Décryptualité du 15 février 2021

De April MediaWiki
Révision datée du 19 février 2021 à 17:23 par LucFievet (discussion | contributions) (Contenu remplacé par « ???ème, faites-nous confiance, il n’y aura pas de soucis !» <b>Luc : </b>De fait, aux États-Unis il y a eu des centaines de milliers de morts, il y en aurait e... »)

???ème, faites-nous confiance, il n’y aura pas de soucis !»

Luc : De fait, aux États-Unis il y a eu des centaines de milliers de morts, il y en aurait eu, de toute façon, parce que les gens tombent dans la drogue. J’ai lu, par exemple, que le mec qui joue Chandler, je crois, dans la série Friends, je ne connais pas bien la série, suite à un accident est devenu sérieusement accro aux opioïdes et il a perdu plusieurs années de sa vie dont il ne se souvient absolument pas. Donc le système de régulation et l'appel du gain en disant « on va devenir très riche parce que le système le permet » n’a pas protégé les Américains de ce genre de système de prédation. Donc tout le système de mise sur le marché, de vérification, disant aux gens profitez bien ???, eh bien non, le profit, dans ce cas-là, a réussi à passer bien au-delà de la santé des gens.

Manu : On rappelle que le système de santé américain c’est, par individu, trois fois plus cher qu'en Europe.

Luc : Oui, à prestations égales beaucoup plus cher que ce qu'on peut avoir en Europe.

Manu : Donc au final on pourrait remarquer qu’il y a d'autres systèmes alternatifs, il y a moyen de mettre en commun et de partager, d'innover ensemble, et on n’est pas obligé de passer par le profit, ce n'est pas le seul moteur de l’humanité.

Luc : C’est un rappel que tout est politique et que, du coup, on peut dire « non, mais c'est juste du business, l'argent est neutre ». Il y a cette idée que l’argent est censé ne pas avoir d'idéologie. Eh bien si, l'argent a une idéologie et quoi qu’on fasse, quand une règle eux est prise, il y a toujours une dimension idéologique là-dedans. C’est important qu’on garde ça à l’œil et qu’on se mobilise sur ce genre de sujet.

Manu : Sur ce, je te dis à la semaine prochaine.

Luc : Si on survit au Covid !