Associations et cartographie : Différence entre versions

De April MediaWiki
(La cartographie à la portée du monde associatif : suite du texte)
(La cartographie à la portée du monde associatif)
Ligne 6 : Ligne 6 :
  
 
OpenStreetMap, c'est le Wikipédia de la cartographie. Son principe est simple : tout personne possédant un compte peut saisir de nouvelles données ou modifier les données existantes. Un système d'attributs libres permet de renseigner aussi bien des routes, des cours d'eau, des frontières voire des bancs, un arbre remarquable ou la présence d'une borne incendie. Alors que les pionniers ne disposaient souvent que de traces GPS et de relevés de terrain pour rentrer de nouvelles données, la mise à disposition de photographies aériennes et la possibilité de réutiliser nombre de données publiques (par exemple le cadastre en France) mais surtout la croissance continue du nombre de contributeurs ont permis une explosion des données dans OpenStreetMap qui atteint sur de nombreux territoires (en particulier en milieu urbain) une qualité bien supérieure aux données commerciales disponibles.
 
OpenStreetMap, c'est le Wikipédia de la cartographie. Son principe est simple : tout personne possédant un compte peut saisir de nouvelles données ou modifier les données existantes. Un système d'attributs libres permet de renseigner aussi bien des routes, des cours d'eau, des frontières voire des bancs, un arbre remarquable ou la présence d'une borne incendie. Alors que les pionniers ne disposaient souvent que de traces GPS et de relevés de terrain pour rentrer de nouvelles données, la mise à disposition de photographies aériennes et la possibilité de réutiliser nombre de données publiques (par exemple le cadastre en France) mais surtout la croissance continue du nombre de contributeurs ont permis une explosion des données dans OpenStreetMap qui atteint sur de nombreux territoires (en particulier en milieu urbain) une qualité bien supérieure aux données commerciales disponibles.
 +
 +
Autour d'OpenStreetMap s'est développé tout un galaxie de logiciels libres, certains directement liés à OpenStreetMap comme JSOM, d'autres plus génériques comme la bibliothèque Leaflet.
 +
 +
Par ailleurs, les collectivités locales qui sont de fortes utilisatrices de données géographiques commencent à se pencher sérieusement sur OpenStreetMap,  apportant à la fois de nouvelles sources de données (par exemple, des photographies récentes de très bonne précision) et
  
  
 
[[Catégorie:Libre Association]]
 
[[Catégorie:Libre Association]]

Version du 26 septembre 2014 à 22:05

La cartographie à la portée du monde associatif

Données géographiques et informatique font bon ménage depuis des décennies (voir l'article Géomatique sur Wikipédia). C'est resté pendant longtemps affaire de spécialistes, du fait de la technicité du sujet, de la puissance de calcul nécessaire et aussi du cout d'acquisition des données. Comme tant d'autres domaines, la situation a fortement évoluée depuis une décennie et le nombre d'applications basés sur des données géographiques explose, notamment du fait que le GPS est devenu un équipement standard des téléphones.

Le logiciel libre est présent depuis longtemps dans le domaine : QGIS un logiciel de système d'information géographique a été lancé en 2002, OpenLayers une bibliothèque Javascript d'affichage de cartes date de 2006. Mais c'est incontestablement le projet OpenStreetMap lancé en 2004 qui a créé une dynamique impressionnante.

OpenStreetMap, c'est le Wikipédia de la cartographie. Son principe est simple : tout personne possédant un compte peut saisir de nouvelles données ou modifier les données existantes. Un système d'attributs libres permet de renseigner aussi bien des routes, des cours d'eau, des frontières voire des bancs, un arbre remarquable ou la présence d'une borne incendie. Alors que les pionniers ne disposaient souvent que de traces GPS et de relevés de terrain pour rentrer de nouvelles données, la mise à disposition de photographies aériennes et la possibilité de réutiliser nombre de données publiques (par exemple le cadastre en France) mais surtout la croissance continue du nombre de contributeurs ont permis une explosion des données dans OpenStreetMap qui atteint sur de nombreux territoires (en particulier en milieu urbain) une qualité bien supérieure aux données commerciales disponibles.

Autour d'OpenStreetMap s'est développé tout un galaxie de logiciels libres, certains directement liés à OpenStreetMap comme JSOM, d'autres plus génériques comme la bibliothèque Leaflet.

Par ailleurs, les collectivités locales qui sont de fortes utilisatrices de données géographiques commencent à se pencher sérieusement sur OpenStreetMap, apportant à la fois de nouvelles sources de données (par exemple, des photographies récentes de très bonne précision) et