News education juillet 2011

De April MediaWiki

| Education | News dans l'Education | News education juillet 2011

Sommaire

Gouvernance

Note d'analyse du centre d'analyse stratégique (CAS) : Que disent les recherches sur " l'effet enseignant "[modifier]

Publié le 18.07.11 sur la liste éduc de l'April
Depuis quatre décennies, un ensemble de recherches menées dans le domaine de l'éducation a pu confirmer l'intuition de nombreux parents : les progrès de leurs enfants dépendent de manière significative du talent et des compétences de leurs professeurs.

Ces études livrent d'autres résultats intéressants : - l'ampleur de "l'effet enseignant" est supérieure celle de "l'effet établissement" : le professeur a davantage de poids sur la progression des élèves au cours d'une année donnée que l'établissement dans lequel ces derniers sont scolarisés ; - la portée d'une augmentation de l'efficacité pédagogique d'un enseignant est aussi potentiellement supérieure à celle d'une diminution de la taille des classes ; - l'effet de l'enseignant qu'a eu un élève une année donnée s'estompe assez vite une fois que l'élève change d'enseignant ; mais les impacts des enseignants successifs peuvent se cumuler.

En prenant en compte ces résultats, cette note présente et discute plusieurs voies susceptibles de favoriser la capacité de tous les enseignants à faire progresser leurs élèves.

À lire ici : http://www.strategie.gouv.fr/content/que-disent-les-recherches-sur-leffet-enseignant-note-danalyse-232-juillet-2011


Rapport Grosperrin[modifier]

Rapport Grosperrin[modifier]

Un député propose la suppression des concours enseignants[modifier]

Publié le 30.06.1 sur le site web du journal Le Monde
Cette proposition a été adoptée, mercredi 29 juin, par la mission d'information "sur la formation initiale et les modalités de recrutement des enseignants". Dans son rapport, que Le Monde s'est procuré, Jacques Grosperrin estime que le concours n'a plus lieu d'être : "Il forme avec le master deux voies d'entrée dans le métier, parallèles et autonomes, aucune n'ayant prise sur l'autre". Il propose ainsi de dispenser les étudiants de concours. Diplômés d'un master 2, ils seraient recrutés "par les autorités académiques ou les établissements, sur la base d'un entretien professionnel", comme cela se pratique déjà dans plusieurs pays anglo-saxons.
Réf : http://www.lemonde.fr/education/article/2011/06/30/vers-la-suppression-des-concours-enseignants_1542856_1473685.html


2470963810 3955325951.jpg

Source :http://www.flickr.com/photos/wolfgangjung/2470963810/
Licence : CC BY-ND 2.0

Supprimer les concours de recrutement ? L’Education doit rester un service public de l’Etat ![modifier]

Publié le 30 juin 2011 sur le site du SNES
Un recrutement local et personnalisé renforcerait non seulement les inégalités entre les établissements et les élèves mais ouvrirait la porte à une définition locale des exigences et des objectifs en terme d’enseignement.
Réf : http://www.snes.edu/Supprimer-les-concours-de.html

J. Grosperrin veut supprimer les concours de l'Éducation nationale ![modifier]

Publié le 1er juillet 2011 sur le site Union syndicale de l'Education Nationale
Ce jour, a été publié un rapport du député UMP Jacques Grosperrin, déjà auteur de rapports rétrogrades pour l'Éducation Nationale. Ce député préconise de supprimer purement et simplement les concours enseignants. Diplômés d'un master 2, les étudiants seraient ensuite recrutés directement par les académies et les chefs d'établissement "sur la base d'un entretien professionnel". Pour le député UMP, c'est la conséquence logique de la réforme du recrutement et de la formation des enseignants...
Réf : http://www.unsen.cgt.fr//index.php?option=com_content&task=view&id=1071&Itemid=352

Enseignants. La fin des concours rejetée par l'Assemblée nationale[modifier]

Source : Le Télégramme. 6 juillet 2011

Aujourd'hui, le rapport parlementaire sur la formation des enseignants, qui prône, à terme, la fin des concours de recrutement des professeurs, a été rejeté en commission à l'Assemblée nationale, ce qui est plutôt rare, des députés de la majorité ayant voté contre.

"La commission des Affaires culturelles et de l'Education a voté contre la publication du rapport d'information sur la formation initiale et le recrutement des enseignants", a-t-on appris à l'Assemblée. La raison principale en est l'opposition à la proposition - la 20e du rapport - selon laquelle les concours pourraient être remplacés à terme par le master et le recrutement des professeurs pourrait se faire au niveau des académies ou des établissements. Actuellement, le recrutement est national, sur la base de concours (professeurs des écoles, Capes et agrégation) qui permettent de devenir enseignant fonctionnaire.
Réf : http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/enseignants-la-fin-des-concours-rejetee-par-l-assemblee-nationale-06-07-2011-1362102.php

Concours d'enseignants 2011[modifier]

Concours d'enseignants : moins d'admis que de postes[modifier]

Vousnousils.fr, 13 juillet 2011

Faute de can­di­dats, près de mille postes d'enseignants ne pour­ront être pour­vus par le biais des concours à la ren­trée prochaine.
Les résul­tats des Capes externes viennent d'être com­mu­ni­qués par le minis­tère. Il n'y a que 574 admis pour 950 postes offerts en mathé­ma­tiques, 659 sur 790 en anglais, 77 pour 185 en lettres clas­siques ou 72 admis pour 120 postes en musique. Malgré la vaste cam­pagne de recru­te­ment du prin­temps, en lettres modernes, tous les postes ne pour­ront pas être pour­vus non plus, en rai­son d'un trop faible nombre d'admissibles. Au total, 978 postes sont vacants.
Réf : http://www.vousnousils.fr/2011/07/13/les-concours-denseignants-ne-font-pas-le-plein%C2%A0-509639

Éducation : plusieurs centaines de postes au Capes non pourvus[modifier]

.Rtl.fr, 13 juillet 2011

Les postes d'enseignants de collèges et lycées ne seront pas tous pourvus à la rentrée 2011 par concours, faute de candidats, mais ils le seront en partie par d'autres voies, a-t-on indiqué mardi au ministère de l'Éducation nationale.
Les syndicats enseignants y voit le premier effet de la réforme de la formation des maîtres mis en œuvre à la rentrée dernière
Réf : http://www.rtl.fr/actualites/politique/article/education-plusieurs-centaines-de-postes-au-capes-non-pourvus-7702324528

Septembre 2011 : ouverture d'un nouveau site pour les professionnels de l'éducation[modifier]

Source : Educnet le 1er juillet 2011

À la rentrée 2011, les sites éduscol et Éducnet fusionnent pour devenir un «nouvel éduscol», destiné aux professionnels de l'éducation.

Entrée unique vers les textes officiels, l’information sur les programmes, vers des outils de mise en œuvre et vers un ensemble de sites de ressources pédagogiques, par discipline ou par thématique, ce nouveau site a notamment pour objectif de valoriser et de mutualiser les actions mises en œuvre dans les académies, les écoles et les établissements afin de proposer un partage des pratiques de terrain.

Une entrée thématique « numérique » permettra d’accéder directement à l’information sur les actions et projets Tice, aux dossiers documentaires « numérique », à l’actualité, à la Veille Education Numérique etc.

Ouverture du nouveau site eduscol.education.fr le 1er septembre

Réf : http://www.educnet.education.fr/

Enseignement primaire et secondaire

College education.png

Source de l'image : http://www.thescientificcartoonist.com/?paged=32
Licence : Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.5 License

Informatique et Sciences du numérique en TS[modifier]

Informatique et Sciences du numérique : Un nouvel enseignement pour une nouvelle culture numérique ?[modifier]

Publié sur le site du "Café pédagogique le 1er juillet 2011

Interview de Robert Cabane, chargé de mission ISN, par François Jarraud du Café pédagogique.
A la rentrée 2012, l'enseignement de spécialité Informatique et sciences du numérique sera proposé aux lycéens de la filière générale S.
C'est une opération complexe puisqu'il s'agit d'un enseignement tout à fait nouveau, pour lequel il n'y a pas de corps professoral. Il fallait tout créer à partir de rien ce que l'éducation nationale n'avait pas fait depuis la création de l'enseignement de sciences économiques et sociales. Nous avons donc commencé par établir plusieurs partenariats forts : avec l’INRIA pour l’expertise, avec le CNDP pour l’ingénierie documentaire, avec la Suisse pour les compétences en didactique, avec l’association Pasc@line pour le contact avec le monde des entreprises. Et le groupe d’experts (DGESCO), présidé par Pascal Guitton (directeur de la recherche à l’INRIA) a beaucoup consulté avant de produire…
[...]
Le choix a été fait de ne pas créer une nouvelle discipline avec un nouveau corps professoral mais de s'appuyer sur les professeurs d'autres disciplines (STI , maths, physique) en les choisissant selon leurs compétences actuelles ou à venir. Les besoins vont dépendre des ouvertures dans les académies. Mais on table sur 500 à 2000 enseignants à la rentrée 2012.
Réf : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/07/010711isn.aspx

Communiqué de l'EPI du 06-07-2011 sur l'enseignement de spécialité "Informatique et Sciences du numérique" en TS, à la rentrée 2012[modifier]

À la rentrée 2012, l'enseignement de spécialité optionnel « Informatique et Sciences du numérique » sera proposé aux lycéens de terminale de la filière générale scientifique. L’association Enseignement Public et Informatique, dont chacun sait l’engagement et les nombreuses initiatives prises depuis des années en faveur de cette discipline scolaire (*) se réjouit de cette création. Pour l’EPI, depuis sa fondation en 1971, l’utilisation des ressources informatiques dans les différentes disciplines et l’enseignement de l’informatique sont deux démarches indispensables et complémentaires.

Le projet de programme comporte quatre grandes parties qui sont les domaines fondamentaux de la science informatique : Représentation de l'information, Algorithmique, Langages et programmation, Architectures matérielles (ordinateur, réseaux, initiation à la robotique). Les problématiques de nature sociétale, comme l'introduction aux questions de propriété intellectuelle et les licences logicielles, partie intégrante du programme, sont ancrées dans les contenus scientifiques.

