RP-18-05-2005

De April MediaWiki

Sommaire


1 - Réseaux & Télécom : Novell s’offre Immunix, spécialiste en sécurité Linux 2 - Nouvelobs.com : Michael Dell investit 100 millions de dollars dans Red Hat 3 - Toolinux : Afric’Edu place Linux au coeur de l’Université de Ouagadougou 4 - PCInpact : Vente liée : PC INpact, acheteur anonyme chez Apple 5 - Canoê, Montréal, Québec, Canada : Apache développe en Java avec l'aval de Sun 6 - Encyclopédie.snyke.com


1 - Réseaux & Télécom : Novell s’offre Immunix, spécialiste en sécurité Linux

Par C.C 11/05/2005

Novell annonce le rachat d’Immunix, expert en sécurité Linux, pour un montant non-communiqué. Immunix, start-up américaine de quinze personnes fondée en 1998, et financée en partie par la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency), est connue pour avoir développé un des modules de sécurité, Linux Security Modules (LSM), contenu dans la version 2.6 du noyau Linux. Aux termes de la transaction, qui, selon un communiqué, a été formalisée la semaine dernière, Novell commercialisera le produit phare d’Immunix, Appamor, sous sa marque – et deviendra ainsi Novell Appamor. Et ce dès la fin mai 2005. Pour mémoire, l’application est censée protéger les systèmes Linux en stoppant les attaques, les virus et également les codes malicieux. Et, plus techniquement, en limitant la surface d’attaque du système. Apparmor automatise également la gestion des rustines. Il génère une série de rapports et est équipé d’un système d’alertes. Notons par ailleurs qu’Apparmor supportait déjà Yast, outil d’administration de système Linux de Novell. L’éditeur indique que l’application devrait étoffer la sécurité de SuSE Linux Enterprise Server 9. Pour notamment porter la distribution de l’éditeur dans les datacenters.

Rappelons au passage que le modèle «ouvert» de l’Open Source, ainsi que sa popularité grandissante – portée notamment par le navigateur Firefox – suscite actuellement quelques doutes quant à la sécurité des systèmes Linux. Dimanche 8 mai 2005, Mozilla alertait les utilisateurs de Firefox que deux failles répertoriées «extrêmement critiques» avaient été découvertes dans le navigateur.

L'article : http://www.reseaux-telecoms.com/news_btree/05_05_11_174402_865/News_view


2 - Nouvelobs.com : Michael Dell investit 100 millions de dollars dans Red Hat

Près de 100 millions de dollars d’obligations de Red Hat, qui seront converties en actions, ont été acquises par la société MSD Capital, selon le site américain Triangle Business Journal. Créée en 1998 par le milliardaire Michael Dell, cette société gère une partie de sa fortune qu'elle place dans des sociétés privées et dans l’immobilier.

Cet investissement atteste que le fondateur de Dell approuve le modèle économique de Red Hat, estime l’analyste James Governor de Red Monk. À savoir la vente d’abonnements qui donne accès à sa distribution basée sur le noyau Linux. «Pour Red Hat, il s’agit d’un soutien de taille», poursuit-il. «Michael Dell est quelqu’un de prudent – il ne s’amuse pas à prendre de risques.»

Pourtant, la confiance qu'il place en Red Hat ne semble pas être partagée chez Dell. L’an dernier, Judy Chavis, sa responsable des partenariats stratégiques avec Red Hat, avait déclaré que le distributeur ferait mieux de revoir ses tarifs à la baisse. Sinon il pourrait perdre des clients attirés par des versions gratuites d’OS basés sur Linux.

L’investissement de Michael Dell a évidemment fait naître la rumeur d’un rachat. À tort, estime James Governor. «Racheter Red Hat ne rimerait à rien pour Dell. Le constructeur vend des kits de machines économiques, tandis que Red Hat gagne de l’argent en vendant des abonnements. Aucun signe ne nous laisse penser que Dell compte diversifier en ce sens son modèle économique.»

L'engouement du fondateur de Dell risque toutefois de nuire aux relations avec son partenaire de poids Microsoft, estime Governor. «J’aimerais être une mouche pour entendre ce que Michael Dell et Bill Gates se diront la prochaine fois qu’ils se rencontreront».

Red Hat s'oriente vers les PC dédiés aux applications métier Kevin Rollins, P-DG de Dell: «La consolidation va se poursuivre sur le marché du PC» Dell fait une plus grande place à Suse Linux dans ses serveurs Michael Dell passe le flambeau à son bras droit, Kevin Rollins Services Linux: Red Hat devient rentable grâce à sa stratégie d'abonnement Ingrid Marson, ZDNet UK

L'article : http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=multimedia/20050511.ZDN9223410.html&host=http://permanent.nouvelobs.com/


3 - Toolinux : Afric’Edu place Linux au coeur de l’Université de Ouagadougou

12 mai 2005

C’est à Ouagadougou, au Burkina Faso, qu’Afric’Edu (Association pour la Formation de Réseaux Informatiques Commis à l’Education et au Développement des Universités) a choisi d’opérer cette année. Objectif : l’installation dans l’enceinte de l’université municipale de 60 ordinateurs reliés en réseaux et à l’Internet par connexion DSL.

