nouvelles versions du logiciel ou proposer des améliorations graphiques (nouvelles icônes, couleurs …).
+
Vous pouvez participer à la traduction des nouvelles versions du logiciel ou proposer des améliorations graphiques (nouvelles icônes, couleurs…).
  
 
=====Soutenir=====
 
=====Soutenir=====

Version du 23 septembre 2012 à 10:57

Le logiciel libre, informatique solidaire - Description du libre et comment les utiliser en direction des acteurs de l'ESS
  1. license:CC-by-sa-3.0 + LAL + GFDL

Le logiciel libre permet aux structures de l'ESS de traduire concrètement leurs valeurs à travers leur usage de l'informatique. Cette démarche est cohérente avec leurs pratiques et donne de la visibilité à leurs convictions. En effet, l'informatique solidaire est par essence libre. À l'image du développement durable, le logiciel libre accorde de l'importance à la démarche au delà de sa finalité.

Qu'il s'agisse de regarder vos photos de voyage, téléphoner ou encore enregistrer un film, un nombre sans cesse croissant d'actions quotidiennes nécessitent désormais d'utiliser des ordinateurs. L'informatique est devenue présente dans l'ensemble de notre société. Vous trouverez d'ailleurs des ordinateurs là où vous ne les attendez pas. Il y en a chez vous certainement plus que vous ne l'imaginez. Or, le logiciel, c'est ce qui fait tourner les machines, qui font tourner le monde. Et c'est donc le terrain de nombreux enjeux de société.

Le logiciel libre est un mouvement social d'émancipation et de partage de la connaissance. Il a pris forme en réaction à des pratiques, dites propriétaires ou privatrices, qui maintiennent (maintenant) les utilisateurs en situation de division et d'impuissance. Division, parce que les logiciels propriétaires empêchent généralement toute possibilité de partage et de collaboration. Impuissance, parce que les utilisateurs de logiciels propriétaires sont condamnés à subir les décisions de l'éditeur du logiciel.

En effet, les logiciels sont écrits dans des langages de programmation compréhensibles par les êtres humains sous forme de fichiers textes qui constituent « sa recette de fabrication » : c'est le code source. Celui-ci doit être traduit en code machine (composé d'une suite de chiffres) pour être interprété, compris par un ordinateur et pouvoir fonctionner, c'est la compilation. La manipulation inverse, retrouver le code compréhensible depuis le code machine est impossible. La plupart des logiciels du commerce sont fournis sous forme compilée, ce qui exclut la possibilité de savoir comment ils sont conçus (programmés), comment ils fonctionnent et s'ils vous espionnent à votre insu. La majorité des utilisateurs de l'informatique n'est confrontée qu'à la version compilée du logiciel (exécutable), c'est sous cette forme que sont vendus la plupart des programmes.

Le résultat de cette impuissance est que si un éditeur décide de supprimer une fonctionnalité qui vous est utile, vous êtes contraint d'accepter son choix. Si vous êtes affecté par un dysfonctionnement (un bug) du logiciel, vous êtes alors dans l'impossibilité de corriger le problème, sauf si vous arrivez à convaincre son auteur de le faire. Et vous n'aurez personne d'autre vers qui vous tourner si l'auteur du logiciel refuse de collaborer.

À l'inverse, un logiciel libre offre à ses utilisateurs 4 libertés qui visent à l'émancipation des utilisateurs :

   1. la liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages ;
   2. la liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de l'adapter à ses besoins ;
   3. la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique  la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;
   4. la liberté d'améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

Ces libertés ne sont pas des obligations : en pratique, peu d'utilisateurs exercent eux-même la liberté de modifier le logiciel, mais cette liberté est fondamentale car ils peuvent ainsi s'adresser à différents acteurs pour exercer leur liberté. Ainsi, le logiciel libre apporte un changement de rapport entre développeur et utilisateur. La liberté d'effectuer des modifications (de modification) et de distribuer celles-ci fait rentrer les différents acteurs en réciprocité.

La majorité des logiciels libres se développent dans une démarche de co-construction, et la force du collectif s'avère plus efficace que les énergies individuelles. Ses ressources proviennent de réseaux de solidarité entre les développeurs du logiciel, qui forme un continuum qui va des programmeurs aux utilisateurs. Les premiers fournissent du code, les seconds participent à aux retours d'usage. Entre les deux, on trouvera des personnes participant à la documentation, à assurer sa promotion, à réaliser des traductions, à formaliser des besoins, etc. L'animation des communautés de logiciels libres est un point clé permettant la répartition des efforts de développement entre les parties prenantes.