Un certain nombre d’enseignants sont dès maintenant disponibles mais la réussite durable de cet enseignement passe par la formation de nouveaux enseignants. Plusieurs académies ont déjà mis en place des formations, d’autres devraient suivre. Des formations à distance peuvent être envisagées. Des ressources pédagogiques seront mises en ligne à la rentrée 2011. L’EPI y apportera sa contribution. Depuis plusieurs années déjà, elle anime sur son site une rubrique « Enseignement de l’informatique » régulièrement mise à jour (**). Dans quelques jours, va paraître le manuel pour la formation des professeurs « Introduction à la science informatique » dirigé par Gilles Dowek et édité par le CRDP de Paris. Il sera sous licence Creative Commons (paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification). Gérard Berry, professeur au Collège de France, membre d’honneur de l’EPI, en a écrit la préface. Il compte dix sept auteurs, dont le président de l’EPI.

Les problématiques afférentes à l'immatériel et à l'informatique sont à la fois nombreuses, diverses et fondamentales. La société ne saurait se dispenser de donner à tous une solide culture générale scientifique en la matière. La création de cet enseignement d'informatique en terminale scientifique est une avancée qui va dans le bon sens.

Association Enseignement Public et Informatique (EPI)
Paris, le 6 juillet 2011

Rappel : Réponse de l'April à la consultation sur l'enseignement de spécialité « Informatique et sciences du numérique »[modifier]

http://www.april.org/reponse-de-lapril-la-consultation-sur-lenseignement-de-specialite-informatique-et-sciences-du-numerique

Sortie du manuel "Introduction à la science informatique" d'ici quelques jours[modifier]

Itrmanager.com, le 11 huillet 2011

D'ici quelques jours, le manuel pour la formation des professeurs Introduction à la science informatique dirigé par Gilles Dowek et édité par le CRDP de Paris paraîtra. Il sera sous licence Creative Commons (paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification). Gérard Berry, professeur au Collège de France, membre d'honneur de l'EPI, en a écrit la préface. L'ouvrage compte dix sept auteurs, dont le président de l'EPI.

Réf : http://www.itrmanager.com/articles/121327/specialite-informatique-sciences-numerique-sera-programme-terminale.html

La position de l'ACM montre qu'aux US on rencontre des difficultés similaires à celles qu'on affronte chez nous[modifier]

D'après un mèl de Roberto Di Cosmo sur la liste Melusine <itic@melusine.eu.org> (groupe ITIC), le 21 juillet 2011

L'ACM (Association for Computing machinery) a exprimé son inquiétude : l'informatique n'est pas prise en compte dans la publication récente du National Research Council's Framework for K-12 Science Education :

"Computing is by far where the greatest demand for science, technology, engineering and math (STEM) jobs is in today's economy," said Bobby Schnabel, Chair of ACM's Education Policy Committee. "But the major efforts by the Governors and the Academy to define what students should know for the 21st Century make little mention of the need for computer science in the core curriculum. This is a missed opportunity to expose students to a fundamental discipline that they will need for their careers as well as their lives."

L'Hadopi à l'épreuve d'éducation civique du brevet des collèges[modifier]

3410470754 f7c5a4fb68.jpg

Source de l'image : http://www.flickr.com/photos/goodvibez/3410470754/sizes/m/in/photostream/
Licence : CC BY 2.0


Hadopi au brevet des collèges : des associations dénoncent[modifier]

Publlié sur Numérama le 5 juillet 2011

L'April, Framasoft et Libre Accès ont dénoncé dans un communiqué la présence d'un document sur Hadopi dans l'épreuve d'histoire géographie et éducation civique du brevet des collèges 2011. Les trois associations en faveur du libre y voient une manœuvre du gouvernement pour faire la promotion du texte de loi au collège.br

La présence d'un document traitant de la loi Hadopi lors de l'épreuve d'histoire géographique et éducation civique du brevet des collèges 2011 n'a pas uniquement surpris les élèves. Elle a également étonné des associations connues pour leur engagement contre ce texte de loi. Dans un communiqué publié ce mardi, l'April, Framasoft et Libre Accès dénoncent une "manœuvre" destinée à évaluer les élèves sur la riposte graduée.
Réf : http://www.numerama.com/magazine/19258-hadopi-au-brevet-des-colleges-des-associations-denoncent.html

Communiqué de presse de l'April, Framasoft, Libre Accès : Le brevet des collèges, héraut de la campagne pub de la Hadopi[modifier]

Communiqué de presse de l'April du 5 juillet 2011
Paris, le 5 juillet 2011 — Après avoir envahi la télévision, la radio, les magazines, les couloirs du métro et différents lieux publics, la loi Hadopi s'invite dans l'épreuve d'histoire géographie et éducation civique de la session 2011 du diplôme national du Brevet des collèges. Occasion parfaite pour évaluer si les élèves ont bien retenu la leçon du gouvernement : Hadopi, associée à une loi issue de la pression citoyenne, protège les œuvres culturelles. L'April, Framasoft et Libre Accès s'associent pour dénoncer la manœuvre.
Réf : http://www.april.org/le-brevet-des-colleges-heraut-de-la-campagne-pub-de-la-hadopi

Fichiers Base élèves et Livret personnel de compétences[modifier]

Un printemps prometteur pour les opposants à base élève[modifier]

Ligue des droits de l'Homme de Toulon, le 2 juillet 2011

Le Collectif national de résistance à Bases élèves (CNRBE) n’a pas encore trois ans. Mais le travail réalisé depuis novembre 2008 par ces parents d’élèves, enseignants ou simples citoyens, en lutte contre la soumission de l’école au despotisme des traitements numériques de données personnelles qui se mettent en place dans l’enseignement primaire, est spectaculaire.

La version de Base élèves 1er degré (BE1D) dont l’expérimentation a débuté en 2004, comportait des champs pouvant constituer une menace pour les enfants – pays d’origine, langue parlée à la maison, suivi RASED [1], etc … – ces données ont été supprimés à la suite de protestations. Mais il a fallu attendre le 1er mars 2006 pour que la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) délivre un récépissé de la déclaration de BE1D. Celui de la Base – ou répertoire – nationale des identifiants élèves (BNIE) ne sera établi que le 27 février 2007.

La BE1D permet l’immatriculation dans la BNIE de chaque enfant dès l’âge de 3 ans, au moment de sa première inscription à l’école, par l’attribution d’un Identifiant national enfant (INE), pour une durée prévue de 35 ans. L’existence de l’INE rend aisé le “croisement ” de différents fichiers. D’autre part, un tel système permet de collecter et de tenir à jour différentes données personnelles pour chaque jeune, qu’il soit scolarisé ou en âge de l’être ; on imagine facilement que la connaissance de l’INE d’un élève permet de reconstituer un historique de son cursus scolaire.

Le CNRBE n’a pas pu empêcher la mise en place de ce système mais il est parvenu par sa vigilance – c’est là son immense mérite – à réaliser une veille qui lui a permis d’alerter l’opinion sur ses dangers. Il a ainsi contribué à la prise de conscience dans la population des risques du fichage administratif auquel nous sommes soumis de façon croissante.

La fin de l’année scolaire a apporté à ces militants des satisfactions que nous évoquons ci-dessous [2]. Elles concrétisent les résultats de leur action. Félicitons-les et souhaitons-leur bonne chance pour la poursuite de leur engagement !

Notes :
[1] RASED : Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté.
[2] Nous ne revenons pas ici sur l’action du CNRBE auprès des Nations Unies dont les observations finales du comité des droits de l’enfant ont rappelé au gouvernement français ses engagements en ce qui concerne le fichage des enfants.
[3] Référence : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2011/06/22/tgi-de-paris-parents-saisine-juge-instruction/
[4] Référence : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2011/06/17/paris-400-lettres-opposition-remises-au-rectorat/
[5] Référence : http://paris.eelv.fr/elus/?Voeu-relatif-a-l-application-Base

Réf : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4526

La FSU appelle à boycotter le livret personnel de compétences[modifier]

Publié dans La dépêche, le 3 juillet 2011
La FSU appelle à boycotter le livret personnel de compétences. « Nous refusons une mise en case des élèves. Il est antinomique avec la conception de la prise en charge des élèves du premier degré », indique Joëlle Noguère, déléguée SNUipp-FSU. « Nous en récusons l'existence. Nous avons été rejoints par le haut comité à l'éducation qui le qualifie d'ineptie pédagogique. La fédération des conseils de parents d'élèves a également pris position contre la mise en place de ce livret », indique Yves Bordedebat, délégué SNES-FSU.
Réf : http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/03/1121025-education-les-voyants-sont-au-rouge-dans-le-departement.html

Trois syndicats à l’assaut du Livret personnel de compétences[modifier]

Publié par retraitbaseeleves le 6 juillet 2011

Le LPC, livret personnel de compétences, vient de faire l’objet de plusieurs publications de vulgarisation que le CNRBE vous invite à consulter et à faire suivre autour de vous. Ce nouveau projet d’informatisation mis en place discrètement par le ministère de l’Education nationale, a fait l’objet d’intenses débats lors de nos dernières rencontres nationales de Paris.

Fin juin, c’est d’abord la section de Créteil de SUD Education qui a édité une brochure de 16 pages que l’on peut télécharger ici. Intitulée « Ne livrons pas les élèves au Livret de compétences », elle décrit tout l’historique du projet et se penche enfin sur la situation dans les collèges de l’Académie de Créteil.

Dans l’Isère, après l’excellent travail déjà effectué en avril par le Snuipp 38, ce sont trois autres formations syndicales — CNT Education, SUD Education et PAS 38 (Udas) — qui ont uni leurs forces pour rédiger une brochure et deux panneaux de synthèse fort instructifs. Reproduit ci-dessus : une carte synthétique qui remonte aux sources du LPC, c’est à dire aux programmes de l’OCDE et de la Commission européenne. Dossier découpé ainsi:

Réf : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/

Brevet des collèges 2011. Communiqué de presse du SNES : Tous les moyens sont-ils bons pour faire du chiffre ?[modifier]

Snes.edu, le 10 juillet 2011

Tous les moyens sont-ils bons pour le ministère pour afficher d’excellents résultats au brevet et publier des statistiques très favorables malgré les conditions calamiteuses de travail des élèves et des personnels dans les collèges ?

