Guide libreassociation : les enjeux du logiciel libre

De April MediaWiki


Synthèse sur les enjeux du logiciels libre dans les associations[modifier]

Afin de faciliter la rédaction des messages du Guide des logiciels libres à destination des associations, nous allons sur cette page tenter de réunir les arguments intéressants à retenir pour les associations :

Argument philosophique[modifier]

Rapprochement entre philosophie associative et philosophie du logiciel libre : la valeur de partage, d'entraide, de coopération, de faire ensemble base du mouvement associatif est aussi celle qui a fondé le logiciel libre. Aussi nous pensons que les associations qui s'appuient sur de telles valeurs auraient intérêt à pousser celles-ci jusqu'à dans leurs pratiques informatiques.

Argument économique[modifier]

Réduction du coût des logiciels. Les logiciels libres, même s'ils ne sont pas tous gratuits, le restent quand même dans une majorité des cas (mutualisation à grande échelle). Ceci a l'avantage que les associations peuvent s'équiper gratuitement pour leurs multiples besoins. De plus, même si celles-ci pensent majoritairement ne pas payer de licence lors de l'achat de matériel informatique neuf, elles oublient généralement la pratique systématique et illégale de vente liée qui consiste à inclure le coût de licence dans le prix global de l'appareil. Ainsi, les associations payent quand même des licences régulièrement.

Argument juridique[modifier]

Mise en conformité avec la loi en utilisant des licences libres et non des logiciels piratés (mot à éviter) copiés sans respect de la licence : un des autres avantages du logiciel libre est que les licences qui les fondent permettent une distribution du logiciel ainsi que son installation et son exécution sur autant de postes que l'on souhaite, ce qui permet de ne pas s'embêter avec cette question de licence et du nombre de postes qui utilisent tel ou tel logiciel. Cela permet également de tester des outils sans avoir à être certain de son choix au départ et de voir celui qui convient le mieux à son propre usage.

Argument de simplicité de gestion[modifier]

Homogénéisation du parc informatique de l'association : du côté pratique, les logiciels libres, exempt de question économique et juridique, permettent d'avoir sur tous les postes informatiques de l'association les mêmes logiciels et les mêmes versions de logiciels ce qui a l'avantage de ne pas se poser la question lorsqu'une mise à jour du logiciel se présente : on peut les faire sur tous les postes.

Argument de pérennité[modifier]

  • interopérabilité. Compatibilité des fichiers échangés avec les formats ouverts : de nombreuses associations se sont déjà retrouvées confrontées face à des problèmes de formats de fichiers non compatibles entre certains logiciels ou entre certaines versions du même logiciel. Les logiciels libres résolvent ce problème en utilisant des formats de fichiers ouverts qui permettent de récupérer le contenu des fichiers et d'utiliser un très grand nombre de formats de fichiers différents.
  • capitalisation des compétences. Alors que les logiciels propriétaires exproprient leurs utilisateurs de la maîtrise de leur informatique, le logiciel libre leur permet de capitaliser dessus.
  • gouvernance plus démocratique. Alors que la maintenance des logiciels propriétaires dépend de l'opportunité d'un marché intéressant leur éditeur, la maintenance et le développement de logiciel libre ne nécessite que la volonté pour des utilisateurs d'investir dedans.

Argument écologique[modifier]

Plus longue durée de vie du matériel avec les dernières versions et fonctionnalités des logiciels : les logiciels libres n'étant pas liés à des questions de renouvellement nécessaires à la survie d'un éditeur de logiciel ou d'un constructeur de matériel, ils n'ont pas à être de plus en plus gourmands en ressources pour faire renouveler le matériel informatique et les logiciels. De fait, les logiciels libres fonctionnent sur des ordinateurs même anciens, cela permet de limiter la durée du matériel à sa résistance physique et non à l'obligation de renouvellement lié à des logiciels de plus en plus gourmands en ressources matérielles.