Les échanges entres les parties prenantes des projets sont généralement asymétriques. En effet le logiciel libre comme l'ESS est composé de réseaux très rarement centralisés ; ce sont les échanges entre les participants qui créent les projets et donnent du sens au projet. Chaque utilisateur, chaque membre de la communauté peut contribuer à l'évolution du logiciel, par exemple en proposant des idées d'améliorations, en fournissant des traductions, ou en contribuant à la détection et la correction de bugs. Se crée alors un cercle vertueux : plus le logiciel possède d'utilisateurs, plus le nombre de contributeurs potentiels augmente.

Ce mode de fonctionnement appelle à des modes de gouvernance partagée ou à des autorités consenties. La possibilité de « forker » incite les acteurs à faire preuve de bienveillance vis à vis des membres du réseau. Le « fork » est une forme d'essaimage consistant à reprendre le code source du logiciel en créant un nouveau projet sur une nouvelle orientation. L'accès au code source du logiciel garantit l'accès au savoir à toute personne ayant le savoir technique pour le lire. Il existe de nombreux informaticiens ayant des compétences. Ainsi les projets de logiciels libres peuvent s'inspirer de l'existant, créant une forme d'essaimage naturel. L'accès au code source permet également à chacun d'améliorer sa compétence technique hors des circuits d'apprentissages classiques, se rapprochant de l'éducation populaire.

Utiliser des logiciels libres

Trouver des logiciels libres

Il existe de nombreux moyens de vous procurer des logiciels libres, du téléchargement direct sur le site web du logiciel, à l'annuaire de logiciels en passant par les CD/Clefs USB regroupant plusieurs logiciels libres.

Si vous démarrez, nous vous recommandons de vous rapprocher de l'association de promotion du logiciel libre de votre ville. Une liste est disponible à l'adresse suivante : http://www.agendadulibre.org/map.php

Le site http://www.framasoft.net est une excellente porte d'entrée si vous souhaitez vous intéresser aux logiciels libres. Il contient notamment un excellent annuaire de logiciels http://www.framasoft.net/rubrique2.html.

Se former

Une fois que vous avez trouvé les logiciels qui vous intéressent, vous pourrez apprendre à les utiliser de différentes manières :

Contribuer aux logiciels libres

Nul besoin d'être un informaticien chevronné pour participer au développement des logiciels libres.

Promouvoir

Vous pouvez redistribuer vos logiciels libres à votre gré. Profitez de cette liberté pour faire connaître vos logiciels préférés. Non seulement vous aidez votre prochain en lui proposant un logiciel adapté et libre, mais vous contribuez à faire connaître le logiciel. Plus les utilisateurs d'un logiciel libre sont nombreux, plus la communauté est riche et diverse, ce qui contribue à l'amélioration du logiciel.

En faisant connaître vos logiciels libres, vous faites un cadeau à vos proches et vous permettez l'amélioration plus rapide du logiciel.

Participer à la communauté

En étant présent sur les forums, en participant aux réunions, etc. vous aidez un logiciel. Ce soutien crée la communauté d'utilisateurs : vous aidez les nouveaux dans l'usage du logiciel, vous échangez vos trucs et astuces avec les utilisateurs confirmés, etc. Bref, vous rendez vivante la communauté, qui est l'une des principales forces des logiciels libres.

Améliorer=

Vous pouvez aller encore plus loin en signalant les bugs, dysfonctionnements ou améliorations possibles du logiciel. Des outils sont prévus à cet effet sur les sites web des logiciels. Vous pouvez participer à la traduction des nouvelles versions du logiciel ou proposer des améliorations graphiques (nouvelles icônes, couleurs…).

Soutenir

Comme de nombreux autres combats, le logiciel libre a besoin d'être soutenu. Utiliser des logiciels libres est le plus grand pas que vous pouvez faire. Vous pouvez également le soutenir par votre participation. En dernier lieu, vous pouvez aussi faire des dons aux projets de logiciels ou adhérer aux structures qui promeuvent les logiciels libres comme l'April.

Conclusion

Les logiciels libres ont des valeurs proches de celles de l'ESS. En fait, l'informatique de l'ESS passe forcément par le logiciel libre et ses valeurs de partage et de remise de l'utilisateur au cœur du système.

Pour vous mettre au logiciel libre, de nombreuses structures sont là. Elles vous orienteront, vous formeront et pourront vous aider au quotidien.