Discussion:Note sur le cloud

De April MediaWiki

Interopérabilité

Je pense qu'il faudrait développer ce qu'est l'interopérabilité pour du cloud computing. On peut y voir je pense la possibilité d'échanger des données et que ceci entraine en partie et par voie de conséquence la possibilité de télécharger ses données dans un format ouvert. F. Poulain me dit qu'il irait même jusqu'à penser à une normalisation des API. François [Pour me parler] 28 juillet 2011 à 21:06 (CEST)



Bonjour,

Note intéressante, bravo pour le travail effectué :)

A mon sens, les mots en anglais devraient être en italique (par exemple), voir mieux, utiliser un équivalent français. Deux points retiennent mon attention dans ce texte :

 1) C'est un peu évoqué dans les aspects sauvegardes, mais il me parait important d'insister sur l'aspect "réversibilité" des données.
Comment puis-je récupérer mes données lorsque je mets fin à mon contrat avec un hébergeur d'informatique en nuages ? Je penses qu'il
s'agit là d'un point important qui devraient faire réfléchir aussi bien les particuliers que les entreprises.
 2) La dernière partie "sauvegarde et cloud" est obscur (pour moi) et comporte des redites. Les 2 derniers paragraphes disent des choses
qui sont dites dans les deux paragraphes précédents. La phrase La mobilisation du Data Liberation Front pour le développement de Google
takeout est l'illustration de la prise de conscience du besoin de conservation en local de certaines données. On peut également
conseiller à l'utilisateur l'usage d'un système type drop box. devrait être clarifiée :
   C'est quoi le Data Liberation Front ?
   Idem Google takeout ?
   Pourquoi drop box doit-il être conseillé ?

Cette clarification peut peut-être passer par des références ?

Mes 2 centimes. --Christian 2 août 2011 à 07:01 (CEST)Christian. Le 2 août 2011 à 7h.



Référence sur des problèmes concrets

Dropbox

[1]

  • Pendant 4h, les données à la vue de tous
  • Dropbox promet d'avertir en cas de log suspect. "Promet", sans doute pas obligé par le contrat, donc très génant s'ils se taisent

[2]

  • Changement de politique : dropbox se permet d'exploiter les données des utilisateurs

Google

[3], en cours de traduction chez framalang [4]

  • Expérience utilisateur : perte de toutes ses données (contacts, courriels, photos, agenda...)

[5]

  • 150 000 usagers perdent leurs données

François [Pour me parler] 4 août 2011 à 21:00 (CEST)


Titre

Le titre actuel « Cloud computing et logiciels libres : amis ou ennemis ? » veut opposer ou rapprocher les deux notions, et emploie pour cela un titrage journalistiquement correct. Les deux notions sont pourtant orthogonales (et un préambule pourrait le rappeler) : le cloud peut être basé sur du propriétaire, sur du libre, sur du logiciel interne, sur un mélange d'un peu tout ça. Un logiciel libre peut être utilisé dans l'embarqué, sur le poste client, sur un serveur, comme service en ligne, dans le cloud. La question n'est donc pas « actuellement peut-on faire du cloud avec ou sans logicile libre ? » mais « quel avenir pour le logiciel libre avec l'émergence du cloud ? ». Quitte à faire dans le titrage racoleur autant poser la problématique : le Cloud, terrain ou tombeau pour le logiciel libre ?

Le spectre du brevet logiciel

Le cloud peut permettre à l'utilisateur d'exécuter du logiciel ou du service dans le cloud. Le flou sur la ou les législations applicables plus les traités internationaux en préparation type ACTA peuvent induire de sérieux soucis pour l'utilisateur... Exemple : une entreprise européenne utilise Google AppEngine pour un service de boutique en ligne avec du one-click. Un des serveurs du cloud est aux États-Unis, l'autre au Japon (à cause de clients utilisateurs finaux dans ces pays par exemple). Quid de la responsabilité en terme de brevets logiciels des parties concernées ? L'export de données est un fichier brut FAT32. Même question ?