Après St Louis en 2004, c’est Ouagadougou qui a été choisi par le projet Afric’Edu dans sa volonté d’ouvrir une nouvelle formation aux étudiants d’Afrique de l’Ouest.

Ce sont les entreprises et quelques particuliers qui fournissent à l’association les micro-ordinateurs, tous placés sous le signe du libre avec des systèmes et logiciels opensource. Ainsi, l’association ayant essuyé un refus de Microsoft, c’est Mandriva (ex-Mandrake Linux) qui est fournie d’origine avec les postes de travail. Les serveurs, eux, tournent sous Debian Linux.

Quant à la formation des professeurs et étudiants, elle aura lieu durant le mois de juillet, où une équipe du projet se rendra.

L'article : http://www.toolinux.com/news/communaute/afric_edu_place_linux_au_coeur_de_l_universite_de_ouagadougou_ar6199.html


4 - PCInpact : Vente liée : PC INpact, acheteur anonyme chez Apple

Nous aimons bien, chez PC INpact, rentrer dans le vif du sujet. Lorsque la polémique autour de la vente liée a fait surface en France, plusieurs questions se sont posées à l'équipe. Après quelques news dubitatives écrites ici et là par le compère Marc Rees, une question m'est venue : le cas d'Apple.

Apple vend en effet ses ordinateurs avec le système d'exploitation fait maison par la Pomme, Mac OS X. En raison de la spécificité de l'offre Apple dans le secteur informatique, il est en effet très peu probable que la marque ait pensé au problème, les OS alternatifs pour processeurs PowerPC étant presque invisibles.

Pourtant, il existe bien Linux On Power, un système d'exploitation libre et gratuit, qui a pour objet de fonctionner sur Mac. Nous vous en parlions : Linus Torvalds en personne, qui a craqué pour un Mac G5 bi-CPU, utilise cet OS Linux sur le monstre d'Apple.

Fort de l'enseignement de notre gourou à tous, j'ai donc décidé d'appeler le service commercial d'Apple, et de passer pour un client éventuel plutôt spécial : je ne veux payer que l'ordinateur, et pas Mac OS X. Récit de l'aventure téléphonique (propos reconstitués pour plus de clarté) :

Vendeur : "Bienvenue chez Apple, je vous écoute."

Client : "Bonjour, je voudrais acheter un ordinateur Apple, mais je voudrais savoir s'il est possible de n'acheter que l'ordinateur, sans le système d'exploitation Mac OS X (Tiger?)"

Vendeur (surpris) : "Ha non monsieur, ce n'est absolument pas possible, les ordinateurs Apple sont tous vendus avec leur système d'exploitation. Libre à vous ensuite de faire un "reset" de l'ordinateur pour tout effacer, mais ce n'est pas du tout prévu."

Client (innocent et naïf) : "Mais moi je voudrais acheter un Mac sans rien sur le disque dur, comme ça je pourrais certainement le payer un peu moins cher."

Vendeur (légèrement excédé) : "Ce n'est pas possible monsieur. Si vous achetez un ordinateur Apple, le système d'exploitation vous sera livré avec que vous le vouliez ou non monsieur." (se répète ensuite...)

Client : "Ha bon, mais justement je voudrais savoir si l'OS est effectivement vendu (et si oui combien), ou simplement fourni gratuitement avec la machine, indépendamment de son prix, dans les conditions de vente peut-être ?"

Vendeur : "Je ne sais pas du tout monsieur, les conditions de vente sont sur notre site officiel, à la page d'Apple Store. Vous pouvez les consulter tout en bas : le logiciel en vente seule coûte 129 euros. Mais de toute manière si vous leur demandez ils [Apple] vous répondront forcément qu'il est fourni gratuitement avec, c'est évident." (tant que ça ?)

Client : "Ce serait possible de parler à quelqu'un qui serait susceptible de me renseigner sur ce point là ?"

Vendeur : "Pourquoi monsieur, ma réponse ne vous satisfait pas ? Je suis vendeur depuis deux ans et je connais bien le système. Je n'ai jamais entendu parler de vente d'ordinateur sans système d'exploitation, et de toute manière il vous dira qu'il est fourni gratuitement avec l'engin"

Client : "OK justement, ce genre de demande n'a jamais été prévue ? N'en avez-vous jamais entendu parler lors de vos dernières réunions depuis l'émergence du problème de la vente liée de logiciels avec le matériel informatique ?"

