Bénévalibre

De April MediaWiki
Révision de 4 décembre 2018 à 19:59 par Lcosty (discussion | contributions) (Genèse et étapes passées notables)

Objet

La valorisation du bénévolat dans les structures associatives devient de plus en plus nécessaire. Elle permet par exemple de relativiser la proportion des subventions des collectivités ou de l’État le cas échéant. On peut parcourir aussi le guide du bénévolat [1] pour mesurer tous les avantages à valoriser et les méthodes pour le faire.

L'objet principal du projet est le développement d'un logiciel libre qui doit faciliter la gestion et la valorisation du bénévolat dans les associations. Il devra être accessible facilement, à la fois pour les associations et pour leurs bénévoles respectifs. Comme déjà évoqué précédemment, ce sont les très petites associations qui sont visées principalement par le développement de cet outil. Par ailleurs, la loi évolue et la création récente d'un compte d’engagement citoyen (CEC) au sein du Compte Personnel d’Activité (CPA) renforce l'intérêt de proposer des solutions. Par exemple, pour attester des déclarations liées à ces comptes, le guide du bénévolat souligne l’importance pour l’association de « désigner un valideur CEC parmi ses dirigeants bénévoles. Il peut s’agir du président, d’un membre du bureau ». Avec un outils tel Bénévalibre, la tâche est simplifiée (même si l’application ne se suffit évidemment pas à elle-même et que l’accompagnement et « l’animation » de l’outil sera primordial) pour ce responsable.

Si la version 1 de Bénévalibre sera très épurée dans ses fonctionnalités, veiller à ce que l’outil soit pensé pour être facilement interopérable à l’avenir avec les dispositifs de valorisation (CEC, VAE, etc.) relèvera de la responsabilité du comité de pilotage (voir plus loin). Sous réserve d’un travail partenarial avec France Bénévolat, un lien avec le passeport bénévole devra aussi être travaillé. Pour des raisons pratiques, le logiciel libre sera adapté directement pour les téléphones portables. Enfin, parce que la question de la monétarisation est sensible [2] , le collectif a arrêté la fonction de Bénévalibre au calcul de temps. Le choix de valoriser monétairement et, le cas échéant, la méthode de valorisation, reviendra aux associations utilisatrices.

Contexte du projet

Le bénévolat en France et sa valorisation

Les acteurs à l’initiative de ce projet sont convaincus que le bénévolat est un ciment de notre cohésion sociale à une époque où la peur de l’autre et les résurgences nauséabondes sectaires et racistes réapparaissent au grand jour.

De même, le bénévolat est la preuve vivante, et conséquente, que le don de soi peut exister dans une société libérale où tout devrait être régit par les lois du marché.

Ce phénomène est loin d’être anecdotique comme l’a montré la dernière étude [3] de Lionel Prouteau mise à jour sur le sujet. Selon cette étude <i|« Le taux de participation bénévole global (c’est-à-dire tous domaines d’activité confondus) estimé à partir de l’enquête est de 43 %. Un tel taux représenterait un peu moins de 22 millions de bénévoles de 18 ans et plus »./i>

Même si évaluer ce bénévolat prête parfois à critique, en particulier lorsqu’il s’agit de le « monétiser » , les acteurs de ce projet estiment qu’il est important d’outiller les associations pour qu’elles puissent appréhender l’importance du bénévolat en leur sein et montrer cette richesse à l’extérieur.


Genèse et étapes passées notables

Une consultation des têtes de réseaux d’éducation populaire sur le sujet de la valorisation du bénévolat dans leur réseau a été faite le 3 octobre 2016 à la Fondation pour le Progrès de l’homme [4] à l’initiative de l’association April et de l’association Framasoft. La conclusion globale peut être résumée par une conscience effective de l’importance de l’évaluation du bénévolat mais avec une réalité d’outils disparates et compliqués à faire converger.

Prochaines étapes

- Relancer les fédé qui étaient présentes au petit dej pour les tenir informées