Lors de la délibération des jurys, souverains dans la délivrance du diplôme au vu des résultats obtenus en repêchant éventuellement les candidats aux résultats « tangents », des consignes précises semblent avoir été données aux présidents de jurys pour que le diplôme soit attribué à des candidats qui étaient très loin d’avoir obtenu la moyenne de 10 sur 20 : repêcher jusqu’à 8,5 de moyenne ! Déjà l’an dernier, des inspecteurs d’académie avaient fait pression sur certains jurys pour que le taux final de lauréats du diplôme soit au moins égal à celui de l’année précédente.

Mais la mascarade n’a pas lieu qu’à cette dernière étape. Le florilège que le SNES a réalisé à partir des nombreuses remontées d’établissements, montre que les enseignants ont également fait l’objet de pressions en amont des épreuves terminales pour qu’ils remontent les notes de vie scolaire et/ou celles de l’épreuve orale d’histoire des arts (passée en interne dans l’établissement) et pour que la maîtrise du socle commun via le livret personnel de compétences (LPC) soit validée pour un maximum d’élèves !

Cela n’a pas empêché le ministère d’annoncer au CSE du 7 juillet 2011 qu’il afficherait très prochainement un bilan très positif de l’évaluation du LPC. Il se gardera sans doute de préciser que les enseignants ont été particulièrement déroutés par ce LPC qui comprend 98 items disparates et flous à valider, parfois sans lien direct avec ce qui est enseigné en classe, et qu’ils ont exprimé à plusieurs reprises et de multiples façons leur impossibilité de renseigner sérieusement ce livret.

Réf : http://www.snes.edu/Diplome-national-du-brevet-tous.html

Florilège sur le livret de compétences[modifier]

5306696452 656293feed.jpg

Source : http://www.flickr.com/photos/molec/5306696452/
Licence : CC BY-NC-ND 2.0


Dans un collège des Hautes Alpes (05) : la validation a été faite toute l'année sur Pronote mais les collègues ont appris le 24 mai que la validation sur Pronote n'était pas valable et qu'il fallait tout recommencer sur Notanet pour... le lendemain, dernier délai.

Dans un collège de Saône et Loire (71), le conseil pédagogique a décidé que les items étaient répartis entre les disciplines mais que chacun faisait ce qui lui plaisait et qu’un enseignant pouvait invalider un item validé par un autre : c’est donc le dernier collègue qui est « passé » qui a eu le dernier mot.

Entendu dans un collège de Guyane (973) :
Professeur d'EPS : Comment renseigner l’item « savoir nager » alors que les élèves de la classe n'ont pas eu piscine ? Chef d’établissement : Pour ne pas les pénaliser, il suffira de demander aux élèves s'ils savent nager.

Dans l’académie de Montpellier, les IPR d’EPS prodiguent une page et demie de conseils aux enseignants d’EPS sur leur participation à la validation de la « compétence » n° 1 (maîtrise de la langue française) et ... 3 lignes sur les deux items spécifiques à l’éducation physique !

Dans un collège de la Marne (51), un IPR a expliqué que l’on pouvait valider l’item « faire preuve d’initiative » si on voyait un élève ramasser les dictionnaires dans la classe.
Après une représentation particulièrement réussie de la chorale, un chef d’établissement est allé voir le professeur d’éducation musicale, a omis de la féliciter mais lui a fait remarquer : « Vous allez pouvoir valider plein d’items avec ça. »

Entendu dans un collège de Seine-Saint-Denis (93) :
Professeurs : Comment savoir si une compétence est vraiment acquise ?
Administration : Eh bien, c’est simple, il suffit d’appliquer la règle des 3 fois.
Professeurs : [surprise générale]
Administration : Mais si, c’est simple ! Un élève qui dit bonjour trois fois a ses items « interaction » et « prise d’initiative » validées dans les piliers 6 et 7

etc.

Réf : http://www.snes.edu/IMG/pdf/Florilege_lpc_et_hida-2.pdf

Annonce : la première édition française du concours Castor informatique aura lieu dans la semaine du 7 au 11 novembre 2011[modifier]

Publié sur Tice-education.fr, le 1er juillet 2011

Afin de faire découvrir aux jeunes l'informatique et les sciences du numérique, la première édition française du concours Castor informatique aura lieu dans la semaine du 7 au 11 novembre 2011. Le concours organisé par différentes institutions en collaboration (INRIA, ENS-Cachan, France-IOI) vise les élèves de collège et de lycée : il peut intéresser les enseignants de toutes disciplines et en particulier les professeurs de technologie (sciences de l'ingénieur).

Il couvre divers aspects de l'informatique et il est organisé dans 14 pays européens qui partagent une banque commune d'exercices.

L'épreuve :

L'épreuve comporte une quinzaine de problèmes à résoudre. L'élève doit choisir sa réponse parmi 4 solutions proposées. L'épreuve dure 50 minutes, soit environ 4 minutes par question. Un livret enseignant comportant les problèmes de l'année précédente, une explication de leurs contextes scientifiques ainsi que leurs solutions sera disponible sur ce site.

L'association suisse pour l'informatique dans l'enseignement (SSIE) propose sur son site une brochure téléchargeable gratuite et très complète (exercices et solutions) pour préparer le concours avec ses élèves.

Pus d'informations ici : http://www.castor-informatique.fr/

Réf : http://www.tice-education.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=514:le-castor-informatique catid=51:informatique&Itemid=242


Education : la FCPE promet une rentrée chaude[modifier]

Publié sur Vonews.fr le 3/07/2011 14:00

La rentrée s’annonce chaude. Chaque année, les différents syndicats le promettent mais cela pourrait bien se vérifier en septembre prochain, notamment dans l’éducation. Jeudi soir, le nouveau bureau exécutif de la Fédération de parents d’élèves, la FCPE, a fait le point sur l’année scolaire écoulée et sur les perspectives pour la rentrée. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les parents sont remontés et que la résistance s’organise. Le reportage de VOtv.

Réf : http://www.vonews.fr/article_14287

Un mini-ordi Linux pour réapprendre aux enfants à programmer[modifier]

Datanews.news.be, par Ludo Schildermans le 04/07/2011

Une organisation non marchande britannique a mis au point un ordinateur de la taille d’une clé de mémoire et qui ne coûtera que 15 livres britanniques.

La Raspberry Pi Foundation a été créée pour promouvoir au niveau scolaire les sciences informatiques et d’autres sujets apparentés. L’organisation non marchande souhaite redonner aux enfants le plaisir de la programmation.

Le premier produit qu’elle va bientôt lancer, est un ordinateur de la taille d’une clé USB courante. Ce mini-PC sera non seulement utilisable pour l’apprentissage de la programmation informatique, mais aussi pour d’autres applications.

Les spécifications du mini-ordinateur le permettent: processeur ARM11 à 700 MHz, 256 Mo de SDRAM, OpenGL ES 2.0, 1080p30 H.264 vidéo, sorties composite et vidéo HDMI, USB 2.0 et connecteurs pour cartes de mémoire SD/MMC/SDIO.

Dans une vidéo, David Braben, un programmeur ICT britannique et le développeur du Raspberry Pi, fournit des explications sur base du prototype.

Voir la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=pQ7N4rycsy4&feature=player_embedded#t=0s

Réf : http://datanews.rnews.be/fr/ict/actualite/apercu/categories/buzz/un-mini-ordi-linux-pour-reapprendre-aux-enfants-a-programmer/article-1195053127908.htm

L'éducation, priorité n°1 des Français devant l'emploi[modifier]

Publié dans Libération le 6/07/2011
Selon un sondage BVA pour France Info, ils sont 60% à considérer que l'éducation doit être la priorité des pouvoirs publics. Un résultat qui traduit un discours politique, également source d'une inquiétude croissante au sein de la population.
Réf : http://www.liberation.fr/societe/01012347505-l-education-priorite-n-1-des-francais-devant-l-emploi

Un professeur de lycée de 54 ans, convoqué par la Hadopi crie à l'erreur judiciaire[modifier]

Publié sur ITespresso.fr par Jacques Franc de Ferrière, le 15 juillet 2011

Un professeur de lycée de 54 ans, convoqué par la Hadopi pour avoir été flashé à télécharger des chansons de David Guetta et de Rihanna, crie à l'erreur judiciaire.

Le Parisien rapporte la réaction d’un des dix premiers convoqués par la Commission de Protection des Droits (CPD) de la Hadopi pour le troisième niveau de la réponse graduée.

Robert Tollot, un professeur de sciences économiques et sociales du lycée François-Mauriac dans la Loire, âgé de 54 ans, devra expliquer à la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet
pourquoi son adresse IP a été repérée par les ayants droit en train d’échanger des chansons de David Guetta et de Rihanna, ainsi que le film Iron Man 2, sur les réseaux P2P.

Le problème : il affirme n’avoir jamais téléchargé quoi que ce soit. Je ne sais même pas comment on fait ! , précise l’enseignant.

Ces contenus culturels illégalement téléchargés ne sont non seulement pas à son goût, mais il explique même qu’à l’heure où il est accusé d’avoir téléchargé Iron Man 2, à 8h13 du matin, il était « en cours avec [ses] élèves. » Notons que Robert Tollot se précise « petitement » instruit sur les choses du Web.

« Quand j’ai reçu la première lettre, en novembre 2010, j’ai cru qu’ils faisaient du zèle, et j’ai répondu par écrit en expliquant qu’il y avait erreur« , explique-t-il au quotidien.

La Haute Autorité lui a demandé de vérifier si sa ligne est sécurisée, ce qu’il affirme avoir fait au mieux de ses moyens. Mais le processus répressif s’est malgré tout poursuivi.

Il a maintenant « l’impression d’être rentré dans un engrenage infernal », et va devoir faire les 500 kms qui le séparent de Paris, à ses frais, pour se justifier.