Vendeur : "Non monsieur, on n'a rien prévu du tout sur le sujet, on n'en a jamais parlé, d'ailleurs vous êtes le premier à me demander un Mac sans système d'exploitation..."

Client : "Bon merci beaucoup alors, au revoir." Vendeur : "De rien monsieur, bonne journée."

Bref, pour l'instant, et d'après l'expérience de certains Linuxiens en puissance, il est possible de s'appuyer sur l'article 3 du Contrat de licence de logiciel d'Apple. Ainsi, même si le texte ne précise aucun prix ni même un ratio de calcul, il serait possible de se faire rembourser l'OS de la Pomme dans une limite de deux mois après l'achat de l'ordinateur. Ce remboursement se serait fait à hauteur de 50 euros par licence logicielle rendue, mais aucune information officielle n'est encore venue confirmer cette somme.

Après un petit tour dans les conditions de vente visibles sur cette page du site d'Apple Store, impossible de constater la moindre disposition réglementaire traitant du sujet. Un vide juridique plutôt inquiétant, qui fait alors office de faille à combler face à la polémique actuelle.

L'article : http://www.pcinpact.com/actu/newsg/21195.htm


5 - Canoê, Montréal, Québec, Canada : Apache développe en Java avec l'aval de Sun

10/05/2005

Les gens de Sun ont peut-être trouvé le compromis qui permettra de satisfaire les tenants du mouvement de programmes libres tout en s'assurant que son langage Java n'essaimera pas en plusieurs versions «tangentes» incompatibles comme cela est arrivé il y plusieurs années.

On se rappellera le «putsch» raté de Microsoft qui tentait de faire «dérailler Java» en ajoutant des extensions exclusives à Windows au code de base de Sun, ce qui a eu pour effet de rompre le charme particulier de java: «conçu en un endroit, compatible partout.» De longues batailles légales ont suivi entre les deux firmes.

Dans une note de service datant du 20 juin 1996, intitulée «Préoccupations Windows et Internet» le vice-président de l'époque, Paul Maritz, expliquait qu'il était nécessaire pour la firme «d'enrayer fondamentalement le momentum Java/AWT pour protéger notre acquis principal, - Windows - la chose pour laquelle nous recevons tout cet argent.» On peut plus aisément comprendre les craintes instinctives de Sun à la perspective d'embrasser de nouveaux projets adjacents à sa plate-forme.

La fondation Apache, qui voit au développement du populaire logiciel libre pour serveur Web Apache httpd - en compagnie d'une foule d'autres projets de logiciels libres - a annoncé son intention de développer un projet «chambre propre» en Java, parfaitement compatible aux spécifications et à la machine virtuelle officielles de Sun. Ce projet aurait même reçu l'aval de Sun. Geir Magnusson, de Apache, tiendra une conférence sur la machine virtuelle Java compatible «Harmony» à l'occasion de l'événement Java One 2005 animé prochainement par Sun. Cela aidera certainement à calmer les doléances habituelles des esprits les plus critiques, pour qui même la publication complète du code source de J2SE 6.0 sous les auspices de JCP (Java Community Process) était jugée «insuffisante.»

Ce développement en java compatible sous une licence différente est rendu possible en partie par les récents changements survenus aux règles sur les licences pour Java2 Standard Edition, version 5.0 (J2SE 5.0 en langage Sun), et l'ouverture démontrée par le programme Java Community Process. Graham Hamilton, vice-président chez Sun, écrit dans son blogue que: «Les règles sur les licences pour J2SE 5.0 ont été élaborées avec soin pour permettre le développement de projets libres indépendants et compatibles aux spécifications J2SE.»

Le projet «Harmony» de la fondation Apache sera compatible aux spécifications officielles de Sun, en partant de celles de la récente version Java2 5.0, et cette compatibilité sera assurée parce que cette machine virtuelle java sera testée à l'aide de la Trousse de compatibilité technologique Java de Sun (TCK). Cette dernière, une suite de tests, d'outils et de documentation de référence, détermine si un produit est compatible ou non à une spécification technologique Java particulière. Selon le projet FAQ, des programmeurs des projets Java compatibles Kaffe et Classpath se sont joints à l'effort de Apache.

Des centaines, sinon des milliers de projets libres sont déjà écrits en Java. On s'attend dans le milieu à ce que la possibilité de développer des projets libres à partir de la machine virtuelle de Sun favorisera son adoption générale.

L'article : http://www2.canoe.com/techno/nouvelles/archives/2005/05/20050510-134906.html


6 - Encyclopédie.snyke.com

http://encyclopedie.snyke.com/articles/licence_de_documentation_libre_gnu.html