CandidatsFR-Municipales-2014-Lettre type

De April MediaWiki
Révision datée du 16 février 2014 à 10:37 par Orouet (discussion | contributions) (Page créée avec « = Exemples pour les élections municipales 2014 = ''Ces exemples sont disponibles à titre indicatif Dans tous les cas, relisez ces modèles et adaptez-les pour votre des... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigationAller à la recherche

Exemples pour les élections municipales 2014

Ces exemples sont disponibles à titre indicatif Dans tous les cas, relisez ces modèles et adaptez-les pour votre destinataire !

Premier exemple

<Civilité>,

Les 23 et 30 mars prochain, vous vous présenterez aux élections municipales de <Ville>, c'est pourquoi j'ai souhaité relayer l'initiative de l'association APRIL nommée « Candidats.fr » visant à encourager les candidats à signer le Pacte du Logiciel Libre.

Les Logiciels Libres sont des logiciels que chacun est libre d'utiliser, de copier et même de modifier pour les adapter à ses propres besoins. Ainsi, les Logiciels Libres sont diffusés avec ce que l'on appelle le « code source » qui est, par analogie avec la gastronomie, la recette du logiciel.

Les Logiciels Libres sont réalisés par des auteurs de tous horizons : des particuliers, des professions libérales, des entreprises, des ONG, des associations ou même des administrations. Ils sont souvent créés grâce à un système de développement collaboratif sur Internet.

Du fait de leurs qualités, les Logiciels Libres sont utilisés par des millions de personnes dans le monde et forment le « noyau dur » qui garanti le fonctionnement d'Internet. À titre d'exemple, l'Assemblée Nationale les utilise depuis 2007, la Gendarmerie Nationale en aura équipé ses 85 000 postes d'ici 2015 et les français utilisent quotidiennement des Logiciels Libres comme GNU/Linux, Google Chrome, Mozilla Firefox, VLC ou OpenOffice/LibreOffice.

L'utilisation de Logiciels Libres apporte de grands bénéfices dans de nombreux domaines : l'emploi, car plutôt qu'une économie de rente qui profite à des développeurs souvent lointains comme dans le cas des logiciels restrictifs, les Logiciels Libres se basent sur une économie de l'innovation favorisant l'augmentation de valeur ajoutée grâce aux services d'intégration, de modification, de support technique mais aussi de formation qui ne peuvent profiter qu'à l'emploi local. le social, car grâce à leur gratuité et à leur mode de diffusion, tous les publics ont un accès aux Logiciels Libres. Cela permet de réduire la fracture numérique provoquée par les écarts de moyens financiers et par les contraintes géographique. l'écologie, car les Logiciels Libres favorisent l'optimisation énergétique et rallongent la vie de matériels « anciens» évitant ainsi le consumérisme et le gaspillage habituel que l'on peut trouver dans le domaine de l'informatique. la pérennité, car l'utilisation de standards ouverts met à l'abri les collectivités locales d'une dépendance technologique vis à vis d'un nombre restreint d'acteurs, et rend pérennes des données informatiques de plus en plus précieuses. la sécurité, car l'accès libre au « code source » permet de vérifier le bon fonctionnement du logiciel tout en contrôlant l'absence de portes dérobées (backdoor). L'affaire « NSA » illustre parfaitement les risques inhérents aux logiciels propriétaires qui sont par définition peu ou pas contrôlables.

Dans les collectivités locales l'utilisation de Logiciels Libres implique de fait les points suivants : la maîtrise de son système d'information, garantie par la pérennité et l'indépendance que procurent l'utilisation de standard ouverts. l'accessibilité des systèmes d'informations, pour fournir des services garantis à tout citoyen, indépendamment du matériel ou des logiciels qu'il possède. une interopérabilité généralisée, et notamment le respect des recommandations du RGI (Référentiel Général d'Interopérabilité) émises par le SGMAP (Secrétariat Général pour la Modernisation de l'Action Publique). la mutualisation des investissements entre différentes collectivités du fait d'un développement collaboratif.

Cependant, malgré de nombreux succès et un dynamisme croissant autour d'enjeux majeurs, de nombreuses menaces pèsent actuellement sur l'avenir du Logiciel Libre, comme par exemple le brevet logiciel qui est discriminatoire envers les TPE et PME éditrices de logiciels (libres ou restrictifs), c'est dernières n'ayant pas ou peu de moyens de financer des recherches d'antériorité.

Ainsi, le Pacte du Logiciel Libre s'inscrit dans une double démarche citoyenne : informer les candidats sur le Logiciel Libre et ses enjeux afin d'établir un dialogue sur ce sujet entre les citoyens et les personnalités politiques. demander aux candidats de prendre des engagements simples en faveur du Logiciel Libre.

C'est pourquoi je vous invite vivement à prendre connaissance du pacte ci-joint. Pour marquer votre soutien en faveur du Logiciel Libre il vous suffit de l'imprimer, le remplir, le signer et le renvoyer par courrier, par fax ou par e-mail à :


Association APRIL 2 place Saint-Opportune 75 001 Paris Téléphone : 01.78.76.92.80 - Fax : 01.78.76.92.70 E-mail : candidats@candidats.fr


Pour ma part, je suis très concerné par les enjeux et bénéfices apportés par ces logiciels. Je vous serais reconnaissant de me faire part de votre avis sur cette initiative et je me tiens bien sûr disponible pour vous rencontrer si vous souhaitez plus de précisions à ce sujet. Enfin, je vous prie d'agréer Civilité, mes sincères salutations.

<Prénom> <Nom>