« Si les choses allaient plus loin, je ferais un recours devant la Cour Européenne de Justice », avance-t-il même, très remonté.

La seule explication plausible pour cette erreur est, selon lui, que son accès à Internet ait été piraté.

[...]

Si dès les 10 premiers convoqués, un innocent est obligé de faire 500 kms pour s’expliquer face à une autorité très contestée, le déficit de popularité de la Hadopi ne risque pas de s’arranger. Et s’il se retrouve devant la justice, son profil pourrait là encore lui assurer le soutien du public.

Une bien mauvaise affaire pour la Hadopi donc, que sa campagne de publicité à 3 millions d’euros ne pourra peut-être pas compenser.

L’interview de Robert Tollot par Le Parisien :
http://www.leparisien.fr/societe/audio-convoque-par-hadopi-il-crie-a-l-injustice-14-07-2011-1532287.phpl

Réf : http://www.itespresso.fr/un-internaute-convoque-par-la-hadopi-clame-son-innocence-44382.html


Interstices ce mois-ci - juillet 2011[modifier]

Posté sur la Mélusine <itic@melusine.eu.org>> par <Christine.Leininger@inria.fr> le 28 juillet 2011

Au sommaire
Nous vous proposons les nouveaux documents suivants :

  1. Interaction musicale en temps réel entre musiciens et ordinateur
  2. Un algorithme pour mettre en rang une équipe de football
  3. À propos de la sécurité informatique
  4. Quand le cerveau parle aux machines

1. Rubrique De la recherche
Interaction musicale en temps réel entre musiciens et ordinateur L’informatique musicale, de l’accompagnement musical automatique vers la programmation synchrone en temps réel.

2. Rubrique Approfondir
Un algorithme pour mettre en rang une équipe de football
Réaliser un alignement, une évidence ? Pas si sûr... Du sport de ballon au sport cérébral, découvrez différentes méthodes pour y parvenir.

3. Rubrique Découvrir
À propos de la sécurité informatique
Attaques informatiques, virus, piratage... Force est de constater que la sécurité informatique a encore de beaux défis à relever. C'est ce que nous explique Martin Abadi, spécialiste en sécurité informatique. http://interstices.info/securite-informatique

4. Rubrique Découvrir
Quand le cerveau parle aux machines
Une interface cerveau-ordinateur est un système qui permet à son utilisateur d’envoyer des commandes à un ordinateur à partir de son activité cérébrale.


Prochain bulletin en septembre 2011. Bonnes vacances !

À bientôt sur http://interstices.info !
Nous vous invitons aussi à suivre notre actualité sur Facebook et Twitter.

Annonce : OLPC France organise le deuxième SugarCamp : 10-11 septembre 2011 à la Cité des Sciences de Paris[modifier]

Posté sur la liste <educ@aful.org> Par Bastien Guerry, le 28 juillet 2011

Deux ans après le succès du premier SugarCamp (voir la vidéo), OLPC France est heureux d’annoncer la deuxième édition de cette événement. Cet événement réunit les enseignants et développeurs qui veulent découvrir et bidouiller Sugar, la plate-forme pédagogique libre développée par Sugar Labs. Distribuée avec les ordinateurs XO de la foundation OLPC, cette plate-forme est déjà entre les mains d’environ 2 millions d’enfants à travers le monde. Venez la découvrir et l’améliorer !

Dates : Samedi 10 septembre et Dimanche 11 septembre 2011 (9h00-18h00)

Lieu : La Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris.

Entrée libre

Programme préliminaire

Samedi matin (9h-12h):

  • « Améliorer la documentation de Sugar »

Samedi après-midi (14h-16h):

  • Conférences : activités d'OLPC France, retours sur les déploiements OLPC

Dimanche matin (9h-12h):

  • « Améliorer la documentation de Sugar » camp

Dimanche après-midi (14h-18h):

  • CodeCamp (deboguage, revue de code, initiation à Sugar, idées, etc.)

Ce SugarCamp est soutenu par OLPC Foundation.

Si vous avez besoin d’aide pour financer votre venue, merci d’envoyer un mail à bzg AT laptop.org avant le 20 août. Nous ne pourrons pas aider au financement des trajets au-delà de 150 USD par personne, et nous donnerons priorité aux trajets intra-europe.

Liens :

Enseignement supérieur, Recherche & développement[modifier]

Projet Plume : Dernières fiches ressources publiées[modifier]

Réf : http://www.projet-plume.org/ressource/ecole_angd_outils_libres_asr

Appel à manuscrits - revue European Journal of Taxonomy[modifier]

Mis en ligne mercredi 6 juillet 2011 par Tela Botanica Association

Le Consortium EJT, composé à présent de plusieurs musées d’histoire naturelle et d’un jardin botanique, a l’honneur de vous présenter le projet European Journal of Taxonomy !

EJT est une nouvelle revue scientifique internationale en anglais, publiée sous format électronique, en libre accès (licence Open Access). Cette revue est axée sur la taxonomie descriptive dans plusieurs disciplines : zoologie, entomologie, botanique et paléontologie. La publication et la consultation des articles est entièrement gratuite : les auteurs n’ont pas à payer de contribution pour la publication de leurs articles, et aucune souscription financière n’est demandée aux lecteurs ! Les articles publiés dans EJT doivent être des travaux originaux, et répondre à des critères de haute qualité, tant sur le fond (contenu scientifique) que sur la forme (style, illustrations, ...). La portée d’EJT est globale : il n’est pas nécessaire que les auteurs d’un article soient Européens, ni que la région géographique étudiée fasse partie de l’Europe.

Réf : http://www.tela-botanica.org/actu/article4485.html

Forum Atena le 22 septembre 2011. Ecole des mines de Paris : Préparés à Internet ?[modifier]

Publié sur la liste <itic@melusine.eu.org> par J.P. Archambault, le 6 juillet 2011

Préparés à Internet ? Le 22 septembre à 16h, à l'Ecole des Mines de Paris.

Organisé par la Société européenne de l'internet et Forum Atena, avec le soutien de l'Ecole de Paris du management, l'EPI, ePrep, le groupe ITIC, HEC Genève, le Centre Henri Tudor, Prospective 2100.

Au programme :
16 h 00 : Table-ronde « Qu'est-ce que le numérique ? » Intervenants :

  • Gérard Berry, professeur au Collège de France, Paris, chaire Informatique et sciences numériques
  • Clarisse Herrenschmidt, chercheur, laboratoire d'anthropologie sociale du Collège de France, auteur de Les Trois écritures - Langue, nombre, code (Gallimard, 2007)

17 h 30 : Quelques éléments « Le paradoxe actuel »

Enseignement primaire et secondaire, université et grandes écoles, formation continue, filières professionnelles : tour d'horizon de quelques inadaptations et carences en éducation et formation en matière d'informatique et sciences du numérique. Un tour d'horizon, sans débat, rappellera quelques faits établis, et quelques exemples significatifs. L'exposé s'appuiera sur des entretiens vidéos et textes publiés avant la rencontre, disponibles sur Internet, où le débat restera ouvert.

17 h 45 : Table-ronde « Éducation-formation : que faire ? »

Intervenants:

  • Gilles Dowek, professeur à l'École polytechnique, Paris
  • Michel Léonard, Directeur d'HEC Genève
  • François Adoue, consortium européen PIN (métiers du multimédia et emploi)

Les inscriptions sont ouvertes.

Jean-Pierre Archambault

Université Toulouse 3 : tensions autour de la réorganisation post-LRU[modifier]

Source Educpros.fr, le 07/07/2011

La FSU, la CGT et Sud-Éducation signent une longue lettre ouverte, publiée le 30 juin 2011 sur le site de Sauvons l'université. Un texte qui met en cause le président de l'université Paul-Sabatier (UPS) pour son management jugé peu collégial, opaque, sur fond de tensions sociales. Retour sur une réorganisation post-LRU qui ne passe pas et réaction en bloc des dirigeants toulousains à ces attaques.

Extraits de la lettre :

Pour l'introduction des méthodes du secteur privé, l'exemple du Pôle de Services Numériques (PSN, présenté comme le remplaçant du CICT) est bien éloquent puisque ce service a été confié, il y a un an, à une personne issue du secteur privé (Cap Gemini). Vous avez été interpelé le mois dernier directement de l'intérieur du PSN dans un courrier qui faisait état de la dégradation des conditions de travail, de la très inquiétante détérioration du « climat psychologique », dans un service tourné vers la production de chiffres (qui n'ont rien à voir avec le C de calcul qui disait la vocation du CICT et dont on espère qu'ils ne résument pas l'objectif du Pôle de Services Numériques). Voilà ainsi de nouvelles méthodes de management directement issues du privé qui, au delà de l'impact sur les relations entre personnels au quotidien, laissent perplexe sur le véritable objectif au service duquel elles sont mises en place. Il nous semble que ces méthodes ne sont pas compatibles avec un service public de qualité, pour lequel un usager ne peut être réduit au statut de client. Suffit-il désormais de définir une « stratégie managériale » pour qu'une stratégie scientifique s'ensuive ?

Réf : http://www.educpros.fr/detail-article/h/63fc7e7c81/a/universite-toulouse-3-tensions-autour-de-la-reorganisation-post-lru.html

Annonce : Workshop pyphy : Python pour la physique à l'ENS Paris, le 29 août 2011[modifier]

François Boulogne, le 20 juillet 2011, sur la liste educ@april.org, d'après un article publié sur euroscipy.org

We are pleased to announce a workshop on Python in Physics (PyPhy) in Paris, on August 29th, 2011. This meeting will be a satellite of Euroscipy 2011.
Date: August 29, 2011 (full day)
Venue: Department of Physics, Ecole normale supérieure, Paris

Les débutants et les étudiants sont invités à y assister.

Les principaux thèmes :

  • Python pour enseigner la physique
  • Python pour la recherche en physique
  • développement de modules Python pour les applications en physique

Conférenciers invités :

  • Samuel Bottani (MSC, Paris Diderot)
  • Gianfranco Durin (ISI, Turin)
  • Emmanuelle Gouillart (Saint-Gobain Recherche)
  • Konrad Hinsen (CBM Université d'Orléans)
  • Vivien Lecomte (LPMA Paris Diderot)
  • Chris Myers (Département de Physique, Université de Cornell)
  • Michael Schindler (LPCT, EPSCI, Paris)
  • Georg von Hippel (INP Universität Mainz)

Organisateurs :

  • Alberto Rosso (LPTMS, Université Paris-Sud - alberto.rosso @ u-psud.fr)
  • Werner Krauth (Département de Physique, ENS Paris - werner.krauth @ ens.fr)

Réf : http://www.euroscipy.org/blogentry/4556

Compte-rendu de la conférence EDF R&D : R&D industrielle d'expertise et open source : un avenir commun ? le 7 juillet 2011[modifier]

Par Jérôme Ferrari, publié le 24 Juillet 2011

Le 7 juillet dernier, EDF R&D a organisé dans ses locaux de Clamart une conférence sur le stratégie open-source de l'entreprise sous le titre :"R&D industrielle d'expertise et open source : un avenir commun ?". Il s'agissait de revenir sur le parcours de l'open-source depuis la libéralisation du code source de Code_Aster en 2001 et d'affirmer la continuité de la stratégie en cours en affichant les avantages dont avait profité la R&D.

Les présentations, pour moitié en anglais, ont duré toute l'après-midi devant un auditoire d'environ 150 invités: principalement des utilisateurs et développeurs des logiciels, chercheurs à EDF, mais aussi partenaires académiques et privés. Les documents des présentations sont consultables en ligne et les présentations en elles-mêmes sont synthétisées une à une ci-dessous:

1. L'Open Source à EDF R&D : politique générale et panorama (Stéphane ANDRIEUX, Directeur scientifique d'EDF R&D)[modifier]

Cette première présentation est probablement la plus intéressante pour les néophytes. Après un détail des besoins en simulation, S.Andrieux développe le panel d'avantages tirés des licences libres utilisées. Celles-ci dérivent principalement des possibilités d'échanges offertes par le libre, on citera notamment :

  • une augmentation des validations,
  • des remontées de bugs et de bonnes idées,
  • un meilleur couplage avec d'autres codes, de meilleures collaborations avec académiques et industriels qui économisent sur le prix des licences (qui augmentent notamment avec le nombre de coeurs utilisés) et peuvent tester leurs derniers développement en les implémentant directement dans le code.

Mais ouvrir un code augmente aussi sa reconnaissance: S.Andrieux donne l'exemple d'une coûteuse certification qu'avait due consentir EDF R&D auprès d'autorités de sécurité pour démontrer les qualités de ce code inconnu à l'époque : Code_Aster. Ceci n'est plus nécessaire depuis son passage en GPL.

S.Andrieux souligne aussi qu'un code "sec" n'a aucune valeur, "c’est l’écosystème construit autour qui en fait et en produit la valeur pour l’entreprise". Il met en avant l'attractivité que représente un développement libre pour les meilleurs éléments. Il admet que le développement à EDF R&D reste toutefois plus proche de la cathédrale que du bazar.

Il présente ensuite un à un les codes open-source à EDF R&D par ordre d'ouverture :

2. Open Source et partenariats de développement, étude, recherche, partage/couplage avec d'autres codes (Sébastien BOURBAN, Principal Scientist Hydrodynamics & Metocean, HR Wallingford)[modifier]

HR Wallingford est une entreprise d'ingénierie qui commercialisait les licences du code Telemac à l'époque où il était fermé. La stagnation du nombre de licences commercialisées, interprété comme une perte d'influence du code Telemac, imposa un changement drastique de stratégie, ce fut l'ouverture du code en 2010. Depuis, le code est passé de 200 licences vendues à 2000 utilisateurs.

S.Bourban insiste sur le fait que passer en Open-source fut un mouvement très profitable. HRW s'est adapté pour adopter le mode de développement libre. Notamment, un groupe de développement est créé pour impliquer tous les partenaires, un système de gestion de code source très automatisé basé entièrement sur de technologies libres est mis en place et, ce qui n'est pas anecdotique, tout le code est traduit en anglais.

3. L'Open Source facilitateur de partenariats ? (Jean-Marc DANIEL, IFP Energies Nouvelles, Chef du Département de Géologie Structurale)[modifier]

JM.Daniel présente le partenariat commencé en 2003 autour de Code_Aster entre EDF R&D et IFP Energies Nouvelles. Même si leurs besoins sont différents, ils ont su profiter de l'ouverture du code pour nouer des partenariats et faire progresser le code dans les directions qui les intéressaient le plus.

4. Une première expérience de validation-debuggage et développement communautaire (Alistair REVELL, Manchester University)[modifier]

L'université de Manchester a initié une collaboration autour de Code_Saturne en 1999 avec l'arrivée à mi-temps du professeur Dominique Laurence. Depuis, 10 doctorats sur ce code ont été réalisés et 12 autres sont prévus dans les 3 prochaines années. il y a maintenant suffisamment de connaisseurs à tous les niveaux pour permettre une dissémination du code: Code_Saturne est enseigné en cours à MU aux étudiants, mais aussi à des extérieurs (autres universités, entreprises), il est aussi utilisé pour des projets étudiants. A.Revell est enthousiaste à l'idée de la propagation de l'Open-source. MU a développé une plate-forme de collaboration autour de Code_Saturne basée sur Twiki. Il y a 316 utilisateurs enregistrés et plus de 1000 pages lues par jour.

Pour A.Revell, le modèle open-source a comme avantage de permettre aux étudiants/chercheurs de plonger dans le code, mais est aussi reconnu des financeurs pour l'aspect diffuseur de science, mais aussi générateur de diplômés compétents.

Il reste des difficultés, comme les vieilles habitudes à changer, la maintenance des forums et l'intégration des différents développement dans la branche principale.

5. Open Source et enseignement (Alain EHRLACHER, Professeur à l'Ecole des Ponts ParisTech, Président du département Génie Mécanique et Matériaux)[modifier]

Les logiciels Code_Aster et Code_Saturne sont au programme de deuxième année à côté de leurs concurrents commerciaux. Les élèves participent à des projets de 60 heures par petits groupes lors desquels, ils ont besoin d'outils de simulation et de design. Les élèves sont libres de choisir les logiciels qu'ils veulent utiliser. A.Ehrlacher donne une liste de critère de choix des élèves par ordre décroissant:

  1. Ils préfèrent utiliser les codes sur lesquels ils sont formés
  2. Ils préfèrent utiliser les codes qu’ils ont le droit d’avoir librement sur leur PC
  3. L’interfaçage CAO-Code de Simulation est souvent un critère de choix important
  4. Ils aiment utiliser les codes utilisés dans l’industrie
  5. Ils aiment beaucoup les bibliothèques d’exemples détaillés
  6. Ceux qui envisagent de faire de la recherche apprécient les codes Open Source

Pour les faire utiliser plus les codes libres, il faut donc plus venir les former dans les universités.

6. Modèles d'affaires autour d'un code Open Source (Jean-Raymond LEVESQUE, Accelmedia)[modifier]

JR.Levesque oppose le modèle de développement logiciel propriétaire du 20ème siècle à celui open source du 21ème. Il présente celui d'EDF R&D pour ses logiciels.

Il cite les avantages que donnent l'implication dans les logiciels de simulation open source d'EDF pour les différents acteurs que sont EDF R&D, d'autres industriels, les partenaires académiques et les fournisseurs de service. Il donne en exemple le "Code_Aster Professional Network"

7. Logiciels libres et données libres pour la géographie, la cartographie et les réseaux (Yves JACOLIN, Président d'OSGeo-fr)[modifier]

Cette dernière présentation ouvre vers le sujet de l'ouverture des données. De nombreuses similitudes existent entre Open data et Open source, notamment au niveau des possibilités d'offres de service ainsi qu'au niveau des résistances psychologiques dues au changement de paradigme. Y.Jacolin discute des différentes licences et des projets qui se mettent en place, notamment en France. Il donne aussi de quelques liens pour aller plus loin.


Régions[modifier]

Languedoc Roussillon : LoRdi[modifier]

La Région Languedoc-Roussillon et le Rectorat boostent la réussite éducative en associant LoRdi et l’Environnement numérique de travail[modifier]

Publlié sur le site du "Secteur public" le 1er juillet 2011
Pour faire entrer le Languedoc-Roussillon de plein pied dans le XXIème siècle, la Région mise sur l’économie de la connaissance comme axe de développement. Permettre l’accès aux TIC à tous et partout, tout en développant les usages, sont ses deux priorités. Education, enseignement supérieur, recherche, santé, culture et patrimoine… toute l’économie régionale est concernée. Ainsi, en dehors de la connexion de l’ensemble des lycéens par le biais de LoRdi, la Région apporte le haut et le très haut-débit aux établissements d’éducation, d’enseignement supérieur, de recherche et de santé, par le réseau R3LR.
[...]
A compter de la rentrée prochaine, la Région équipera gratuitement de LoRdi les 32000 élèves entrant en classe de seconde dans les lycées publics et privés du Languedoc-Roussillon.

Le choix de la Région s’est porté sur un ordinateur de gamme professionnelle, ultra léger, durable et ergonomique. Il sera équipé de logiciels libres : suite Open Office, navigateur Internet, utilitaires, antivirus, lecteur multimédia, etc. Une solution de sécurité antivol sera également incluse. Le matériel sera garanti pour une durée de 3 ans et un service après-vente prendra en charge les pannes matérielles (assistance technique de 8h à 18h).
Réf : http://www.secteurpublic.fr/public/article/la-region-languedoc-roussillon-et-le-rectorat-boostent-la-reussite-educative-en-associant-lordi-et-l%E2%80%99environnement-numerique-de-travail.html?id=50841&C5=269

LoRdi, à son tour au tribunal[modifier]

Source Midi Libre, publié le 1er juillet 2011

Nouvel appel d’offres contesté pour la Région Languedoc-Roussillon, avec le référé de la société SCC qui a porté devant le tribunal administratif de Montpellier le choix du gardois RDI pour LoRdi, le "cartable numérique".

Un marché de 48 M€ sur trois ans, pour lequel le conseil régional a fait le choix de RDI "en raison d’une offre largement supérieure sur le plan technique, de la distribution et du service après-vente", a assuré l’avocat de la Région, Me Jean- Philippe Meneau. Publicité

Me Jeanjean, au nom de SCC, a demandé la suspension de l’exécution du marché, jugeant qu’il existe un "doute sérieux" sur l’attribution du marché, insistant sur un coût supérieur de 4 M € par an pour la solution RDI. Mais le prix n’entrait que pour 35 % dans la décision, contre 65 % pour la "valeur technique". Et selon Me Meneau, le prix n’est pas déterminant mais "l’offre économique la plus avantageuse".

L’affaire a été mise en délibéré au début de la semaine prochaine.

Réf : http://www.midilibre.fr/2011/06/30/lordi-a-son-tour-au-tribunal,346666.php

Référé contre la Région : LoRdi sera bien distribué à tous les lycéens du Languedoc-Roussillon entrant en classe de seconde à la rentrée prochaine[modifier]

Objectifgard.com, le 5 juillet 2011

Ce mardi 5 juillet 2011, le juge administratif qui avait été saisi par un candidat malheureux à l'appel d'offres lancé par la Région pour la fourniture et la distribution d'ordinateurs portables aux lycéens a rendu sa décision.

Il rejette la demande de la société de suspendre l'exécution du marché, estimant que la procédure d'appel d'offres de la Région a été parfaitement respectée et que le candidat retenu avait proposé la meilleure offre.

Cette décision est une nouvelle victoire pour la jeunesse du Languedoc-Roussillon.

Pour la deuxième fois en moins d’un mois, elle confirme le professionnalisme de la Région dans le respect des règles en général et des appels d’offres en particulier.

A la rentrée prochaine, LoRdi sera donc bien distribué aux 32 000 élèves entrant en classe de seconde dans les lycées de la région.

Dans le même temps, l’opération de gratuité des manuels scolaires sera elle aussi reconduite et sans contretemps.

La Région regrette que de tels dispositifs aient été injustement attaqués alors que tous deux concourent à offrir aux jeunes du Languedoc-Roussillon les meilleures chances de réussite.

Réf : http://www.objectifgard.com/article-refere-contre-la-region-lordi-sera-bien-distribue-a-tous-les-lyceens-du-languedoc-roussillon-entra-78672837.html

Charentes : Le conseil municipal solidaire du monde agricole[modifier]

la-couronne.blogs.charentelibre.fr, le 02 juillet 2011

[...]
C'est "oui" pour la fusion des Siah (syndicats intercommunaux d'aménagements hydrauliques de la Boëme, de la Charraud, des EauxClaires et du Claix. "Non" pour la fusion des Sivu de la crèche avec le Sivu structure d'accueil pour personnes âgées. "Non" également à la suppression du Sivos du collège. Le SDCI , une fois adopté par le comité départemental de coopération intercommunale, sera arrêté par le Préfet au plus tard le 31 décembre 2011 et les nouvelles structures seront mises en place au 1er janvier 2014.
Basée à La Couronne, l'association Linux Angoulême qui a pour but de faire découvrir les ditributions GNU/ Linux, ainsi que les logiciels libres dans le Grand Angoulême, pourra s'installer prochainement dans une maison propriété de la commune au 53 rue de la Libération, mise à sa disposition à titre gratuit

Réf : http://la-couronne.blogs.charentelibre.fr/archive/2011/07/02/le-conseil-municipal-solidaire-du-monde-agricole.html

Lorraine : Tous les chemins mènent à la lecture[modifier]

Le Républicain Lorrain, 03 juillet 2011

« Entre les lignes », l’appel à projet 2011 de la Fondation SNCF, a récompensé cinq associations qui œuvrent pour prévenir l’illettrisme. 15 000 € ont été déboursés.

Sur neuf dossiers candidats en Lorraine, cinq vont pouvoir se réaliser grâce à une participation financière de la Fondation SNCF. Pour prévenir l’illettrisme, elle a doté des associations lorraines de 15 000 €. Les lauréats sont Lecturique et l’Asforel de Nancy et l’Association en faveur des immigrés (Adefi), Tousbranchés.com et l’Union régionale des associations des pupilles de l’enseignement public de Lorraine, basée à Metz.
[...]
Le jury de la Fondation SNCF a particulièrement apprécié l’originalité du projet. Le film sera réalisé sur un mur de quatre écrans, avec une image défilant de l’un à l’autre. « C’est une bonne façon de recycler du matériel très ancien qui n’intéresse plus personne », assure Frank. Tousbranché.com souhaite combattre l’idée que l’informatique est synonyme d’achat de matériel très coûteux. « Nous utilisons exclusivement des logiciels libres, comme Linux ou Luciole pour la vidéo », souligne Danièle Pierron, l’autre animatrice du groupe.

Le projet devrait démarrer dès la rentrée scolaire. À en voir leur enthousiasme, manifestement les animateurs sont pressés d’y être.

Réf : http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2011/07/03/tous-les-chemins-menent-a-la-lecture

CRDP Aix-Marseille : Résultats du concours sur les usages innovants d'iconito école numérique[modifier]

ludovia.com, 07 juillet 2011

La société CAP-TIC, en partenariat avec le CRDP de l’académie d’Aix-Marseille, a souhaité valoriser les usages numériques pertinents et novateurs mis en oeuvre par les écoles avec le portail éducatif libre ICONITO Ecole Numérique.

Un concours sur les usages pédagogiques d'ICONITO Ecole Numérique était donc proposé aux équipes éducatives utilisatrices de ce logiciel libre. 17 projets ont été déposés sur la plate-forme collaborative et inscrits au concours. Ils décrivaient des projets variés, concernant des écoles maternelles ou élémentaires, introduisant les TICE au sein des pratiques éducatives.

Le jury de sélection des finalistes était présidé par Jean Dionis du Séjour, député-maire d’Agen et président de la commission TIC de l’AMF, et comprenait également Jean-Pierre Archambault, professeur agrégé de mathématiques chargé de mission veille technologique au CNDP-CRDP de Paris et Luc Derriano, rédacteur en chef délégué de la lettre « Autoroutes de l’Information et territoires ».

Réf : http://www.ludovia.com/salons_manifestations/2011/976/resultats-du-concours-sur-les-usages-innovants-d-iconito-ecole-numeriq.html

Nantes : La carte d'étudiant 2.0 est arrivée[modifier]

20minutes.fr, le 07/07/2011

Depuis hier et jusqu'au 22 juillet, une vingtaine de « tuteurs » accueillent les bacheliers pour leur inscription à l'université de Nantes. Les futurs ex-lycéens se voient remettre le nouveau guide étudiant, un DVD (logiciels libres, webservices...) mais aussi la carte Pass' Sup.
Réf : http://www.20minutes.fr/article/754453/carte-etudiant-20-arrivee

Ax-les-thermes (Ariège) : Sankoré présent à l'Université d'été Ludovia 2011[modifier]

Ludovia.com, le 07/07/2011

La généralisation de la révolution de l’éducation numérique est l'objectif du programme Sankore. Sankoré sera présent à l'Université d'été Ludovia 2011.
Pr ACBenhamou, Délégué interministériel à l'éducation numérique en Afrique nous le présente.
[...]
C'est pour favoriser l'appropriation par tous et en particulier par les fans de l'enseignement numérique que Sankoré participera à Ludovia .Nous ferons autour d'un barcamp découvrir cette suite logicielle exceptionnelle , véritable alternative aux logiciels propriétaires. Dès sa conception en 2003, le logiciel Sankoré a été pensé pour et avec les utilisateurs. Plus d'infos : rendez-vous à l'Université d'été de Ludovia, renseignements et inscriptions http://ludovia.org/2011

Réf : http://www.ludovia.com/salons_manifestations/2011/970/sankore-present-a-l-universite-d-ete-ludovia-2011.html

Lille : Une quinzaine de Calaisiens accueillis dans la nationalité française[modifier]

lavoixdunord.fr, 10/07/2011

Comme une douzaine d'autres Calaisiens ayant récemment obtenu la nationalité française, Moctar Ndong écoute attentivement le discours du sous-préfet, Alain Gérard, à l'occasion de la cérémonie d'accueil dans la citoyenneté française organisée vendredi soir à la sous-préfecture. Pour ce jeune homme de 33 ans, originaire du Gabon et ingénieur informatique, « la nationalité française était une suite logique. J'ai été intégré avant d'être nationalisé », précise-t-il, en faisant référence à son parcours depuis son arrivée en France, il y a plus de dix ans. « J'ai choisi à l'époque de m'installer à Calais, car il y avait un master spécialisé dans les logiciels libres qui n'existe qu'ici ».

Réf : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Calais/actualite/Secteur_Calais/2011/07/10/article_une-quinzaine-de-calaisiens-accueillis-d.shtml

Région Centre : SCC remporte de nouveau le marché Ordicentre[modifier]

Itrmobiles.com, 11/07/2011

Pour la 3ème année consécutive, la société SCC a remporté le marché "Ordicentre" visant à fournir des PC portables aux étudiants de second cycle de la région Centre.

Une fois le marché notifié, SCC a mis en place un extranet qui, après avoir été validée par le Conseil Régional et mis en ligne, a permis à chaque étudiant, une fois son éligibilité acquise grâce à la validation de son cursus scolaire, de s’enregistrer de manière définitive. Parallèlement à cela, SCC a lancé la réalisation d’un master Windows Seven et Linux associé à des logiciels libres'(Open Office, Mozilla, Avast, ...). Après une phase de test, ce master a été appliqué à l’ensemble des ordinateurs portables.

Réf : http://www.itrmobiles.com/index.php/articles/121088/scc-remporte-nouveau-marche-ordicentre.html

Monde[modifier]

April référencée sur StarAfrica.com : Des logiciels libres à télécharger[modifier]

Source StarAfrica.com, lu sur le site le 23 juillet 2011

Cette rubrique vous présente une sélection de logiciels libres à télécharger gratuitement. Explorez toutes les possibilités du multimédia, des outils bureautique, du surf sur Internet et des logiciels éducatifs en découvrant nos différentes rubriques

[...]

Le catalogue du libre est une création originale de l'April

Réf : http://education.starafrica.com/fr/logiciels-gratuits.html?WT.srch=1

Corée du Sud : Le manuel scolaire est mort, vive la tablette ![modifier]

Source Télé Satellite, publié le 4 juillet 2011, d'après un article paru sur http://www.idboox.com

C'est bientôt la fin des bons vieux manuels scolaires en Corée du Sud, ils seront remplacés par des livres numériques d'ici 2015.

Le gouvernement sud-coréen a lancé un vaste chantier de modernisation de ses écoles. 2 milliards de dollars doivent être investis dans le développement des manuels scolaires numériques. Dans les écoles, le matériel traditionnel sera remplacé par des tablettes. Les écoliers obligés de rester chez eux pourront également rattraper leur retard en travaillant à distance. Ils pourront, par exemple, participer à des cours de mathématique ou encore lire des leçons. Aux Etats-Unis, différents Etats comme la Floride sont également sur le point de basculer vers le livre numérique dans les écoles.

Réf : http://www.telesatellite.com/actu/tp.asp?tp=40577


Etats-Unis[modifier]

Obama called textbooks a “huge racket” and a “big scam”[modifier]

by Jesse Brown on Friday, July 8, 2011

South Korea will be the first. By 2015, they have promised, their entire school system will be paperless. The country is spending $2 billion on creating cloud accessible, perennially updatable digital textbooks.

The U.S. is putting the same amount into their own electronic textbook program. Obama called textbooks a “huge racket” and a “big scam” while campaigning, decrying the common practice of college profs putting their own works on the curriculum, essentially forcing students to pay them personal royalties on top of tuition. Now, the Departments of Labour and Education is investing heavily in “Open Access” ebooks for post-secondary programs. The $2 billion will pay for the creation of the texts, which will then be free for all, and, one assumes, open for Wikipedia-style updates and edits. Other U.S. efforts, like the California Open Source Textbook Project, will push the initiative along for K-12 schools.

Réf : http://www2.macleans.ca/2011/07/08/south-korean-schools-to-go-paperless-why-arent-we-doing-the-same/

National Research Council's Framework for K-12 Science Education[modifier]

nationalacademies.org, le 19 juillet 2011

A report released today by the National Research Council presents a new framework for K-12 science education that identifies the key scientific ideas and practices all students should learn by the end of high school. The framework will serve as the foundation for new K-12 science education standards, to replace those issued more than a decade ago. The National Research Council is the operating arm of the National Academy of Sciences and National Academy of Engineering; all three are independent, nongovernmental organizations.

Réf : http://www8.nationalacademies.org/onpinews/newsitem.aspx?RecordID=13165

Amazon lance la location de livres scolaires numériques sur Kindle[modifier]

.rtl.be, le 20 juillet 2011

A destination des étudiants, Amazon lance un tout nouveau service de location d'ouvrages scolaires, de 30 à 360 jours, permettant d'économiser jusqu'à 80% du prix des livres. Ce service n'est pour le moment actif qu'aux Etats-Unis.
Le programme "Kindle Textbooks Rental" prévoit la location de livres scolaires stockés dans l'Amazon Cloud, qu'il est possible d'annoter et sur lesquels on peut surligner les passages importants. Les étudiants auront toujours accès à ces informations via leur application Kindle, même après expiration de leur location.

Amazon annonce des dizaines de milliers de manuels scolaires à louer dès cette année.

Réf : http://www.rtl.be/loisirs/hightech/actuweb/10425/amazon-lance-la-location-de-livres-scolaires-numeriques-sur-kindle

Tunisie[modifier]

Economie numérique : La France renforce son partenariat avec la Tunisie[modifier]

Source Clubic, Publiée par Olivier Robillart le Mardi 5 Juillet 2011

Les deux gouvernements annoncent avoir signé deux accords portant sur le développement du secteur des nouvelles technologies. Eric Besson, ministre de l'Economie numérique et son homologue tunisien, Abdelaziz Rassaa, ont donc mis sur pied une coopération gouvernementale dans le domaine du logiciel libre et de la formation au numérique. [...]
Précisément, cet accord va permettre à la France et à la Tunisie d'organiser des « rencontres franco-tunisiennes du logiciel libre dès l'automne prochain en Tunisie ». Dans la foulée, un ensemble de décisions devraient être prises afin de « faciliter de circulation pour la mobilité circulaire et professionnalisante des jeunes, la mobilisation des appels à projets lancés dans le cadre de la politique des pôles de compétitivité et la demande adressée à la Commission Européenne de lancer un appel d'offres pour des projets de R&D associant les deux rives de la Méditerranée

Réf : http://pro.clubic.com/actualite-e-business/actualite-433084-economie-numerique-france-renforce-partenariat-tunisie.html

Tunisie : Deuxième édition du concours national des Logiciels Libres[modifier]

Source Tekiano.com, lundi 11 juillet 2011


Opsource8711.jpg


Le Secrétariat d'Etat de la Technologie organise, sous l’égide du Ministère de l’industrie et de la technologie, la deuxième édition du concours national des Logiciels Libres. Le thème de cette année s'intitule « Libérez vos idées pour la Tunisie ».

Ce concours a pour but de mettre en valeur l'ouverture, la collaboration et la transparence du modèle Open Source dans l’optique de construire une Tunisie démocratique. Ce concours ayant pour thème «Libérez vos idées pour la Tunisie», est entre autre destiné à récompenser les meilleures créations réalisées grâce à des compétences tunisiennes dans le domaine de l'Open Gov, l'Open Data et de l'Open Content.

Réf : http://www.tekiano.com/tek/soft/4022-tunisie-deuxieme-edition-du-concours-national-des-logiciels-libres.html

Inauguration de la Maison des savoirs de la Francophonie à Kinshasa[modifier]

Afrik.com, le 07 juillet 2011

La Maison des savoirs de la Francophonie située dans le quartier populaire de Kasa Vubu, au cœur de la ville de Kinshasa (RDC), a été inaugurée le 7 juillet 2011 par Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, André Kimbuta, Gouverneur de Kinshasa et Raymond Tshibanda, Ministre de la Coopération internationale et régionale chargé de la Francophonie.
[...]
Dotée d’une surface de 600 m2 comprenant une bibliothèque, une ludothèque, un espace numérique, une salle de formation, un espace extérieur et un espace polyvalent offrant une connexion Wifi en accès libre, la Maison des Savoirs de Kinshasa proposera une série d’activités culturelles et éducatives, particulièrement ciblées vers les jeunes et les femmes, notamment l’initiation aux logiciels libres et au multimédia. En marge de l’inauguration se tiendront deux expositions intitulées Noirs et célèbres dans la science et Photographies des pays d’Europe orientale.

Pour renforcer l’apprentissage de la langue française et l’ appropriation des logiciels libres auprès de quelques 10 000 étudiants, la Maison des savoirs de Kinshasa va conclure des ententes avec des institutions universitaires et scolaires, tels que le Collège Erudi, Complexe scolaire Espérance, Institut de Lodja, Erudissimo, Complexe scolaire Kantu, Collègue Mont Carmel, Collège le Savoir, E.P 1 de l’institut Lodja, E.P 2 de l’institut Lodja regroupant près de 5 000 élèves.

Réf : http://www.afrik.com/article23227.html

Mali : Education à l’ère du numérique[modifier]

Africatime.com, le 11 juillet 2011

Le « Programme Sankoré » va permettre de doter plus de 6000 classes à travers l’Afrique en tableaux numériques interactifs.

Notre système éducatif a véritablement intégré les technologies de l’information et de la communication. Le président de la République, Amadou Toumani Touré, a présidé vendredi à l’Ecole Mamadou Konaté, la cérémonie de lancement du programme d’éducation numérique dénommé, « Programme Sankoré ».

Plusieurs membres du gouvernement, des représentants d’organismes internationaux accrédités dans notre pays et des structures impliquées dans l’éducation ont participé à la cérémonie. L’ancien ministre français des Industries et des Entreprises, et président du Groupement d’intérêt public pour l’éducation numérique en Afrique, Alain Madelin ainsi que le délégué interministériel pour l’éducation numérique en Afrique, Albert Claude Benhamou ont pris part à l’événement.

Réf : http://www.africatime.com/Mali/nouvelle.asp?no_nouvelle=610294&no_categorie


Cultures numériques, Débats post-Hadopi[modifier]

L'OMPI relance un projet contesté de traité sur les radiodiffuseurs[modifier]

Publié le Vendredi 08 Juillet 2011 sur Numerama

L'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle a relancé les négociations sur un traité de protection des organismes de radiodiffusion, qui visent à accorder une forme de droit d'auteur sur les signaux d'émissions de télévision et de radio diffusés par tous moyens, y compris sur Internet. Une protection qui viendrait s'additionner à celle des programmes diffusés.

On le croyait mort et enterré. Depuis 12 ans, les pays membres de l'OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) négocient un projet de traité international sur la protection des organismes de radiodiffusion. L'objectif serait d'ajouter une couche supplémentaire à la protection des droits d'auteur et des droits voisins, en accordant aux chaînes de télévision, radios et autres diffuseurs audiovisuels une protection sui generis de leurs signaux de diffusion. Le projet avait finalement été abandonné faute de consensus, mais le voici ressuscité.
[...]
L'EFF, qui s'était énormément battue pour faire abandonner le projet, explique qu'une "approche neutre sur le plan technologique" implique que tous les diffuseurs seront protégés, y compris les plateformes de partage de vidéos en ligne. Or le risque est alors que des oeuvres du domaine public ou sous licence libre, qui peuvent être reproduites librement au titre des droits d'auteur, ne puissent plus être reproduites au nom des droits du diffuseur.
[...]
Un autre risque identifié par l'EFF, est celui de lier ce droit aux DRM sur les signaux pour permettre aux diffuseurs d'imposer encore davantage aux consommateurs les appareils qu'ils doivent utiliser pour regarder une émission, ou pour leur interdire de réaliser un enregistrement. Sur ce point le document de l'OMPI n'est pas clair, puisqu'il demande de prendre en considération à la fois les "exceptions et limitations" (c'est-à-dire notamment l'exception de copie privée), et la "protection du cryptage et de l’information sur le régime des droits".

Réf : http://www.numerama.com/magazine/19301-l-ompi-relance-un-projet-conteste-de-traite-sur-les-radiodiffuseurs.html

Les artistes de la Sacem ne percevraient plus leurs droits sur 10 ans mais sur 5 ans[modifier]

Publié le Mardi 19 Juillet 2011 sur Numerama

La Commission des lois du Sénat a adopté un amendement à un projet de loi de renforcement de la lutte contre la contrefaçon, qui réduit de moitié le délai pendant lequel les artistes peuvent réclamer les sommes qui devraient leur être distribuées par les sociétés de gestion. Un amendement "approuvé sans réserve" par la Sacem.
[...]
Actuellement, donc, les auteurs aux noms desquels les sociétés de gestion collectent les droits peuvent se voir réclamer le paiement des droits pendant 10 ans après leur mise en répartition, au titre de l'article L321-1 du Code de la propriété intellectuelle. Si cet article était adopté par le parlement, les artistes n'auraient plus que 5 ans pour réclamer leur dû. Après ce délai, les sommes non distribuées tombent définitivement dans la case des sommes dites "irrépartissables", qui alimentent le fonds d'actions culturelles, dont la gestion est régulièrement critiquée. On comprend, dès lors, que la Sacem ait "approuvé sans réserve".

Réf : http://www.numerama.com/magazine/19361-la-sacem-approuve-sans-reserve-une-reduction-des-droits-des-auteurs.html

Débats post-Hadopi[modifier]

Hadopi : Martine Aubry propose une licence globale à 2 euros par mois cumulée à une taxe sur les FAI[modifier]

D'après Alexandre Laurent, le Mercredi 20 Juillet 2011 sur Clubic.com

Invitée dimanche du Grand Direct d'Europe 1, la candidate aux primaires socialistes Martine Aubry a redit l'intention du parti d'abroger la loi Hadopi en cas de victoire aux prochaines élections présidentielles. A la place, elle propose une licence globale à 2 euros par mois qui pourrait être associés une taxe frappant les fournisseurs d'accès à Internet, permettraient selon elle de dégager jusqu'à 900 millions d'euros par an, pour financer les contenus produits par les industries du divertissement :

« C'est largement suffisant pour financer les droits d'auteur et financer une partie de la création ».

Réf : http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/hadopi/actualite-436314-hadopi-martine-aubry-licence-globale-2.html

Licence Globale versus Hadopi et si on faisait le point ? Interview de Laurent Chemla sur Libre Accès[modifier]

Interview de Laurent Chemla par Jérémie Nestel, publié le 20 juillet 2011 sur http://libreacces.org"

Hasard du calendrier ?

Le site Libre Accès vient de publier un excellent interview de Laurent Chemla.

Interviewé sur la licence globale, il déclare notamment : "je suis opposé à une taxe qui ne financerait que les contenus produits par les industries du loisir au détriment de tous les autres types de contenus. La logique qui sous-tend le discours des majors (et des politiciens qui les soutiennent) est toujours le même : on dirait que, pour eux, la seule et unique chose que le public vient chercher sur Internet ce sont les « œuvres » qu’elles produisent." ; le jour même où le site Clubic publie une déclaration de Martine Aubry qui propose une licence globale à 2 euros par mois qui pourrait être associés une taxe frappant les fournisseurs d'accès à Internet, permettraient selon elle de dégager jusqu'à 900 millions d'euros par an, pour financer les contenus produits par les industries du divertissement...

Le débat post-Hadopi est ouvert.

A lire absolument l'interview de Laurent Chemla ici :

http://www.libreacces.org/spip.php?article106

Etude sur la consommation streaming de musique et de livres numériques[modifier]

Rédigé par Nicolas Gary, le lundi 18 juillet 2011 sur le site actualitte.com

Le Syndicat national de l'édition pouvait doucement sourire des chiffres de ventes d'ebooks en France : avec 1,8 % du chiffre d'affaires, on est encore loin d'un marché significatif. Antoine Gallimard avait eu, durant l'Assemblée générale du SNE, cette analyse : « Vous conviendrez avec moi qu'il y a un vrai décalage entre la fascination qu'exerce le numérique aujourd'hui et sa réalité commerciale. Difficile de faire la part entre les promesses crédibles d'ouverture et de croissance de nos marchés et les fantasmes que peut engendrer ce nouvel âge technologique. »

Et de conclure : « N'oublions pas qu'à l'époque de la ruée vers l'or, ceux qui se sont sûrement enrichis ont été les vendeurs de pelles, de tamis et de brouettes. Aujourd'hui, ceux qui s'enrichissent, ce sont les vendeurs de tablettes. »

Puis Nicolas Gary de poursuivre :

"Pour autant, le président va devoir déchanter : en effet, selon GfK, si l'essor des tablettes et des lecteurs ebook favorise bien la consommation de livres numériques, l'enquête montre que pour l'heure, 27 % des ouvrages lus sont téléchargés depuis des sites pirates. (Enquête menée auprès de 1000 Français)

Plus d'un ebook sur quatre est donc le fruit du piratage, ce qui devrait mettre les pendules un peu plus à l'heure, concernant la consommation réelle des Français, et non plus simplement les chiffres de vente.".

Réf : http://www.actualitte.com/actualite/27122-ebook-pirater-france-lecture-streaming.htm

Fab Lab, hackerspaces

La notion de Fab lab (contraction de l'anglais (en) fabrication laboratory, traduction : laboratoire de fabrication) désigne tout type d'atelier composé de machines-outils pilotées par ordinateur et nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) et pouvant fabriquer rapidement et à la demande des biens de nature variée (vêtements, livres, objets décoratifs, etc.). Cela inclut les produits ne pouvant être fabriqués à grande échelle (pièces uniques éventuellement).
Ces coopératives du futur regroupent des informaticiens, designers et artistes dans des hackerspaces.

Réf : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fab_lab

Designers&Fablabs, quelle licence pour quel projet ?[modifier]

Source : post d'Antoine Moreau sur la liste <copyleft_attitude@april.org>, le 19 juillet 2011

Il y a un mois j'ai participé à un atelier dans le cadre de http://fablabsquared.org/?Agenda-semaine-Futur-en-Seine-du,14 intitulé "Designers&Fablabs, quelle licence pour quel projet?"

Je suis heureux de vous annoncer que le résultat de l'atelier qui posait la question : "quelle licence pour quel projet?" a été mis sous copyleft en LAL et que le copyleft a pu être mieux compris au fur et à mesure des questions qui se posaient :
https://cacoo.com/diagrams/wri3tIl5i2HNplGu

Je peux vous dire que ça n'a pas été facile, ça n'a pas été non plus un coup de force de ma part, mais sans affects, sans activisme ni réactivisme, une simple action de présentation de la réalité qui mène à la connaissance du copyleft et de son bien fondé pour les personnes présentes qui s'interrogeaient sur le choix d'une licence pour leurs projets de design.

Vidéo : http://vimeo.com/25589192

RMLL 2011[modifier]

Le programme[modifier]

Dernières nouvelles d'Alsace, le 10.07.2011
Les Rencontres mondiales du logiciel libre (RMLL) qui ont débuté hier et se poursuivent jusqu’à jeudi, se tiennent en plusieurs lieux de la capitale alsacienne. Vous pouvez également retrouver le programme détaillé des Rencontres sur le site Internet http://rmll.info.
Réf : http://www.dna.fr/fr/monde/info/5395839-LE-PROGRAMME

Conférences de l'April liées à l'Education[modifier]

Réf : http://www.april.org/rencontres-mondiales-du-logiciel-libre-2011

"Cuvée" 2011 de la journée du pôle de compétences logiciels libres du Scérén[modifier]

Posté sur la liste Logiciel-libre-cndp@listes.tice.ac-caen.fr par J.P. Archambault, le 12 huillet 2011

Bonjour,

La "cuvée" 2011 de la journée du pôle de compétences logiciels libres du Scérén aux RMLL a été une bonne cuvée.

Elle a démarré avec la conférence de Richard Stallman : amphi plein, plus de 300 personnes (avec RMS, c'est toujours le succès assuré !).

Les ateliers de l'après-midi ont réuni 70 participants, avec un intérêt marqué pour le thème "Logiciel libre et enseignement de l'informatique au lycée". Bon écho à l'information sur l'ouvrage "Introduction à la science informatique", édité par le CRDP de Paris, qui est paru aujourd'hui (sous licence Creative Commons). A signaler également l'atelier sur l'approche croisée et originale d"'Une Oeuvre Un Jour" et de l'exposition "Périssent les colonies".

Bonnes vacances.

Jean-Pierre

PS : Richard Stallman a expliqué pourquoi il avait souvent chaud lors de ses conférences. Faisant référence aux affiches des manchots Linux que certains mettent sur les murs, il a parlé d'horribles manchots :).

Vidéo : Interview de Richard Stallman par Jonathan Le Lous, Intelli'N TV, aux RMLL 2011[modifier]

Interview stallman rmll 2011.png

Source : http://www.youtube.com/watch?v=Mhq_amvz_6o
Licence :CC BY SA

Richard Stallman nous parle de logiciel libre, des brevets logiciels, de l'art et des oeuvres d'opinion. Il est interviewé par Jonathan Le Lous, Intelli'N TV.
Ce contenu est en CC BY SA et est disponible en format OGV sur le site (en cours de maintenance) http://www.intelli-n.tv.

Réf : http://www.youtube.com/watch?v=Mhq_amvz_6o

Geektionnerd : l'après RMLL 2011[modifier]

Geektionnerd 67-1 simon-gee-giraudot cc-by-sa.jpg

Source :http://www.framablog.org/index.php/post/2011/07/16/Geektionnerd-apres-les-RMLL-2011
Crédit : Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)

La suite de la BD, ici : http://www.framablog.org/index.php/post/2011/07/16/Geektionnerd-apres-les-RMLL-2011